Charentay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charentay
Le village en mars 2005.
Le village en mars 2005.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
Yves Bertrand
2014-2020
Code postal 69220
Code commune 69045
Démographie
Gentilé Charentois
Population
municipale
1 232 hab. (2014)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 23″ nord, 4° 40′ 48″ est
Altitude Min. 175 m – Max. 272 m
Superficie 13,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Charentay

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Charentay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charentay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charentay

Charentay est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village de plaine, Charentay est situé à 50 km de Lyon et 20 km de Mâcon.

Agriculture[modifier | modifier le code]

À mi-plaine, mi-coteau, le village est à la fois tourné vers les pentes du Beaujolais avec une production de vins AOC « brouilly » et « beaujolais », mais aussi vers la culture céréalière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Lager Belleville Rose des vents
Odenas N
O    Charentay    E
S
Saint-Étienne-des-Oullières Saint-Georges-de-Reneins

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom proviendrait du mot celtique « carentos » qui signifie amitié[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

De gueules à trois bandes d'argent, au chef d'or chargé d'un lambel à cinq pendants d'azur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château d'Arginy, datant du XIIIe siècle, mais remanié au XVe siècle, aurait abrité quelques nobles templiers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs, de la Révolution à nos jours[1]
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Yves Bertrand    
2001 2014 Luc Appercel    
1989 2001 Anthelme Pégaz    
1977 1989 Louis Jaffre    
1965 1977 Jean Vincent    
1910 1965 Claude Vincent    
1908 1910 Benoît Auray    
1904 1908 Eugène Gonin    
1903 1904 Paul Sauzet    
1896 1903 Jean Dutraive    
1892 1896 Émile Chanard    
1882 1892 Raymond Dojat    
1879 1882 Jean-Charles Crotte    
1874 1879 Étienne-Roger Portier    
1865 1874 Benoît Penet    
1847 1865 Jean Penet    
1846 1847 Claude Plattard, Adjoint    
1843 1846 Joseph Permezel    
1835 1843 Jean-Marie Laligant    
1830 1835 Claude Laputte    
1823 1830 Jean-Baptiste Noyel de Sermezy    
1816 1823 François Perret    
1815 1816 Antoine Carrichon    
1808 1815 Jean-Baptiste Noyel de Sermezy    
1793 1808 Meunier    
1791 1793 Le Chevalier de Monspey    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Saône Beaujolais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 232 habitants, en augmentation de 12,51 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
736 916 754 905 930 964 970 1 020 1 025
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
974 936 996 1 021 965 885 847 817 922
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
979 1 028 941 774 715 762 786 696 697
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
768 689 705 743 869 993 1 061 1 163 1 232
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Charentay a une petite école qui compte 130 élèves.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les conscrits sont fêtés chaque année à Charentay.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Charentay compte un club de foot ainsi qu'un club de boules lyonnaises.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Des maisons anciennes, de belles fermes aux portes voûtées.
  • Le château d'Arginy, datant du XIIIe siècle, remanié au XVe siècle, comprend des douves, un portail monumental aux armes des Camus et une tour ronde en brique dite des « Huit Béatitudes ».
  • Le château de Sermezy, construit au XVIIIe siècle et restauré au XXe siècle, présente de beaux jardins aux bassins ornés de sculptures.
  • La tour de la Belle-Mère présente une architecture originale du XIXe siècle.
  • L'ancien lavoir, don de Mme Portier-Desvignes en 1859, respecte les dernières volontés de son époux puisqu'il a été déclaré le 13 mai 1860 par le conseil municipal « devoir être essentiellement et à toujours à l'usage du public qui en jouira gratuitement ». Rénové en 2000, il continue d'offrir en permanence de l'eau à la population de Charentay et à ses vignerons pour leurs traitements.
  • L'église Saint-Martin a été fondée par Béraud, sire de Beaujeu vers 1052.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : Site officiel de la commune de Charentay sur la base des registres municipaux.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :