Alice Weidel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alice Weidel
Illustration.
Alice Weidel en 2019.
Fonctions
Porte-parole adjointe de l'Alternative pour l'Allemagne
En fonction depuis le
(8 mois et 11 jours)
Avec Beatrix von Storch
Stephan Brandner
Députée au Bundestag
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 17 jours)
Élection 24 septembre 2017
Circonscription Bade-Wurtemberg
Législature 19e
Présidente du groupe AfD au Bundestag
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 13 jours)
Avec Alexander Gauland
Législature 19e
Prédécesseur Création du groupe
Biographie
Nom de naissance Alice Elisabeth Weidel
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Gütersloh (Allemagne)
Nationalité Allemande
Parti politique AfD
Diplômée de Université de Bayreuth
Profession Économiste
Essayiste

Alice Elisabeth Weidel, née le à Gütersloh, est une femme politique allemande. Membre du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), elle mène la campagne de l'AfD pour les élections fédérales de 2017, lors desquelles elle est élue députée. Elle devient également présidente de son groupe parlementaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Alice Weidel étudie la gestion à l'université de Bayreuth, où elle obtient un doctorat en 2011[1].

Après ses études, elle obtient son premier poste chez Goldman Sachs et travaille également chez Allianz Investors. Considérée comme une spécialiste de l'Asie, elle améliore son mandarin lors de six années passées en Chine. Après avoir quitté le monde de la banque et de la finance, elle entame une carrière de consultante indépendante pour des startups[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Elle adhère à l'AfD en 2013 pour ses positions eurosceptiques, ce qui constitue alors la ligne principale du parti, avant que les questions d'immigration ne prennent par la suite le dessus. « Reconnue pour son intelligence et son tempérament » selon Le Figaro, elle est libérale et admire Margaret Thatcher[3].

En 2017, alors qu'elle était inconnue du grand public un an plus tôt, elle est choisie par l'ancien député CDU Alexander Gauland pour mener avec lui la campagne des élections fédérales pour l'AfD. Elle apparaît alors plus moderne et intransigeante que les dirigeants du parti Bernd Lucke et Frauke Petry, qui sont écartés pour leur modération et leur manque de charisme.

Elle est ensuite élue présidente du groupe parlementaire AfD au Bundestag[4].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Elle se déclare opposée à l'islam, qui est selon elle « incompatible avec l’Allemagne » et qui « menace » le pays. Elle prône « une immigration qualifiée »[3]. Elle accuse les Églises catholique et protestante, hostiles à l'AfD et favorables à l'immigration en Allemagne, de rejouer le « même rôle peu glorieux qu'elles ont joué » sous le nazisme, lorsqu'elles ne se sont pas opposées à ce régime[5].

Membre de la Fondation Friedrich von Hayek, elle défend une conception monétariste qui lui fait considérer les dépenses publiques et sociales comme néfastes. Selon L'Humanité, elle déplore « les boulets que constitueraient les pauvres et les migrants »[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lesbienne, elle a pour compagne une citoyenne suisse d'origine sri-lankaise. Elles ont deux enfants, qu'elles élèvent en Suisse. Elle déclare que sa vie personnelle a influencé son engagement politique : « L’immigration homophobe musulmane est un risque pour notre avenir », et confie en avoir fait l'expérience « très tôt ».

« Je connais ça depuis mon enfance. Je viens d’un petit village qui a été submergé par une immigration musulmane. J’ai entendu à l’école ou à la piscine des insultes parce que j’étais une jeune Allemande. J’ai vu se développer des zones de non-droit pour les femmes et c’est de pire en pire. [Il y a en Allemagne] des no-go areas où ma compagne et moi nous ne pouvons plus aller. C’est aussi une question pour les droits de femmes en général. Notre Constitution est claire en ce qui concerne l’égalité des sexes. Mais dans l’islam, dans la charia, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Je n’en veux pas dans notre pays[3]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kathleen Schuster, « AfD's Alice Weidel: The pride of the populists, a mystery to everyone else », dw.com,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2017).
  2. « Allemagne : qui est la porte-parole de l'extrême droite Alice Weidel ? », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2017).
  3. a b et c Nicolas Barotte, « Allemagne : Alice Weidel, l'anti-islam, l'anti-Merkel, l'anti-Europe », lefigaro.fr, 20 septembre 2017.
  4. Alice Weidel, interviewé par Nicolas Barotte, Ana Vicente Carbajosa et Tonia Mastrobuoni, « Alice Weidel : "L'AfD est ma deuxième force du pays" », Le Figaro, samedi 3 / dimanche 4 mars 2018, page 6.
  5. Voir sur lefigaro.fr.
  6. Bruno Odent, « Allemagne. Les nationalistes de l’AfD, grands perdants de la crise sanitaire ? », sur humanite.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]