Liste d'élections en 1979

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chronologie des élections

Présentation des élections ayant eu lieu en 1979.

Par continent[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 29 juin : en Bolivie, les élections ne dégagent pas de net vainqueur. Siles (35,9 %) arrive en tête devant Paz (35,8 %) et Banzer (14 %), mais sans disposer de majorité absolue. Le Parlement se révèle incapable de trancher entre Siles et Paz et le président du Sénat Wálter Guevara Arze assure l’intérim pour un an (8 août). Les manœuvres politiques et les complots se multiplient pour préparer l’échéance électorale suivante. À l’Assemblée, l’armée est accusée de corruption.

Asie[modifier | modifier le code]

  • 22 avril[1] : élections organisées pour nommer une nouvelle Chambre des représentants en Thaïlande.

Europe[modifier | modifier le code]

  • 1er mars : élections législatives en Espagne. L’UCD obtient 37 % des suffrages (elle doit gouverner avec l’Alianza Popular).
  • 3 mai : les élections ramènent les conservateurs au pouvoir.
    • À la suite de sa défaite, le parti travailliste effectue un virage à gauche avec l’élection à sa tête de Michael Foot (1980), qui préconise la planification de l’économie, davantage de nationalisations, l’augmentation des impôts, le retrait de l’Europe et l’abandon immédiat de tout armement nucléaire. La fraction modérée (Jenkins, Williams, Rodgers, Owen) fait sécession pour fonder le parti social-démocrate (SDP) qui négocie une alliance avec les libéraux de David Steel en vue des élections de 1983.
  • 7 - 10 juin (CEE) : premières élections au parlement européen au suffrage universel dans les neuf pays membres de la CEE. Les chrétiens-démocrates et les sociaux démocrates dominent, mais doivent passer des compromis. Simone Veil est élue président de l’Assemblée.
  • 1er août (Portugal) : démission du gouvernement de Carlos Mota Pinto et dissolution du parlement. Gouvernement de transition de Maria de Lourdes Pintasilgo. Victoire de la droite modérée aux élections législatives de décembre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]