Amédée III de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amédée III de Savoie
Titre Comte de Savoie
(11031148)
Prédécesseur Humbert II de Savoie
Successeur Humbert III de Savoie
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance v. 1095
Décès 30 août 1148
Nicosie
Père Humbert II de Savoie
Mère Gisèle de Bourgogne
Conjoint (1) Adélaïde
(2) Mahault d'Albon
Enfants Alix de Savoie
Mathilde de Savoie
Agnès de Savoie
Humbert III de Savoie
Jean de Savoie
Pierre de Savoie
Guillaume de Savoie
Marguerite de Savoie
Isabelle de Savoie
Julienne de Savoie

Armoiries Savoie Ancien.svg

Amédée III de Savoie[1] ou de Savoie-Maurienne, est né vers 1095 et mort le 30 août 1148 à Chypre lors de la deuxième croisade. Fils d'Humbert II de Savoie dit « le Renforcé » et de Gisèle de Bourgogne (1075 - m. ap. 1133), fille de Guillaume Ier le Grand, comte de Bourgogne et de Mâcon, il est le 7e comte de Savoie et de Maurienne (1103-1148) et marquis de Suse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Ce comte portait un certain nombre de titres, avec cependant pour certains une tendance à l'exagération :

  • du fait des possessions de la Maison de Savoie en Piémont, il s'octroya le titre de « duc en Lombardie » ;
  • du fait de la filiation de sa mère, fille du comte de Bourgogne Guillaume le Grand, il s'octroya le titre de « duc en Bourgogne » ;
  • du fait que la Maison de Savoie avait, depuis l'empereur Conrad le Salique, un droit de gouvernement sur le Chablais, il prit prétexte d'une mauvaise administration du lieutenant impérial pour s'emparer des provinces du Chablais, puis de la vallée d'Aoste, et porter le titre de « duc de Chablais » ;
  • il semblerait aussi, qu'il continuait à porter le titre de vicaire de l'empire, titre qui avait été décerné à son père par l'empereur Henri IV.

.

Article détaillé : Armorial et nobiliaire de Savoie.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Habile, il aida à la renaissance de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, dans laquelle les rois des deux Bourgognes se faisaient couronner, il en était l'abbé laïc (1103 - 1128). Il fonda aussi l'abbaye de Saint-Sulpice en Bugey, l'abbaye de Tamié dans le massif des Bauges et l'abbaye d'Hautecombe, sur la rive escarpée du Lac du Bourget. C'est aussi lui qui remplace l'aigle par la croix blanche dans les armoiries de Savoie.

En 1128, Amédée III agrandit son domaine en ajoutant à son gouvernement – ce qu'on appelait le «  Vieux Chablais  » – la région s'étendant de l'Arve jusqu'à la Dranse d'Abondance, formant ainsi le «  Nouveau Chablais  », dont Saint-Maurice était la capitale. Toutefois la même année Amédée III et son frère Renauld Prévôt de l'Abbaye territoriale de Saint-Maurice d'Agaune doivent consentir à l'élection d'un abbé régulier lors de la réintroduction de la vie régulière dans l'abbaye jusqu'alors contrôlée étroitement par les comtes et dont Amédée III portait le titre d'abbé [2]

Son mariage avec Mahaut d'Albon, sœur de Guigues IV d'Albon, surnommé Dauphin, ne l'empêcha pas d'aller guerroyer contre ce dernier pour des histoires de délimitations de frontière. C'est lors d'une bataille près de Montmélian que Guigues IV fut mortellement blessé. À la suite de cet épisode, le roi Louis VI le Gros voulu lui confisquer ses États. Sa sœur, Adèle de Savoie (née vers 1092, morte en 1154), épouse de Louis VI, approuvait aussi cette mesure. Finalement il ne dut son salut, qu'à l'intercession de Pierre l'Ermite, après avoir fait la promesse de participer à la croisade en préparation.

Participation à la deuxième croisade[modifier | modifier le code]

En 1147, il partit donc aux côtés de son neveu, le roi Louis VII de France et d'Aliénor d'Aquitaine à la deuxième croisade, il finança son expédition, grâce à un prêt de l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune. Dans cette aventure, il est accompagné par de nombreux chevaliers et nobles savoyards, dont le baron du Faucigny et son fils, les barons de Pierre de Seyssel, de La Chambre, de Miolans, de Montbel d'Entremont, les seigneurs de Ameysin, Thoire-Villars, de Montmayeur, de Vienne, de Viry, de La Palude, de Blonay, de Chevron Villette, de Chignin et de Châtillon[3]. Le 30 août 1148, il mourut à Nicosie dans l'île de Chypre et fut inhumé dans l'église Sainte-Croix.

L'évêque Amédée de Lausanne (Saint Amédée de Clermont, dit de Lausanne) (n. v. 1110 - 1159) devint le tuteur de son fils Humbert III de Savoie.

Unions et descendance[modifier | modifier le code]

Sa première femme Adélaïde, ne lui donna pas d'enfants. En 1123, il épousa Mahaut d'Albon ou Mathilde, (n. v. 1110 - m. ap. 1145), sœur de Guigues IV d'Albon, laquelle lui donna quatre garçons et six filles, dont :

  1. Alix de Savoie ou Élise (n. v. 1123 - ?), épouse Humbert III de Beaujeu (n. ap. 1107 - 1174).
  2. Mathilde de Savoie ou Mahaut (1125 - 1158), épouse Alphone Ier de Portugal
  3. Agnès de Savoie (1125 - 1172), épouse du comte Guillaume Ier de Genève
  4. Humbert III de Savoie (1136 - 1189) dit « le Bienheureux »
  5. Jean de Savoie
  6. Pierre de Savoie
  7. Guillaume de Savoie
  8. Marguerite de Savoie (? - 1157)
  9. Isabelle de Savoie
  10. Julienne de Savoie (? - 1194), abbesse de Saint-André-le-Haut de Vienne.

Références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Généalogie d'Amédée III sur le site Medieval Lands
  2. (it) Alessandro Barbero, Valle d'Aosta medievale, Naples, Liguori Editore, 2000 (ISBN 8820731622) p. 15
  3. Claude Genoux, Histoire de Savoie, depuis la domination romaine jusqu'à nos jours, Fontaine de Siloé, 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]