Davayé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Davayé
Centre et église du village
Centre et église du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton La Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Michel du Roure
2014-2020
Code postal 71960
Code commune 71169
Démographie
Population
municipale
670 hab. (2014)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 04″ nord, 4° 44′ 40″ est
Altitude Min. 185 m – Max. 325 m
Superficie 4,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Davayé

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Davayé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Davayé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Davayé
Liens
Site web davaye.pagesperso-orange.fr

Davayé est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, au sud de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Davayoutis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans le Mâconnais, à 6 km de Mâcon, à 65 km au nord de Lyon et à 400 km au sud de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Prissé Rose des vents
Vergisson N Charnay-lès-Mâcon
O    Davayé    E
S
Solutré-Pouilly

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chemin du Pèlerin doit sa renaissance à quelques passionnés du village, en particulier à Bruno Botti, ancien artisan maçon devenu expert en l'art de la gravure sur pierre. C'est à lui que l'on doit les bornes indicatrices jalonnant ce chemin. Si vous empruntez ce chemin depuis l'église du village, dirigez-vous en droite ligne le long du mur au pied duquel il se poursuit, puis tournez à droite, descendez jusqu'à la tête de vigne toute proche et arrêtez-vous. La vallée que l'on aperçoit est encaissée entre deux coteaux : celui qui descend de la roche de Vergisson sur lequel nous nous trouvons, et celui qui descend de la roche de Solutré, qui nous fait face. La Denante coule dans la vallée. Ce ruisseau prend sa source dans la barre graniteuse qui s'étend au-delà des roches calcaires de Vergisson et de Solutré. Elle coule entre ces roches qui se resserrent au col de Ronzevaux puis commence à s'élargir pour donner, plus en aval, naissance au village qui y a implanté sa place. Les coteaux de Solutré et de Vergisson sont en monoculture de vigne. La vigne est cultivée sur ces terrains argilo-calcaires qui en font un terroir de grande richesse. La végétation de la vallée est de type alluvial. On y rencontre des peupliers, des aulnes, des saules. On y cultive du maïs et des plants de vigne. Toutes ces plantes ont besoin de beaucoup d'eau et d'une terre moins rude que celle des coteaux argilo-calcaires, toutes conditions que cette vallée alluviale procure.

La Grande Rue du village est la route qui se dessine au piémont du coteau de Solutré. C'est une route de passage et les anciens ont pris la précaution de la construire à l'abri des crues de la Denante. Elle donne accès à la place sur laquelle le monument aux morts a été érigé. Deux foires, le 14 janvier et le 11 avril s'y tenaient bien avant la guerre de 1914-1918. Des commerces s'y sont établis comme se sont établis d'autres commerces en bordure de la route en privilégiant le côté piémont, le tout regroupé sur quelque cent mètres, café-restaurant à proximité de la place, centre d'activités principales du village, offrant, en outre, son lavoir à la verve des lavandières.

Au carrefour de la Croix Senaillet, une route, laissant celle venant de Charnay se poursuivre vers la Grande Rue, franchit la vallée, rejoint le piémont du coteau « vergissonnais », longe le château construit loin des incommodités que la route passagère, les commerces et les foires ne manquent pas de susciter, atteint le bâtiment mairie et (anciennement) école, aussi à l'abri que le château des crues de la Denante, mais sis à proximité de la place et des activités commerciales. Davayé est un carrefour de communications: si la route principale relie Charnay et Mâcon à Vergisson et Pierreclos, elle permet de rejoindre Solutré, Fuissé, Prissé... En se tournant vers l'est, on aperçoit, sur le coteau « Vergissonnais » par delà les deux maisons récemment construites, un chemin, que l'on peut dénommer le chemin des crêtes, en opposition à celui de la vallée : il prend naissance sur la route des Allemands dans la vallée de la Petite Grosne. S'il se prolonge vers le bourg alluvial, il le délaisse pour gravir le coteau « Vergissonnais », arrive au hameau des Péguins qui plonge et rejoint le bourg alluvial, laisse en contrebas, après que deux virages lui permettent de reprendre son ascension, le château de Chevignes, ancien prieuré des moines de Cluny où Abélard aurait, paraît-il, séjourné, atteint bientôt un sommet qui offre à la vue l'église de Davayé, les deux roches de Solutré et de Vergisson, et, fermant l'horizon, le village de Vergisson sur la barre graniteuse et feuillue où la Denante prend sa source. En légère déclivité le chemin gagne le carrefour des Morats : des maisons anciennes et d'autres nouvelles s'y sont implantées. Il reprend son ascension vers le Paradis, cette grosse maison qui devrait sa réputation aux mousquetaires du roi Louis XIV qui y auraient logé lors du passage du roi à Mâcon. Après avoir longé le lycée viticole implanté sur un domaine propriété du département après que la loi sur la séparation de l'Église et de l'État en eut dépossédé l'évêché d'Autun, le chemin descend brutalement pour rejoindre la vallée. Il fait sa jonction avec la route principale près du col de Ronzevaux, fermant sur lui-même le village qui, par contre, s'ouvre et se déploie à l'est, sur la vallée de la Petite Grosne. Cette vallée donne accès à la vallée de la Saône, l'axe nord-sud si fréquenté, et au Charollais qui est, par excellence, l'axe est-ouest sillonné par la R.C.E.A., la route Centre-Europe-Atlantique.

Communications[modifier | modifier le code]

Davayé est reliée par le biais de Mâcon aux grandes agglomérations voisines par différentes voies de communication :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de la commune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2009 Jean-Claude Janiaud    
2009 en cours Michel du Roure    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 670 habitants, en diminution de -2,76 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520 419 553 573 579 559 578 560 550
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 538 561 570 582 563 585 535 526
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
494 496 495 468 426 404 426 393 419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
427 466 527 610 630 617 685 678 670
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Davayé appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Saint-Vincent en Val-Lamartinien, paroisse qui a son siège à La Roche-Vineuse et qui regroupe quinze villages du Mâconnais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :