Alternative pour l'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AfD)

Alternative pour l'Allemagne
(de) Alternative für Deutschland
Image illustrative de l’article Alternative pour l'Allemagne
Logotype officiel.
Présentation
Président d'honneur Alexander Gauland
Fondation
Siège Schillstraße 9
10785 Berlin
Porte-paroles Jörg Meuthen
Tino Chrupalla
Porte-paroles adjoints Beatrix von Storch
Alice Weidel
Stephan Brandner (en)
Mouvement de jeunesse Junge Alternative für Deutschland (en)
Positionnement Droite[1],[2],[3] à extrême droite[4],[5],[6]

Historiquement :
Centre droit[7],[8],[9],[10] à droite

Idéologie Euroscepticisme[11],[12],[13],[14]
National-conservatisme[15],[16]
Populisme de droite[17],[18]
Nationalisme allemand[19],[20],[21],[22]
Démocratie directe[23],[24]
Conservatisme social[25],[26]
Libéralisme économique[26]
Déni du réchauffement climatique[27]
Anti-islam[28],[23],[29],[30],[31],[32]
Opposition à l'immigration[33]
Antiféminisme[34],[35],[36],[37],[38],[39],[29]
Ultranationalisme[40],[41],[42]

Historiquement :
Libéral-conservatisme[43]
Libertarianisme[44]
Euroscepticisme modéré[45]
Ordolibéralisme[46]
National-libéralisme[47]

Groupe au Parlement européen CRE (2014-2016)
ELDD (2016-2019)
ID (depuis 2019)
Adhérents 34 023 (mai 2020)[48]
Couleurs Rouge et bleu ciel
Site web www.afd.de
Présidents de groupe
Bundestag Alice Weidel et Alexander Gauland (AfD)
Parlement européen Marco Zanni (ID)
Représentation
Députés
89 / 709
Députés européens
11 / 96
Députés régionaux
243 / 1 868

Alternative pour l'Allemagne (en allemand : Alternative für Deutschland [ˌaltɛʁnaˈtiːvə fyːɐ̯ ˈdɔɪ̯t͡ʃlant], abrégé en AfD [aːʔɛfˈdeː]) est un parti politique eurosceptique et nationaliste allemand, créé le et lancé officiellement le à Berlin[49].

Créé après des politiques présentées comme « sans alternative » menées lors de la crise de la dette dans la zone euro, il est surnommé le « parti des professeurs » car comptant parmi ses membres fondateurs de très nombreux professeurs d'économie, de finances publiques et de droit[50].

Se présentant initialement comme anti-euro[51] mais pas anti-Union européenne[52], sa proposition phare est la dissolution progressive de la zone euro pour aboutir à de petits blocs d'unions monétaires plus homogènes[53].

Il crée la surprise en ne ratant que de peu l'entrée au Bundestag lors des élections législatives de septembre 2013, six mois seulement après sa création, en obtenant plus de 2 millions de voix, soit 4,7 % des suffrages[54]. Il y entre cependant en , avec un score de 12,6 %. Depuis 2015, avec la crise migratoire en Europe, le parti se rapproche des divers mouvements anti-immigration et anti-islam. Le conflit entre les forces plus modérées et plus extrêmes éclate pendant la conférence annuelle à Essen en . Un changement dans la direction du parti et une droitisation de sa ligne politique résulte dans une scission de l'Alliance pour le progrès et le renouveau qui n'a pas connu de succès électoral.

Considéré comme un parti « anti-establishment » et classé plutôt du côté de la droite conservatrice voire de l'extrême droite, son appartenance à la tendance populiste est discutée — l'AfD rejette cette classification, tout en déclarant n'être « ni de gauche ni de droite ». Le parti est décrit comme un parti nationaliste allemand[20],[21],[22], de droite populiste[55],[56],[57],[58] et eurosceptique[59],[12],[13],[14]. Depuis environ 2015, l'AfD est de plus en plus ouverte à travailler avec des groupes d'extrême droite radicale tels que PEGIDA[60],[61],[62]. Certaines factions internes de l'AfD ont des tendances racistes[63],[64], islamophobes[23],[65],[66], antisémites[67],[68] et xénophobes[32],[69],[64],[70],[23] liées à des mouvements d'extrême droite tels que le néonazisme[71],[68] et l'identitarisme[72],[73].

Il adhère en au groupe des Conservateurs et réformistes européens, qu'il quitte en après la scission de l'Alliance pour le progrès et le renouveau l'année précédente. En 2019, l'AfD rejoint le groupe Identité et démocratie au Parlement européen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Konrad Adam (de), Frauke Petry et Bernd Lucke au premier congrès de l'AfD, le 14 avril 2013.
Logo de l'Alternative électorale 2013.

En 2012, plusieurs personnalités conservatrices font savoir qu'elles se lancent dans la création d'un parti démocrate et résolument anti-euro. Les principaux instigateurs de cette initiative sont Bernd Lucke[74], un économiste de l'université de Hambourg qui a claqué la porte de la CDU en 2011 en raison de la politique européenne de la chancelière Angela Merkel, Konrad Adam (de), ancien journaliste à la FAZ, et Alexander Gauland[75], ex-responsable politique de la Hesse[76]. L'AfD est issue des classes aisées et a pour créateurs des essayistes, des professeurs d'économie et des hauts fonctionnaires à la retraite ; le parti a clairement pris ses distances avec le NPD[77]. Le parti n'est pas nécessairement classé à l’extrême droite par les analystes allemand, le terme désignant généralement les néo-nazis[78].

Cette alliance collective, issue de l'Association pour soutenir l'alternative électorale (en allemand : Verein zur Unterstützung der Wahlalternative 2013), est fondée à la mi-, puis se transforme dès le en un parti politique. Le suivant, l'AfD se lance dans la politique à Oberursel, près de Francfort[49]. Le congrès fondateur se tient le à Berlin afin d'élire ses dirigeants et ses candidats pour les législatives de septembre. Bernd Lucke est élu comme l'un des trois porte-parole du nouveau parti[79],[80]. Parmi leurs soutiens, Joachim Starbatty, un juriste qui attaque régulièrement la politique européenne du gouvernement devant le Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe et, surtout, Hans-Olaf Henkel, ancien président de la BDI (en allemand : Bundesverband der Deutschen Industrie), la fédération allemande des industries et d'IBM, de 2000 à 2005[81], s'affirment comme les plus médiatiques.

Les membres du parti sont unis par le sentiment que l'Allemagne a trop payé pour les autres, notamment dans les fonds de secours pour la zone euro, et réclament le retour du Deutsche Mark, qui était jusqu'à l'adoption de l'euro la seule expression de fierté nationale ou de patriotisme acceptée en Allemagne. Le parti affirme en compter dans ses rangs quelque 7 500 adhérents[82]. Il ne demande pas tant que l'Allemagne quitte la zone euro, mais que ceux qui ne respectent pas la discipline budgétaire puissent le faire[83].

Composition et orientations[modifier | modifier le code]

Au bout de trois mois, en , l'AfD compte 10 476 membres dont 2 795 étaient précédemment membres d'autres partis : 1 008 de la CDU, 220 de sa branche bavaroise, la CSU, 587 du FDP, 558 du SPD, 143 Pirates et 106 Verts[84].

En , ce chiffre atteint 17 522[85].

2013 : l'entrée manquée au Bundestag[modifier | modifier le code]

Affiche électorale de l'AfD (Alternative für Deutschland) pour les élections fédérales allemandes de 2013. Il y est écrit : « Ayons le courage de faire face aux vérités / Les Grecs souffrent / les Allemands payent / les banques encaissent. / Le 22 septembre, votez AfD ! www.alternativefuer.de ».

La principale difficulté pour l'AfD lors de sa première campagne fédérale a été de se faire connaître du grand public et ce avec un budget composé uniquement de dons, car n'ayant participé à aucune élection précédemment, l'AfD n'a eu droit à aucune part des 130 millions d'euros alloués aux partis politiques pour l'année 2013[86]. Cette difficulté a été accentuée par le fait que les partis établis ont préféré ignorer l'AfD plutôt que de débattre ses positions pour éviter de faire sa publicité[87],[88].

Si, selon un sondage Infratest d' pour Die Welt, 24 % des Allemands peuvent s'imaginer voter pour ses candidats en septembre[89], la plupart des observateurs sont sceptiques sur une véritable percée du nouveau mouvement[90] et les sondages électoraux jusqu'en ne le créditent pas de plus de 3 %[91]

La plupart des électeurs ont probablement entendu parler de ce parti pour la première fois lors des premiers résultats le soir du vote[92].

Il provoque la surprise en obtenant 4,7 % des votes aux élections fédérales de septembre 2013 et échoue de peu à faire son entrée au Bundestag[93]. Plusieurs analyses réalisées le jour du vote mettent en évidence des transferts de voix vers l'AfD en provenance de tous les partis politiques, (dans l'ordre : CDU, Alliance 90 / Les Verts, SPD et Die Linke)[78] , mais aussi d'électeurs qui s'étaient abstenus en 2009. La plupart des votes viennent cependant du Parti libéral-démocrate (FDP), pourtant clairement favorable à l'euro[94][78].

2014 : premières percées électorales[modifier | modifier le code]

Lors de ses premières élections européennes l'AfD obtient 7,0 % des voix[95]. Sept eurodéputés du parti font ainsi leur entrée au Parlement européen : Bernd Lucke, Hans-Olaf Henkel, Bernd Kölmel, Beatrix von Storch, Joachim Starbatty, Ulrike Trebesius et Marcus Pretzell.

Lors des élections régionales en Saxe, en Thuringe et dans le Brandebourg, le parti franchit le seuil électoral des 5 % et obtient des sièges dans les parlements régionaux[96]. Il constitue à chaque fois la quatrième force politique.

Depuis 2015 : changement de cap et conflits internes[modifier | modifier le code]

En , Frauke Petry, représentante de l'aile droite[97], est élue présidente par 60 % des suffrages face au fondateur du parti, Bernd Lucke[98]. Aussitôt, cinq des sept députés européens du parti, tous issus de l'aile libérale, Hans-Olaf Henkel[99], Ulrike Trebesius[100], Bernd Lucke[101], Bernd Kölmel[102] et Joachim Starbatty[103] annoncent leur départ du parti et fondent l'Alliance pour le progrès et le renouveau.

En , un sondage du Meinungsforschungsinstitut pour Bild am Sonntag donne 12 % d'intentions de vote à l'AfD, un record pour le parti[104].

Lors des élections régionales de , l'AfD réalise une poussée importante, obtenant des élus dans plusieurs parlements régionaux[105].

En , les deux élus européens du parti quittent le groupe parlementaire des Conservateurs et réformistes européens (CRE)[106],[107]. Marcus Pretzell rejoint Europe des nations et des libertés (ENL)[108] tandis que Beatrix von Storch intègre le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD)[109].

Une nouvelle crise interne éclate en quand Wolfgang Gedeon, un élu du parti au Bade-Wurtemberg, publie un livre intitulé Der grüne Kommunismus und die Diktatur der Minderheiten (« Le communisme vert et la dictature des minorités ») dans lequel il écrit notamment que « le judaïsme du Talmud est l'ennemi intérieur de l'Occident chrétien » et s'étonne que les Allemands trouvent normal d'avoir érigé au cœur de Berlin un mémorial de l'Holocauste[110]. Dès lors, certains cadres du parti, à l'instar de Jörg Meuthen, souhaitent l'exclusion de Wolfgang Gedeon quand d'autres, comme la présidente Frauke Petry, ne cherchent pas à s'en dissocier. Finalement, le groupe parlementaire du parti au Bade-Wurtemberg éclate[111].

Les élections régionales de 2016 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale enregistrent un nouveau succès pour le parti qui avec 21,4 % arrive en seconde position et devance la CDU d'Angela Merkel[112],[113],[114]. Lors de celles de Berlin, qui ont lieu en septembre, l'AfD réussit une percée électorale importante[115].

Le parti subit une crise début 2017, voyant fondre ses intentions de vote à 7 % (contre 15 % à l'automne précédent), notamment en raison de la focalisation du débat électoral sur le duel entre Angela Merkel et Martin Schulz pour les élections législatives de septembre de la même année. Par ailleurs, la présidente de l'AfD, Frauke Petry, subit une contestation en interne, de personnalités plus à droite qu'elle, lui reprochant une ligne trop modérée, notamment sur le devoir de mémoire vis-à-vis de la période nazie (alors que Petry représentait jusqu'ici l'aile droite du parti) : elle a par exemple entamé une procédure d'exclusion contre un adversaire interne, Bernd Höcke, qui souhaitait que l'Allemagne fasse « un virage à 180 degrés dans sa politique de mémoire ». Ses rivaux souhaitent en effet séduire tout l'électorat d'extrême droite alors que Frauke Petry a toujours cherché à s'éloigner des positions proches des néo-nazis, craignant qu'une radicalisation du parti éloigne les électeurs déçus des partis traditionnels. Malgré cette crise et d'autres critiques sur son leadership (certains opposants l'ont qualifiée « d'erreur de casting » ou de « dictatrice »), elle est désignée comme tête de liste régionale en Saxe pour l'AfD aux législatives avec 72 % des voix internes[116].

Le scrutin est cependant finalement un succès pour l'AfD, qui, le , pour la première fois de son histoire, obtient 93 sièges sur 709 et 12,64 % au Bundestag lors des élections fédérales allemandes de 2017[117]. C'est la première fois qu'un parti classé à l'extrême droite siège au Parlement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette progression est surtout due à la gestion de la crise migratoire en Europe par la chancelière Angela Merkel, l'usure du pouvoir de cette dernière (au pouvoir depuis 2005) ou encore les agressions sexuelles du Nouvel An 2016[118].

Le , Frauke Petry annonce son départ du parti[119]. Le , elle annonce la création du Parti bleu en prévisions des prochaines législatives et des élections de 2019 dans la Saxe[120]. Le député européen Marcus Pretzell quitte également l'AfD pour rejoindre le Parti bleu. Ainsi, en , l'AfD ne compte plus qu'un seul eurodéputé contre sept au lendemain des élections européennes de 2014.

Les 2 et , le parti se réuni en congrès à Hanovre pour réélire son exécutif fédéral et débattre de plusieurs motions pour définir l'orientation du programme. À l'issue de ce congrès, l'AfD choisit de se radicaliser en élisant deux représentants de l'aile dure à la tête du parti. Le courant modéré, favorable à une participation au pouvoir d'abord dans les Länder de l'ex-RDA puis au niveau fédéral, a échoué à imposer l'un de ses représentants à la tête de la direction bicéphale[121].

Les 600 délégués du mouvement ont reconduit Jörg Meuthen, 56 ans, seul leader depuis le départ de Frauke Petry, avant de lui adjoindre Alexander Gauland, 76 ans, vice-président du groupe parlementaire au Bundestag. L'élection du deuxième porte-parole fédéral est marquée par un vote rocambolesque : il opposait initialement Georg Pazderski, responsable de l’AfD à Berlin et représentant de l'aile modérée du parti, à la princesse Doris von Sayn-Wittgenstein (de), une cadre du Schleswig-Holstein inconnue à l'échelle nationale, tenante d'une ligne plus dure. Les deux ne parvenant pas à se départager après plusieurs scrutins redemandés par les différentes fractions, Alexander Gauland s'est présenté avant d'être élu[122].

En 2018, une enquête du quotidien Tageszeitung indique que des élus de l'AFD au Bundestag emploient parmi leurs assistants parlementaire des militants venus du NPD et un ancien dirigeant d'un groupe néo-nazi interdit[123].

En , Frank Magnitz (de), un député du parti, est grièvement blessé à la suite d'une agression à Brême. Selon la police, cette attaque serait « politiquement motivée »[124],[125]. Alors que, selon le journal Die Welt, la gauche radicale antifasciste faisait l'éloge de l'attaque sur internet, des personnalités politiques de la CDU, du SPD et des Verts l'ont condamnée sans équivoque[126].

En 2019, le parti remporte des succès électoraux en Saxe et en Brandebourg, puis en octobre en Thuringe arrivant en deuxième position derrière la gauche radicale (Die Linke) et devant la CDU d'Angela Merkel. Dans cette élection régionale, il double son score de 2014, récoltant 24 % des suffrages[127].

Le congrès de novembre 2019 de l'Afd témoigne de la radicalisation de cette formation politique. Il voit ainsi Wolfgang Gedeon, réputé pour ses prises de position antisémites, se porter candidat à la présidence du parti[128].

En 2020, le parti est accusé d'être indirectement responsable des attentats de Hanau à cause de son discours xénophobe et de sa critique de la repentance allemande au sujet du nazisme. Lars Klingbeil, le secrétaire général du Parti social-démocrate d'Allemagne, exige que l'AfD soit placée sous la surveillance des services de renseignement[129]. Pour le social-démocrate Michael Roth (en), secrétaire d’État aux Affaires européennes, « le milieu à l’origine d’actes comme ceux de Hanau se nourrit idéologiquement de fascistes comme Björn Höcke [chef de l’AfD en Thuringe]. La haine de la démocratie, le racisme, l’antisémitisme, la haine contre les Tziganes et l’islamophobie prospèrent sur des terres fertiles. Pour cela, je maintiens ma position : l’AfD est le bras politique du terrorisme d’extrême droite[130]. » Selon un sondage, 60 % des Allemands considèrent l'AfD comme en partie responsable des attentats[131]. Aux élections régionales de 2020 à Hambourg, l'AfD remporte 5,3 % des voix, contre 6,1 % en 2015. L'une des raisons de cette perte de voix pourrait être sa mise en cause dans les attentats de Hanau[132].

L'AfD suspend en avril 2020 Christian Lüthson, porte-parole du groupe parlementaire du parti, après que celui-ci s'est réclamé du fascisme et a revendiqué des origines « aryennes »[133]. Il est finalement exclu en septembre pour avoir appelé à « gazer » les réfugiés[134]. Andreas Kalbitz, l'un des leaders de Der Flügel, l'aile droite du parti, est exclu en juin pour avoir caché à l'AfD son passé au sein de la mouvance néonazie[135]. Le même mois, cette décision est cassée par le tribunal régional de Berlin qui ordonne à l'AfD de rétablir temporairement Kalbitz à la tête du parti dans le Brandebourg[136].

Programme et idéologie[modifier | modifier le code]

Le parti est présenté de diverses manière par les chercheurs et les commentateurs. Il est ainsi régulièrement présenté comme un parti « anti-establishment »[137], classé à droite[138] et d'inspiration conservatrice[139]. Son appartenance à la tendance populiste est débattue[140], parfois considéré comme un populisme « bon teint »[89] mais plus fréquemment un « populisme de droite » (en allemand Rechtspopulismus), notamment par ses détracteurs de gauche mais se différencie cependant des partis populistes européens, à divers titres[137]. Pour Gaël Brustier, l'AfD s'inscrit dans la lignée du nationalisme allemand et s'inspire en particulier de la Révolution conservatrice[19]. Selon le sociologue Matthias Quent (de), qualifier l’AfD de parti de droite populiste relève de l'« euphémisme » en 2019 : « C’était le cas il y a quatre ans, mais ce n’est plus vrai aujourd’hui. La branche ultraconservatrice et identitaire de l’AfD, Der Flügel, domine le parti désormais »[141].

L'AfD rejette pour sa part ces classifications tout en déclarant, à travers Bernd Lucke, n'être « ni de gauche ni de droite »[142]. Si le parti préconise la sortie de l'euro dans une rhétorique aux slogans « accrocheurs » et « populistes »[138], il n'entend cependant pas renoncer à l'intégration européenne[143] affirmant ne pas être « anti-Europe » mais « anti-euro »[144].

Euro[modifier | modifier le code]

L'AfD s'étant initialement créé en réponse à la crise de l'euro et à la politique de sauvetage présentée comme « sans alternative » menée et soutenue par la CDU, le SPD, le FDP et les Verts, l'euro joue un rôle capital dans son programme: la monnaie unique nuit à l'Europe et la divise, tel est le message clef[réf. nécessaire].

D'après l'AfD, la monnaie unique ne peut pas convenir à tous les pays qui l'ont adopté car la zone euro est beaucoup trop hétérogène économiquement. Il nuit actuellement aux pays du Sud de l'Europe car la monnaie unique est trop forte pour leur permettre d'être compétitifs ce qui empêche toute chance de relancer leur économie, annihile les chances d'un éventuel désendettement et anéantit toute perspective[145]. Il nuirait également aux pays qui doivent s'endetter pour injecter des sommes colossales dans les différents fonds de soutien qui maintiendraient artificiellement le statu quo[145].

La solution proposée par l'AfD est de respecter enfin le traité de Maastricht et de limiter l'action de la Banque centrale européenne à son mandat initial, en particulier de respecter la clause no bail-out qui interdit à un pays de payer les dettes d'un autre et d'arrêter les rachats massifs d'obligations d'États surendettés par la BCE. N'ayant d'autre choix pour éviter une faillite inévitable, un certain nombre de pays opterait mécaniquement pour une sortie progressive de l'euro ce qui leur permettrait de retrouver une certaine compétitivité et une marge de manœuvre grâce au taux de change.

La zone euro se réduirait ainsi à une entité plus petite et plus homogène[145]. Le retour au deutschemark est présenté comme une option parmi d'autres mais n'est pas présenté comme la solution ni comme une fin en soi[146].

L'AfD propose un référendum sur le sujet[147].

Europe des nations[modifier | modifier le code]

L'AfD se dit favorable à une Europe d'États souverains[145] avec un marché commun[145]. Elle défend la maîtrise du budget par les seuls parlements nationaux et refuse toute Union de transfert ou toute forme de super-État européen.

Le parti refuse la création d'un fonds de relance au budget de l’UE, notamment pour soutenir les pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19, dénonçant un projet visant à « faire les poches des Allemands » pour alimenter « une gabegie » d'argent public dont seraient coutumiers les pays du sud de l’Europe[148].

Environnement[modifier | modifier le code]

Le parti estime que l'impact de l'homme dans le réchauffement climatique est incertain[149]. Son programme affirme que « le CO2 n’est pas un produit polluant »[27]. Il critique aussi la politique énergétique actuelle de l'Allemagne et veut stopper l'« expansion incontrôlée de l'énergie éolienne », l'un de ses leaders, Björn Höcke, proposant même d'interdire les éoliennes[150].

L'Afd est climatosceptique et déclare vouloir mettre un terme à la politique de lutte contre le réchauffement climatique. Le parti s'engage par ailleurs en faveur du diesel et de l'exploitation du charbon[151].

Démocratie directe[modifier | modifier le code]

L'AfD soutient que les décisions politiques importantes, telles les transferts de compétences du niveau national au niveau européen soient prises par référendum d'après le modèle suisse (votation et initiative populaire)[152].

Droits LGBT[modifier | modifier le code]

Le parti s'oppose aux mariage entre personnes de même sexe mais est favorable aux unions civiles. Le parti s'oppose également à l'adoption pour les couples de même sexe[153].

Traité transatlantique[modifier | modifier le code]

Bien que favorable au libre-échange en général, l'AfD se positionne clairement contre le traité transatlantique TTIP[145]. Les motifs sont l'absence totale de transparence du processus, la portée du traité bien au-delà du seul libre-échange, les risques de détérioration des standards européens sur les droits des consommateurs, la protection de l'environnement, la santé et finalement l'atteinte à la démocratie-même par la possible entrave de prise de décisions d'instances élues démocratiquement sur des sujets inclus dans ce traité[145]. L'AfD s'oppose également à l'Accord sur le commerce des services (TiSA) et à l'Accord économique et commercial global (CETA)[147].

Immigration[modifier | modifier le code]

D'un discours initial à l'origine uniquement consacré à la question de l'euro, l'AfD a évolué vers des positions opposées à la politique migratoire d'Angela Merkel, en particulier dans le contexte de crise des réfugiés. Ce changement est également lié à l'arrivée à la tête du parti de Frauke Petry en , incarnant une ligne plus national-conservatrice que son prédécesseur Bernd Lucke, auquel elle s'était opposée, et séduit davantage les électeurs dans les scrutins régionaux, en particulier dans l'Est du pays[154].

Service militaire, armée et mémoire historique[modifier | modifier le code]

Le parti veut le retour de la conscription pour tous les hommes à partir de 18 ans.

L'AfD s'est distingué par ses prises de position en faveur de la fin de la « culture de repentance » allemande pour les crimes de la période nazie, appelant notamment à être fier des soldats de la Wehrmacht ayant combattu durant la Seconde Guerre mondiale[155]. C'est ainsi que le Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe à Berlin a été qualifié par Björn Höcke, l'un des chefs de file du parti, de « monument de la honte »[156]. Celui-ci réclame également « un virage à 180 degrés de la politique mémorielle de l’Allemagne » et considère comme « un grand problème » que Hitler soit dépeint comme « l’incarnation du mal absolu »[157].

Alors que le parti est régulièrement accusé de minimiser les crimes de guerre allemands, il réclame un hommage « digne pour les victimes recensées et non recensées » des bombardements britanniques et américains sur la ville de Dresde, estimant que le nombre officiel de victimes est largement sous-estimé. Pour son coprésident, Tino Chrupalla, le véritable bilan serait d'« environ 100 000 victimes »[156]. Le directeur du Mémorial de Buchenwald, Volkhard Knigge, remarque que des militants de l'AfD font régulièrement irruption pour tenir des propos négationnistes. S’exprimant en 2020, il déclare y voir « l’indice de plus en plus sérieux d’un affaiblissement de la conscience historique[158]. »

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

À la différence des autres partis d'extrême droite allemands NPD et DVU, l'AFD est pro-OTAN, pro-États-Unis et est pro-Israël[31],[159].

Santé[modifier | modifier le code]

Le parti s'oppose aux mesures de confinement adoptées par le gouvernement allemand dans le cadre de la pandémie de Covid-19 en 2020. Selon lui, ces mesures constituent une atteinte à la liberté que ne justifie pas la « gravité très relative du virus »[160].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Profil de l'électorat[modifier | modifier le code]

En 2016, Ralf Melzer, journaliste et historien, relève que les anciens abstentionnistes représentent près de la moitié de l'électorat de l'AfD et que le parti « est arrivé en tête dans l'électorat ouvrier lors des dernières élections régionales (en dehors de celles du Rhénanie-Palatinat). Aujourd'hui, l'AfD est également le premier parti parmi les chômeurs »[161]. Après les élections fédérales de 2017, le chroniqueur Gabriel Richard-Molard relève que « ce sont les actifs ayant des professions manuelles (30-60 ans) et non les plus âgés, comme au Royaume-Uni pour le Brexit, qui sont le cœur électoral de l’AfD. Cet électorat traditionnellement réparti entre la CDU et le SPD est définitivement parti et, comme en France, est devenu l’illustration d’une génération européenne d’adultes xénophobes qui se sent trahie par des élites qu’elle juge mondialistes et socialement trop libérales »[162]. Un sondage publié par Forsa en novembre 2019 indique que les partisans de l’AfD se caractérisent par « leur haut niveau de xénophobie »[128].

L'AfD est plus fortement ancrée en ex-Allemagne de l'Est qu'en ex-Allemagne de l'Ouest : lors de ces mêmes élections fédérales, « à l’Est, 21,5 % des citoyens (26 % des hommes et 17 % des femmes) ont voté pour ce parti, tandis qu’à l’Ouest ce sont « seulement » 14 % des hommes et 8 % des femmes. En Saxe, l’AfD est même le premier parti, avec 27 % des voix ; elle devance de quelques voix la CDU d’Angela Merkel, le Parti des chrétiens-démocrates[163] ». Selon le sociologue Matthias Quent (de), l'AfD distille « des valeurs illibérales » auprès de la population d'ex-Allemagne de l'Est « qui n’a pas la même tradition d’autocritique qu’à l’Ouest », et vise « d’abord gagner à l’Est avant de mettre le cap sur l’Ouest »[141].

L'AFD réalise des scores élevés dans les régions de l'Est de l'Allemagne. Les motivations principales de ce vote ne sont pas l'immigration ou la xénophobie mais le sentiment de déclassement social, la précarité de l'emploi et la raréfaction des services publics[164].

Élections au Bundestag[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Tête de liste
2013 2 052 372 4,7 6e
0 / 631
Bernd Lucke
2017 5 877 094 12,6 3e
94 / 709
Alice Weidel

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Tête de liste Groupe
2014 2 065 162 7,0 5e
7 / 96
Bernd Lucke CRE (2014-2016), ELDD (2016-2019)
2019 4 103 453 11,0 4e
11 / 96
Jörg Meuthen ID

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Représentation de l'AfD dans les Länder :
  • dans l'opposition
  • non représentés
Résultats électoraux dans les Landtage :
Année BW BY BE BB HB HH HE MV NI NW RP SL SN ST SH TH
2013 4,1
(0)
2014 12,2
(11)
9,7
(14)
10,6
(11)
2015 5,5
(4)
6,1
(8)
2016 15,1
(23)
14,2
(25)
20,8
(18)
12,6
(14)
24,3
(25)
2017 6,2
(9)
7,4
(16)
6,2
(3)
5,9
(5)
2018 10,2
(22)
13,1
(19)
2019 23,5
(23)
6,1
(5)
27,5
(38)
23,4
(22)
2020 5,3
(7)

Structure[modifier | modifier le code]

La loi imposant les grandes lignes dans la structure des partis, l'AfD est organisée de manière classique avec une direction nationale et des branches au niveau des Länder puis des échelons inférieurs.

Exécutif fédéral[modifier | modifier le code]

Composition au 30 novembre 2019.
Président d'honneur Alexander Gauland
Porte-paroles Jörg Meuthen et Tino Chrupalla
Porte-paroles adjoints Alice Weidel, Stephan Brandner et Beatrix von Storch
Trésorier Klaus Fohrmann
Trésorier adjoint Carsten Hütter
Secrétaire Joachim Kuhs
Assesseurs Sylvia Limmer, Andreas Kalbitz, Jochen Haug, Stephan Protschka, Alexander Wolf et Joachim Paul

Historique des porte-paroles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jon Stone, « Germany's right-wing AfD party surges to new high amid concern over refugees », sur independent.co.uk, (consulté le 7 juillet 2017)
    « Germany’s eurosceptic right-wing party has hit a new all-time high in the opinion polls as concern about migration rises in the country. ».
  2. (en) Brandon Conradis, « New poll shows Alternative for Germany gaining support », sur dw.com, (consulté le 26 septembre 2016) :
    « The right-wing Alternative for Germany (AfD) has garnered some of its best numbers yet in a nationwide poll. ».
  3. (en) Thorsten Benner, « Germany's Right-Wing Challenge », sur foreignaffairs.com, (ISSN 0015-7120, consulté le 28 avril 2018).
  4. Alexandre Decroix, « Législatives allemandes : l'extrême-droite de l'AfD entre au Parlement, qui est le duo baroque à sa tête ? », sur LCI, (consulté le 24 septembre 2017).
  5. Home, « Frauke Petry, le visage de la droite radicale allemande », sur lefigaro.fr (consulté le 24 septembre 2017).
  6. « En Allemagne, le parti d’extrême droite AfD désigne deux dirigeants pour les législatives », sur lemonde.fr, (consulté le 28 avril 2018).
  7. Stijn van Kessel, Populist Parties in Europe: Agents of Discontent?, Palgrave Macmillan UK, , 61–62 p. (ISBN 978-1-137-41411-3, lire en ligne)
  8. Wayne C. Thompson, Nordic, Central, and Southeastern Europe 2014, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1-4758-1224-4, lire en ligne), p. 283
  9. Lee McGowan et David Phinnemore, A Dictionary of the European Union, Taylor & Francis, , 23–24 p. (ISBN 978-1-317-44515-9, lire en ligne)
  10. Kai Arzheimer, « The AfD: Finally a Successful Right-Wing Populist Eurosceptic Party for Germany », West European Politics, vol. 38, no 3,‎ , p. 535–556 (DOI 10.1080/01402382.2015.1004230, lire en ligne)
  11. (en) Political Handbook of the World 2014, SAGE Publications, (ISBN 978-1-4833-3327-4, lire en ligne), p. 532
  12. a et b Kemal Dervis et Jacques Mistral, Europe's Crisis, Europe's Future, Brookings Institution Press, (ISBN 978-0-8157-2554-1, lire en ligne), « Overview », p. 13
  13. a et b Robert Ladrech, Routledge Handbook of European Politics, Routledge, (ISBN 978-1-317-62836-1, lire en ligne), « Europeanization of National Politics: the centrality of politics parties », p. 580
  14. a et b William T. Daniel, Career Behaviour and the European Parliament: All Roads Lead Through Brussels?, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-871640-2, lire en ligne), p. 135
  15. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le 25 juin 2015).
  16. Simon Franzmann, Germany After the 2013 Elections: Breaking the Mould of Post-Unification Politics?, Ashgate, , 166–167 p. (ISBN 978-1-4724-4439-4, lire en ligne), « The Failed Struggle for Office Instead of Votes »
  17. Ralf Melzer, « Le populisme de droite en Allemagne : un défi pour la social-démocratie », Office universitaire de recherche socialiste, no hors-série 76-77,‎ , p. 55.
  18. (en) « Germany's populist AfD: from anti-euro to anti-migrant » [archive du ], France 24 (consulté le 13 mars 2016)
  19. a et b Gaël Brustier, « L’AfD est trop rapidement cataloguée comme néo-nazie », sur Slate, (consulté le 13 décembre 2017).
  20. a et b Amanda Taub et Max Fisher, « Germany’s Extreme Right Challenges Guilt Over Nazi Past », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  21. a et b (en) « Understanding the 'Alternative for Germany': Origins, Aims and Consequences », University of Denver, (consulté le 29 avril 2017)
  22. a et b Susanne Beyer et Jan Fleischhauer, « AfD Head Frauke Petry: 'The Immigration of Muslims Will Change Our Culture' », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  23. a b c et d (en) « Germany’s far-right AfD party: 5 things you need to know », sur cnbc.com, Consumer News and Business Channel (consulté le 25 septembre 2017)
  24. (en) Nordic, Central, and Southeastern Europe 2015–2016, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1-4758-1883-3, lire en ligne), p. 246
  25. (en) « The Latest: Merkel’s bloc comes 1st in German election », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) « Germany’s AfD backs anti-Islam course in party programme », The Irish Times,‎ (lire en ligne)
  27. a et b Annika Joeres et Susanne Götze, « La menace climatosceptique pèse aussi sur l’Europe », sur Mediapart, (consulté le 27 décembre 2018).
  28. (en) « Thousands rally in Hanover against anti-Islam AfD party », sur Al Jazeera.com, Al Jazeera Media Network (consulté le 22 janvier 2018)
  29. a et b Rafaela Dancygier, « The anti-Muslim AfD just scored big in Germany’s election. What does this mean for German Muslims? », sur The Washington Post, The Washington Post Company (consulté le 22 janvier 2018)
  30. Kai Pfaffenbach, « German Election: Anti-Islam AfD Party That Worked With U.S. Ad Agency Predicted To Take Third Place », sur Newsweek, Newsweek LLC (consulté le 22 janvier 2018) : « "Sunday’s election in Germany is expected to bring big gains for the hard-right, anti-Islam Alternative for Germany (AfD) party, »
  31. a et b Frank Zeller, « Anti-migrant, anti-Muslim and anti-Merkel, Germany’s AfD set to enter parliament », sur The Times of Israel, The Times of Israel (consulté le 22 janvier 2018)
  32. a et b Heather Horn, « The Voters Who Want Islam Out of Germany », sur The Atlantic, The Atlantic Monthly Group (consulté le 22 janvier 2018)
  33. (en) « German election: Why this vote matters », BBC News, (consulté le 20 septembre 2017)[source insuffisante]
  34. (de) Thomas Gesterkamp, « Männerpolitik und Antifeminismus », sur boeckler.de, (de) Thomas Gesterkamp, « Männerpolitik und Antifeminismus », sur boeckler.de, .
  35. (en) « Anti-euro party turns anti-feminist », Thelocal.de, (consulté le 17 mars 2017)
  36. Ulrike Baureithel, « Die AfD-Jugend under der Antifeminismus », sur Freitag.de,
  37. Alexander Haeusler, Die Alternative für Deutschland: Programmatik, Entwicklung und politische Verortung, Wiesbaden, Springer VS, , 205 p.
  38. Matilda, Oriane & Nima Flemming, Gilloz & Hairy, « Getting to know you: mapping the anti-feminist face of right-wing populism in Europe », sur Open Democracy,
  39. Alexandra Eul, « Germany’s nationalist party is an ugly sexist one, too », sur The Globe and Mail, The Globe and Mail INC.,
  40. Francesco Grillo, Raffaella Y. Nanetti, Democracy and Growth in the Twenty-first Century, (ISBN 978-3-0300-2013-2, lire en ligne), p. 116
  41. (en) « The 1619 Project and the far-right fear of history », sur The Washington Post,
  42. (en) « Frankenstein pact puts AfD in coalition », sur The Times,
  43. Mayek Payerhin, Nordic, Central, and Southeastern Europe 2017-2018, Rowman & Littlefield, , p. 254
  44. Thibault Muzergues, The Great Class Shift: How New Social Class Structures are Redefining Western Politics, Routledge,  :

    « Created in 2013, first and foremost as a libertarian and Eurosceptic party »

  45. « German party says 'no' to the euro, 'yes' to the EU », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne)
  46. « The rise of Germany’s AfD: From ordoliberalism to new right nationalism and into the Bundestag? », sur LSE,
  47. « AfD vor dem Parteitag: National-sozial vs. national-liberal », sur TAZ.de,
  48. « CDU und SPD verlieren Mitglieder - Grüne legen deutlich zu »
  49. a et b « Les eurosceptiques allemands se lancent en politique », sur lemonde.fr, .
  50. (en) « Des rebelles quittent Merkel pour créer un front anti-euro », sur The Sunday Times, .
  51. (en) « German election: Angela Merkel's lead tightens », sur News.sky.com, .
  52. (en) « German party says 'no' to the euro, 'yes' to the EU », sur dw.com, .
  53. (de) « Wahlprogramm Parteitagsbeschluss »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Alternative für Deutschland, .
  54. (de) « Endgültiges Wahlergebnis Bundestagswahl 2013 » [PDF], sur bundeswahlleiter.de, bundeswahlleiter.de.
  55. Johannes Kiess, Oliver Decker et Elmar Brähler, German Perspectives on Right-Wing Extremism: Challenges for Comparative Analysis, Routledge, , 3–4 p. (ISBN 978-1-317-23184-4, lire en ligne)
  56. Frank Decker, The Merkel Republic: An Appraisal, Berghahn Books, , 34–39 p. (ISBN 978-1-78238-896-8, lire en ligne), « Follow-up to the Grand Coalition: The Germany Party System before and after the 2013 Federal Election »
  57. Hans-Jürgen Bieling, Asymmetric Crisis in Europe and Possible Futures: Critical Political Economy and Post-Keynesian Perspectives, Routledge, (ISBN 978-1-317-65298-4, lire en ligne), « Uneven development and 'European crisis constitutionalism', or the reasons for and conditions of a 'passive revolution in trouble' », p. 110
  58. Egbert Jahn, German Domestic and Foreign Policy: Political Issues Under Debate -, Springer, (ISBN 978-3-662-47929-2, lire en ligne), p. 30
  59. (en) Political Handbook of the World 2014, SAGE, (ISBN 978-1-4833-3327-4, lire en ligne), p. 532
  60. (en) « AfD embraces Pegida ahead of German election », The Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  61. (en) Morgan Meaker, « How Two Cities Encapsulate the Battle for Germany's Identity », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019)
  62. (en) « Waving German flag, far-right and anti-Islam groups rally together bef », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  63. (en) Deutsche Welle (www.dw.com), « AfD's Alice Weidel called German government 'pigs' in racist email | News | DW | 20 September 2017 », sur DW.COM (consulté le 24 octobre 2017)
  64. a et b (en) « Meet the far-right party that's bringing racism and xenophobia back to Germany », Vox,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  65. (en) Holly Ellyatt, « The German far right is running Islamophobic ads starring women in bikinis », Vox,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  66. (en) Melissa Eddy, « Alternative for Germany: Who Are They, and What Do They Want? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  67. (en) « Anti-Semitism row splits German party », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  68. a et b (en) Ofer Aderet, « 'Nazis in the Reichstag': All Eyes on Far-right AfD Party as Germans Vote in National Election », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  69. Frank Zeller, « Anti-migrant, anti-Muslim and anti-Merkel, Germany's AfD set to enter parliament », sur The Times of Israel (consulté le 22 janvier 2018)
  70. « Thousands rally in Hanover against anti-Islam AfD party », sur Al Jazeera (consulté le 22 janvier 2018)
  71. (en) « A neo-Nazi party now controls one-eighth of German Parliament, and here's how that happened », Newsweek,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  72. (en) « Identitarian movement - Germany's 'new right' hipsters », sur Deutsche Welle, (consulté le 24 octobre 2017)
  73. (en) « German right-wing Identitarians 'becoming radicalized' », sur Deutsche Welle, (consulté le 24 octobre 2017)
  74. « En Allemagne, un nouveau parti demande la sortie de l'euro », Les Échos, no 21391,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  75. « Les eurosceptiques allemands font leur parti », sur Liberation.fr, .
  76. « L'Allemagne, aussi, cède à l'euro-scepticisme avec l'aggravation de la crise », sur latribune.fr, .
  77. Patrick Saint-Paul, « L'Allemagne peut-elle se passer de l'Europe ? », Le Figaro, lundi 22 avril 2013, p. 15.
  78. a b et c Dominique Vidal, « Droite allemande, du nouveau », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2018).
  79. « Surprise, surprise... », revue de presse, 15 avril 2013.
  80. « L'Allemagne et Merkel doivent compter avec un nouveau parti anti-euro », L'Express, 19 mars 2013.
  81. « L'Euroscepticisme touche-t-il l'Allemagne ? », EurActiv.fr, 5 mars 2013.
  82. (de) « Alternative für Deutschland: Protestpartei startet Anti-Euro-Wahlkampf », Spiegel Online,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2017).
  83. Nicolas Barotte, « Henkel, du patronnant au camp anti-euro », Le Figaro, samedi 17 / dimanche 18 mai 2014, page 6.
  84. (de) « AfD zählt 2800 Überläufer », n-tv.de, 5 mai 2013.
  85. (de) « Steigende Mitgliederzahlen »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), AfD Kompakt, 28 février 2014.
  86. Financement des partis, « Festsetzung der staatlichen Teilfinanzierung für das Jahr 2013 ».
  87. (en) «  Letter From Berlin: Anti-Euro Party a Growing Challenge for Merkel  », sur Der Spiegel, .
  88. (en) « The Rise of Germany's Tea Party », sur defenddemocracy.org, .
  89. a et b Patrick Saint-Paul, « L’Allemagne se dote d'un parti eurosceptique », Le Figaro, 12 avril 2013.
  90. « Ce nouveau parti qui veut séduire les Allemands hostiles à l'euro », Challenges.fr, 14 avril 2013.
  91. Voir par exemple les études du même institut de sondage Infratest.
  92. « Google Trends », sur Google Trends (consulté le 5 septembre 2019)
  93. Sébastien Vannier, « Élections allemandes : la surprise des anti-Euro », lexpress.fr, 22 septembre 2013.
  94. (de) Oliver Georgi, « „Wir sind die Erben der FDP“ », sur faz.net, .
  95. (de) « Ergebnisse », sur www.bundeswahlleiter.de (consulté le 22 décembre 2015).
  96. David Philippot, « Allemagne : les eurosceptiques s'ancrent à l'Est », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  97. (en) « Germany's euroskeptic AfD elects conservative leader Petry », sur dw.com, (consulté le 9 juillet 2015).
  98. « Le parti eurosceptique allemand AfD met la barre à droite », sur lesechos.fr, (consulté le 7 juillet 2015).
  99. (de) « Henkel verlässt die AfD », sur faz.net, (consulté le 7 juillet 2015).
  100. (de) Peter Höver, « Lucke vs. Petry: AfD in SH in Turbulenzen », sur shz.de, (consulté le 7 juillet 2015).
  101. (de) « Bernd Lucke tritt aus der AfD aus », sur welt.de, (consulté le 9 juillet 2015).
  102. (de) « Austrittswelle erfasst die AfD », sur faz.net, (consulté le 9 juillet 2015).
  103. (de) « Tübinger Professor enttäuscht über Kurs und Stil der AfD », sur tagblatt.de, (consulté le 9 juillet 2015).
  104. (de) « Umfrage: AfD steigt auf zwölf Prozent », sur Spiegel.de, (consulté le 15 février 2016).
  105. Nathalie Versieux, « En Allemagne, la droite dure fait son entrée dans les parlements régionaux », sur liberation.fr, .
  106. (de) « AfD-Abgeordnete von Storch wechselt in UKIP-geführte Fraktion », (consulté le 10 avril 2016).
  107. (en) « ECR group kicks out German far-right MEPs », sur Politico, (consulté le 9 avril 2016).
  108. « Allemagne: un député AfD s'allie au FN français au Parlement européen », sur lexpress.fr (consulté le 30 avril 2016).
  109. (de) « Von Storch kommt ihrer Abschiebung zuvor », sur Frankfurter Rundschau, (consulté le 9 avril 2016).
  110. « Allemagne: crise au sein du parti AfD après des propos antisémites », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 juillet 2016).
  111. (de) « AfD gegen AfD gegen AfD », sur Zeit, (consulté le 6 juillet 2016).
  112. « Allemagne : le parti d'Angela Merkel vaincu par les populistes », lefigaro.fr, 5 septembre 2016.
  113. (en) « German voters are rejecting open-door immigration policies. When will Angela Merkel start listening? », telegraph.co.uk, 4 septembre 2016.
  114. Jean-Louis Thiériot, « Immigration, mondialisation : Pourquoi l'AfD a battu Angela Merkel dans son fief », lefigaro.fr, 5 septembre 2016.
  115. « Allemagne : Les populistes infligent un nouveau revers à Angela Merkel », sur 20minutes.fr, .
  116. Nicolas Barotte, « Allemagne : les populistes de l'AfD au plus bas », Le Figaro, samedi 1er / dimanche 2 avril 2017, page 10.
  117. « L'entrée de l'AfD au Bundestag : un séisme politique en Allemagne », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  118. Dominique Reynié, interviewé par Judith Waintraub, « Les Européens face aux migrants », Le Figaro Magazine, semaine du 29 septembre 2017, pages 50-55.
  119. Thomas Wieder, « Allemagne : marginalisée par les plus radicaux, Frauke Petry quitte l’AfD, le parti d’extrême droite », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  120. « Allemagne : l'ex-cheffe du parti d'extrême droite Frauke Petry fonde "Le Parti bleu" », europe1.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  121. « Allemagne: coup de force de l'aile droite de l'AfD au congrès du parti à Hanovre », sur RFI, (consulté le 3 décembre 2017).
  122. « Allemagne : avec Gauland et Meuthen, l'AfD choisit de se radicaliser », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 décembre 2017).
  123. Rachel Knaebel, « En Allemagne, les députés de l'AfD emploient des assistants néo-nazis au Bundestag », Basta,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018).
  124. « Allemagne: un député de l'AfD, parti d’extrême droite, violemment agressé », sur rfi.fr, .
  125. Allemagne : un élu d'extrême droite violemment agressé, lepoint.fr, 8 janvier 2019
  126. (de) AfD sieht Angriff auf Bremer Parteichef als Folge „rot-grüner Hetze“, welt.de, 8 janvier 2019
  127. « Allemagne: le parti d’extrême droite AfD remporte un nouveau succès en Thuringe », sur lefigaro.fr, .
  128. a et b Pierre Avril, « Néonazis contre «modérés»: l’AfD allemande cherche sa voie », sur Le Figaro.fr,
  129. « En Allemagne, l’extrême droite sous pression après les attentats racistes », sur Ouest-France.fr, (consulté le 5 mars 2020)
  130. « L’Allemagne sous le choc du terrorisme d’extrême droite », sur Le Monde, (consulté le 5 mars 2020)
  131. (en) « Germans point finger at AfD for Hanau shisha bar murders », sur The Times, .
  132. « Allemagne : le parti conservateur d'Angela Merkel, en pleine crise, subit un revers électoral à Hambourg », sur francetvinfo.fr, (consulté le 24 février 2020)
  133. « L’extrême droite allemande suspend un de ses porte-parole qui s’est dit fier d’être « fasciste » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  134. « En Allemagne, l’AfD exclut un de ses cadres qui a proposé de « gazer » les réfugiés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  135. Bruno Odent, « Allemagne. Les nationalistes de l’AfD, grands perdants de la crise sanitaire ? », sur L'Humanité,
  136. (de) AfD hält an Ausschluss von Kalbitz fest, zeit.de, 23 juin 2020,
  137. a et b (en) « What is the alternative? Europe waits as Angela Merkel faces a new anti-establishment party », The Economist, 18 mai 2013.
  138. a et b (en) Martin Walker, « Spring in Europe », United Press International, 13 mai 2013.
  139. Voire « bourgeois-conservateur », cf. Oskar Niedermayer cité par Anna Jikhareva, « Grosse Sympathien für die Anti-Euro-Partei », Der Bund, 9 avril 2013.
  140. Voir à ce sujet, par exemple, les opinions contradictoires des chercheurs Alexander Häusler (« Die Gefahr liegt in der Verrohung der Politik », Tagesschau.de, 12 mars 2013) ou Oskar Niedermayer (« Grosse Sympathien für die Anti-Euro-Partei », Der Bund, 9 avril 2013).
  141. a et b « En Allemagne, l'AfD mène une guerre culturelle », Libération, no 11897,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2019).
  142. (de) « AfD gegen Verletzung demokratischer Grundsätze », Zeit.de, 14 avril 2013.
  143. (en) Katinka Barysch, « Populism making euro crisis 'more combustible' », Public Service Europe, 22 avril 2013.
  144. (en) Quentin Peel, « German elections: Merkel has more Europe in mind », sur Financial Times, .
  145. a b c d e f et g Programme de l'AfD pour les élections européennes de 2014, voté le 22 mars 2014.
  146. (de) « Lucke: An unserer Position hat sich nie etwas geändert », sur alternativefuer.de, .
  147. a et b Laurent de Boissieu, « De quel parti français se rapproche le programme de l'AfD allemande? », sur ipolitique.fr, (consulté le 5 septembre 2016).
  148. « Merkel marquée par les nationaux-libéraux allemands », sur L'Humanité,
  149. (en) Ben Knight, « What does the AfD stand for? | Germany | DW.COM | 07.03.2016 », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne)
    Scientific research on the long-term development of the climate because of man-made CO2 emissions is fraught with uncertainty
    .
  150. Ludovic Piedtenu, « Björn Höcke, le provocateur de l'extrême-droite allemande », sur www.franceinter.fr,
  151. « L'extrême droite allemande mise sur le climato-scepticisme », sur Sciences et Avenir (consulté le 5 septembre 2019)
  152. (de) « Lignes directrices de l'AfD »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), élaborées par votes en ligne par les membres en avril 2014, puis confirmées le .
  153. (de) « Grundsatzprogramm Alternative für Deutschland » (consulté le 14 juin 2016).
  154. « Allemagne : l'AfD, de la lutte contre l'euro au discours anti-réfugiés », lalibre.be, 13 mars 2016.
  155. « Allemagne : le chef de l'extrême droite soupçonné de fraude fiscale », sur Le Point,
  156. a et b « Allemagne : l'AfD tente d'instrumentaliser le 75e anniversaire du bombardement de Dresde », sur France 24,
  157. Jean-Baptiste Bonnet, « Extrême-droite et libéraux main dans la main en Allemagne », sur Le Vent Se Lève,
  158. Sonia Combe, « À Buchenwald, les antifascistes ont perdu la guerre mémorielle », sur Le Monde diplomatique,
  159. « AfD: A New Hurdle in the German-Israeli Relationship? », sur besacenter.org, Begin–Sadat Center for Strategic Studies (en), .
  160. « En Allemagne, l’extrême droite à la peine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  161. Ralf Melzer, « Le populisme de droite en Allemagne : un défi pour la social-démocratie », Office universitaire de recherche socialiste, no hors-série 76-77,‎ , p. 59-60.
  162. Gabriel Richard-Molard, « L'entrée de l'AfD au Bundestag : un séisme politique en Allemagne », sur Fondation Jean-Jaurès.org, (consulté le 27 septembre 2017).
  163. Élisa Goudin, « La nouvelle extrême droite allemande », sur La vie des idées.fr, (consulté le 28 novembre 2017).
  164. « Dans l'ex-RDA industrielle, la peur du déclassement nourrit l'extrême droite », (consulté le 5 septembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Alternative pour l'Allemagne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]