Deux-Grosnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Deux-Grosnes
Deux-Grosnes
Église Saint-Sulpice de Monsols.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
René Thévenon
2020-2026
Code postal 69860 et 69430
Code commune 69135
Démographie
Population
municipale
1 909 hab. (2018)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 10″ nord, 4° 31′ 12″ est
Altitude Min. 330 m
Max. 1 008 m
Superficie 83,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Thizy-les-Bourgs
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Deux-Grosnes
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Deux-Grosnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Deux-Grosnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Deux-Grosnes

Deux-Grosnes [dø ɡʁɔn] est une commune nouvelle située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes, créée le par fusion des communes d'Avenas, Monsols, Ouroux, Saint-Christophe, Saint-Jacques-des-Arrêts, Saint-Mamert et Trades[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Deux-Grosnes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Grosne orientale à Saint-Mamert.

Le nom tire son nom de deux cours d'eau qui traversent le territoire communal : la Grosne Occidentale et la Grosne Orientale. Ces deux dernières sont deux affluents de la Grosne qui ne traverse pas le territoire mais qui prend sa source dans la commune voisine de Saint-Bonnet-des-Bruyères.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par un arrêté préfectoral du , elle est issue du regroupement des sept communes d'Avenas, Monsols, Ouroux, Saint-Christophe, Saint-Jacques-des-Arrêts, Saint-Mamert et Trades[1]. Son chef-lieu est fixé à Monsols.

À la suite du décret du , la commune nouvelle de Deux-Grosnes est entièrement rattachée au canton de Thizy-les-Bourgs[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
2019 En cours René Thévenon[8] DVD  

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Monsols
(siège)
69135 CC Saône-Beaujolais 19,82 915 (2016) 46
Avenas 69015 CC Saône Beaujolais 9,49 120 (2016) 13
Ouroux 69150 CC Saône-Beaujolais 21,06 339 (2016) 16
Saint-Christophe 69185 CC Saône-Beaujolais 14,62 241 (2016) 16
Saint-Jacques-des-Arrêts 69210 CC Saône-Beaujolais 7,47 105 (2016) 14
Saint-Mamert 69224 CC Saône-Beaujolais 3,21 67 (2016) 21
Trades 69251 CC Saône-Beaujolais 7,93 117 (2016) 15

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 1 909 habitants[Note 2].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018
1 9041 9051 909
(Sources : Insee à partir de 2016[9].)

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises
  • L'église Notre-Dame-d’Avenas est construite par des moines cisterciens au XIIe siècle. Elle est connue pour son autel de calcaire, inspiré d'une pièce d'orfèvrerie italienne datant de 835[10], et ses vitraux.
  • L'église Saint-Antoine d'Ouroux classée et inscrite aux titres des monuments historiques depuis 1982[11].
  • L'église Saint-Sulpice de Monsols
  • L'église Saint-Christophe de Saint-Christophe
  • L'église Sainte-Marie-Magdeleine de Saint-Mamert : l'édifice de style roman est daté du XIIe siècle. Construit par les moines bénédictins de l’abbaye de Cluny dont il dépendait, il est placé sous les auspices de saint Jean-Baptiste le par Hugues, abbé de Cluny. Des écrits papaux mentionnent un lieu de culte à cet emplacement au XIe siècle. Un crâne est visible dans le mur de l'église au nord. En 1951, l'édifice est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[12].
  • L'église Saint-Jacques de Saint-Jacques-des-Arrêts.
  • L'église Saint-Éloi de Trades
Autres monuments
  • Le manoir de Pressavin[réf. nécessaire] à Monsols.
  • Le viaduc du Chatelârd à Monsols[13], construit entre 1909 et 1911 pour faire passer une voie ferrée reliant Villefranche-sur-Saône à La Clayette (71) et Monsols à Cluny (71), lignes ouvertes à l'exploitation le 16 janvier 1911[14]. Ce viaduc, construit en granit local, est haut de 27 mètres et long de 145 mètres.
  • Le château de La Carelle.
  • Le château de Verbust à Saint-Mamert
  • Le château de Grosbois à Ouroux
  • Au hameau des Charmes à Saint-Jacques-des-Arrêts, il subsiste une tour en ruines qui rappelle la présence au Moyen Âge d'un château féodal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Aubry, « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Deux-Grosnes », Recueil des actes administratifs spécial n°69-2018-087,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Décret no 2020-213 du 5 mars 2020 modifiant le décret n° 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône..
  8. « Commune nouvelle : le maire de Deux-Grosnes a été élu ! », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017 et 2018.
  10. Jean Babelon, L'orfèvrerie française, Paris, Larousse, , 124 p., p. 23.
  11. « :Église Saint-Antoine d'Ouroux », notice no PA00118013, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Église Sainte-Marie-Magdeleine de Saint-Mamert », notice no PA00118050, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Description du viaduc par l'office de tourisme du Rhône
  14. Source : J.-C. Bas et J. Monternier, La Compagnie des chemins de fer départementaux du Rhône et de Saône-et-Loire, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 41 (printemps 1979), pp. 17-21.