Belleville-en-Beaujolais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belleville.

Belleville-en-Beaujolais
Belleville-en-Beaujolais
Mairie de Belleville-en-Beaujolais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
Bernard Fialaire
2019-2020
Code postal 69220
Code commune 69019
Démographie
Gentilé Bellevillois, Bellevilloises
Population
municipale
12 776 hab. (2016)
Densité 559 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 34″ nord, 4° 45′ 00″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 245 m
Superficie 22,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Belleville-en-Beaujolais

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Belleville-en-Beaujolais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleville-en-Beaujolais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleville-en-Beaujolais

Belleville-en-Beaujolais est une commune nouvelle située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes, créée le [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villié-Morgon Corcelles-en-Beaujolais Dracé Rose des vents
Cercié
Saint-Lager
N Taponas
Guéreins (Ain)
O    Belleville-en-Beaujolais    E
S
Charentay Saint-Georges-de-Reneins Montmerle-sur-Saône (Ain)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par un arrêté préfectoral du , elle est issue du regroupement des deux communes de Belleville et de Saint-Jean-d'Ardières qui deviennent des communes déléguées[1]. Son chef-lieu est fixé à Belleville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Belleville
(siège)
69019 CC Saône Beaujolais 10,42 8 244 (2014) 791


Saint-Jean-d'Ardières 69211 CC Saône-Beaujolais 12,44 4 101 (2014) 330

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
8 janvier 2019[2] En cours Bernard Fialaire MRSL Médecin généraliste
Conseiller départemental du canton de Belleville (2015 → )
Président de la CC Saône Beaujolais (2014 → )
Maire de Belleville (1995 → 2018)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison des Templiers (non localisée)
  • L'abbatiale de l'Assomption de Belleville (ou Notre-Dame de Belleville) est un édifice classé monument historique depuis 1862. Témoin majeur de l'art roman dans la région, de par son architecture et ses dimensions, sa construction débute en 1168 par Humbert III, sire de Beaujeu et seigneur du Beaujolais et s'achève seulement 11 ans après, en 1179. L'église est consacré à la Vierge Marie. Il s'agit du cœur d'une abbaye de l'ordre de Saint-Augustin, détruite lors de la Révolution française. L'église Notre-Dame comprenait par ailleurs la nécropole des sires de Beaujeu. Les dimensions de l'édifice sont remarquables : 63 m de long et 28 m de large au niveau du transept. Son architecture extérieure présente une très grande homogénéité de style roman. L'intérieur est également de pur style roman, avec cependant quelques éléments du XIVe siècle dans le chœur. Subsistent à l'intérieur du bâtiment des peintures aux styles et couleurs médiévaux (plafonds, murs, colonnes) datant de la dernière grande restauration du XIXe siècle. Le mobilier liturgique du chœur a été créé en 2004 par l'artiste Goudji. L'église Notre-Dame de Belleville est l'église principale de la paroisse Saint-Augustin en Beaujolais qui regroupe les communes de Belleville, Saint-Georges-de-Reneins, Saint-Jean d'Ardières, Taponas et Dracé.
  • La maison des Beaujolais offre un intéressant point de départ à une découverte du vignoble. Inaugurée en 1952, véritable nouveauté à une époque où les lieux de ce type étaient rares, elle est située le long de la nationale qui, jusqu'à l'ouverture de l'autoroute, voyait défiler les amateurs de soleil et de douceur méditerranéenne. Elle donne au visiteur un aperçu complet de l'ensemble des appellations beaujolaises et le guide dans ses achats.
  • Le château de Pizay date des XIVe et XVIIe siècles. Situé au milieu de 50 hectares de vignes, avec un jardin à la française, il abrite un hôtel et un SPA renommé.
  • La chapelle de Brouilly, appelée Notre-Dame-du-Raisin ou Madone de Brouilly, est une chapelle votive consacrée à la Vierge pour qu'elle détourne la grêle, les gelées et autres fléaux (oïdium) de la vigne. Depuis 1857, la Dame est l'objet chaque 8 septembre d'un pèlerinage.
  • L'aérodrome de Belleville, qui permet une activité essentiellement tournée vers l'ULM, se trouve sur la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philibert Claitte (1859-1938), sculpteur français, y est né.
  • Francis Popy (1874-1928), compositeur de musique, y est mort. L'école de musique de Belleville porte son nom, comme le parc qui l'entoure (et jouxte la mairie) ainsi qu'une rue de la ville.
  • Gabriel Voisin (1880-1973), pionnier français de l'aéronautique, y est né.
  • Ulysse Jean Ernest Gavignet (dit Galien), héros de la résistance, fondateur du réseau Galien, déporté au camp de Dachau (libéré en 1945). Plusieurs fois parachuté dans la région où il se cachait chez ses beaux-parents (rue Nationale - Belleville-sur-Saône). Mort à Paris en 1974. Il est inhumé dans l'ancien cimetière de Belleville où il fut rejoint par sa femme née Jeanne Mélinand, exactement 30 ans plus tard.
  • Philippe Gardent (1964-), ancien joueur de handball, notamment champion du monde, y est né.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Aubry, « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Belleville-en-Beaujolais », Recueil des actes administratifs spécial n°69-2018-089,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. « Belleville-en-Beaujolais : une direction tricéphale pour la commune nouvelle », Le Progrès,‎ (lire en ligne)