Senozan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Senozan
Senozan
Église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Vincent Faguet
2014-2020
Code postal 71260
Code commune 71513
Démographie
Population
municipale
1 119 hab. (2015 en augmentation de 0,9 % par rapport à 2010)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 39″ nord, 4° 51′ 57″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 285 m
Superficie 4,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Senozan

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Senozan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senozan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senozan
Liens
Site web mairie-senozan.fr

Senozan est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Senozan dispose d'un petit centre-ville, où rues et ruelles tissent leurs liens autour d'une place arborée de platanes. L'église en est le site le plus élevé ; l'hôtel de ville, après avoir été abrité dans l'école publique du village jusqu'en 1983, est installé dans l'ancienne boulangerie café qui succédait à une sorte de relais de poste. Ce grand bâtiment à la poutraison ancestrale accueille désormais les salles municipales et les pompiers.

La gare de Senozan sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles est située sur la commune. C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Bourgogne, desservie par des trains express régionaux[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Senozan
La Salle
Vers Tournus et Chalon-sur-Saône
Boz
(Ain)
Vers Cluny Senozan Asnières-sur-Saône
(Ain)
Charbonnières Saint-Martin-Belle-Roche
Vers Mâcon et Lyon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Saône coule en contrebas de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Senozan, comme celui de Lugny, a été détruit par le feu au début de la Révolution française, durant la « Grande Peur » qui sévit en Mâconnais ; certaines bâtisses sont toujours visibles. Ce château appartenait à cette époque au frère de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, évêque d'Autun puis ministre des Affaires étrangères de Napoléon Ier et de Louis XVIII. Avant cela, il appartint à de nombreux propriétaires successifs, notamment, au XVIe siècle, à Françoise de Maréschal[2].

1793 : Saint-Pierre-de-Senozan, dans le contexte révolutionnaire, change de nom et devient Senozan[3]. Un nom que la commune porte encore de nos jours, à l'instar de quatre autres communes du département de Saône-et-Loire qui, comme Senozan, ont conservé leur nom révolutionnaire[4].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre de Senozan datant de 1729 est classée aux monuments historiques. Elle renferme des boiseries et de magnifiques peintures murales du XVIIIe en cours de restauration. Cette église est une des plus belles et une des plus riches du département et sans doute de la région.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1977 Raymond Gaillardon sans étiquette UDF agriculteur
mars 1977 mars 1989 Raymond Gaillardon sans étiquette agriculteur
mars 1989 mars 2001 Philippe Viardot sans étiquette  
mars 2001 mars 2014 Joëlle Sandon sans étiquette  
mars 2014 en cours Vincent Faguet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 1 119 habitants[Note 1], en augmentation de 0,9 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
557521525392390487492494508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
486536518485485463486489478
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
456440419382352355353302347
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4124486017778949181 0771 1091 119
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Senozan appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Coteaux en Mâconnais, paroisse qui a son siège à Lugny (avec le père Bernard Blondaux pour curé) et qui regroupe la plupart des villages du Haut-Mâconnais.

USSMS - Union Sportive Saint-Martin Senozan[modifier | modifier le code]

Le club de football de l'USSMS fut créé en 1963. Le club compte près de 150 enfants, seniors et dirigeant lors de la saison 2011-2012. L'équipe fanion évolue en Promotion de District. La réserve quant à elle évolue en Deuxième Division et l'équipe C est en Quatrième Division.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Pierre de Senozan.
  • À proximité du centre-ville se trouve l'ancien château de la « Dame » de Senozan.
  • L'église, édifice consacré du diocèse d'Autun, relevant de la paroisse Notre-Dame-des-Coteaux-en-Mâconnais (Lugny).
  • La commune possède deux lavoirs.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent, au senestrochère de gueules, armé d'un trident frappant un dauphin d'argent nageant dans une mer d'azur, acc. de trois fleurs-de-lis d'or rangées en chef.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site SNCF TER Bourgogne : Gare de Senozan lire (consulté le 22 septembre 2013).
  2. « La dame de Senozan », article de Philippe Viardot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 152 de décembre 2007 (pages 20 et 21).
  3. À l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire dont le nom se rapportait à la religion ou à l'Ancien Régime. Source : E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  4. Avec : Donzy-le-National, Laives, La Roche-Vineuse et Burnand.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]