Saint-Maurice-de-Satonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.

Saint-Maurice-de-Satonnay
Saint-Maurice-de-Satonnay
L'église Saint-Denis.
Blason de Saint-Maurice-de-Satonnay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Jacques Robin
2014-2020
Code postal 71260
Code commune 71460
Démographie
Population
municipale
495 hab. (2016 en augmentation de 17,58 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 50″ nord, 4° 47′ 02″ est
Altitude Min. 201 m
Max. 343 m
Superficie 10,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Satonnay

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Satonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Satonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Satonnay
Liens
Site web saint-maurice-de-satonnay.fr

Saint-Maurice-de-Satonnay est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire (désormais dans le canton d'Hurigny, après avoir appartenu au canton de Lugny jusqu'en 2015) et la région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Maurice-de-Satonnay est un typique village bourguignon, ayant de nombreuses maisons en pierres dorées, avec leurs célèbres galeries mâconnaises... Saint-Maurice-de-Satonnay fait partie du Haut-Mâconnais.

Les habitants sont nommés les Grenouillats, car il semblerait qu'autrefois, ils sortaient chasser la nuit la grenouille pour permettre au seigneur du village, agacé par les croassements de ces batraciens, de dormir...[réf. nécessaire]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la Mouge, affluent de la Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Azé Péronne Rose des vents
N Clessé
O    Saint-Maurice-de-Satonnay    E
S
Igé Verzé Laizé

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune baptisée « Saint-Maurice-de-Satonnay » depuis mars 1861, à la suite de la réunion par décret des communes de Saint-Maurice-des-Prés et de Satonnay.

8 janvier 1934 : fondation du Syndicat intercommunal des eaux du Haut-Mâconnais, auquel appartiennent Saint-Maurice-de-Satonnay et neuf autres communes (Lugny, Burgy, Clessé, Viré, Cruzille, Vérizet, Bissy-la-Mâconnaise, Cruzille et Montbellet), rejointes le 16 août 1934 par Plottes, Chardonnay et Uchizy (puis par Farges et Grevilly en 1938 et par Saint-Gengoux-de-Scissé, Azé et Igé après-guerre).

1993 : fondation de la communauté de communes de la Haute-Mouge (avec Azé, Péronne et Clessé). A cette première communauté de communes a succédé, le 1er janvier 2003, la Communauté de communes du Mâconnais - Val de Saône, ayant son siège à Lugny et résultant de la fusion de trois intercommunalités (celles du Haut-Mâconnais, de la Haute-Mouge et du Mâconnais-Val de Saône).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1935 mars 1945 Joanny Boulay    
mars 1945 mars 1959 Marius Vannot    
mars 1959 mars 1977 Léon Simonet    
mars 1977 mars 1982 Michel Coufleau    
mars 1982 mars 1989 René Poulin    
mars 1989 mars 2008 Claude Guillerand    
mars 2008 mars 2014 Henry Piguet    
mars 2014 en cours Jacques Robin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2016, la commune comptait 495 habitants[Note 1], en augmentation de 17,58 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
356386414400539550526552589
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
428517563516515469397385391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
378373349311289277285284271
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
296269275313349346394418474
2016 - - - - - - - -
495--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Inscription du portail de l'ancien château.
  • L'église, édifice consacré du diocèse d'Autun, relevant de la paroisse Notre-Dame-des-Coteaux-en-Mâconnais (Lugny).
  • Le château, dit château Garnier.
  • À l'angle de la maison située face à l'église est visible une curiosité : un « pavé » de 60 cm de hauteur sur 50 cm de largeur provenant du portail d'entrée (disparu) de l'ancien château (également disparu, ayant été détruit à la Révolution), gravé d'une inscription commémorant le passage en Mâconnais du roi Louis XIII : « L'an de grâce 1629 et le 19 du reigne de Louis le Juste 13 du nom qui a pris ceste année la ville rebelle de La Rochelle passa avec une armée en Italie au mois de Febvrier et a dompté les Huguenotz de France révoltez contre luy cc messire Laurens de Chevrier libre Sr [seigneur] de St Mauris et Dutil a faict faire ce portal. »[5].
  • Château de Saint-Mauris.

Économie[modifier | modifier le code]

Chaque année, une foire s'installe le temps d'un week-end (début septembre - organisée par le foyer rural), avec de nombreux exposants parmi lesquels on dénombre des artisans d'art, de bouche (avec le concours national des meilleurs fromages de chèvre), des vignerons et des brocanteurs et villageois, au travers du vide grenier.

Agriculture[modifier | modifier le code]

De nombreux vignerons et exploitants agricoles sont installés sur la commune.

commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

Sont présents les commerces de proximité, avec une très bonne auberge, des gîtes et chambres d'hôtes...

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il y a aussi un très agréable et bel étang à la sortie du village, sur la route de Clessé. C'est un lieu touristique pour "le plaisir de la pêche" ; la pêche au coup (truites, friture...) ou la pêche à la tanche y sont possibles. C'est aussi le point de départ de plusieurs circuits de randonnées à travers vignes et sous bois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bernard Barny de Romanet, né le 28 janvier 1894 au château de Satonnay, fut l'un des plus glorieux as français de la Première Guerre mondiale avec dix-huit victoires officielles.
  • Figurent également les membres de la famille noble de Chevriers-Saint-Mauris, seigneurs du lieu, qui firent construire en 1716 à Mâcon un hôtel particulier qui devint en 1813 le palais de justice.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Oursel, Anne-Marie Oursel : « Canton de Lugny - Vallon de l'Isérable : communes de Péronne, Saint-Maurice-de-Satonnay », collection Histoire et monuments de Saône-et-Loire (n° 25), Archives départementales de Saône-et-Loire, Mâcon, 1999, 179 p.
  • « La ronde des « Brigands » en Haut-Mâconnais », Vive 89, 1990. Ouvrage collectif de cent quarante-cinq pages édité par l'association ayant organisé en 1989 dans le canton de Lugny les festivités du bicentenaire de la Révolution française.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Pierre-Aimé Bargaud, « Le "pavé" de Saint-Maurice-de-Satonnay », Images de Saône-et-Loire, no 45,‎ , p. 19-20