Serrières (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serrières.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant une commune de Saône-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de Saône-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Serrières
Image illustrative de l'article Serrières (Saône-et-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton La Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Cyr Mère Boitier entre Charolais et Mâconnais
Maire
Mandat
Jean-Noël Bernard
2014-2020
Code postal 71960
Code commune 71518
Démographie
Population
municipale
285 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 47″ nord, 4° 40′ 50″ est
Altitude Min. 285 m – Max. 702 m
Superficie 9,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serrières

Serrières est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

À la croisée du Mâconnais, du Charolais et du Beaujolais, Serrières comporte des cultures variées mêlant vignobles et prairies agricoles et forets. Le relief est vallonné, la commune est considérée administrativement comme zone de montagne, elle est limitrophe du département du Rhône. Le versant nord-est du signal de la Mère Boitier, qui culmine sur la commune voisine de Tramayes, se situe à Serrières où l'altitude monte jusqu'à 702 m ; il est le point culminant des monts du Mâconnais. La commune est traversée par la rivière de la Petite Grosne, autrefois réputée pour ses écrevisses.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Point Pierreclos Bussières Rose des vents
Tramayes N Vergisson
O    Serrières    E
S
Cenves (Rhône)

Histoire[modifier | modifier le code]

Possessions seigneuriales :

1400~ seigneurie de Amédée de Bletterans chevalier et seigneur de Viry (Haute-Savoie) mort en Angleterre.

Noblet d'Anglure.

De la famille Donguy par acquisition de Edme Seyvert, du 29 janvier 1679.

Reprise de fief et dénombrement, du 26 juin 1703, de la seigneurie d'Anglure, par messire Bernard de Noblet, chevalier, comte de Chénelette, seigneur de Montgesson, Esserteaux, Serrières et Milly, lieutenant de messieurs les maréchaux de France, en qualité de mari de dame Jeanne Donguy d'Origny fille de Jean, seigneur d'Anglure, de Mussy, de Bussières, de Boisset, d'Esserteaux, de Serrières et de Milly, qualifié vicomte de Mably, écuyer ordinaire du roi, et de Marie-Anne de Trelon mariée le 19 novembre 1695 avec le marquis de Noblet d'Anglure[1].

Des Salornay, des Bullion.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Serrières Blason D'or au chevron d'azur accompagné, en chef, de deux trèfles de sinople et, e, pointe, d'une écrevisse de gueules posée en pal.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Maurice Jacquet Sans  
mars 2001   Maurice Benas UMP Conseiller général
2008-Actuel En cours Jean-Noël Bernard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 285 habitants, en diminution de -4,04 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
635 656 711 720 786 795 765 851 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
733 721 660 586 630 616 606 562 484
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
478 464 470 398 365 370 348 290 250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
262 196 220 261 266 265 292 287 285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Hameaux typiques du Mâconnais (les Guerins, les Monterrains, …) comportant des maisons en pierre datant des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Puits anciens.
  • Vestige du château de Serrières, il ne reste actuellement qu'une tour, ancienne maison forte citée en 1417-1418, était tenue à l'époque par le parti de Charles VI allié aux Bourgignons, contre le Roi. Réparation du pont levis en 1664[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Bruys, qui s'est fait connaître par plusieurs ouvrages et surtout par son Histoire des Papes, imprimée à La Haye (1732-1734), est né à Serrières le 7 février 1708 et mort à Dijon le 21 mai 1738[7]. Il est connu sous le pseudonyme de « Chevalier de Plant-Amour »[8].
  • Jean Combier (1891-1968) est un photographe et un éditeur de cartes postales français né à Serrières[9].

Culte[modifier | modifier le code]

Serrières appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Saint-Vincent en Val-Lamartinien, paroisse qui a son siège à La Roche-Vineuse et qui regroupe quinze villages du Mâconnais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La famille DONGUY », sur Site consacré à la généalogie et à l'histoire du Brionnais et autres lieux.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Centre de Castellologie de Bourgogne »
  7. BRUNEAU, Les vins du Beaujolais du Maconnais et Chalonnais.Edition 1893, Dijon, Librairie H.Armand, , page 266
  8. [Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation] « BRUNEAU », sur Dictionnaire des journalistes (1600-1789)
  9. Jean-François Bazin, Le Crémant de Bourgogne : Deux siècles d'effervescence, Dunod, , 240 p. (ISBN 9782100739417, lire en ligne), p. 50.