Hurigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hurigny
Hurigny
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Dominique Deynoux
2014-2020
Code postal 71870
Code commune 71235
Démographie
Gentilé Gueulatis, Gueulatis
Population
municipale
1 964 hab. (2015 en augmentation de 2,94 % par rapport à 2010)
Densité 213 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 57″ nord, 4° 47′ 45″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 391 m
Superficie 9,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Hurigny

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Hurigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hurigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hurigny
Liens
Site web hurigny.fr

Hurigny est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hurigny est un village du Mâconnais. Il s'étend sur un plateau d'environ 300 mètres d'altitude, dominant la vallée de la Saône. Le village est également encadré par les collines du Mont-Rouge et du Gros Mont. Village viticole du vignoble du Mâconnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Roche-Vineuse Laizé Mâcon
(Sennecé-lès-Mâcon)
Rose des vents
Chevagny-les-Chevrières N Sancé
O    Hurigny    E
S
Prissé Charnay-lès-Mâcon Mâcon

Histoire[modifier | modifier le code]

Hurigny était anciennement appelé Uriniacum.

En 1471, les troupes de Louis XI détruisirent la maison forte de Salornay dont l'artillerie avait été prêtée à la ville de Mâcon pour leur résister.

Nombreux séjours de Lamartine au château, propriété de son oncle François Louis de Lamartine de Montculot (1750-1827).

Le 11 novembre 1900, la ligne de chemin de fer à voie étroite Mâcon-Fleurville via Lugny fut inaugurée (ligne qui fonctionna, pour le trafic quotidien des voyageurs, jusqu'en 1931[1])[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Jean-Louis Curtenel    
mars 2014 en cours Dominique Deynoux DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 1 964 habitants[Note 1], en augmentation de 2,94 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
833812899845911908929939946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9419401 0491 0871 0341 093997898904
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
873838809637612620602695932
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
9351 1281 2201 2491 4291 4741 5221 9001 959
2015 - - - - - - - -
1 964--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
Église.
  • L'église, placée sous le vocable de l'Assomption de la Vierge Marie, est dotée d'une architecture romane. Elle dispose d'un clocher octogonal de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle[7].

Hurigny compte par ailleurs cinq châteaux :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Hurigny appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse de Mâcon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : « Les petits tacots sont morts... Que vivent les petits tacots ! », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 20 de décembre 1973 (pages 29 et 30).
  2. Inaugurée le dimanche 11 novembre 1900, cette ligne s’imposa progressivement comme un moyen de transport commode des voyageurs et des marchandises et son petit train, vite adopté sous le nom de « Tacot de Fleurville », connut un succès ininterrompu jusqu’à sa disparition dans les années 1930, effectuant plusieurs allers-retours quotidiens. Outre des voyageurs, le Tacot transportait du vin, du charbon, du bétail, du bois ou bien encore de la pierre de taille. Il se composait de deux ou trois voitures de voyageurs, d’un fourgon à bagages et d’un wagon de marchandises. Au sujet de cette ligne de chemin de fer à voie étroite, lire : « Le Tacot de Fleurville », article paru dans « 71-Images de Saône-et-Loire » n° 92 de l'hiver 1992-1993, pp. 9-15.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. [PDF]Brochure de présentation de l'église

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :