Laizé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laizé
Laizé
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Hélène Friat
2014-2020
Code postal 71870
Code commune 71250
Démographie
Population
municipale
1 090 hab. (2016 en augmentation de 1,87 % par rapport à 2011)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 43″ nord, 4° 48′ 21″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 319 m
Superficie 10,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Laizé

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Laizé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laizé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laizé
Liens
Site web laize.fr

Laizé est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laizé est une commune du Mâconnais. Sa superficie est de 1 044 hectares et possède un hameau du nom de Blany.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Maurice-de-Satonnay Clessé Rose des vents
Verzé N Charbonnières
O    Laizé    E
S
La Roche-Vineuse Hurigny Mâcon

Histoire[modifier | modifier le code]

À compter du 11 novembre 1900, Laizé, via son hameau de Blany, fut desservi par le train, suite à l'inauguration ce jour-là de la ligne de chemin de fer à voie étroite Mâcon-Fleurville via Lugny (ligne qui fonctionna, pour le trafic quotidien des voyageurs, jusqu'en 1931[1])[2].

Ressources et productions[modifier | modifier le code]

  • Vigne, pâturages, polyculture.
  • Porcins, bovins.
  • AOC « Mâcon » et « Bourgogne ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8/02/1790 12/04/1791 Michel Fadoux   1er maire
12/04/1791 9/12/1792 Léonard David    
9/12/1792 An VIII Beaufort Louis    
28 pluviôse An VIII 1804 Claude Joseph Pacquelet dit Cazard    
1804 1811 Perraton    
1811 1815 Claude Joseph Pacquelet dit Cazard    
1815 1848 Antoine Durand    
1848 1855 Pierre François Dubief    
1855 1860 Philibert Repey    
1860 1871 J-Paul Antoine Dubaut    
1871 1874 Antoine Janin-Lepine    
1874 1876 J-Paul Antoine Dubaut    
1876 1890 Albert J-Marie François Siraudin    
1890 1892 Joseph Perraton    
1892 1895 Joseph Lépine    
1895 1928 Baptiste Simonet    
1928 1929 Jean Gatinet   adjoint faisant fonction
1929 1935 Jehan Siraudin    
1935 1941 Jean-Marie Philippe    
1941 1947 Jehan Siraudin    
1947 1957 Michel Cusin    
1957 1965 Claudius Simonet    
1965 mars 1983 Michel Pomathios    
mars 1983 mars 2001 Claude Cusin   Docteur
mars 2001 juillet 2011 Jean-Pierre Petit PS  
octobre 2011 en cours Hélène Friat PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 1 090 habitants[Note 1], en augmentation de 1,87 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
634655615614648711713750946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
737766804748777710673563530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
537540511465461413416407385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4224324575926626939459811 017
2013 2016 - - - - - - -
1 0881 090-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Église Saint-Antoine XIe (IMH et SC)[modifier | modifier le code]

Église Saint-Antoine.

De style roman, l'église Saint-Antoine a été construite au XIe siècle. Classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques[7], cette église restaurée en 1988 et en 1990 possède un clocher singulier (collier de guet en bois, bretèche) reposant sur l'abside, remanié et fortifié au XVe siècle ; victime en avril 2012 d'une tempête et restauré en 2014, il abrite une cloche de 500 kg qui fut refondue et baptisée en 1850[8]. La nef romane de l'église a été élargie au XIXe siècle, côté nord.

Parmi son mobilier figurent onze stalles (douze autrefois) datant du XVe siècle, disposées de part et d'autre du chœur et classées Monuments historiques depuis 1903. Cette même année fut également classé au titre des Monuments historiques le bénitier roman de l'église, daté du XIIe et décoré de guirlandes d'oves.

Cette église fait partie du circuit des églises romanes en Bourgogne-du-Sud. Propriété de la commune, elle est située au centre du village de Laizé. Elle peut se visiter sur rendez-vous.

L'association Saint-Antoine, fondée en 1987, œuvre pour l’entretien de l'église : restauration intérieure de l'église, organisation de concerts, vente de galettes et brioches, etc.

Brochure de présentation de l'église Saint-Antoine téléchargeable ici.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Donjon carré du château médiéval.
  • Le château de Blany, a appartenu à la municipalité de Mâcon. Il appartient désormais à un propriétaire privé.
  • Le château médiéval à haut donjon carré (SC).
  • La tour de Perceval XVIe siècle.
  • L'antique pont Olim, restauré XVIIe siècle.
  • Des moulins à eau.

Culte[modifier | modifier le code]

Laizé appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse de Mâcon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : « Les petits tacots sont morts... Que vivent les petits tacots ! », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 20 de décembre 1973 (pages 29 et 30).
  2. Cette ligne s’imposa progressivement comme un moyen de transport commode des voyageurs et des marchandises et son petit train, vite adopté sous le nom de « Tacot de Fleurville », connut un succès ininterrompu jusqu’à sa disparition dans les années 1930, effectuant plusieurs allers-retours quotidiens. Outre des voyageurs, le Tacot transportait du vin, du charbon, du bétail, du bois ou de la pierre de taille. Il se composait de deux ou trois voitures de voyageurs, d’un fourgon à bagages et d’un wagon de marchandises. Au sujet de cette ligne, lire : « Le Tacot de Fleurville », article de Pierre Laffont paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 92 (hiver 1992-1993), pp. 9-15.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Par arrêté daté du 20 juin 1932.
  8. Au sujet de ce clocher, lire « L'église Saint-Antoine de Laizé et son bien curieux clocher », article de Monique Steeves paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 186 de juin 2016, pages 2 à 7.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :