Agressions sexuelles du Nouvel An 2016 en Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agressions sexuelles du Nouvel An 2016
Flash mob organisé à Cologne en réaction aux agressions.
Flash mob organisé à Cologne en réaction aux agressions.

Type Agression sexuelle collective
Coordonnées 50° 56′ 32″ nord, 6° 57′ 28″ est
Date

Durant les célébrations du Nouvel An le , une vague d'agressions sexuelles collectives, de vols, de braquages et au moins deux cas de viol — tous dirigés contre des femmes — est rapportée à travers l'Allemagne, principalement à Cologne, mais aussi en Finlande, en Suède, en Suisse et en Autriche. En Allemagne, outre Cologne, onze villes sont touchées : Hambourg, Stuttgart, Bielefeld et Düsseldorf principalement. 12 des 16 Länder ont été impactés dans un bilan revu à la hausse le [1].

Le nombre d'agresseurs est estimé à 1 500 rien que pour Cologne. Les agressions sont coordonnées et commises par des groupes de 2 à 40 hommes, décrits comme nord-africains ou arabes. Les suspects sont principalement des demandeurs d’asile et/ou des immigrés en situation illégale[2]. Le nombre de plaintes à Cologne ne cesse de croître du 4 au 21 janvier, passant de 30 le lundi 4 janvier à 1 088 le 17 février[3] concernant plus de 1 049 victimes[4],[5],[6],[5],[7],[8].

Le silence de la police et des médias, le laxisme policier, les déclarations de la maire de Cologne incriminant les femmes allemandes et le retard pris par les médias, surtout l'audiovisuel public (ARD, ZDF et autres), pour rapporter les faits sont vivement critiqués dans les jours qui suivent.

Puis, six semaines après les faits, la police allemande fait un point sur l'enquête[9]. À Cologne, sur les 1 088 plaintes déposées, 470 concernent des agressions sexuelles et 618 des vols, coups ou blessures[3].

À Cologne[modifier | modifier le code]

Place publique entre la gare centrale et la cathédrale de Cologne.

Identité des criminels[modifier | modifier le code]

Les agresseurs sont décrits comme « fortement alcoolisés » et leur nombre est d'abord estimé à 1 000 individus[10],[11], puis à 1 500. Cependant, des rapports subséquents de la Deutsche Presse-Agentur indiquent que ce nombre représente plutôt la quantité d'hommes présents le à la gare centrale de Cologne, et non le nombre d'agresseurs[12].

Selon les présumées victimes et le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, forcé de prendre sa retraite le , les hommes responsables des agressions sont d'« apparence arabe ou nord-africaine », âgés entre 15 et 35 ans, et ne parlent pas l'allemand[13],[14],[15],[16].

La police évoque dans son rapport d'enquête des délinquants nord-africains[17] : « Depuis 2011, les coupables de délits venus de pays d'Afrique du Nord, en particulier l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, représentent une part considérable des vols à la tire à Cologne. Ce groupe est enclin à la violence et utilise fréquemment des armes, comme des couteaux ou des gaz lacrymogènes »[18]. Au soir du , les 30 suspects identifiés sont tous nord-africains[4].

À la mi-février, de nombreux médias rapportent les chiffres donnés par le procureur de Cologne concernant l'identité des agresseurs : sur 58 agresseurs identifiés, 55 ne seraient pas des réfugiés, mais des migrants d'Afrique du Nord[19]. Le procureur de Cologne apporte dans les heures qui suivent un démenti, affirmant que ses propos ont été déformés: « L'immense majorité des suspects identifiés rentrent dans la catégorie générale de "réfugiés". Les récentes informations rapportant que seuls trois des suspects étaient des réfugiés sont un non-sens total. Ils ont divers statuts légaux, parmi lesquels "immigrés clandestins", "personnes en recherche d'asile" et "demandeurs d'asile". Cela recouvre l'immense majorité des suspects.»[20],[21]

L'enquête avançant, la police fédérale allemande identifie 73 suspects, dont 18 ont le statut de demandeur d’asile, les autres étant en situation illégale. Ce groupe comprend 27 Algériens, 30 Marocains, 3 Tunisiens, 1 Libyen, 1 Iranien, 4 Irakiens, 3 Syriens et 3 Allemands[3]. Seuls 12 de ces suspects sont soupçonnés d'agressions sexuelles[3].

Le 5 avril 2016, selon un rapport publié par les autorités locales, sur les 153 personnes suspectées d'avoir commis des agressions notamment à caractère sexuel lors du Nouvel An 2016, 103 sont de nationalité algérienne ou marocaine. 68 d'entre eux disposent du statut de demandeur d'asile et 18 sont en situation illégale en Allemagne[22].

Méthodologie des criminels[modifier | modifier le code]

Les agressions sont coordonnées, les assaillants arrivant en larges groupes. Un groupe d'environ 500 personnes lance des pétards en direction de la foule réunie sur la place publique et tire profit de la confusion ainsi créée pour commettre des vols, des braquages et des agressions sexuelles[23].

Des hommes encerclent de près les femmes en groupes de 30 ou 40, selon des témoins, isolant ainsi les victimes de leurs amis[24]. Selon un rapport d'incident de la police de Cologne rédigé le , les suspects utilisent principalement des agressions à caractère sexuel comme moyen de diversion afin de s'emparer de certains biens personnels de leurs victimes, comme des téléphones portables ou des porte-monnaie. Le rapport indique aussi que les groupes d'assaillants étaient formés de 2 à 20 personnes[25].

Au , 106 femmes, parmi elles une policière, avaient porté plainte à la police au sujet d'événements, incluant deux viols, survenus sur la place publique située entre la gare centrale et la cathédrale de Cologne, dans la gare ou aux abords de celle-ci[26],[27],[28]. Des policiers de Cologne indiquent au journal Die Welt que, contrairement aux premières déclarations officielles, la plupart des agresseurs étaient des demandeurs d'asile récemment arrivés, et que leur but n'était pas principalement de voler les passantes mais de les encercler pour leur amusement sexuel[29].

Le 12 janvier, le nombre de plaintes à Cologne s'élève à 561 pour 653 infractions[30]. Le 20 janvier, le nombre de plaintes s'élève à 809 dont 521 se rapportant directement à des cas d'agressions sexuelles[31]

Deux immigrés clandestins nord-africains ont été arrêtés en possession de papiers avec des formules obscènes et des menaces de mort inscrites sur des papiers en arabe et en allemand (« Je veux t'embrasser », « Tu as de gros seins », « je vais te tuer », « je vais te baiser », etc.); sur leurs téléphones portables ils ont enregistré des vidéos d'agressions ; depuis des mois Cologne vivait une hausse de la criminalité contre les femmes, celles-ci refusant d'aller dans certains commerces et rues à cause du harcèlement et des persécutions dont elles y font l'objet[32],[33].

En novembre 2016, à Cologne, 1 182 plaintes pénales ont été déposées, dont 497 pour agressions sexuelles et cinq pour viols. Sur un total de 183 prévenus, 22 furent accusés, le plus souvent de délits de vol. Un seul procès seulement se solda par une condamnation pour insulte sexuelle[34]

Crimes similaires ailleurs en Allemagne et en Europe le même jour[modifier | modifier le code]

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Des événements similaires ont lieu à Hambourg — en particulier sur l'avenue Reeperbahn, St. Pauli[13] —, où 133 et 40 femmes, respectivement, déclarent avoir été agressées sexuellement ou délestées de leurs biens[35],[36],[37],[12]. D'autres attaques sont signalées à Bielefeld, Düsseldorf, Nuremberg et Stuttgart[13],[38],[26],[24]. À Weil am Rhein, 2 filles de 14 et 15 ans ont été violées collectivement à plusieurs reprises la nuit du Nouvel An[39]. À Nuremberg, 2 filles de 18 et 19 ans ont été encerclées par 20 hommes et agressées sexuellement[40]. À Ansbach 5 femmes entre 16 et 19 ans ont été agressées sexuellement[40]. Au total ce sont 12 villes allemandes qui ont reçu des plaintes pour agression sexuelle le soir du Nouvel An[41].

Rapporté par des médias, la police allemande a revu à la hausse l'étendue des agressions révélant que ces crimes ont été commis dans douze des seize Länder que compte l'Allemagne[42]. Ainsi si le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf et Bielefeld) a été le plus touché avec 1 076 plaintes déposées (dont 384 pour délits sexuels), des agressions similaires ont été enregistrées en Hesse (centre, 31), en Bavière (sud-ouest, 27), dans le Bade-Wurtemberg (25), à Brême (nord, 11) et Berlin (est, six). Un cas d’agression a été recensé en Basse-Saxe (nord-ouest), dans le Brandebourg, en Saxe (est), en Rhénanie-Palatinat et en Sarre (ouest)[43].

En juillet 2016, un rapport de police relayé par le Süddeutsche Zeitung avance des chiffres actualisés: ce sont désormais 1200 femmes qui ont été agressées par 2000 hommes[44],[45].

En novembre 2016, les trois derniers auteurs présumés de la nuit de la Saint-Sylvestre à Hambourg ont été acquittés. La juge Anne Meier-Göring a porté de graves accusations contre l’enquête menée par la police et le ministère public pour avoir maintenu les trois hommes en détention pendant près de six mois durant le temps de l’enquête[46]. À Hambourg, un seul accusé fut reconnu coupable de délit de nature sexuelle et condamné[34].

En Europe[modifier | modifier le code]

Des attaques similaires durant la Saint-Sylvestre ont été signalés en dehors de l'Allemagne notamment en Autriche, en Finlande, en Suède et en Suisse[47].

En Finlande[modifier | modifier le code]

En Finlande, le Bureau national des enquêtes nie initialement que des agressions similaires à celles de Cologne se soient produites à Helsinki[48]. Plus tard, le service de police d'Helsinki reconnait avoir reçu des informations concernant trois cas de harcèlement sexuel[49]. La police finlandaise a décrit la nature des agressions pour la Finlande comme « phénomène complètement nouveau ». Finalement, le , la police finlandaises annonce ouvrir une enquête sur des viols de masse effectués sur des jeunes femmes finlandaises par des groupes de migrants : 1 viol, 2 tentatives de viols et 12 agressions sexuelles rien qu'à Helsinki[50].

En Suède[modifier | modifier le code]

En Suède, la police finit par révéler avoir dissimulé 36 plaintes[51] pour agression sexuelle lors d'un festival de musique en 2014 et 2015. À l'époque, une centaine de personnes majoritairement étrangères avait été interpellée[52], 200 bannis du périmètre[51]. Les médias et la police n'en avaient pas parlé ; ils ont attendu les événements de Cologne pour le faire. Le chef de la police Peter Agren a déclaré ne pas oser parfois « dire ce qu’il en est, par peur de faire le jeu des démocrates de Suède »[51]. D'autres villes de Suède : Malmö, Helsingborg, Kalmar et Karlstad, rapportent des événements similaires le jour du Nouvel An[53],[54],[55],[56].

En Suisse[modifier | modifier le code]

À Zurich, des femmes ont également été agressées, volées, agressées sexuellement par des groupes d'étrangers[57], selon le même mode opératoire qu'à Cologne[58].

En Autriche[modifier | modifier le code]

À Salzbourg aussi, des femmes ont été agressées sexuellement et volées par des migrants[58] : 8 plaintes ont été déposées[59]. À Innsbruck, un couple a été agressé, la femme séparée de son compagnon et violée par un groupe de migrants[59],[60]. Dans le Haut-Tyrol, une adolescente de 16 ans aussi a été agressée sexuellement[60]. À Vienne, 2 femmes ont également été volées et agressées par des migrants[60]. En août 2016, la police de Vienne a arrêté neuf hommes, soupçonnés d'avoir violé une Allemande de 28 ans lors du Nouvel An. Les auteurs présumés sont des demandeurs d'asile irakiens qui nient avoit participé. La police est parvenue sur la trace des suspects grâce à des images de caméras de surveillance et des traces d'ADN prélevé. La victime aurait été violée successivement par plusieurs des inculpés[61],[62].

Crimes similaires en 2016 en Allemagne[modifier | modifier le code]

Au festival du quartier de Kreuzberg à Berlin, le week-end de Pentecôte, huit agressions sexuelles ont été signalés[63].

Le 28 mai, lors du festival de musique à Darmstadt dix-huit femmes affirment avoir été victimes d'agressions sexuelles. Trois demandeurs d'asile pakistanais ont été arrêtés[64].

Nouvel an 2017[modifier | modifier le code]

La police de Cologne déclare avoir empêché dans la nuit du nouvel an, une vague d'agressions sexuelles comparable à l'année précédente. 650 hommes ont été contrôlés, majoritairement originaires d'Afrique du Nord, 92 personnes ont été interpellés[65].

Traitement de l'information par les médias et les autorités policières[modifier | modifier le code]

Silence des médias et des autorités policières[modifier | modifier le code]

Pendant plusieurs jours, les agressions sexuelles ne sont pas mentionnées dans les principaux médias allemands. Ceux-ci subissent ensuite un feu de critiques ; les médias et les autorités policières sont accusés d'avoir ignoré ou tenté de camoufler les événements, de peur qu'ils n'entraînent des critiques sur la politique du gouvernement allemand dans la crise migratoire [15],[66],[23]. La chaîne de télévision ZDF, vivement critiquée pour son retard à mentionner l'information, présente ses excuses le 5 janvier admettant une « erreur manifeste d'appréciation »[67]. Les attaques ne sont évoquées par les grands titres de presse français qu'à partir du 6 janvier[68].

Enquêtant sur les retards d'information de la part des autorités policières à Cologne, les médias révèlent que les communiqués de la direction de la police étaient en contradiction avec les rapports des policiers sur place[69]. Le journal Bild, dans un entretien avec un haut fonctionnaire de police, dévoile que les autorités policières ont reçu des instructions strictes de leur direction de ne pas signaler aux journalistes les infractions commises par les réfugiés[70]. Ces aveux renforcent le mécontentement de la population allemande quant à la couverture médiatique jugée complaisante de la crise des migrants[71],[72].

Ces accusations de complaisance des médias envers les positions du gouvernement allemand dans la crise migratoire et l'accueil de réfugiés avaient déjà été énoncées dans le passé[73]. Le sociologue conservateur et critique du multiculturalisme Mathieu Bock-Côté analyse ce silence volontaire des médias comme « une preuve de plus de la tendance du complexe médiatico-politique à filtrer les mauvaises nouvelles idéologiques qui peuvent, d'une manière ou d'une autre, compromettre la légende du vivre-ensemble diversitaire. »[74] Le journaliste Brice Couturier voit dans la volonté de dissimuler les événements de Cologne un danger pour la démocratie et ce qui fonde le contrat social. « Mais lorsqu’un État, au nom d’une idéologie qu’il sait impopulaire, le multiculturalisme, renonce de fait à assurer et à garantir la libre circulation des femmes dans l’espace public, et tente de les dissuader de porter plainte, alors le contrat est menacé. »[75].

Interrogation de la société civile[modifier | modifier le code]

Des médias allemands considèrent que l’autocensure des médias allemands sur les premiers cas de violences sexuelles ont conduit à une impasse et conduit à l'effet inverse de celui recherché car cela empire les réactions racistes[76]. Ces médias préféreraient que l'Allemagne s'inspire de la Norvège qui forme les nouveaux arrivants sur l'importance de la liberté des femmes dans les pays d'Europe et leur apprend les comportements appropriés à leur égard[77]. Le carnaval de Cologne, qui se déroule sur 5 jours en février 2016, est le théâtre d'agressions sexuelles[78].

Enquête[modifier | modifier le code]

Arrestations et critiques de la police[modifier | modifier le code]

À Cologne, la police avait déployé 143 agents locaux et 70 policiers fédéraux pour ramener l'ordre le  ; toutefois, en raison de l'obscurité et du nombre d'individus impliqués dans les événements, le chef de la police de ce temps-là, Wolfgang Albers, a admis que les efforts des autorités n'avaient pas été efficaces[23].

Huit suspects, tous des demandeurs d'asile, sont détenus à Cologne[13]. Cinq hommes âgés de 18 à 24 ans sont arrêtés, mais les policiers ont déterminé qu'ils sont impliqués dans des délits différents, non liés[12]. Au 6 janvier, six jours après les événements, aucune arrestation n'est effectuée relativement aux agressions sexuelles ou aux vols[79]. Le 1er janvier 2016, seulement 9 enquêteurs sont assignés à ce dossier, un nombre qui atteint 80 le 6 janvier, après la couverture locale et internationale donnée aux allégations des présumées victimes[12].

La police de Cologne est critiquée pour sa façon de gérer la situation, après qu'elle a initialement décrit les événements de la nuit du 31 décembre au 1er janvier comme « détendus ». Une victime de voies de fait et de vol indique avoir été incitée à « se plaindre ailleurs » par les policiers à qui elle a déclaré les faits[14]. Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, critique quant à lui la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour avoir qualifié les célébrations de « pacifiques »[80]. Le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, repousse les critiques en arguant que les agressions avaient « un aspect criminel entièrement nouveau »[38]. La police de Düsseldorf s'inquiète de ce que les agressions soient liées à un gang connu composé de quelque 2 000 Nord-Africains[12],[81].

La volonté de dissimuler les événements par les services du ministère de l'Intérieur est encore confirmée dans les mois qui suivent. Ainsi, devant le Comité d'enquête du Parlement, un membre de la police de Cologne a confirmé qu'il avait reçu des appels du centre national de contrôle à Duisburg, service dépendant du ministère de l'Intérieur, lui demandant de supprimer le mot « viol » d'un rapport interne[82].

L'hypothèse d'une action préparée[modifier | modifier le code]

Heiko Maas, le ministre de la Justice allemand envisage une préméditation et une coordination : « Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît, sous une forme ou une autre, planifié. Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé »[83]. « On commence à soupçonner derrière les agressions très organisées que des femmes ont subies dans plusieurs villes d’Allemagne à la Saint-Sylvestre une nouvelle stratégie de déstabilisation du terrorisme islamiste »[84].

D'autres, au contraire, doutent fortement du caractère organisé de ces attaques. Ainsi Matthias Beermann, correspondant en chef du Rheinische Post (de), remarque que pour l'instant aucune preuve n'a pu être établie en ce sens et que rien dans l'enquête ne vient supporter l'hypothèse du ministre de la Justice Heiko Maas[41].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions féminines[modifier | modifier le code]

Le , un groupe de 200 à 300 femmes manifeste devant la cathédrale de Cologne, exigeant le respect pour les femmes et demandant que la chancelière Angela Merkel réagisse[80],[79]. Alice Schwarzer, « la plus connue des féministes allemandes », a estimé que ce qui était arrivé le 31 décembre à la gare de Cologne était du même ordre que les agressions sexuelles qui se sont produites place Tahrir au Caire, de 2012 à 2014[85].

Angela Spizig, adjointe (Verts) au maire de Cologne pendant quatorze ans, s'est désolée : « J’ai célébré Cologne comme une ville de deux mille ans de migrations, d’intégration réussie et de femmes fortes. J’ai eu l’impression que tout ce qui fait cette ville et qui a été construit ces dernières années a été ruiné en une nuit. »[86]

Elisabeth Badinter, en revanche, dénonce le silence des féministes françaises qui ne voulant pas « alimenter le racisme » tombent, selon elle, dans le déni[87].

La philosophe et sociologue algérienne Marieme Helie Lucas, par ailleurs fondatrice et coordinatrice de deux réseaux féministes internationaux, dénonce des agressions préparées, non pas avec des structures hiérarchiques mais des réseaux fluides et informels avec quelques meneurs et une masse de jeunes marginaux qui auraient été incités à « bien s'amuser » avec des Européennes jugées porteuses de « mœurs décadentes ». Elle vise à cet effet « l'extrême droite religieuse musulmane » qui défend des vues patriarcales[88].

Déclaration de la bourgmestre de Cologne[modifier | modifier le code]

La bourmestre de Cologne, Henriette Reker, réagit en conférence de presse le
Article détaillé : Blâmer la victime.

La bourgmestre de Cologne, Henriette Reker, est sévèrement critiquée pour sa réaction aux allégations de viol et d'agressions sexuelles collectives. En conférence de presse, elle évoque un prétendu « code de conduite » et suggère aux femmes de se tenir à distance des gens qu'on ne connait pas[89]. Elle demande à celles-ci de se garder « eine Armlänge », littéralement « à un bras de distance »[90],[91]. Ce commentaire suscite l'indignation publique et Reker est accusée de blâmer les victimes. Sur Twitter, le hashtag #einearmlänge devient un des sujets de conversation principaux des Allemands dans la soirée du 5 janvier[80]. Henriette Reker convoque une rencontre d'urgence avec les policiers à la suite des incidents[13],[14] et déclare publiquement qu'il est « inapproprié » de lier les agressions sexuelles collectives à l'arrivée récente de réfugiés en Allemagne[38].

Déclaration du Land[modifier | modifier le code]

Le ministre de l'Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, déclare : « Nous n'accepterons pas que des groupes d'hommes nord-africains se rassemblent dans le but spécifique d'avilir des femmes et de les agresser sexuellement. »[10]

L'association des enseignants de Saxe-Anhalt rappelle le harcèlement sexuel dont sont victimes les élèves allemandes depuis l'arrivée des migrants à l'été 2015 et appelle les filles (surtout les mineures, même de 12 ans) notamment à faire attention aux migrants[92].

Déclaration du gouvernement allemand[modifier | modifier le code]

La chancelière Angela Merkel et le ministre allemand de la Justice Heiko Maas condamnent les agressions. Merkel parle d'« abominables attaques et agressions sexuelles »[5]. Maas qualifie ces agressions de « dimension complètement nouvelle du crime organisé »[14]. Merkel demande à la bourgmestre de Cologne Henriette Reker une réponse forte[93] et l'exhorte à faire tout ce qui est possible pour « identifier les coupables rapidement et les punir, peu importe leur origine ou leurs antécédents », et promet des mesures préventives pour un carnaval prévu en février[15],[79],[38]. Les suspects étant pour la plupart algériens et marocains[94], le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, a proposé d'accélérer l'examen des demandes d'asile émanant de ressortissants marocains et algériens pour les expulser plus rapidement en cas de rejet[95].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

À la suite de ces agressions de masse, le Premier ministre social-démocrate slovaque, Robert Fico, dit avoir réclamé la tenue d’un Conseil européen extraordinaire, pour accélérer le renforcement des frontières européennes. Il réitère son refus de ne recevoir dans son pays aucun réfugié musulman[96]. Le gouvernement polonais de Beata Szydło en réaction aux événements affirme que « les problèmes sont plus graves que les dirigeants européens n'avaient malheureusement de manière imprudente voulu croire »[96]. Donald Tusk, président du Conseil européen, affirmant n'avoir reçu aucune demande officielle, a déclaré n'avoir pas l'intention de convoquer prochainement un sommet sur ces sujets[97]. Le président social-démocrate tchèque Miloš Zeman avance pour sa part que « l'intégration de la communauté musulmane est pratiquement impossible », la venue de ces migrants en Europe risquant de « se terminer comme à Cologne »[98].

Réactions d'un imam salafiste[modifier | modifier le code]

Inversement, Sami Abu-Yusuf, un imam salafiste d'une mosquée de Cologne, déclare à la presse que « les filles étaient les responsables des événements de la Saint-Sylvestre, parce qu'elles étaient à moitié nues et qu'elles portaient du parfum »[99].

Apres une enquête de «Express», un journal de Cologne, l'imam a tenu à préciser que ses propos avaient été sortis du contexte avant d'être relayés par plusieurs médias. «J'ai dit que nous avions un gros problème avec les Africains du Nord à Cologne. Les jeunes hommes prennent des médicaments et/ou se droguent. Le soir de Nouvel-An, ils boivent, ce qui les désinhibent.»

A la question de savoir si cela justifiait le fait d'agresser des femmes dans la rue, Sami Abu-Yusuf a répondu: «Bien évidemment que non. C'est interdit. Les femmes étaient peu habillées et elles avaient mis du parfum. Pour certains Africains du Nord, il s'agissait là d'une incitation à les toucher. Mais ça ne veut pas dire que je pense que les femmes n'ont pas le droit de s'habiller comme ça. Tout le monde doit accepter ça. Celui qui ne veut pas l'accepter doit aller dans un autre pays. Ça c'est la vérité.»[100]

Portée symbolique de ces agressions[modifier | modifier le code]

Une clé de lecture de l'indignation qui a saisi l'Allemagne après ces vagues d'agressions est la connaissance de la dimension symbolique de Cologne. En effet, cette ville abrite la cathédrale construite il y a 600 ans, monument le plus visité d'Allemagne et l'un des seuls édifices à avoir résisté aux bombardements constants de la Deuxième guerre mondiale[72], tandis que les gares allemandes bénéficient très généralement d'une grande confiance de la part des habitants[101].

Par ailleurs, l'Allemagne, et en particulier Cologne, a eu d'heureuses expériences avec les manifestations de masse telle la Love Parade, les diverses « fan zones » de Berlin mais aussi avec les grandes fêtes populaires organisées dans d’autres capitales régionales, Cologne étant l’une des villes allemandes les plus libérales et cosmopolites et dont la société civile est à la fois diverse et solide. Ces éléments soulignent la faillite symbolique ressentie par les Allemands lors de ces agressions de masse[101].

Historiquement, l'Allemagne est un pays où les femmes se faisaient rarement agresser dans la rue[5]. Ces crimes ont donc une dimension nouvelle pour les Allemands et les Allemandes.

Sondages[modifier | modifier le code]

Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique à l'IFOP, analyse un sondage effectué par son organisme : « L’enseignement principal, c’est l’impact très fort au sein de la société française des événements de Cologne. Une très large majorité de Français en ont entendu parler (84 % étant un score très élevé pour un événement à l'étranger) et ont été "marqués" par cela (pour 73 % d’entre eux) »[102] Seulement 17 % des Français considèrent que les médias traitent correctement le sujet[103].

Pour le magazine The Economist, se basant sur un sondage effectué dans les pays à majorité musulmane, « il y a vraiment un fossé culturel (cultural gulf) entre l'Europe riche, libérale, laïque et certains des pays d'où les migrants récents viennent ». Ainsi, par exemple, plus de 90 % des Tunisiens et des Marocains croient que la femme doit toujours obéir à son mari[104].

Selon un sondage réalisé mi-janvier 2016 en Allemagne, 50 % des personnes interrogées pense que la politique d'accueil des réfugiés porte la responsabilité des agressions de Cologne et pour 67 % d'entre elles que les événements de Cologne montrent l'échec des efforts d'intégration de ces dernières décennies[105].

Extension à l'analyse des crimes et délits par des migrants en Allemagne[modifier | modifier le code]

En 2014 à la suite d'une explosion des crimes et délits à Düsseldorf, une étude, « baptisée « Casablanca », porte sur le risque pour les jeunes migrants de tomber dans la criminalité au cours de la première année suivant leur arrivée en Allemagne. » Les résultats diffèrent fortement selon l'origine des migrants :

  • 40 % des jeunes marocains, algériens, bosniaques et monténégrins deviennent criminels au cours des douze premiers mois de leur séjour en Allemagne
  • 0,5 % pour les Syriens[106].

À la suite de ces informations, le gouvernement allemand voudrait dorénavant considérer comme sûrs l'Algérie et le Maroc. Il pourrait donc ainsi expulser ses ressortissants qui ne pourraient plus se prévaloir du droit d'asile[107].

Conséquences politiques[modifier | modifier le code]

Par delà les questions précises qui concernent les événements du Nouvel An, apparaît bientôt, du fait d'une très grand majorité de suspects d'origine étrangère (réfugiés ou non), une remise en cause de la politique du gouvernement allemand concernant l'immigration et plus particulièrement la crise migratoire en Europe. Dans le New York Times, Ross Douthat prenant acte des violences, commente : « si vous croyez qu'une vieille société sécularisée, jusqu'ici essentiellement homogène est susceptible d'absorber pacifiquement une migration de cette taille et de cette ampleur de différence culturelle, alors vous avez un avenir brillant comme porte-parole du gouvernement allemand actuel. [...] Vous êtes également un fou »[108]. Tirant des conclusions de ces événements, il enjoint Angela Merkel à démissionner[109]. The Sunday Times invoque pour sa part la « naïveté » de Merkel alors qu'une très grande partie de la presse internationale s'exprime de manière soit sceptique ou critique vis-à-vis de la politique de la chancelière allemande[110].

En conséquence des événements, l'administration allemande a placé l'Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des «pays sûrs» afin d'accélérer l'examen des demandes d'asiles et de favoriser les expulsions[111].

Conséquences sécuritaires[modifier | modifier le code]

Le carnaval de Cologne est un des plus importants d'Europe avec plus d'un million de personnes. Les autorités sont inquiètes du risque de renouvellement des événements du Nouvel An et envisagent la création de zones de sécurité pour les femmes[112].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


  1. lesoir.be, « Allemagne: les agressions du Nouvel An plus étendues qu’initialement annoncé », sur lesoir.be (consulté le 24 janvier 2016)
  2. « Agressions à Cologne : Angela Merkel pour l’expulsion des réfugiés condamnés », sur Le Monde,
  3. a, b, c et d Cécile Boutelet, « Cologne : « Les agresseurs étaient arrivés au cours de l’année 2015 » », LeMonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. a et b (de) « Alle 821 Anzeigen aus der Sex-Mob-Silvesternacht von Köln: BILD zeigt die Liste der Schande », sur BILD.de (consulté le 21 janvier 2016)
  5. a, b, c et d Cécile Boutelet (Cologne, envoyée spéciale), « Agressions du Nouvel An : à Cologne, « ce ne sera plus jamais comme avant » », Le Monde.fr (ISSN 1950-6244, consulté le 13 janvier 2016)
  6. « Violences à Cologne: le nombre de plaintes dépasse les 500 », sur lesoir.be (consulté le 13 janvier 2016)
  7. « Violences à Cologne: demande d'armes d'autodéfense en hausse, 652 plaintes », sur Libération.fr (consulté le 15 janvier 2016)
  8. Plus de 800 plaintes à Cologne, 7sur7.be,
  9. [1]
  10. a et b (en) « String of New Year's Eve sexual assaults outrages Cologne », Deutsche Welle, (consulté le 4 janvier 2016)
  11. « Cologne Police Chief Condemns Sex Assaults on New Year's Eve », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  12. a, b, c, d et e (en) « Police investigate organized crime ring's links to Cologne attacks », Deutsche Presse-Agentur, (consulté le 7 janvier 2016)
  13. a, b, c, d et e (en) « Germany shocked by Cologne New Year gang assaults on women » (consulté le 5 janvier 2016)
  14. a, b, c et d (en) "A 'new dimension' of sexual assault in Cologne".
  15. a, b et c « Reports of Attacks on Women in Germany Heighten Tension Over Migrants », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  16. « German police search for 1,000 men after mass sexual assault in Cologne », The Independent,‎ (lire en ligne)
  17. http://www.20minutes.fr/monde/1763675-20160111-cologne-suspects-agressions-quasi-totalite-origine-etrangere
  18. Cologne : la police désigne des délinquants maghrébins.
  19. « Nouvel An à Cologne: 55 des 58 agresseurs n'étaient pas des réfugiés », sur RTBF Info (consulté le 15 février 2016)
  20. « Prosecutor: Most Cologne New Year's suspects are refugees », sur Mail Online (consulté le 15 février 2016)
  21. ABC News, « Prosecutor: Most Cologne New Year's Suspects Are Refugees », sur ABC News (consulté le 15 février 2016)
  22. Agressions de Cologne: les suspects sont en majorité Marocains et Algériens
  23. a, b et c « Cover-up claim over NYE mass sexual assaults », sur The local de, (consulté le 4 janvier 2016)
  24. a et b Kate Connolly, « Tensions rise in Germany over handling of mass sexual assaults in Cologne », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  25. (de) « POL-K: 160102-1-K Übergriffe am Bahnhofsvorplatz - Ermittlungsgruppe gegründet », presseportal.de
  26. a et b (de) Mehr als 100 Anzeigen nach Übergriffen an Silvester - FAZ.net, Frankfurter Allgemeine Zeitung, in German
  27. (de) Polizei stockt Ermittlungsgruppe deutlich auf - Tagesspiegel.de, Der Tagesspiegel, in German
  28. (de) Als meine Freundin hinfiel, haben sich direkt vier Männer auf sie gestürzt - Focus.de, Focus, in German
  29. (de) Wolfgang Büscher, Martin Lutz et Till-Reimer Stoldt, « "Die meisten waren frisch eingereiste Asylbewerber" » [« La plupart étaient des demandeurs d'asile récemment arrivés »], Die Welt,‎ (lire en ligne).
  30. « Violences à Cologne: 561 plaintes pour 653 infractions », sur BFMTV, (consulté le 17 janvier 2016)
  31. « Plus de 800 plaintes à Cologne », sur BFMTV, (consulté le 20 janvier 2016)
  32. « Agressions à Cologne : d'autres actes du même type ont été répertoriés ces derniers mois », sur francetv info (consulté le 15 janvier 2016)
  33. « Une lettre retrouvée sur un suspect de Cologne: "Je veux baiser", "Je vais te tuer" », sur 7s7 (consulté le 15 janvier 2016)
  34. a et b Pas de pot pour Kamel Daoud: Hambourg relaxe les "violeurs"
  35. « Après Cologne, 133 plaintes déposées pour agression à Hambourg », Europe 1, (consulté le 17 janvier 2016)
  36. (de) Schon 53 Anzeigen in Hamburg nach Silvester-Übergriffen - Abendblatt.de, Hamburger Abendblatt, in German
  37. (en) « New Year sex attacks in Frankfurt, police say », The Local, (consulté le 6 janvier 2016)
  38. a, b, c et d (en) « Cologne sex attacks: Merkel disgust at New Year gang assaults », BBC News, (consulté le 5 janvier 2016)
  39. « Gruppen-Vergewaltigung in Weil am Rhein: 15-Jähriger festgenommen », sur www.bz-berlin.de, https://plus.google.com/103836563958470579573 (consulté le 13 janvier 2016)
  40. a et b « Silvesternacht: Sexuelle Übergriffe in Nürnberg und Ansbach - Nürnberg - nordbayern.de », sur www.nordbayern.deurl (consulté le 13 janvier 2016)
  41. a et b « Agressions sexuelles de Cologne et d’Europe du Nord : ces délicates questions que soulève le caractère simultané des attaques », sur Atlantico,
  42. « Allemagne: les agressions du Nouvel An sans doute plus étendues », sur Le Figaro,
  43. « Les agressions du Nouvel An pourraient avoir touché beaucoup plus largement l’Allemagne », sur Le Monde,
  44. « Allemagne: les terribles chiffres des agressions sexuelles du Nouvel an », sur L'Express,
  45. (de) « 1200 Frauen wurden Opfer von Silvester-Gewalt », sur Süddeutsche Zeitung,
  46. (de)[www.zeit.de/2016/47/sexuelle-uebergriffe-silvester-richterin-urteil-kritik/seite-2]
  47. « New Year’s Eve sex assaults also reported in Finland, [Switzerland] and Austria », sur news.com.au, News Corp Australia Network (consulté le 8 janvier 2016)
  48. Katri Kirsi, « KRP:n tutkinnanjohtaja: Suomessa ei suunniteltu vastaavaa kuin Kölnissä », YLE, (consulté le 8 janvier 2016)
  49. « Poliisi varautui uuden vuoden häirintään tehostetusti - kaikista ahdisteluyrityksistä tulee ilmoittaa poliisille », Poliisi, (consulté le 7 janvier 2016)
  50. « Une quinzaine d'agressions sexuelles commises le 31 décembre à Helsinki », sur rts.ch (consulté le 19 janvier 2016)
  51. a, b et c « Suède: de l’angélisme au racisme », sur Libération (journal),
  52. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/suede-la-police-a-cache-une-quinzaine-d-agressions-sexuelles-lors-d-un-festival_1752490.html Suède: la police a caché une quinzaine d'agressions sexuelles lors d'un festival
  53. http://www.sydsvenskan.se/malmo/gang-ofredade-kvinnor-pa-nyar-i-malmo/
  54. http://www.sydsvenskan.se/opinion/aktuella-fragor/det-var-som-om-djungelns-lag-radde-pa-knutpunkten/
  55. http://www.sydsvenskan.se/sverige/tva-misstankta-for-kalmarofredande/
  56. Nyheterna P4 Värml, « Grupper av yngre män misstänks ha ofredat flickor - P4 Värmland » (consulté le 13 janvier 2016)
  57. « Des agressions sexuelles à Zurich aussi », sur lematin.ch/ (consulté le 13 janvier 2016)
  58. a et b « Plusieurs plaintes en Autriche après des agressions sexuelles le soir du nouvel an », sur Le Figaro (consulté le 13 janvier 2016)
  59. a et b « Autriche: Plusieurs agressions sexuelles ont été commises la nuit du Nouvel-An », sur 20minutes.fr (consulté le 13 janvier 2016)
  60. a, b et c Blaise Gauquelin (Vienne correspondance), « En Autriche, comme à Cologne, des violences au Nouvel An », Le Monde (ISSN 1950-6244, consulté le 13 janvier 2016)
  61. (de) Festnahmen nach Gruppenvergewaltigung an Silvester, faz.net, 15 août 2016
  62. (de) Deutsche in Wien vergewaltigt – neun Festnahmen, welt.de, 15 août 2016
  63. (de) « Zahl der "Antänzer" deutlich höher als bisher bekannt », sur Der Tagesspiegel (consulté le 30 mai 2016)
  64. http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/allemagne-18-plaintes-de-femmes-pour-agressions-sexuelles-dans-un-festival-31-05-2016-5844841.php
  65. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/01/01/97001-20170101FILWWW00092-la-police-allemande-dit-avoir-empeche-des-agressions-a-cologne.php
  66. (en) « Reports of New Year's Eve sex assaults in Cologne fuel German migrant debate » (consulté le 5 janvier 2016)
  67. Berichterstattung zu Kölner Übergriffen: ZDF räumt "klare Fehleinschätzung" ein, spiegel.de,
  68. Agressions sexuelles à Cologne : la maire promet « les poursuites les plus fermes », lemonde.fr,
  69. Kölner Polizisten weichen von offizieller Darstellung ab, zeit.de,
  70. Wird der Polizei verboten, die Wahrheit zu sagen?, m.bild.de,
  71. (de) Renate Köcher, « Allensbach-Studie Mehrheit fühlt sich über Flüchtlinge einseitig informiert », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne)
  72. a et b « Agressions de Cologne : par peur des amalgames, certaines choses n'ont pas été dites », sur Le Figaro,
  73. (de) Michael Hanfeld, « Merkel in der Flüchtlingskrise Willkommens-Journalismus bis zum Abwinken », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne)
  74. Cologne : où sont passées les féministes ?, lefigaro.fr,
  75. Retour sur Cologne, Brice Couturier, franceculture.fr,
  76. (en) Silence on sex crimes will make racism worse
  77. Norway offers migrants a lesson in how to treat women
  78. Carnaval de Cologne: 22 agressions sexuelles le premier jour, Le Figaro, 5 février 2016
  79. a, b et c (en) « Cologne sex attacks: Women protest against assaults by gangs » (consulté le 5 janvier 2016)
  80. a, b et c (en) « Twitter storm as Cologne mayor suggests women stay at 'arm's length' from strangers » (consulté le 5 janvier 2016)
  81. (en) « Germany sex assaults could be linked to criminal gang », Cologne, Germany, CBS News, (consulté le 6 janvier 2016)
  82. (de) Dienstgruppenleiter über Silvester-Anruf „Streicht das Wort Vergewaltigung“, ksta.de, 2 mai 2016
  83. http://www.lepoint.fr/europe/agressions-a-cologne-une-attaque-planifiee-selon-un-ministre-10-01-2016-2008555_2626.php
  84. Le Journal des idées par Jacques Munier France culture
  85. « Agressions à Cologne : après l'indignation, la colère », sur Le Figaro,
  86. « Agressions du Nouvel An : à Cologne, « ce ne sera plus jamais comme avant » », sur Le Monde,
  87. Après Cologne, des féministes "dans le déni" pour Elisabeth Badinter, marianne.net, 21 janvier 2016
  88. Marieme Helie Lucas, interviewée par Marc Weitzmann, « Ce qui était visé est la place des femmes en Europe », Le Magazine littéraire n°566, avril 2016, pages 86-89.
  89. citation: von sich aus schon gar nicht eine große Nähe zu suchen zu Menschen, die einem fremd sind; zu denen man kein gutes Vertrauensverhältnis hat 16:24
  90. « Mayor of Cologne says women should have code of conduct to prevent future assault », The Independent,‎ (lire en ligne)
  91. Vidéo de la conférence de presse, minute 16
  92. http://www.berliner-zeitung.de/panorama/-philologenverband-warnt-vor-sex-sote-mit-fluechtlingen,10808334,32354322.html
  93. (en) « Germans shaken by New Year attacks on women in Cologne » (consulté le 5 janvier 2016)
  94. « Cologne : la police désigne des délinquants maghrébins », sur Le Figaro,
  95. « Allemagne: asile accéléré des Nord-Africains », sur Le Figaro,
  96. a et b (de) Slowakei will muslimische Flüchtlinge nicht ins Land lassen, zeit.de,
  97. Agressions à Cologne : la Slovaquie veut un sommet européen extraordinaire, Lemonde.fr,
  98. L'intégration de musulmans en Europe "pratiquement impossible", selon le président tchèque, lexpress.fr,
  99. Muslim cleric says Cologne sex attacks were the victims' fault because they wore PERFUME, dailymail.co.uk,
  100. www.20minutes.ch, 20 Minutes, 20 Min, www.20min.ch, « «Ça arrive parce qu'elles sortent à moitié nues» », 20 Minutes,‎ (lire en ligne)
  101. a et b « Après Cologne, Angela Merkel doit s’expliquer », sur Le Monde,
  102. La fracture d’après Cologne : 63% des Français considèrent que les pouvoirs publics sont dans le "politiquement correct" et minimisent les problèmes quand ils parlent d’immigration et de migrants, atlantico.fr, 15 janvier 2016
  103. 80% des Français considèrent que la question des migrants va compter lors de leur vote à l’élection présidentielle de 2017, atlantico.fr, 15 janvier 2016
  104. (en) Migrant men and European women, economist.com, 16 janvier 2016
  105. (de) Umfrage: 50 Prozent geben Flüchtlingspolitik Schuld an Kölner Übergriffen, faz.net,
  106. http://www.liberation.fr/planete/2016/01/22/cologne-le-revelateur-d-un-echec-d-integration_1428390
  107. Cologne, le révélateur d’un échec d’intégration, liberation.fr,
  108. Germany on the Brink, The New York Times, 9 janvier 2016
  109. Germany on the brink, nytimes.com,
  110. Internationale Presse zu Köln: "Es war immer klar, dass Merkel naiv war", huffingtonpost.de,
  111. Édouard Lamont, « Agressions à Cologne : les auteurs n'étaient pas des réfugiés », sur L'Obs, (consulté le 21 février 2016)
  112. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/germany/12122998/Cologne-sex-attacks-Safe-zone-for-women-planned-ahead-of-citys-carnival.html

Sur les autres projets Wikimedia :