Borkou-Ennedi-Tibesti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Borkou-Ennedi-Tibesti
Borkou-Ennedi-Tibesti
Carte du Tchad mettant en évidence le Borkou-Ennedi-Tibesti.
Administration
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Type Région
Chef-lieu Faya-Largeau
Démographie
Population 70 603 hab. (1993)
Densité 0,12 hab./km2
Géographie
Superficie 600 350 km2

Le Borkou-Ennedi-Tibesti (BET) est une ancienne unité administrative du Tchad.

La région est restée sous administration militaire française jusqu’en 1965, soit cinq ans après la déclaration d'indépendance du Tchad[1].

Entre 2002 et 2008, le Borkou-Ennedi-Tibesti a été l'une des 18 régions du Tchad (décrets N° 415/PR/MAT/02 et 419/PR/MAT/02) avec comme chef-lieu la ville de Faya-Largeau.

En , la région du Borkou-Ennedi-Tibesti a été démembrée pour faire place à trois nouvelles régions : le Borkou, l'Ennedi et le Tibesti.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La région du Borkou-Ennedi-Tibesti était, en , divisée en quatre départements :

Département Chef-lieu Sous-préfectures
Borkou Faya-Largeau Borkou Yala, Faya-Largeau, Kouba Olanga, Yebibou, Yarda
Ennedi Est Bahaï Bahaï, Bao Billiat, Kaoura, Mourdi, Bourdani, Amdjarass
Ennedi Ouest Fada Fada, Gouro, Kalait, Ounianga Kébir
Tibesti Bardaï Aouzou, Bardaï, Wour, Zouar, Zoumri

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la région était de 70 603 habitants en 1993 (RGPH), dont 59 479 sédentaires et 11 124 nomades.

Les groupes ethnico-linguistiques principaux sont les Daza (55,96 %), les Teda (22,63 %), les Zaghawa (0,1 %) et les Arabes (2,57 %).

Économie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Préfets du Borkou-Ennedi-Tibesti (1960-2017)[modifier | modifier le code]

Gouverneurs du Borkou-Ennedi-Tibesti (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marielle Debos, L'Empire qui ne veut pas mourir: Une histoire de la Françafrique, Seuil, , p. 543-552

Liens externes[modifier | modifier le code]