Jean-Bedel Bokassa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bokassa Ier
Illustration.
L'empereur Bokassa dans les années 1970.
Titre
Prétendant au trône de Centrafrique

(17 ans, 1 mois et 14 jours)
Prédécesseur Lui-même (empereur)
Successeur Jean-Bedel Bokassa Jr (en)
Empereur de Centrafrique

(2 ans, 9 mois et 16 jours)
Couronnement
Premier ministre Ange-Félix Patassé
Henri Maïdou
Prédécesseur Lui-même
(président de la République)
Successeur David Dacko
(président de la République)
Président de la République centrafricaine
Jean-Bedel Bokassa

(10 ans, 11 mois et 3 jours)
Premier ministre Élisabeth Domitien
Prédécesseur David Dacko
Successeur Lui-même (empereur)
Biographie
Dynastie Maison Bokassa
Nom de naissance Jean-Baptiste de Lasalle Bokassa
Date de naissance
Lieu de naissance Bobangui (Oubangui-Chari)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Bangui (Centrafrique)
Nature du décès Crise cardiaque
Sépulture Palais de Berengo
Nationalité centrafricaine
Parti politique MESAN
Père Mindogon Mgboundoulou
Mère Marie Yokowo
Conjoint 17 épouses dont Catherine Martine Denguiadé
Enfants 36 enfants dont
Jean-Serge Bokassa,Kiki Bokassa et Jean-Bedel Bokassa Jr Imperial Crown of Bokassa I.svg
Héritier Jean-Bedel Bokassa Jr
Entourage David Dacko (cousin germain) Barthélemy Boganda (cousin)
Profession Colonel
Religion Catholicisme/Islam

Jean-Bedel Bokassa
Empereurs centrafricains

Jean-Bedel Bokassa[1], né le à Bobangui (village de la préfecture de Lobaye) et mort le à Bangui, est un homme d'État et un militaire centrafricain qui fut le deuxième président de la République centrafricaine à partir de 1966, à la suite du coup d'État de la Saint-Sylvestre, avant de se faire proclamer empereur sous le nom de Bokassa Ier en 1976.

Son titre complet était « Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple centrafricain, uni au sein du parti politique national », le MESAN. Son accoutrement, sa cérémonie de couronnement extravagante et son régime étaient largement inspirés du règne de Napoléon Ier en France. Il met alors en place une politique très répressive dans tout le pays. En , l'opération Caban, organisée par la France, renverse Bokassa et l'opération Barracuda remet au pouvoir son propre cousin, l'ancien président David Dacko, ce qui aboutit à la fin de l'empire centrafricain[2]. Bokassa est ainsi emmené de force par les parachutistes français au Tchad et, de là, part en exil en Côte d'Ivoire, où il accuse la France de l'avoir trahi. En effet, depuis quelque temps, Bokassa se rapprochait de plus en plus de Kadhafi, dont la politique au Tchad était en contradiction complète avec les intérêts français.

Le , l'hebdomadaire satirique français Le Canard enchaîné révèle l'affaire des diamants, ce qui contribue à la défaite de Valéry Giscard d'Estaing lors de l'élection présidentielle de 1981. Bokassa revient sur cette affaire dans un livre[3], au milieu des années 1980, au cours de son exil français. Empereur déchu, il se réfugie à Abidjan, en Côte d'Ivoire, pendant quatre ans, puis en France, dans son château d'Hardricourt dans les Yvelines, pour finalement retourner à Bangui en octobre 1986, bien qu'il y eût été condamné à mort par contumace. Il est arrêté et jugé pour trahison, meurtre, cannibalisme et détournement de fonds. Le 12 juin 1987, Bokassa est acquitté des accusations de cannibalisme, mais reconnu coupable de tous les autres chefs d'accusation. Le 29 février 1988, le dictateur Kolingba manifeste son opposition à la peine capitale en annulant la peine de mort contre Bokassa et commue sa peine en prison à vie en isolement cellulaire[4], et, l'année suivante, réduit la peine à vingt ans[5]. Libéré en 1993, l'ex-empereur meurt à son domicile de Bangui à l'âge de 75 ans en 1996.

Naissance et enfance[modifier | modifier le code]

Jean-Bedel (de la contraction de Jean-Baptiste de La Salle ou du nom de Jean Bedel, auteur d'une grammaire pour enfants[6]) Bokassa naît dans un petit village situé à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Bangui en Centrafrique. Il perd ses parents à l'âge de six ans : son père, Mindogon Mgboundoulou, chef de village devant dresser des listes de recrues pour travailler pour la Compagnie forestière Sangha-Oubangui (CFSO, appelée la Forestière), finit par se rebeller contre les brutalités de l'administration coloniale, le travail forcé et les milices des sociétés coloniales. Il libère des prisonniers qui servaient d’esclaves dans des plantations de coton. Arrêté, emmené enchaîné à Mbaïki où il est jugé sommairement et condamné à la peine de mort, il est exécuté en public par des agents coloniaux sur la place du village, juste en dehors du bureau de la préfecture, le [7].

Marie Yokowo, la mère du jeune Bokassa, se suicide une semaine après l'exécution de son mari. C’est alors que Mbalanga, son grand-père, l'élève et prend en main son éducation.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Bokassa alors qu'il servait dans les troupes coloniales.

Les missionnaires des écoles qu'il fréquente veulent en faire un prêtre mais il s'engage finalement dans la Coloniale[8] de l'armée française en mai 1939. Il est par la suite sergent des Forces françaises libres (FFL) et participe au débarquement de Provence et à la bataille du Rhin. Après la guerre, il devient élève du Prytanée militaire de Saint-Louis au Sénégal puis à Châlons-sur-Marne. Il combat ensuite en Indochine et en Algérie, obtient la Légion d'honneur et la croix de guerre. Il est sous les ordres du général Marcel Bigeard lorsque celui-ci est en garnison en Afrique[9]. Il termine sa carrière dans l'armée française avec le grade de capitaine[10].

Il ne quitte pas l'armée française, mais est détaché comme conseiller militaire technique de l'armée pour la création, la formation et l'encadrement de l'armée centrafricaine naissante. C'est par la suite qu'il demande son départ de l'armée française pour être incorporé comme officier supérieur dans l'armée centrafricaine.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Les débuts politiques en Centrafrique[modifier | modifier le code]

Le cousin germain de Bokassa, David Dacko, devient le premier président de la République centrafricaine fraîchement indépendante. Ce dernier fait appel aux services de son cousin pour réorganiser l'armée du pays et le nomme colonel, conseiller militaire, puis chef d'état-major en 1964[10]. Le gouvernement de Dacko est confronté à plusieurs problèmes lors des années 1964 et 1965. L'économie stagne, l'administration commence à se déliter et les frontières du pays sont constamment franchies par les partisans de Patrice Lumumba au sud et par les rebelles de l'Armée de libération populaire soudanaise à l'est. Sous la pression des membres les plus radicaux du MESAN, dans le but de diversifier ses soutiens et d'affirmer son indépendance en matière de politique étrangère, Dacko établit des relations diplomatiques avec la Chine en 1964. Un autre problème qui mine le pays est la corruption généralisée. Bokassa en vient à penser qu'il doit renverser le gouvernement pour repousser l'influence du communisme et résoudre les problèmes du pays.

En juillet 1965, Dacko envoie Bokassa à Paris pour qu'il participe à la délégation présente au défilé du 14 juillet. Le 23 juillet, après avoir assisté à la cérémonie de fermeture de l'école d'entraînement des officiers qu'il a fréquentée quelques décennies plus tôt, Bokassa planifie son retour en Centrafrique. Toutefois, Dacko le lui interdit et Bokassa passe les mois suivants à essayer d'obtenir le soutien d'amis qu'il connaît dans les forces armées françaises et centrafricaines. Finalement, Dacko cède à la pression et permet à Bokassa de revenir en octobre. Les tensions entre le président et son chef d'état-major continuent de s'accroître dans les semaines qui suivent. En décembre, Dacko approuve une hausse du budget pour la gendarmerie mais rejette la proposition de budget pour l'armée de Bokassa. Celui-ci fait alors part à ses amis de sa lassitude envers l'attitude de Dacko et qu'il s'apprête à le renverser. Dans le même temps, Dacko prévoit de remplacer Bokassa par Izamo pour le poste de conseiller militaire. En outre, il veut promouvoir des officiers de l'armée loyaux à son égard et congédier Bokassa et ses partisans. En aucun cas il ne cherche à camoufler ses intentions. Il en fait d'ailleurs part aux anciens du village de Bobangui qui informent Bokassa. Ce dernier réalise qu'il doit agir rapidement. Il craint que ses cinq cents hommes ne fassent pas le poids contre la gendarmerie et la garde présidentielle. De plus, il s'inquiète d'une intervention française en soutien à Dacko. En effet, le 23 février 1964 à l'occasion de la tentative de coup d'état au Gabon contre Léon Mba, des parachutistes se sont interposés et ont permis au président en place de ne pas être renversé.

Coup d'État[modifier | modifier le code]

Bokassa est soutenu par le capitaine Alexandre Banza, qui a dirigé la base de Camp Kassaï au nord-est de Bangui et est aussi un ancien membre de l'armée française. C'est un homme intelligent, compétent et ambitieux, qui a joué un rôle central dans la planification du putsch. En décembre, de nombreuses personnes anticipent un coup d'État à venir et les perturbations susceptibles d'advenir. Les conseillers de Dacko le préviennent que Bokassa présente des signes d'instabilité mentale et doit être arrêté avant de pouvoir menacer le gouvernement. Néanmoins, Dacko ne tient pas compte de ces avertissements. À la fin de l'année 1965, Banza tente un coup d'État contre Dacko et envoie également des gendarmes pour tenter d'arrêter Bokassa. Peu après minuit, dès les premières minutes de l'année 1966, Bokassa et Banza réunissent leurs forces et leur font part de leur plan de renverser le gouvernement. Bokassa affirme que Dacko a démissionné de la présidence et a confié le poste à son proche conseiller, Jean Izamo. Ensuite, il dit à ses hommes que la gendarmerie s'apprête à soumettre l'armée qui doit agir immédiatement pour l'éviter. Par la suite, il demande à ses troupes si elles sont d'accord avec l'évolution de la situation et ceux qui refusent sont enfermés. À 0h30, Bokassa et ses partisans quittent Camp de Roux pour s'emparer de la capitale. Ils rencontrent peu de résistance dans leur entreprise. Bokassa et Banza peuvent se lancer à l'assaut du palais de la Renaissance, où ils essaient de capturer Dacko, qui s'avère pourtant introuvable. Bokassa commence à paniquer car il craint que le président n'ait été informé à l'avance de ses intentions. De ce fait, il ordonne à ses hommes de le rechercher dans les environs de Bangui jusqu'à sa capture.

Toutefois, Dacko n'est pas conscient des événements qui ont lieu dans la capitale. Après avoir quitté la propriété de son ministre vers minuit, il se dirige vers la maison de Simon Samba pour demander au chef des Akas de conduire un rituel de fin d'année. Il reste une heure avant d'être informé du putsch. Selon Titley, Dacko se dirige tout de suite vers le capitale, dans l'espoir de s'opposer au coup d'État avec l'aide des membres loyaux de la gendarmerie et des parachutistes français. D'autres comme Thomas E. Toole, professeur de sociologie et d'anthropologie à l'université d'État de Saint Cloud, pensent que Dacko n'essaie pas de résister et programme sa démission au profit de Jean Izamo. Dans tous les cas, il est finalement arrêté par des soldats patrouillant à Pétévo Junction, à la limite ouest de la capitale. Il est alors ramené dans le palais présidentiel où Bokassa l'accueille et lui dit : « j'ai essayé de vous prévenir mais désormais, il est trop tard ». Le président Dacko est emmené à la prison Ngaragba, à l'est de Bangui, vers deux heures du matin. Bokassa, dans un geste qu'il espère bénéfique pour sa popularité, ordonne au directeur de la prison de libérer tous les prisonniers. Retournant la situation à son profit, Bokassa neutralise la gendarmerie et renverse Dacko à son propre avantage.

Les années de pouvoir[modifier | modifier le code]

Début de la présidence[modifier | modifier le code]

Après la démission de David Dacko, un nouveau gouvernement est formé comportant trois ministres du cabinet précédent et six nouveaux titulaires dont trois officiers[11]. Bokassa accède ainsi au pouvoir le soir du et devient officiellement le 2e président de la République centrafricaine le lendemain[12].

Par la suite, les officiers de Bokassa parcourent le pays et arrêtent les alliés politiques et les proches de Dacko, dont Simon Samba, Jean-Paul Douate et plus de soixante membres de la garde présidentielle, tous incarcérés dans la prison de Ngaragba. Prosper Mounoumbaye, le chef de la sécurité présidentielle fuit le pays. Quelques semaines plus tard, il est emprisonné par les Congolais et extradé en Centrafrique le 23 janvier 1966. À Camp Kassaï, il est battu à mort en présence de Bokassa, Banza et Dacko. Jean Izamo subit un sort similaire quand il est transféré à la prison de Ngaragba le 10 janvier. En revanche, Dacko est épargné car Bokassa recherche la reconnaissance internationale et l'aide de la France qui serait compromise en cas d'exécution de Dacko. Celui-ci est détenu dans une petite pièce à Camp Dacko où il est coupé du monde. Le 3 février, il est emmené à Camp de Roux où il reste à l'isolement.

Dans le même temps, Bokassa se met en avant devant les médias, arborant ses médailles militaires et affichant sa force et sa virilité pour affirmer sa légitimité. Il forme un nouveau gouvernement, le Conseil révolutionnaire. Il suspend la constitution et dissout l'Assemblée nationale qu'il qualifie « d'organe sans vie qui ne représente plus le peuple ». Dans son adresse à la nation, Bokassa affirme que le gouvernement va tenir des élections dans le futur pour élire une nouvelle assemblée et écrire une nouvelle constitution. Il déclare aussi qu'il quittera le pouvoir une fois la menace communiste éliminée, l'économie stabilisée et la corruption éradiquée. Il permet au MESAN de continuer à vivre mais il interdit toutes les autres organisations politiques. Dans les mois qui suivent, il impose un grand nombre de règles nouvelles. Les hommes et les femmes âgés de 18 à 55 ans doivent prouver qu'ils ont un emploi. Autrement, ils doivent payer une amende ou sont emprisonnés. La mendicité est bannie tandis qu'une brigade de moralité est créée pour patrouiller dans les bars et les discothèques de la capitale. La polygamie, la dot et l'excision sont bannies. Enfin, Bokassa développe un système de transports publics à Bangui et finance la création de deux orchestres nationaux.

En dépit d'évolutions positives dans le pays, Bokassa peine à obtenir la reconnaissance de la communauté internationale. Il tente de justifier son putsch en expliquant qu'Izamo et des agents communistes chinois ont essayé de renverser le gouvernement et qu'il a du intervenir pour entraver l'influence du communisme. Il affirme que les agents chinois ont entraîné et armé des habitants des campagnes pour lancer une révolution. Le 6 janvier 1966, il expulse les représentants communistes et rompt les relations diplomatiques avec la Chine. Enfin, il affirme que le coup d'État était nécessaire pour mettre fin au développement de la corruption.

Relations avec la France[modifier | modifier le code]

Bokassa s'assure déjà de la reconnaissance diplomatique du président tchadien François Tombalbaye, qu'il rencontre à Bouca, dans l'Ouham. Après une nouvelle rencontre le 2 avril 1966 le long de la frontière sud du Tchad à Fort Archambault, les deux hommes s'assurent d'un soutien mutuel si l'un d'entre eux est menacé de perdre son pouvoir. Peu après, d'autres pays africains ouvrent des relations diplomatiques avec le nouveau gouvernement centrafricain. Dans un premier temps, la France est réticente à soutenir Bokassa et Banza doit se rendre à Paris pour convaincre le gouvernement français que le coup d'État a empêché le pays de sombrer dans l'anarchie. Bokassa rencontre le Premier ministre Georges Pompidou le 7 juillet 1966, qui continue de refuser de s'engager à soutenir le président centrafricain. Finalement, après que Bokassa a menacé de quitter la zone franc, Charles de Gaulle accepte de le recevoir en visite officielle à l'Élysée le 17 novembre 1966, ce qui, pour Bokassa, signifie que la France entérine le coup d'État.

Surnommé « le Soudard » par le général de Gaulle[13] (qui le reçoit de nouveau officiellement à Paris du 11 au 13 février 1969), Bokassa est plutôt populaire durant les sept premières années qu'il passe au pouvoir[14], en dépit de la violence de son régime qui pratiquait torture et exécutions sommaires. Le , il participa à la création de l’Union des États d'Afrique centrale (UEAC) avec le Congo-Kinshasa et le Tchad. Bokassa défend le retour à la terre, il met ainsi en place une réforme agraire le . Politiquement, il prône la valeur du travail et dénonce la corruption et la bourgeoisie. Francophile, son régime est soutenu par la France qui le considère favorable à la défense de ses intérêts dans la région, notamment les mines d'uranium de Bakouma, prospectées par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA)[15]. La France s'intéresse également à la position géographique stratégique de la Centrafrique qui se situe au milieu du puzzle africain[16].

Proche des trois premiers présidents successifs de la Cinquième République, il est passionné par l'histoire de France et admire le général de Gaulle qu'il surnomme « Papa » puis « père ». Bokassa va poursuivre cette relation quasi filiale entre les dirigeants français et centrafricains et donne au successeur du général, Georges Pompidou, l'appellation de « mon frère » puis de « cousin » pour le président Valéry Giscard d'Estaing.

Le 12 novembre 1970, il se rend en France pour l'hommage post-mortem au général de Gaulle avec plusieurs autres chefs d'État et de gouvernements du monde entier.

Présidence à vie et consolidation du pouvoir[modifier | modifier le code]

Avec les années, Jean-Bedel Bokassa renforce son emprise dictatoriale. Il s'autoproclame président à vie le puis se promeut maréchal le . Le , il forme un nouveau gouvernement, crée le poste de Premier ministre et nomme Élisabeth Domitien, qui est la première femme à occuper ce poste en Afrique.

En septembre 1976, il dissout le gouvernement pour le remplacer par le Conseil de la révolution centrafricaine. Son cousin David Dacko, dont il avait pris la place à la tête de l'État et qu'il avait fait emprisonner à N'garagba, devient son conseiller.

Il se déclare musulman en 1976 et change son nom en Salah Eddine Ahmed Bokassa avec l'objectif de plaire à Kadhafi pour bénéficier de l'aide financière libyenne[17],[18].

Empereur de Centrafrique[modifier | modifier le code]

Avènement[modifier | modifier le code]

En septembre 1976, Bokassa dissout le gouvernement et le remplace par le Conseil de la Révolution centrafricaine. Le 4 décembre 1976, au congrès du MESAN, Bokassa établit une nouvelle constitution et instaure la monarchie : l'« Empire centrafricain ». Il annonça sa reconversion au catholicisme et se couronna en tant que « Sa Majesté impériale Bokassa Ier » le 4 décembre 1977.

Bokassa eut de l'admiration pour Napoléon Bonaparte[19] et voulut dès lors imiter le consul qui se sacra Empereur. Les références à Napoléon durant le sacre furent nombreuses, telles que l'aigle impériale, la date (le , à deux jours près de la date anniversaire du sacre napoléonien le ) ou le dispositif inspiré du tableau de David[20],[21].

Sacre[modifier | modifier le code]

La cérémonie a lieu au palais des sports de Bangui. Le sacre se déroule au cours d'une cérémonie à laquelle assistent 5 000 invités, dont le ministre français de la Coopération Robert Galley. Aucun chef d'État ou de gouvernement ne s'y rend, excepté le Premier ministre de l'île Maurice Sir Seewoosagur Ramgoolam[22]. Pour marquer l'événement, Bokassa revêt une réplique du costume que portait Napoléon Ier lors de son sacre, une épaisse cape écarlate doublée de fourrure d'hermine blanche et d'une robe incrustée de perles sur laquelle étaient brodés en fils d'or des soleils et des abeilles[23]. La cérémonie est très fastueuse : 10 000 pièces d'orfèvrerie, 200 uniformes d'apparat, 600 smokings. De nombreux artisans et créateurs français furent mis à contribution par l'intermédiaire de Jean-Pierre Dupont. Un trône monumental fut créé par le sculpteur Olivier Brice, empruntant le symbole de l'aigle à Napoléon. La garde-robe impériale fut conçue par Pierre Cardin. La couronne en or pur, confectionnée par le joaillier Claude Arthus-Bertrand, comportait 7 000 carats de diamants, dont l'un de 60 carats, était estimée à près de cinq millions de dollars quand le salaire moyen en Centrafrique était d'environ 100 dollars[23]. La couronne représente l'aigle, principale composante des armoiries impériale, suivi de la devise centrafricaine Zo kwe zo (« Tout être humain est une personne »)[24]. À la fin de la cérémonie, le nouvel empereur remonte les rues de Bangui à bord d'un carrosse de bronze et d'or tiré péniblement par huit chevaux importés du haras national du Pin, situé en Normandie, envoyés par l'Élysée. Deux chevaux meurent lors du trajet, ce qui contraint la famille impériale à parcourir les derniers mètres en limousine. Le dîner fastueux de 10 000 couverts, soit 100 tonnes de nourritures[24], donné dans la cour intérieure du palais de la Renaissance[25] et animé par le chanteur Manu Dibango, se termine par une énorme pièce montée de plus de 2 mètres de haut réalisée le matin même à Paris[26] et est parachevé par un immense feu d'artifice au-dessus de la jungle[27]. Le lendemain, proclamé par Bokassa jour férié, un grand défilé national fut organisé, avec des militaires, des pygmées, des majorettes ou encore des événements sportifs[24].

La cérémonie est raillée, y compris par les journalistes-présentateurs de TF1 et d'Antenne 2[24], pour ses ratés : le grandiose pompeux, la mauvaise logistique, la foule conviée de force, les chevaux mourant de chaleur, les menaces d'impayés sur les bijoux et les roues du carrosse, ce dernier est en fait d'occasion, construit pour Caroline chérie. Le kitsch est dénoncé, les observateurs voient en ce mélange pot-pourri de culture européenne et africaine — bien que les Centrafricains fussent décrits comme indifférents face au « couronnement africo-napoléonien » — une caricature, un « carnaval équatorial » ou une « tragédie-bouffe »[21].

On chiffre la cérémonie à quelque 100 millions de francs, financés en partie par le « cher cousin » Mouammar Kadhafi[28]. C'est le quart du budget annuel du pays, ou pratiquement le montant de l'aide annuelle au développement de la France pour la Centrafrique. Cette aide sera réduite après le sacre, quand les États-Unis la supprimèrent dès le lendemain des festivités[24].

Bokassa devint ainsi le troisième souverain impérial au monde après Hirohito du Japon et Mohammad Reza Pahlavi d'Iran et le premier empereur africain depuis Haïlé Sélassié[24]. Le titre complet du nouvel empereur est « Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple centrafricain, uni au sein du parti politique national : le MESAN » (Mouvement pour l'évolution sociale de l'Afrique noire). Ce dernier épisode lui vaut une réputation de mégalomane. Bokassa justifie ses actions en déclarant que la création d'une monarchie aidera la Centrafrique à se distinguer des autres pays africains et à gagner le respect des autres pays du monde. Il prétend mettre en place une monarchie constitutionnelle, mais son régime demeure une dictature redoutable et violente.

Un film de son couronnement a été réalisé par le service cinématographique de l'Armée française sur commande de la France pour les archives personnelles de Bokassa[29]. Des bobines de ce film furent stockées avec précaution dans les archives de l'ECPAD car le générique présente l'annonce de son sacre sous forme de lettres roses pailletées de diamants. Le service d'animation de l'ECPAD voulait en effet montrer sa capacité à créer de nouvelles techniques d'effets spéciaux et ainsi annoncer le faste de la cérémonie. L'affaire des diamants incita les dirigeants de l'ECPAD à placer le film au coffre sous la mention « diffusion restreinte » jusqu'à sa déclassification en [30].

Bokassa anthropophage ?[modifier | modifier le code]

L'empereur Bokassa et le président roumain Ceausescu.

L'anthropophagie doit être rapidement évoquée car, contrairement à ce qu'ont pu écrire des médias français (Le Monde, France-Soir)[31] en 1979, elle n'est pas une pratique tolérée en Centrafrique à l'époque de Bokassa. En revanche, la manducation des corps, post mortem, fut une pratique sociale reconnue aux temps précoloniaux et parfois encore pratiquée bien qu'interdite[32]. Depuis toujours, en effet, « la manducation du corps d'un ennemi mort au combat ou exécuté, ainsi que celle d'un parent défunt, permettent d'acquérir les forces vitales du trépassé. Une telle pratique n'a rien d'asocial : ne sont consommés que des membres du groupe décédés normalement ou des ennemis. Rien n'est donc répréhensible dans cette pratique aux yeux des villageois qui s'y livrent […] le seul but était de faire participer l'individu à la grande force vitale qui anime la Nature »[33].

Des rumeurs prétendant que Bokassa s'adonnait au cannibalisme à l'occasion furent lancées à la suite du dîner donné lors de son sacre en 1977 : voulant blaguer, l'empereur chuchota au ministre français de la Coopération Robert Galley : « Vous ne vous en êtes pas rendu compte, mais vous venez de manger de la chair humaine[34]. » Ces rumeurs lui valurent le surnom de « l'Ogre de Berengo », mais ces accusations furent rejetées lors de son procès et jugées improbables par les nombreux enquêteurs dépêchés sur place à la suite de son renversement. Selon le journaliste Patrick Pesnot, s'il n'est pas impossible que Bokassa ait pu pratiquer la manducation sous cette forme traditionnelle, il est difficile d'accepter sans preuves, à ce stade inexistantes, l'accusation de cannibalisme à son encontre, d'autant plus qu'il semblerait que cette histoire ait été inventée par les services secrets français pour ajouter du crédit à l'image de monstre qu'on voulait donner de Bokassa à l'époque pour justifier son renversement[35].

Derniers mois de règne[modifier | modifier le code]

Bokassa, le jour de son sacre, s'est ridiculisé auprès de ses pairs africains puis, lorsque « l'empereur de Françafrique » souhaite obtenir une bombe atomique, indispensable à la sécurité de l'Empire centrafricain, le président Valéry Giscard d'Estaing le lâche[36]. Dès , des manifestations de lycéens ont lieu car Bokassa a instauré une tenue unique à l'école mais beaucoup de familles refusent de la payer. Prudent, il n'arme ni sa police ni son armée. Plus tard, il acceptera qu'on arme les soldats mais, devant l'ampleur de la répression qu'il n'a pas voulue si violente, l'empereur limoge de nombreux officiers. Bokassa, qui souhaite contrebalancer la tutelle politique et économique de la France, a commencé à se rapprocher discrètement du colonel Kadhafi alors que la France est en guerre avec ce dernier au Niger, mais son projet est immédiatement connu du gouvernement du président Giscard d'Estaing qui lui envoie son conseiller personnel, le magistrat René Journiac, pour le rappeler à l'ordre. Bokassa, exaspéré par les réprimandes, assène un coup de sa canne sur la tête de Journiac. Comme le dey d'Alger avec son éventail, il signe ainsi sa fin. Journiac repart en France en préparant les instructions pour remplacer immédiatement Bokassa.

Renversement et chute[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du , alors que Bokassa Ier se trouve en Libye pour officialiser son rapprochement avec le colonel Kadhafi, le SDECE lance l'opération Caban. L'opération militaire débute le .

Un commando infiltré du service Action accueille le Transall du 1er RPIMa commandé par le colonel Briançon-Rouge à l'aéroport de Bangui-Mpoko. Après avoir neutralisé l'aéroport, des renforts atterrissent et le chef des Forces spéciales contacte le colonel Bernard Degenne basé à N'Djaména, capitale du Tchad, pour qu'il envoie ses « barracudas », nom de code pour huit hélicoptères Puma et transports aériens Transall. La prise de Bangui peut débuter. Le lendemain aux alentours de minuit et demi, David Dacko annonce officiellement la chute de l'Empire centrafricain et proclame la République[37]. Ancien président renversé par Bokassa en 1966, Dacko rétabli la République centrafricaine et en redevient le président. Il est immédiatement soutenu par une deuxième phase, menée par des troupes régulières de l'armée française, appelée opération Barracuda et dirigée par le colonel Bernard Degenne basé à N'Djaména, la capitale du Tchad. Les hommes du 1er RPIMa sont évacués quatre heures seulement après leur arrivée, marquant la fin de l'opération Caban[38].

Chute et affaires[modifier | modifier le code]

Le , un mois après la chute du despote africain, Le Canard enchaîné publie le fac-similé d'une commande de Bokassa en 1973 au Comptoir national du diamant pour une plaquette de diamants de trente carats destinée à Valéry Giscard d'Estaing, alors ministre des Finances. Le journal satirique évalue alors à un million de francs la valeur de ces diamants, estimation contestée par certains experts[39]. Le Monde reprend l'information dans l'après-midi. Dans un éditorial intitulé « La vérité et l'honneur » signé par Jacques Fauvet mais co-écrit avec Philippe Boucher[40], le journal déplore l'absence de commentaires du chef d'État français alors que l'agence France-Presse publie dans l'après-midi une dépêche de l'Élysée indiquant « que les échanges de cadeaux de caractère traditionnel, notamment lors des visites de membres du gouvernement dans les États étrangers, n'ont, en aucun cas, ni le caractère ni la valeur qui ont été mentionnés par certains organes de presse à propos du Centrafrique ». Selon Laurent Martin, cette réponse est perçue comme ambiguë par la presse d'opposition[41] et certains journaux étrangers[42]. Dans ses mémoires, Giscard d'Estaing déclare hésiter mais finalement refuse de faire saisir le journal pour se conformer à une promesse faite en 1974 lors de son élection.

Le , une contre-enquête détaillée du journal Le Point[43] confirme la réalité des cadeaux de Bokassa à ses hôtes étrangers et n'infirme pas l'authenticité de la signature de Bokassa[44], mais conteste la valeur supposée des diamants offerts à Giscard d'Estaing tels qu'ils avaient été estimés par Le Canard enchaîné et Le Monde[45]. Lors de la campagne présidentielle de 1981, Valéry Giscard d'Estaing revient en partie sur ses dénégations et le mépris exprimé en 1979 ; il déclare, le , dans le Grand Débat sur TF1 : « En fait, ce n'était pas du tout, comme on l'a dit, des diamants, c'est-à-dire de grosses pierres ayant une grande valeur et que l'on pouvait garder pour soi, auxquelles on pouvait donner je ne sais quelle destination. C'était plutôt des produits de la Taillerie de Bangui qui sont plutôt utilisables sur un plan de décoration en bijouterie »[46].

Après le pouvoir[modifier | modifier le code]

Exil[modifier | modifier le code]

Bokassa est jugé et condamné à mort par contumace en décembre 1980 pour le meurtre de nombreux rivaux politiques. Exilé en Côte d'Ivoire puis en France, il réside au château d'Hardricourt (Yvelines). Il revient d'exil le 24 octobre 1986. Il est immédiatement arrêté par les autorités centrafricaines dès qu'il descend de l'avion et est jugé pour 14 accusations différentes, y compris trahison, meurtre, cannibalisme, utilisation illégale de propriété, agression et coups et détournement de fonds. Maintenant que Bokassa est inopinément entre les mains du gouvernement centrafricain, les républicains sont tenus par la loi de le juger en personne, lui accordant le bénéfice d'un avocat de la défense. À la comparution devant le tribunal de Bokassa, le par contumace. Le verdict de 1980 a été annulé et un nouveau procès a été ordonné pour lui. Bokassa a plaidé non coupable de toutes les charges retenues.

Condamnations et procès[modifier | modifier le code]

Le , au terme de son second procès, il est reconnu non coupable des charges de cannibalisme, mais la peine de mort est confirmée pour les autres charges. Sa peine est d'abord commuée en prison à vie en février 1988, puis en dix ans de réclusion.

Mort et inhumation[modifier | modifier le code]

Bokassa est finalement amnistié par André Kolingba en 1993 (ce fut son dernier acte présidentiel) et meurt en 1996 d'un arrêt cardiaque à 75 ans. Il est inhumé dans son ancien palais de Berengo. Il est « réhabilité dans tous ses droits » par le président François Bozizé le , à l'occasion de la fête nationale et du cinquantenaire de la proclamation de l'indépendance de la République centrafricaine.

Il avait 17 femmes et 36 enfants reconnus à charge[47],[48].

Son avocat fut Raymond de Geouffre de La Pradelle[49]. François Gibault et Francis Szpiner l'ont également été[50].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Pratiquant activement la polygamie, Bokassa avait 17 femmes :

  • Annette Van Helst, mariée à Bokassa après la Seconde Guerre mondiale ;
  • Marguerite Green Boyanga (née vers 1923 et décédée le 4 décembre 1959), d’origine britannique et angolaise ;
  • Martine Nguyen Thi Hue (née vers 1934). Bokassa l’a rencontrée à Hanoï ;
  • Jacqueline Nguyen Thin Than (née au Vietnam, est décédée à Toulon, France), avait épousé en premières noces Placide Adoum en 1956. Bokassa l’a épousée en 1957. Ils ont eu deux fils. Ils ont divorcé en 1961. Elle s'est remariée à un sergent-chef ;
  • Astrid Elisabeth Van Erpe (née en 1945), issue d'une famille d'origine française et belge, elle s'est installée à Bangui en 1949 et s’est marié avec Bokassa le 3 mars 1962, au consulat français de Bangui. Comme Astrid ne pouvait pas avoir d'enfant, ils ont finalement divorcé en 1967 ;
  • Catherine Martine Denguiadé (née en 1949), mariée à Bokassa en 1964, elle fut choisie comme épouse favorite et reçut le titre d'impératrice. Leur fils, Jean-Bedel Bokassa Junior, fut désigné prince impérial héritier ;
  • Marie-Joëlle Aziza-Eboulia (née en 1955 et décédée en 2001), elle a étudié au Lycée Léon M’ba de Libreville, au Gabon. Bokassa l’a épousée le 18 février 1970 ;
  • Éliane Mayanga, mariée à Bokassa en 1971. Elle quitte la République centrafricaine en 1972 ;
  • Alda Adriano Geday (née en 1954), fille d'Adriano Geday, un homme d'affaires libanais et de Rosine Orstein, elle s'est mariée à Bokassa le 4 mai 1974 ;
  • Gabriella Drimbo (née en Roumanie), Bokassa l’a épousée en avril 1975. Gabriella a quitté l'Empire centrafricain en novembre 1977 ;
  • Chantal Belleka (née en République centrafricaine) ;
  • Marie-Reine Hassen (née en 1954), mariée à Bokassa en 1976 à l'âge de 14 ans. En 1978, elle parvient à se libérer et rejoint sa famille en France[51] ;
  • Uta (née en 1959 à Brème, Allemagne), Bokassa l’a rencontrée en 1977 ;
  • Brigitte Eyenga (née au Cameroun) ;
  • Augustine Assemat (née en Côte d’Ivoire) ;
  • Zara Victorine ;
  • Marie-Charlotte Mathey.

De ses 17 mariages, Bokassa a eu 36 enfants légitimes, qui ont tous reçu le titre de Prince ou Princesse et le titre d'Altesse Impériale à partir du 4 décembre 1976, dont :

  • Georges Bokassa ;
  • Martine Bokassa ;
  • Jean Charles Bokassa ;
  • Saint Cyr Bokassa ;
  • Nicole Bokassa ;
  • Marie Alice Bokassa ;
  • Saint Sylvestre Bokassa ;
  • Jean Parfait Bokassa ;
  • Marie Ange Bokassa ;
  • Jean Bokassa ;
  • Charlemagne Bokassa ;
  • Jean-Serge Bokassa ;
  • Jean-Bedel Bokassa Junior, héritier présomptif[52] ;
  • Kiki Bokassa, artiste ;
  • Lucienne Bokassa-Barbier-Mueller ;
  • Marguerite Bokassa ;
  • Marie-France Bokassa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Également orthographié « Jean-Bédel ».
  2. VGE, Ibid., p. 319-325.
  3. Roger Delpey, La Manipulation, Jacques Grancher, , 346 p. (OCLC 7784951).
  4. « Built For Designers & Developers » [archive du ], Americancivilrightsreview.com (consulté le 11 juin 2014)
  5. Christenson 1991, p. 37.
  6. Jacques Duchemin, L'Empereur, Paris, Albin Michel, , 363 p. (ISBN 2-226-01180-3), p. 40.
  7. Calixte Baniafouna, Les Noirs de l'Élysée, t. 1 : Un palais pas comme les autres, Paris, L'Harmattan, coll. « Études africaines », , 360 p. (ISBN 978-2-296-11269-8, OCLC 690763733, lire en ligne), p. 62.
  8. Après sa carrière militaire, il s'écriait « Nom de Dieu, vive la Coloniale ! » en présence de ses compagnons d'armes.
  9. Marcel-Maurice Bigeard, Ma vie pour la France, Monaco, éditions du Rocher, , 502 p. (ISBN 978-2-268-06435-2 et 9782914214841, OCLC 650205417), p. 414.
  10. a et b Jean-Pierre Bat, « Bokassa, dernier empereur d'Afrique », L'Histoire, décembre 2013, no 394, p. 68.
  11. Documents Diplomatiques Français: 1966 Tome II (1er juin-31 juin, Volume 30), p. 174, Éditeur PIE Peter Lang, 2006 (ISBN 978-90-5201-321-3)
  12. André Saura, Philibert Tsiranana, 1910-1978 : premier président de la République de Madagascar, vol. 1 : À l'ombre de de Gaulle, Paris, Harmattan, coll. « Études africaines », , 382 p. (ISBN 978-2-296-01330-8, OCLC 76893157, lire en ligne), p. 245.
  13. « Si nous avons vu qu'à l'heure du putsch de la Saint-Sylvestre Bokassa n'était pas démuni d'appuis dans les milieux français (secteur privé et Jacques Foccart, conseiller aux Affaires africaines), il n'empêche que le général de Gaulle fut très irrité à l'annonce de la prise du pouvoir par le « Soudard » qui appelait le Général « Papa ». Et il le fit sentir ! » dans Didier Bigo, Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Paris, Editions Karthala, , 341 p. (ISBN 978-2-86537-213-3, OCLC 21445679, lire en ligne), p. 96.
  14. Pierre Lunel, Sexe, mensonges et politique, Archipel, , 280 p..
  15. Violaine Challeat-Fonck et Pierre Péan, « Bokassa », émission La Marche de l'Histoire, 18 novembre 2010.
  16. Jacques Pilet, « La chute de Bokassa », sur Rts.ch, (consulté le 5 mai 2016).
  17. Richard Filakota, Le renouveau islamique en Afrique noire : L'exemple de la Centrafrique, Éditions L'Harmattan, coll. « Études africaines », , 210 p. (ISBN 978-2-296-21525-2, OCLC 315137777, lire en ligne), p. 136.
  18. Didier Bigo, Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Karthala, , 337 p. (ISBN 978-2-86537-213-3, OCLC 21445679, lire en ligne), p. 242 « Mais ce dernier lui rappelle sa très brève conversion à l'islam : le temps d'« empocher ses millions et de remercier l'islam pour devenir empereur ». ».
  19. À Jeune Afrique : « Il y a beaucoup de similitudes entre Napoléon et moi. C'était un officier issu d'une famille pauvre qui est devenu empereur. Son histoire est admirable car il a fait beaucoup de choses pour son pays »
  20. « 4 décembre 1977 : Bokassa s'autoproclame empereur lors d'un remake du sacre de Napoléon », sur Le Figaro,
  21. a et b Docs interdits, épisode Notre ami l'empereur Bokassa Ier, diffusé le 2 avril 2013
  22. Olivier Thomas, « Les dessous du sacre de Bokassa Ier », L'Histoire, no 382,‎ (lire en ligne), p. 34.
  23. a et b Jean-Pierre Bat, « Bokassa, dernier empereur d'Afrique », L'Histoire, décembre 2013, no 394, p. 67.
  24. a b c d e et f Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Docs
  25. Le menu comprend caviar d'Iran, chaussons aux écrevisses et salade fraîche en provenance des campagnes françaises, suprême de capitaine à l'oseille, antilope sauce grand veneur, foie gras, et est arrosé de 60 000 bouteilles de champagne et de bourgogne.
  26. Censé être l'apothéose du dîner avec un envol de tourterelles placées à sa base, ce moment tourne au fiasco : les oiseaux épuisés n'ont pas supporté la chaleur du voyage en avion.
  27. Jean-Barthélémy Bokassa et Olivier Keravel, Saga Bokassa, Portes du Soleil-Respublica, , p. 128.
  28. « Indécents tyrans » (version du 12 février 2012 sur l'Internet Archive), sur Lemonde.fr à partir de Wayback Machine.
  29. Patrice Tessier, film « 4 décembre 1977 : couronnement de sa majesté impériale Bokassa Ier, empereur de Centre-Afrique », France, 4 décembre.
  30. Emmanuel Blanchard, documentaire Bokassa Ier, empereur de Françafrique, 2011.
  31. (en) Brian Titley, Dark Age. The Political Odyssey of Emperor Bokassa, McGill-Queen's Press, , p. 231.
  32. Emmanuel Germain, La Centrafrique et Bokassa : 1965-1979 : force et déclin d'un pouvoir personnel, Paris, L'Harmattan, coll. « Études africaines », , 285 p. (ISBN 978-2-7384-9994-3, OCLC 47049844, lire en ligne), p. 180-186.
  33. Jean-Pierre Magnant, « Loi et Superstition » dans Science et Superstition, colloque à l'université de Bangui, 21-23 mai 1983.
  34. Mikal Hem, Et si je devenais dictateur, Gaïa Éditions, , p. 87.
  35. Monsieur X & Patrick Pesnot, Les dossiers secrets de Monsieur X : Les dessous de la Françafrique, Éditions Nouveau Monde & France Inter, 2008.
  36. René-Jacques Lique, Bokassa Ier, la grande mystification, Chaka, , p. 84.
  37. Jean-Barthélémy Bokassa et Olivier Keravel, Les Diamants de la trahison, Laffont, 2006 (ISBN 978-2756900742).
  38. Stephen Smith et Géraldine Faes, Bokassa Ier : un empereur français, Calmann-Lévy, Paris, 2000
  39. Dans un courrier des lecteurs de The Economist, 18 février 1989, traduit et cité par VGE dans ses mémoires, M. Copperman, écrit que cette valeur était pourtant supérieure à la valeur totale du stock de diamants polis détenu par le CND, seul producteur de diamants polis et taillés en Centrafrique. M.Copperman fut directeur du CND.
  40. Raphaelle Bacqué, Le jour où... « Le Monde » choisit de torpiller Giscard, Le Monde, 25 juillet 2014
  41. Laurent Martin op. cit. p. 441 et p. 695.
  42. Laurent Martin op. cit. p. 441 et p. 694 Les informations firent le tour de la planète  : le grand quotidien japonais Asahi Shimbun,(…) le Washington Post, (…) New York Times, Time(…), Newsweek.
  43. Cité dans le livre de Valéry Giscard d'Estaing et par L'Express no 2925 du 26 juillet au 1er août 2007 dans l'article de Clémence Pène intitulé « Les diamants de Bokassa, le petit cadeau qui fit trébucher Giscard ».
  44. L'ancienne secrétaire de Bokassa, Mme Dimitri, citée dans la note de l'empereur et retrouvée par Le Point, déclare même : « Je ne conteste pas son authenticité ».
  45. L'hebdomadaire interroge l'ancienne responsable de la préparation et de la gestion des cadeaux de Bokassa à ses invités de marque qui confirma l'authenticité des documents publiés mais infirme la valeur supposée des compositions de diamants offerts à Giscard d'Estaing - citation à fournir.
  46. ina.fr.
  47. Selon un de ses petits-fils, Jean-Barthélémy Bokassa, interviewé sur Paris Dernière diffusé le .
  48. Jean-Barthélémy Bokassa et Olivier Keravel, Saga Bokassa, Portes du Soleil-Respublica, , p. 213.
  49. Jean-Barthélémy Bokassa et Olivier Keravel, Saga Bokassa, Portes du Soleil-Respublica, , p. 165.
  50. Gaspard Dhellemmes, « Le goût de l'indéfendable », Vanity Fair no 61, septembre 2018, p. 104-109 et 145.
  51. Véronique Escolano, À 16 ans, mariée de force à l'empereur Bokassa, Ouest-France, 26/09/2013.
  52. Richard Bradshaw et Juan Fandos-Rius, Historical Dictionary of the Central African Republic, Rowman & Littlefield Publishers, , 816 p. (ISBN 978-0-8108-7992-8, lire en ligne), p. 130

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Biographies et portraits[modifier | modifier le code]

Ouvrages thématiques[modifier | modifier le code]

  • André Baccard, Les martyrs de Bokassa, Paris, Editions du Seuil, coll. « Histoire immédiate », , 349 p. (ISBN 978-2-02-009669-0, OCLC 17764009).
  • Didier Bigo, Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Paris, Editions Karthala, , 341 p. (ISBN 978-2-86537-213-3, OCLC 21445679, lire en ligne).
  • Roger Delpey, Le Blanc et le Noir : Le hold-up du siècle, , 242 p. (OCLC 463695885).
  • Jean Français, Le putsch de Bokassa : Histoire secrète, Paris, L'Harmattan, coll. « Mémoires africaines », , 116 p. (ISBN 978-2-7475-5693-4, OCLC 54459601).
  • Bélizaire Prudence, Mindongon ou la rébellion visionnaire, Paris, Négritude, 1997.
  • Ahmadou Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, roman, Paris, Éditions du Seuil, 1998.
  • Emmanuel Germain, La Centrafrique et Bokassa : 1965-1979 : force et déclin d'un pouvoir personnel, Paris, L'Harmattan, coll. « Études africaines », , 285 p. (ISBN 978-2-7384-9994-3, OCLC 47049844, lire en ligne).
  • Marie-France Bokassa, Au château de l'ogre, Flammarion, 2019.

Entretiens radiophoniques[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Didier Bigo, « Ngaragba, « l'impossible prison » », Revue française de science politique, 39e année, no 6, 1989. p. 867-886. [lire en ligne].
  • Jean-Pierre Bat, « Bokassa, dernier empereur d'Afrique », L'Histoire, , no 394, p. 66-71.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Échos d'un sombre empire (Echos aus einem düsteren Reich), film de Werner Herzog, Films sans frontières, Sera Filmproduktion, Werner Herzog Filmproduktion, 1990, 1 h 26 min.
  • Bokassa Ier, empereur de Françafrique, film d'Emmanuel Blanchard, Programm 33 et ECPAD, 2010.
  • Notre ami l'empereur Bokassa Ier, film de Cédric Condom, France 3, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]