Émeringes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émeringes
Émeringes
Église de l'Immaculée-Conception.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Saône-Beaujolais
Maire
Mandat
Patrick Du Chaylard
2020-2026
Code postal 69840
Code commune 69082
Démographie
Gentilé Émeringeons
Population
municipale
268 hab. (2018 en augmentation de 16,52 % par rapport à 2013)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 25″ nord, 4° 40′ 27″ est
Altitude Min. 249 m
Max. 624 m
Superficie 3,01 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Belleville-en-Beaujolais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Émeringes
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Émeringes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Émeringes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Émeringes

Émeringes est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Emeringes est situé sur le versant d'une colline verdoyante exposée sud sud-est. L'altitude moyenne de Émeringes est de 360 mètres environ. Sa superficie est de 3.01 km². La montagne de Malbrosse culmine à 496m.

En savoir plus: http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/69082_Emeringes.html#ixzz6EssEKlF9

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jullié Juliénas Rose des vents
Vauxrenard N Chénas
O    Émeringes    E
S
Fleurie

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Émeringes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique.[6]

La plus ancienne construction d'Emeringes est un pigeonnier (aujourd'hui propriété privée) datant de 1559, qui faisait partie des dépendances de l'Abbaye de Cluny. Sur la place du village est exposé un alambic, témoin de la tradition des bouilleurs de crus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Émeringes depuis 1989
Début du mandat Fin du mandat Nom Étiquette
1989 2001 Jacques du Chaylard DVD
2001 2008 Maurice Baizet DVD
2008 2014 Jean-Michel Dorier DVD
2014 2020 Pierre Chazal SE
2020 2026 Patrick du Chaylard DVD

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Saône Beaujolais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2018, la commune comptait 268 habitants[Note 2], en augmentation de 16,52 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310322336308339354370410425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
408449461448442447416427421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
402374351289264249249200201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
184149158143182215224226227
2013 2018 - - - - - - -
230268-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école d'Emeringes est regroupée en RPI avec celle de Vauxrenard.

Manifestations culturelles et festivité[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Grand Prix d'Emeringes Une course cycliste à étapes pour les jeunes coureurs FFC (minimes et cadets), est depuis 2019 organisée en juillet par le Comité Sportif Beaujolais Mâconnais en partenariat avec le Vélo Club Villefranche Beaujolais. Une autre épreuve avait lieu dans les années 1980, Dante Rezze coureur professionnel (R.M.O, Casto, Aki Gipiemme) s'y est illustré en amateur.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

"Paysage à Emeringes" toile de Gustave Courbet (1819-1877) Cette toile entra au Musée de Mâcon dès 1889, mais c'est seulement en 1937, à l'occasion d'une restauration commandée par le conservateur et peintre Hugrel, que la signature de Gustave Courbet fut découverte. Courbet exécuta vraisemblablement cette oeuvre lors d'un séjour à Emeringes, où il avait des attaches familiales. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paysage_%C3%A0_Emeringes.jpg

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune d'Émeringes bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Communes et anciennes paroisses du Rhône : 69, Paris, Editions généalogiques de la Voûte, coll. « Noms des communes & anciennes paroisses de France », (ISBN 9782847661101), (ISBN 2-84766-110-0) édité erroné
  • Maurice Garden, Christine Bronnert et Brigitte Chappé, Paroisses et communes de France : Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 5 : Rhône, CNRS, , 384 p. (notice BnF no FRBNF36598217)
  • Guigue Georges, Archives des communes du Rhône antérieures à 1790 : inventaire sommaire, Archives départementales du Rhône ; H. Georg, 1902-1906, 3 volumes (notice BnF no FRBNF34017317)
  • E. de Rolland et Denys Clouzet, Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône, Dizain & Storck, 1901-1902, 2 volumes (notice BnF no FRBNF34107275)
  • François-andré Varnet, Département du Rhône, dictionnaire des communes, Res Universis, (réimpr. Reprod. en fac-sim. de "Géographie du département du Rhône") (1re éd. 1897)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 227.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  12. Jacques du Chayard, Histoire d'Emeringes, d'après une thèse de Dominique Richard, conseiller culturel au conseil général de Savoie, consulté le 4 juin 2013.