Saint-Jacques-des-Arrêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jacques.

Saint-Jacques-des-Arrêts
Saint-Jacques-des-Arrêts
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Thizy-les-Bourgs
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Statut Commune déléguée
Maire délégué Béatrice Lacharme
2019-2020
Code postal 69860
Code commune 69210
Démographie
Gentilé Saint-Jacquins
Population 105 hab. (2016 en diminution de 2,78 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 24″ nord, 4° 35′ 54″ est
Altitude Min. 370 m
Max. 761 m
Superficie 7,47 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Deux-Grosnes
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 15.svg
Saint-Jacques-des-Arrêts

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 15.svg
Saint-Jacques-des-Arrêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Jacques-des-Arrêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Jacques-des-Arrêts

Saint-Jacques-des-Arrêts est une ancienne commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le , elle devient une commune déléguée de Deux-Grosnes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Jacques-des-Arrêts fait partie du Haut Beaujolais. La commune comporte 14 hameaux, à savoir :

  • la Bachasse
  • Boubon
  • Chagny
  • les Charmes
  • le Creux des Vaults
  • les Grandes Dianes
  • les Grands Balvays
  • la Maison Neuve
  • les Petites Dianes
  • les Petits Balvays
  • les Rivets
  • la Rivière
  • la Tonne
  • Valverin

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Germolles-sur-Grosne (Saône-et-Loire) Cenves Rose des vents
Trades N Jullié
O    Saint-Jacques-des-Arrêts    E
S
Saint-Mamert Ouroux Vauxrenard

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1275, le testament de Hugues de Pizay mentionne les biens qu'il possède à Saint-Jacques.
  • Vers 1600, se construit un château féodal.
  • À partir de 1664, Saint-Jacques dispose d'un curé attitré ; le premier sera Victor Aubraille ; auparavant, c'était un vicaire d'Ouroux qui assurait les offices.
  • La famille Charrier de la Roche possède le fief de Saint-Jacques-des-Arrêts. On trouve successivement :
    • Georges Antoine Charrier (né en 1675), seigneur de la Roche-Juillé.
    • Guillaume Charrier (né en 1702), seigneur de la Roche-Juillé, fils du précédent.
    • Jean-Baptiste Charrier, baron de la Roche, fils du précédent.
    • Jacques Catherin Charrier de la Roche, troisième fils de Guillaume.
  • En 1793, le curé Bardonèche est fait prisonnier et exécuté à Lyon, place des Terreaux.
  • Par arrêté préfectoral du , la commune disparaît le au profit de Deux-Grosnes qui regroupe aussi les communes d'Avenas, Monsols, Ouroux, Saint-Christophe, Saint-Mamert et Trades[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Jacques-des-Arrêts Blason De gueules au croissant d'argent; au chef cousu d'azur chargé d'une coquille d'or accostée de deux étoiles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Lucien Briday DVD  
2014   Béatrice Lacharme    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 105 habitants[Note 1], en diminution de 2,78 % par rapport à 2011 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
372410365385402416450484482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
476481411390385395441437372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
332326289247243243200200191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
211210179147130112112112106
2016 - - - - - - - -
105--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Paysage.
  • Le village est situé sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui partait de Cluny et rejoignait Le Puy-en-Velay. Une portion de l'actuel GR 7 suit à peu près cet itinéraire.
  • Dans l'église, 19 peintures monumentales, œuvres signées de l'artiste lyonnais Jean Fusaro (né en 1925, élève de Henri Vieilly et de Jacques Laplace à l'école des Beaux-Arts de Lyon) ont été installées par le département du Rhône qui en est propriétaire. Commencée en 1990 sur l'idée du chargé de mission à la culture du conseil général du Rhône, cette œuvre voulue par Joseph Ducarre (canton de Monsols) et Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, garde des Sceaux - ministre de la Justice (au moment de l'inauguration -29 mai 2010- ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Espace rural), comporte deux aspects principaux : un axe européen (saint Jacques sur les chemins de Compostelle et saints Cyrille et Méthode - nommés copatrons de l'Europe dans l'encyclique de Jean Paul II de décembre 1980). En outre un thème est consacré aux racines chrétiennes en Gaule conquise, avec les saints et martyrs de 177 à Lyon (Blandine, Pothin, Irénée). Également un chemin de croix, à la fois humaniste et naïf, ponctue les murs latéraux de l'église. D'autres peintures monumentales - qui ne renient en rien l'admiration du peintre pour Ensor, Bosch, Bonnard ou Chagal l- donnent du talent de Fusaro une autre perception (saint Agobard patrons des Ufologues, le baptême du Christ par Jean le Baptiste, Golgotha en Beaujolais, tableau qui comporte des scènes où l on retrouve entre autres l'autoportrait du peintre, le portrait de son épouse, celui de Lucien Briday maire du village) ou encore Frédéric Giuliani (directeur du service culture qui a porté l'aspect technique du chantier). L'ensemble de cette œuvre de 60 m2 inaugurée par Michel Mercier et le cardinal Philippe Barbarin, permet de parler de véritable « bijou dans son écrin » (comme le dit le critique d'art Bernard Gouttenoire), pérennisant ainsi pour les siècles à venir l'œuvre du peintre. L'église de Saint-Jacques-des-Arrêts rejoint le circuit des grandes églises françaises décorées par des artistes contemporains comme Arcabas à Saint-Hugues-de-Chartreuse, mais surtout la chapelle du Rosaire peinte par Matisse à Vence, la chapelle décorée par Cocteau à Villefranche sur mer, ou encore l'église du plateau d'Assy face au Mont Blanc où l'abbé Couturier (dominicain) avait réuni dès les années 1940, le meilleur des artistes de son temps (Matisse, Bonnard, Léger, Rouault, Chagall, Germaine Richier, Jean Bazaine, etc.) faisant du site -contrairement à l'église de Saint-Jacques-des-Arrêts- une église "musée".
  • Au hameau des Charmes, subsiste une tour en ruines qui rappelle la présence au Moyen Âge d'un château féodal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gérard Guillaumat vit à Saint-Jacques-des-Arrêts (Rhône) où il décède le 4 avril 2015 . Il a reçu visite amicale de Miou-Miou, Arditti et Lucchini. Il est un élève de Charles Dullin et il a connu Louis Jouvet et Gérard Philippe. Il est aussi compagnon de Roger Planchon et de Marcel Maréchal dès le début du Théâtre national populaire à Lyon-Villeurbanne. Il propose toujours des spectacles lecture. On l'a entendu notamment dans le Giaccometti de Jean Genet. Souvent seul en scène, il se produit également à Genève, lors des représentations de "l'homme qui rit" de Victor Hugo, mise en scène de Isabelle Chladek, interprétées par Gérard Guillaumat et Isabelle Chladek, au théâtre des Marionnettes de Genève (10 au 21 février 2010).
  • Jean Fusaro vit et travaille dans la banlieue lyonnaise. Il est peintre et auteur des œuvres monumentales commandées par le département du Rhône entre 1990 et 2010 pour décorer l'église de Saint-Jacques-des-Arrêts, dont il dit que c'est son « grand œuvre »[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Aubry, « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Deux-Grosnes », Recueil des actes administratifs spécial n°69-2018-087,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]