Víctor Paz Estenssoro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paz.

Víctor Paz Estenssoro
Illustration.
Víctor Paz Estenssoro en 1958.
Fonctions
Président de la République de Bolivie

(4 ans)
Prédécesseur Hernán Siles Zuazo
Successeur Jaime Paz Zamora

(4 ans)
Prédécesseur Hernán Siles Zuazo
Successeur René Barrientos

(4 ans, 3 mois et 22 jours)
Prédécesseur Hernán Siles Zuazo
Successeur Hernán Siles Zuazo
Biographie
Nom de naissance Ángel Víctor Paz Estenssoro
Date de naissance
Lieu de naissance Tarija (Bolivie)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Tarija (Bolivie)
Nationalité Drapeau de la Bolivie Bolivienne
Parti politique MNR

Víctor Paz Estenssoro
Présidents de la République de Bolivie

Ángel Víctor Paz Estenssoro, né le à Tarija, lieu où il meurt le , est un homme d'État bolivien.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est en 1941 qu'il fonde avec d'autres partis politiques ainsi que quelques intellectuels, le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR – Movimiento Nacionalista Revolucionario). Il restera président du MNR durant près de 50 ans. Il a également été ministre de l'Économie en 1941. Initialement très nationaliste, le MNR adopte un discours socialiste après son alliance avec le Parti ouvrier révolutionnaire, de tendance trotskyste et principalement composé de mineurs[1].

Il a été élu président de la Bolivie à quatre reprises. En 1951, il remporte les élections cependant l'armée lui en interdit l'accès. Le MNR lance alors, en 1952, une révolution et demande de nouvelles élections ; ce qu'il obtient. Il est donc élu pour la première fois le . Durant sa présidence, il instaure le suffrage universel, redistribue les terres du pays, améliore l'éducation de la population rurale, et nationalise les plus grandes compagnies minières du pays. Son mandat se termine le .

Il est ensuite élu pour la deuxième fois le . Il refuse une aide économique de l'Union soviétique par crainte de justifier les accusations de communisme lancées contre lui, et conclue une opération triangulaire avec des États-Unis, la République fédérale allemande et la Banque mondiale qui s'effectue au prix de licenciements massifs[2]. Il conserve pourtant l'appuie des paysans qui l'associent à la réforme agraire de 1952 et est réélu pour la troisième fois le . Cependant, il ne termine pas ce troisième mandat et ne reste que 3 mois. C'est son vice-président, René Barrientos Ortuño, qui l'oblige à démissionner et qui prend sa place de président le lors d'un coup d'État militaire[2].

Son dernier mandat de président a commencé le pour se terminer le . Il fut alors confronté à la crise économique et à l'hyperinflation, et invita en 1985 l'économiste Jeffrey Sachs à l'aider à restructurer l'économie. Martín Redrado, nommé président de la Banque centrale de la République argentine (es) en 2004, fit partie de cette équipe d'économistes.

Il est le président qui a gouverné la Bolivie le plus longtemps avec un total de 12 ans et 7 mois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Kalfon, Ernesto Guevara, une légende du siècle, Points, , p. 116-117.
  2. a et b Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’État modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 66.

Liens externes[modifier | modifier le code]