Villié-Morgon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villié-Morgon
Villié-Morgon
Le groupe scolaire et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Saône-Beaujolais
Maire
Mandat
Thierry Lamure
2020-2026
Code postal 69910
Code commune 69267
Démographie
Gentilé Villiatons
Population
municipale
2 124 hab. (2018 en augmentation de 3,71 % par rapport à 2013)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 47″ nord, 4° 40′ 53″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 689 m
Superficie 18,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Belleville-en-Beaujolais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Villié-Morgon
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Villié-Morgon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villié-Morgon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villié-Morgon
Liens
Site web commune-villie-morgon.com

Villié-Morgon est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villié Morgon est située à l'est de Beaujeu, et au nord-ouest de Belleville-sur-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villié-Morgon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (74,3 %), prairies (14,5 %), zones urbanisées (6,2 %), forêts (4,1 %), zones agricoles hétérogènes (0,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Alphonse Joubert SFIO Agriculteur
Conseiller général du canton de Beaujeu (1928 → 1930)
? ? Henri Longepierre PCF Viticulteur
Conseiller général du canton de Beaujeu (1945 → 1949)
Les données manquantes sont à compléter.
1970 mars 1977 André Soulier UDF-PR Avocat
mars 1977 mars 2008 André Gauthier PRG Viticulteur
mars 2008 avril 2020 Pierre Savoye DVD Agriculteur retraité
avril 2020 En cours Thierry Lamure    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 2 124 habitants[Note 2], en augmentation de 3,71 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5251 5751 7341 9622 1452 1462 3162 4022 395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3312 4522 6082 5712 5792 2342 1722 2252 276
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3342 2992 1431 7451 6221 5711 5661 5351 538
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 5651 5861 5511 5161 5221 6141 7241 8862 084
2018 - - - - - - - -
2 124--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Fontcrenne.
  • Château de Fontcrenne (mairie actuelle) ;
  • Église à deux clochers de Saint-Joseph-en-Beaujolais : construite entre 1872 et 1882 par les habitants du haut des communes de Chiroubles, de Régnié et de Villié-Morgon, trop éloignés de leurs églises respectives, elle fut ouverte au culte en 1883. L'édifice fut consacré par l'archevêque de Lyon, Mgr Couillé, en 1896. L'abbé Pierre Vernet fut curé de Saint-Joseph de 1886 à 1917. On le surnomma le « saint du Beaujolais ». L'église à deux clochers ; elle possède des vitraux intéressants, des boiseries, un maître-autel en marbre représentant Saint-Joseph, un baptistère, un chemin de croix, trois cloches. Elle est la propriété privée de l'association immobilière de Villié-Morgon. À proximité se trouve une grotte de la Vierge de Lourdes édifiée par le Père Vermet et un chemin de Croix inauguré en 1934 et entouré d'un panorama[12].
  • Monastère Sainte-Claire.
  • Monument aux morts communal : situé en bordure de la D18, dans le parc devant la mairie. Ce monument est un groupe sculpté par Joanny Durand, en calcaire, sur un socle en granit : deux femmes pleurant et deux enfants, un berceau ; la mémoire des soldats de la Première Guerre mondiale morts au combat est évoquée par la présence d'un casque. Sur le piédestal, non lit l'inscription : VILLIE-MORGON À SES ENFANTS /1914-1918/ 1939-1945' Dans les médaillons, de chaque côté :'ENSE ET ARATRO ("par le fer et la charrue") dans la couronne mortuaire, à droite ; QUORUM PARS MAGNA FUI ("la foule sans nom") dans le médaillon de gauche. Sur les côtés du piédestal, des plaques ont été ajoutées avec les noms des morts de 1914-1918 (105 morts) 1939-1945 (11 morts), 1946, 1961 (1 mort)[13].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Villié-Morgon bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. Archives du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon, http://archives.rhone.fr/
  13. « Monument à Villié-Morgon | Les monuments aux morts », sur monumentsmorts.univ-lille3.fr (consulté le ).
  14. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  15. Stéphanie Marteau, « L'œil de l'Elysée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. « Partnergemeinde Villié-Morgon » Site web de la commune de Sasbachwalden, consulté le 8 novembre 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]