Élections fédérales allemandes de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections fédérales allemandes de 2021
598 sièges du Bundestag
(Majorité absolue : 300 sièges)
Type d’élection Élections législatives
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
CDU/CSU
Sièges sortants 246
Olaf Scholz – Bürgerschaftswahl in Hamburg 2015 02.jpg SPD – Olaf Scholz
Sièges sortants 153
2017-11-29-Alice Weidel-Maischberger-5664 (cropped).jpg AfD – Alice Weidel
Sièges sortants 94
ChristianLindner-FDP-1.jpg FDP – Christian Lindner
Sièges sortants 80
Katja Kipping et Bernd Riexinger 2019-2018.jpg Linke – Katja Kipping et Bernd Riexinger
Sièges sortants 69
20180120 AB HH.png Grünen – Annalena Baerbock et Robert Habeck
Sièges sortants 67
Chancelière fédérale
Sortant
Angela Merkel
CDU
Direction fédérale des Élections

Les élections fédérales allemandes de 2021 (en allemand : Bundestagswahl 2021) ont lieu le afin de renouveler les membres du Bundestag. À l'issue de ces élections fédérales débute la vingtième législature de la République fédérale d'Allemagne.

La chancelière sortante Angela Merkel, ne se représente pas. De leur côté, les sociaux-démocrates, ont connu des crises depuis les dernières législatives ayant mené à deux crises de leadership, et à une remise en cause en interne de leur participation à la grande coalition. Un tel départ pourrait ainsi provoquer des législatives anticipées.

Contexte[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Système électoral[modifier | modifier le code]

Présentation schématique du système électoral allemand.

Les députés (Mitglieder des Bundestages, MdB) sont élus pour une législature (Wahlperiode) de quatre ans au scrutin majoritaire uninominal et proportionnel par compensation.

Conformément à la loi électorale fédérale, le Bundestag se compose de 598 députés, dont 299 élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans 299 circonscriptions.

Le jour du scrutin, chaque électeur dispose de deux voix :

  • la « première voix » (Erststimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription (Direktkandidaten im Wahlkreis) ;
  • la « seconde voix » (Zweitstimme) lui permet de voter pour une liste de candidats présentée dans le cadre de son État fédéré (Landesliste).

À l'issue du dépouillement, l'intégralité des 598 sièges est répartie au scrutin proportionnel de Sainte-Lagüe sur la base des secondes voix entre les partis politiques totalisant plus de 5 % des suffrages exprimés au niveau national ou qui l'ont emporté dans au moins trois circonscriptions.

Une fois la répartition proportionnelle effectuée, les sièges alloués à chaque parti sont pourvus en priorité par les députés fédéraux élus au scrutin majoritaire. Les sièges non pourvus avec les « premières voix » sont ensuite comblés par les candidats présents sur les listes régionales.

Avec un tel mode de scrutin, il est possible pour un parti de remporter plus de sièges au scrutin majoritaire que ce que la répartition proportionnelle lui accorde. Ces mandats supplémentaires (Überhangmandat) sont conservés et des mandats complémentaires (Ausgleichsmandat) sont attribués aux autres partis afin de rétablir la proportionnalité de la représentation parlementaire. Le nombre total de députés fédéraux se trouve ainsi augmenté.

Convocations des élections[modifier | modifier le code]

La convocation des élections fédérales est une prérogative propre au président de la République fédérale, qui doit toutefois tenir compte des recommandations du gouvernement fédéral. Comme le prévoit l'article 39 de la Loi fondamentale, ladite convocation doit être rendue publique entre quarante-six et quarante-huit mois après l'ouverture de la législature sortante.

Législature[modifier | modifier le code]

La 20e législature du Bundestag, issue des élections fédérales de , doit durer quatre ans, sauf si celle-ci devait être abrégée par une dissolution qui serait décidée, à certaines conditions, par le président de la République fédérale. C'est après l'ouverture de cette législature que devront débuter les traditionnelles tractations propres à la formation d'un gouvernement fédéral.

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultats en 2017
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
26,8 % des voix
200 députés
Union chrétienne-sociale en Bavière
Christlich-Soziale Union in Bayern
6,2 % des voix
45 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Olaf Scholz[1]
(Ministre fédéral des Finances)
20,51 % des voix
153 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-conservatisme, populisme
12,64 % des voix
94 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit à droite
Libéralisme, libéralisme économique
10,75 % des voix
80 députés
Die Linke
La Gauche
Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
9,24 % des voix
69 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie politique, progressisme
8,94 % des voix
67 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

German polls 10-poll moving average starting 24.9.2017.png

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Allemagne: Olaf Scholz sera le candidat du SPD à la chancellerie », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]