Paul Meurisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meurisse.
 Ne doit pas être confondu avec Paul Meurice.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Paul Meurisse
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Paul-Gustave-Pierre Meurisse
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Films notables

Paul Meurisse est un comédien français, né le à Dunkerque et mort le à Neuilly-sur-Seine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de petite bourgeoisie, il passe son enfance en Corse, puis à Dijon et fait ses études de droit à Aix-en-Provence où il devient clerc de notaire. Attiré par les tréteaux, il monte à Paris en 1936 pour participer à un radio-crochet, qu'il remporte. Il devient danseur de revue au Trianon, puis présente un tour de chant dans les cabarets, en interprétant de façon lugubre des chansons gaies. Pierre Dac le remarque et l'emmène en tournée. Dans son premier film, 24 heures de perm', tourné en 1940 mais sorti en salles en 1945, on le voit dans un court extrait de son tour de chant.

Mobilisé en 1939, il retourne au music-hall après la guerre et côtoie Maurice Chevalier sur scène. En avril 1940, il crée aux côtés d'Édith Piaf Le Bel indifférent de Jean Cocteau au théâtre des Bouffes-Parisiens. Elle devient sa compagne jusqu'en 1942. Par la suite, il se mariera avec trois actrices : Michèle Alfa (de 1942 à 1946), Micheline Cheirel (de 1951 à 1955) et Micheline Gary (de 1965 à sa mort, en 1979).

Après quelques rôles secondaires, sa carrière cinématographique démarre véritablement en 1946 avec Macadam dans lequel il interprète un voyou.

Acteur prolifique au cinéma, c'est aussi un comédien de tout premier plan au théâtre. Il est pensionnaire de la Comédie-Française à partir de 1956, mais doit quitter la Troupe de Molière lorsqu'il refuse de signer son contrat de sociétaire.

Il interprète la plupart de ses rôles avec la même élégance et le même flegme, tour à tour ironique ou inquiétant. Comme Jean Gabin ou Lino Ventura, il ne composait pas ses rôles, mais restait lui-même, parfois avec une affectation touchant à l’autodérision (en particulier dans L'Œil du Monocle). Superstitieux, il a toujours refusé de mourir à l'écran.

L'un de ses meilleurs rôles, pour ne pas dire le meilleur, est celui où il incarne le commissaire Blot dans le film Le Deuxième Souffle de Jean-Pierre Melville avec un monologue époustouflant lors de sa première apparition, une véritable anthologie du cinéma.

Son neveu Théobald Meurisse (1933-1993) a effectué une brillante carrière de chef décorateur au cinéma.

Il publie ses mémoires, Les Éperons de la liberté, à la veille de sa mort d'une crise cardiaque le . Il est inhumé au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Box-office France[modifier | modifier le code]

Films Année Entrées [1]
Macadam 1946 2 742 018
Inspecteur Sergil 1947 2 011 758
Bethsabee 1947 3 498 990
Le dessous des cartes 1948 1 412 157
Le Colonel Durand 1948 1 169 441
La Dame d'onze heures 1948 1 988 135
Dernière heure, édition spéciale 1949 1 093 429
Les Diaboliques 1955 3 681 871
L'Affaire des poisons 1955 1 507 420
Jusqu'au dernier 1957 1 244 915
Échec au porteur 1958 1 212 023
La Tête contre les murs 1959 609 007
Marie-Octobre 1959 2 598 081
Le Déjeuner sur l'herbe 1959 754 827
La Française et l'amour 1960 3 056 736
La Vérité 1960 5 694 993
Le Monocle noir 1961 1 624 217
L'Œil du Monocle 1962 1 254 646
Le Monocle rit jaune 1964 1 345 908
Le Majordome 1965 1 155 805
Quand passent les faisans 1965 1 003 633
Le Deuxième Souffle 1966 1 919 952
L'Armée des ombres 1969 1 501 132
Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques 1971 839 293
Doucement les basses 1971 1 009 536
Les Suspects 1974 234 552
Le Gitan 1975 1 788 111
L'Éducation amoureuse de Valentin 1975 541 395
Tombe de Paul Meurisse au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Croix du combattant
  • Médaille commémorative de la guerre 1939-1945 avec agrafe France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir et Blanc - 250 acteurs français du cinéma français 1930-1960, Paris, Flammarion, 2000, pp. 376-378.

Liens externes[modifier | modifier le code]