Saint-Lager

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Lager
Vue du château de Saint-Lager.
Vue du château de Saint-Lager.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
René-Georges Basset
2014-2020
Code postal 69220
Code commune 69218
Démographie
Population
municipale
1 021 hab. (2015 en augmentation de 9,78 % par rapport à 2010)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 45″ nord, 4° 40′ 25″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 481 m
Superficie 7,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Lager

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Lager

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Lager

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Lager

Saint-Lager est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cercié Saint-Jean-d'Ardières Rose des vents
Quincié-en-Beaujolais N
O    Saint-Lager    E
S
Odenas Charentay Belleville

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Saint-Lager appartenait à l’origine aux seigneurs de Beaujeu, mais Guillaume de Laye en est le châtelain dès 1285[1]. Étienne de Laye acquit la seigneurie de Saint-Lager par échange avec Édouard de Beaujeu, auquel il donna la terre d’Ouroux. Son fils Jean de Laye est attesté en 1370. Son fils, Jacques de Laye, épousa en secondes noces Marguerite d’Oingt († 1383), qui institue comme héritiers les enfants d’Alix, sa sœur, et d’Étienne de Fougères, mais leur substitue Jean de Laye. 

En 1540, Louis de Laye institue par testament héritier universel son neveu, Philibert Buffard dit de Laye. Philibert meurt dès 1542 et c’est son fils aîné, Louis, qui lui succède. Mais Louis est retrouvé mort en 1589 ; la seigneurie passe alors à Jean et Aymé de Chardonnay, les enfants de sa sœur Claudine qui avait épousé Humbert de Chardonnay ; il semble que les Chardonnay aient contesté dès 1570 la succession de Philibert de Laye.

 Le lignage des Chardonnay s’établit au XVIe s. non loin de Gournand, à Salornay-sur-Guye : Humbert de Chardonnay y achète aux religieux de Cluny des rentes et services attachés en 1567. Les Chardonay portent alors le titre de seigneurs de Salornay et de Saint-Lager et quittent le village dont ils portent le nom.

La terre et seigneurie, saisie sur Antoine de Chardonnay, est adjugée en deux fois, en 1694 et 1695, à Gaspard Jourdan, trésorier de France à Aix, procureur général et conseiller honoraire à la cour des Monnaies de Lyon.

Héritière de la seigneurie, Marie-Anne Berthelon de Brosses, petite-fille de Gaspard Jourdan, la transmit à sa fille et unique héritière, Suzanne-Christine (1770-1825), qui épousa à Lyon, en 1790, Charles-Aimé-Ovide Denis de Cuzieu, écuyer, fils du seigneur de Cuzieu et d’Unias.

La famille Denis de Cuzieu s’établit désormais à Saint-Lager[2], dont Charles-Aimé fut maire[3]. Son fils Charles-Robert (1791-1834) épousa Louise-Virginie Fougère (an IV-1884). Ils ne laissèrent qu’une fille, Aimée-Eugénie de Cuzieu, née en 1828, qui resta célibataire et mourut en 1886, en laissant à la ville de Lyon la plus grande partie de sa fortune. Son legs permit notamment la fondation de La Martinière des filles à Lyon.

La succession d’Aimée-Eugénie fut complexe. Le château de Saint-Lager fut adjugé, en 1893, à Suzanne-Clémentine Denis de Saint-Thomas (1823-1898), veuve de Jean-Baptiste Andrieu de Vaulx, et à Ludovic Denis de Saint-Thomas. Leur héritière, Jeanne-Aimée Gouttenoire, vendit en 1940 à la société anonyme Pasquier-Desvignes « des bâtiments en mauvais état avec tourelles, ayant composé autrefois la maison d’habitation du château de Saint-Lager »[4].

Au cours de la Révolution française, la commune a porté provisoirement le nom de Mont-Brouilly[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Isabel Buchsenschutz UDI  
2014 en cours René Basset    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 1 021 habitants[Note 1], en augmentation de 9,78 % par rapport à 2010 (Rhône : -73,84 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 068 1 068 1 152 1 101 1 180 1 143 1 117 1 155 1 203
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 161 1 151 1 138 1 112 1 093 991 1 008 1 000 1 054
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 155 1 183 1 112 898 836 804 834 827 832
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
923 841 839 881 805 874 931 930 1 021
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tous les renseignements relatifs à la seigneurie sont extraits du fonds conservé aux Archives départementales du Rhône, sous-série 1 E, fonds de Saint-Lager.
  2. Henri Gerest, Ainsi coule le sang de la terre… Les hommes et la terre en Forez, XVIIIe – XXe siècles,, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne,
  3. Dossier de Légion d'Honneur conservé aux Archives nationales de France, LH/732/18.
  4. Emile Salomon, Les châteaux historiques du Lyonnais et du Beaujolais, Lyon, Editions de la république lyonnaise, 1936-1942
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Sources[modifier | modifier le code]

Le fonds de la seigneurie de Saint-Lager, uni à celui de la dynastie forézienne de Cuzieu, est conservé aux Archives départementales du Rhône.