Harle bièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mergus merganser • Grand Harle, Grand bec-scie

Grand Harle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Harles bièvres (Mergus merganser)
femelle et poussins

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Anseriformes
Famille Anatidae
Genre Mergus

Nom binominal

Mergus merganser
Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

Le Grand Harle (Mergus merganser) est une espèce de canards piscivores de la famille des Anatidés. Il est aussi connu sous le nom de Harle bièvre en Europe et de Grand bec-scie en Amérique[1].

Identification[modifier | modifier le code]

Harle bièvre mâle.

C'est un canard de 58 à 75 cm de long avec une envergure de 82 à 97 cm, pesant environ 1300 g pour les femelles et 1600 g pour les mâles. Ce sont de grands oiseaux de taille plus importante que le Canard colvert.

Le mâle possède une tête vert foncé avec une huppe peu marquée et un long bec rouge foncé, mince et crochu. Le cou, la poitrine et les côtés sont blancs, le dos est noir. Les ailes sont blanches sauf aux extrémités où elles sont noires. Le croupion et la queue sont gris. La poitrine est teintée de rose saumon au printemps (plumage nuptial).

La femelle et les immatures ont la tête brun roux, les parties inférieures blanches et le dessus gris.

Le plumage éclipse du mâle rappelle fort celui de la femelle. Les petites et moyennes couvertures (plumes de l'avant de l'aile) qui restent blanches constituent la différence essentielle.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Aire de répartition du Harle bièvre
  •      Résident à l'année
  •      Zone d'hivernage
  •      Présent seulement en été

En Europe, il niche dans les forêts septentrionales de Scandinavie (en Islande, en Norvège, en Finlande) et du nord de la Russie et de la Sibérie jusqu'à l'océan Pacifique. On le retrouve aussi en Écosse. En France quelques harles bièvres nichent sur le lac Léman, le lac d'Annecy et le lac du Bourget. C'est un migrateur partiel, selon la rigueur de l'hiver. À cette saison, on va le trouver au Danemark, sur la côte sud de la mer du Nord, en Allemagne et au Benelux. Quelques-uns arrivent en Écosse, en Suisse (lac Léman), en France sur la Seine, la Loire et en Allemagne sur le Rhin. En Russie, les harles se retrouvent sur la mer Noire, la mer d'Azov et dans le nord de la mer Caspienne.

Il est aussi présent en Amérique du Nord : États-Unis, Canada (Québec). Au Canada, le Grand Harle niche au sud du Yukon, en Colombie-Britannique, au nord de l'Alberta, du Manitoba et de la Saskatchewan, en Ontario, dans le sud du Québec, au sud du Labrador, à Terre-Neuve, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Ile du Prince-Édouard. Aux États-Unis, les Harles hivernent jusqu'au sud de la Californie, au nord du Mexique, dans les états longeant la côte du Golfe du Mexique et en Floride[2].

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Grand Harle est un canard d'eau douce. Il fréquente les fleuves, les rivières assez larges, les bords des lacs, et les grands étangs. Il niche dans les arbres creux, près des plans d'eau douce, et les trous de falaise. Le Grand Harle préfère les plans d'eau où l'eau est claire, probablement que cette condition est nécessaire pour trouver sa nourriture.

Comportement[modifier | modifier le code]

Hors saison de nidification, c'est un oiseau sociable, qui peut se rassembler en groupes importants (centaines d'oiseaux). Il peut vivre avec d'autres espèces de canards plongeurs dont il ne se soucie pas.

Il est généralement farouche, mais peut s'habituer à la présence humaine, comme en Suisse, sur les bords du Lac Léman, où il vient consommer le pain qui lui est lancé.

Si son décollage peut sembler laborieux, il peut atteindre 70 km/h en vol.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Il apprécie particulièrement les roselières où viennent frayer de nombreux poissons; son long bec denticulé lui permet d'agripper les poissons.

C'est un excellent plongeur, principalement consommateur de poissons. Il plonge entre 20 et 30 secondes et peut s'enfoncer jusqu'à 10 mètres. Son régime dépend de l'endroit où il se trouve, en vrac saumon, anguille, truite, perche, vairon, brochet, goujon, chabot, brème, carpe, ombre et ablette. Le plus souvent, les poissons font moins de 10 cm, mais il peut lui arriver d'attraper des poissons de 30-40 cm.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle pond une couvée par an de 8 à 12 œufs, blanc crème, en avril-mai. Le nid est habituellement dans une spacieuse cavité d'un grand arbre creux, à une hauteur d'environ 12 mètres. Quelques fois, le nid peut être fait dans une cavité sur un escarpement ou sur la berge. Il lui arrive aussi de faire son nid sur un amoncellement de cailloux, au sol. La femelle couve seule, durant 28 à 35 jours[2].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des trois sous-espèces suivantes :

  • Mergus merganser americanus Cassin 1852
  • Mergus merganser merganser Linnaeus 1758
  • Mergus merganser orientalis Gould 1845

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Faune vertébrée du Québec », sur Ressources naturelles et Faune Québec (consulté le 23 janvier 2010)
  2. a et b Godfrey, W.E., Les oiseaux du Canada, Édition Révisée, Éditions Broquet, 1989, ISBN 2-89000-277-2, ISBN 0-660-90265-6