Julie-Victoire Daubié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Julie-Victoire Daubié

Description de cette image, également commentée ci-après

Julie-Victoire Daubié

Naissance 26 mars 1824
Bains-les-Bains, France
Décès 26 août 1874 (à 50 ans)
Fontenoy-le-Château
Nationalité Française
Profession Journaliste, préceptrice
Autres activités
Conférencière, écrivain

Compléments

Première femme bachelier et licencié ès-Lettres

Julie-Victoire Daubié (dite parfois Victoire Daubié, ou à tort Julie Daubié), née le 26 mars 1824 à Bains-les-Bains (Vosges) et morte le 26 août 1874 à Fontenoy-le-Château, est une journaliste française. C'est la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat à Lyon en 1861, et la première à l'obtenir le 17 août 1861. C'est aussi la première licencié (sans e, orthographe de l'époque) ès lettres le 28 octobre 1872.

Elle ne doit pas être confondue avec sa sœur aînée, Julie Daubié.

Biographie[modifier | modifier le code]

Site de la Manufacture, à droite de la chapelle maison natale de J.V Daubié

Julie-Victoire Daubié voit le jour dans la maison dite des Commis de la Manufacture royale de Bains-les-Bains où son père occupe les fonctions de comptable puis de caissier.

Prénommée Julie-Victoire à l'état civil, on l'appelle Victoire, prénom usuel de sa mère au quotidien. Julie est le prénom de sa sœur aînée qui est à l'état-civil Marie-Julie. Huitième enfant de sa fratrie, elle a vingt mois à la mort de son père, qui est enterré dans le caveau de sa famille à Fontenoy. La mère et les enfants rejoignent alors Fontenoy-le-Château où réside la famille paternelle de Julie-Victoire. L'inscription de ses frères et sœurs sur les registres paroissiaux de Fontenoy montre que les enfants y suivent leur catéchisme.

Elle est issue de la petite bourgeoisie catholique fontenaicastrienne. Les familles Colleüille[1] et Daubié se sont illustrées sous la Terreur en cachant des prêtres[2]. Son grand-père paternel est Siméon-Florentin Daubié, greffier de justice et ancien négociant qui vit maintenant de ses rentes. Son grand-père maternel Jean-Nicolas Colleüille après avoir vendu les forges du Moulin brûlé et de Pont-du-Bois est le directeur des forges de Buyer à la Chaudeau[3].

Contrairement à la légende, elle n'a jamais travaillé dans les ateliers de la Manufacture Royale de fer blanc de Bains-les-Bains. Son nom n'apparaît jamais sur les registres d'établissement de livret ouvrier. Il est certain qu'elle a côtoyé et vu au bureau de bienfaisance de Fontenoy la misère des ouvriers de campagne, la triste condition des domestiques et le sort funeste réservé aux mères célibataires. Elle puisera peut-être là l'inspiration de son essai La Femme pauvre au XIXe siècle qui lui permet de remporter le premier prix du concours de l'Académie impériale des sciences belles-lettres et arts de Lyon le 21 juin 1859. La séance de l'Académie, présidée par Monsieur Sauzet, accorde à Mademoiselle Daubié, une médaille de 800 francs[4].

Cette question de concours devient La Femme pauvre au XIXe siècle, par une femme pauvre à sa deuxième édition, et est couronnée en 1867 à l'Exposition universelle de Paris.

Le 31 août 1844, elle obtient le « certificat de capacité », brevet d'enseignante, obligatoire pour tous depuis la loi Guizot[5] du 28 juin 1833.

La loi Falloux le 15 mars 1850 rendra ce brevet obligatoire pour les enseignantes laïques alors que (article 49): Les lettres d'obédience tiendront lieu de brevet de capacité aux institutrices appartenant à des congrégations religieuses vouées à l’enseignement et reconnues par l’État. Néanmoins, la loi Falloux, bien que favorisant un enseignement catholique d'État, demande la création d'une académie par département et fait obligation aux communes de plus de 800 habitants d'ouvrir une école de filles (article 51).

Julie-Victoire Daubié s'élève contre le manque de qualification de certaines religieuses[6] pour enseigner et non pas contre un enseignement catholique[7].

Elle a étudié le grec et le latin, matières indispensables pour présenter le baccalauréat, avec son frère prêtre. Elle a complété sa formation en zoologie, section mammifères et oiseaux, en s'inscrivant en 1853 au Muséum national d'histoire naturelle de Paris pour suivre les cours d' Isidore Geoffroy Saint-Hilaire[8]. Il lui a obtenu une autorisation spéciale[9] pour qu'elle vienne étudier dans les galeries hors des heures d'ouverture au public.

Sachant qu'elle y serait bien accueillie, avec l'aide de François Barthélemy Arlès-Dufour, un saint-simonien et industriel lyonnais très influent dans les milieux académiques et à la cour impériale, et, forte de son succès au concours lyonnais de 1859, elle s'inscrit à la faculté des Lettres de Lyon pour passer son baccalauréat. Le 17 août 1861, elle obtient son baccalauréat en totalisant six boules rouges, trois boules blanches, une boule noire. Ce système de boules était le moyen de vote des professeurs examinateurs. En ce temps-là, ils ne calculaient pas de moyenne. Une boule blanche signifiait un avis favorable, une boule rouge, une abstention, une noire, un avis défavorable.

« ...Nous sommes heureux d'annoncer qu'elle a été reçue avec distinction et qu'elle s'est montrée bonne latiniste, soit dans les compositions, soit dans les explications. On peut citer un certain nombre de femmes qui au Moyen Âge et surtout à l'époque de la Renaissance, ont obtenu leur bonnet de Docteur, mais Mademoiselle Daubié est certainement le premier bachelier de sexe féminin qu'ait proclamé l'Université de France...»[10] »

Il a souvent été écrit qu'elle dut attendre longtemps son diplôme de bachelier ès Lettres et que prétendant qu'il « ridiculiserait le ministère de l'Instruction publique », le ministre Gustave Rouland refusait de le signer. Et aussi qu'il fallut une intervention pressante d'Arlès-Dufour auprès de l'entourage de l'impératrice Eugénie ainsi qu'une campagne de presse menée[11] par Léon Richer pour que l'ordre soit donné à ce ministre d'apposer sa signature au bas du diplôme. Cependant, il est habituel à cette époque d'attendre entre six mois et un an la réception du diplôme[12].

« En France (j'aime à le dire pour l'honneur de mon pays) l'initiative sociale nous manque ici beaucoup plus que la liberté, car j'ai pu être admise, l'année dernière, à l'examen du baccalauréat, par la Faculté des lettres de Lyon, sans faire de demande exceptionnelle. J'ai rencontré partout, pour cette innovation, une bienveillance impartiale et des sympathies généreuses, dont je ne saurais trop remercier ma patrie et mon siècle[13]. »

Elle achète au centre de Fontenoy la vaste maison de Charlotte de Huvé où, en bonne saint-simonienne, elle installe un bureau d'entrepreneur de broderie blanche, imitant en cela sa sœur Julie déjà entrepreneur en 1852. Elle en confiera la gestion à sa nièce Mathilde puisque Julie-Victoire ne vient à Fontenoy que pour la belle saison. Cette maison a été démolie lors du percement du canal de l'Est.

Julie-Victoire dans le chapitre 2 de La femme pauvre intitulé Quels moyens de subsistance ont les femmes consacre une large place à la broderie, sujet qu'elle connait bien.

« La broderie, occupe en France, près de deux cent mille ouvrières. Le salaire quotidien des brodeuses varie de 20 centimes à 1 fr. 50 et 2 fr. La broderie faite sur un métier exigeant beaucoup de perfection, donne un salaire plus élevé, mais elle dévie la taille des enfants qu'on y applique trop jeunes. (page 43) »

Des amis influents
Juliette Edmond Adam
Marie d'Agoult (1843), portrait par Henri Lehmann.


Julie-Victoire réside à Paris, avenue des Champs-Élysées dans le huitième arrondissement, donne des conférences et est devenue journaliste économique. Le 24 mars 1862 parait dans le quotidien d' Emile de Girardin, La Presse, son essai Du progrès dans l'enseignement primaire. Cet article a l'honneur d'être référencé et conseillé dans la très sérieuse Bibliographie catholique[14]. Julie-Victoire écrit aussi dans L'Économiste français, hebdomadaire économique fondé en 1862 par Jules Duval (1813-1870).

Le 21 octobre 1870, un arrêté du Maire de Paris demande la création d'une Commission de dames pour examiner les questions relatives à l'enseignement primaire. Julie-Victoire Daubié est sollicitée pour y travailler. Les travaux de cette commission, interrompus pendant les trois mois des troubles de la Commune de Paris, furent consignés dans le rapport Delon-Coignet.

Victoire Daubié continue à travailler pour préparer sa licence ès lettres bien qu'elle ne puisse pas assister aux cours à la Sorbonne (l'examen est accessible aux femmes, mais les cours leur sont encore interdits). Elle réussit son examen le 28 octobre 1872 et devient la première licencié (sans e) ès Lettres, l'intitulé du diplôme de licence comme celui du baccalauréat n'existe qu'au masculin.

Aussitôt elle décide de préparer une thèse de doctorat dont le sujet sera La Condition de la femme dans la société romaine. Sa mort laissera cette thèse inachevée. La même année, elle s'établit à Fontenoy pour veiller sur sa mère âgée et malade.

Elle est profondément affectée par l'interdiction à la vente, par voie de colportage[15], de trois ouvrages que son association pour « l'émancipation progressive de la femme » présidée par Arlès-Dufour et dont elle est vice-présidente, a édités.

L'année suivante, le 25 août 1874 vers 17h, Julie-Victoire (…en son vivant entrepreneur de broderie a écrit le notaire dans son inventaire après décès) meurt. Elle est enterrée à Fontenoy-le-Château le 28 août. Elle repose avec sa sœur Julie et ses nièces Mathilde et Louise Daubié. Sa tombe est toujours visible. Elle laisse à ses frères et sœurs une succession plus que confortable, deux maisons, des titres, des actions, etc. Son seul frère célibataire, celui qui est prêtre, prend en charge les frais d'enterrement. Contrairement à la légende, il n'existe aucune trace ni aux archives paroissiales, ni aux archives diocésaines attestant d'une difficulté quelconque pour lui donner des funérailles chrétiennes. Le registre paroissial de Fontenoy fait mention d'un service funèbre ordinaire[16].

La militante[modifier | modifier le code]

Julie-Victoire Daubié n'était pas socialiste. Elle était fortement marquée par le saint-simonisme mais elle en avait une interprétation morale et politique ...[17]

Victoire Daubié est une moraliste, une économiste féministe par sa nature même. Elle laisse le souvenir de sa ténacité dans la lutte pour la reconnaissance de nombreux droits aux femmes. Outre son combat pour leur accès à l'enseignement et à une formation professionnelle efficace, elle milite pour le vote des femmes qui, d'après elle, moraliserait la vie politique. Avec Léon Richer[18], Alexandre Dumas fils, Ernest Legouvé elle prend la défense des enfants adultérins privés de droits, comme les femmes, par le Code Napoléon.

Ses idées s'inscrivent dans le courant de pensée moderniste du second empire, annonciateur du XXe siècle, auquel ont été associées des figures telles qu'Eugénie de Montijo, Elisa Lemonnier, Michel Chevalier, François Barthélemy Arlès-Dufour, Marie-louise et Ulysse Trèlat, Rosa Bonheur, etc.

De son vivant son travail de journaliste lui vaut une reconnaissance dans toute l'Europe[19],[20] et aux Etats-Unis[21]. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres[22]. En 1869, lors de son voyage d'étude à Paris, Frances E. Willard, première femme doyen de la Northwestern University, qui connaissait ses travaux obtient de la rencontrer[23].

Julie-Victoire Daubié aura partagé sa vie entre ses luttes pour l'émancipation de la femme dans la société contemporaine (mariage, conditions de travail, formation professionnelle, rémunération, droit de vote, etc.), ses engagements dans les mouvements de l'histoire du temps, son travail de préceptrice, ses relations politiques, journalistiques et amicales (Jules Simon, Léon Richer, Marie d'Agoult, Juliette Edmond Adam[24] etc.).

Elle ne voit pas de son vivant le résultat de toutes ses luttes, mais elle a néanmoins la satisfaction de jouir d'une certaine reconnaissance. Elle reçoit à l'Exposition universelle de 1867 une médaille qui récompense[25] l'ensemble de son travail et le renom de son auteur[26].

Hommages[modifier | modifier le code]

Fresque en l'honneur de Julie-Victoire Daubié à Fontenoy-le-Château
Plaque en mémoire de Julie-Victoire Daubié, musée de la Broderie de Fontenoy-le-Château.

Aujourd'hui, douze écoles[27], trois collèges (celui de Plouzané, celui de Bourg-en-Bresse et celui de Bains-les-Bains), trois lycées (un lycée d'enseignement professionnel de Laon, le lycée et la cité scolaire de Rombas et un lycée d'Argenteuil (Val-d'Oise)) portent son nom.

Le 24 septembre 2008, l'ancien bâtiment Présidence de l'université Claude Bernard, Lyon 1, a été rebaptisé du nom de Julie-Victoire Daubié[28].


À Montpellier, une résidence Julie-Victoire Daubié existe dans la ZAC des jardins de la Lironde.

La 38e promotion de l'Institut régional d'administration de Nantes (2010-2011) porte également le nom de Julie-Victoire Daubié.

On compte également trois places Julie-Victoire Daubié, une à Fontenoy-le-Château, là où se dressait la maison de Siméon-Florentin Daubié, une à Bazegney et une à Lyon. Plusieurs autres voies portent ce nom : une rue dans le 13e arrondissement de Paris, à Nancy, à Bulgnéville, à Dijon, à Saint-Nazaire[29] et à Tomblaine, un passage Julie-Victoire Daubié à Saint-Dié-des-Vosges, une ruelle à Maizières-lès-Metz et une impasse à Saint-Vallier.

Montreuil en Seine-Saint-Denis a inauguré le 15 décembre 2007 une crèche Julie Daubié[30].

La municipalité de Fontenoy a dévoilé en 1997, sur le pignon d'une maison de la place, une fresque géante représentant Julie-Victoire Daubié passant son baccalauréat.

La médaille d'honneur de la ville de Fontenoy-le-Château est aussi frappée à l'effigie de son héroïne.

En novembre 1992 s'est tenu à Lyon à l'université Lumière un « colloque Julie-Victoire Daubié ».

Le ministère de l'Éducation nationale a donné son nom à un salon[31].

Plus modestement, l'inspection académique d'Épinal a baptisé une salle et le CRDP d'Amiens une galerie de son nom.

Le 3 septembre 2013, la ville de Lyon a inauguré une nouvelle école dans le 7e arrondissement : le groupe scolaire Julie-Victoire Daubié[32].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois écrit Colleuil
  2. Histoire de Fontenoy à la Révolution, Abbé Olivier.
  3. Du fer blanc de Bains-les-Bains au fer battu de Fontenoy-le-Château, Rémi Ritter 1986
  4. Histoire de l'Académie des sciences et belles lettres et arts de Lyon, 1892.
  5. Texte intégral original de Loi sur l'Instruction primaire du 28 juin 1833, dite Loi Guizot
  6. Les congrégations religieuses: Enquête, Charles Sauvestre, ed. Faure, 1867
  7. La Femme pauvre au XIXe, T1
  8. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire occupe cette chaire, qui fut celle de son père, de 1841 à 1861.
  9. Billet d'Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, fonds Laure Reuchsel
  10. Francisque Bouillier dans le Salut public de Lyon, août 1861
  11. Cinquante-ans de féminisme : 1870-1920, René Viviani, Henri Robert, Albert Meurgé, éd. de la Ligue française pour le droit des femmes, Paris, 1921
  12. Archives Nationales, site de Paris, fiche de recherche n°37, page 4 : Les Étudiants au XIXe s dans les archives de l’administration centrale (ministère de l’instruction publique) et des facultés parisiennes, (sous séries F17 et AJ 16).
  13. Lettre à Elizabeth Garrett du 3 décembre 1862 parue dans le Ladie's companion
  14. Bibliographie Catholique, Revue Critique. Tome XXVII. Janvier à juin,1862 - Page 254
  15. Avis de la Préfecture des Vosges, premier bureau 18 février 1873
  16. Archives paroissiales Fontenoy-le-Château
  17. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français: 1789 - 1939 Jean Maitron, Michel Cordillot, Claude Pennetier, Jean Risacher, André Caudron. ed. ouvrières 1997
  18. Le livre des femmes Léon Richer ; avant-propos de Victor Poupin, Librairie de la bibliothèque démocratique Paris (1872) Texte sur Gallica 2
  19. Rivista universale, 1866
  20. The Victoria magazine, ed. by E. Faithfull, 1863
  21. The Ladies' Repository ed. Swormstedt and J.H. Power, 1866
  22. French morality, under the regulation system, ed. Trübner, London, 1870 (en ligne)
  23. Journal de Frances E Willard, Writting out my hearth University of Illinois 1995
  24. Juliette Edmond Adam publie sous le nom de Juliette Lamber Idées anti-proudhonniènes sur l'Amour, la femme et le mariage
  25. Diplôme conservé, collection privée, Fontenoy-le-Château
  26. Exposition universelle de 1867, Rapports du jury international T9; Imprimerie administrative Paul Dupont Paris 1868
  27. Les Lilas,Saint-Ségal, Torcy , Vitry-en-Perthois, Saint-Avé, Milly-la-Forêt, Soyaux, Esquelbecq, Grande-Synthe, Montpellier, Lyon 7e, Rosières-aux-Salines.
  28. « Université Claude-Bernard Lyon 1 — Julie-Victoire Daubié », sur univ-lyon1.fr, Université Claude Bernard,‎ 15 septembre 2008 (consulté le 4 septembre 2013)
  29. « La rue des Frênes a une seconde jeunesse », Saint-Nazaire Infos,‎ 6 juillet 2012 (consulté le 4 septembre 2013)
  30. Photo de la crèche Julie Daubié
  31. Photo du salon Julie-Victoire Daubié au ministère de l'Education.
  32. Clotilde Dorieux, « 35 600 écoliers font leur rentrée à Lyon », Lyon Capitale,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 4 septembre 2013) : « Le groupe scolaire Julie-Victoire Daubié accueille dès aujourd’hui 6 classes de maternelles et 10 classes élémentaires dans le 7e arrondissement, rue Victorien Sardou. »

Sources[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Du progrès de l'enseignement primaire : justice et liberté, Paris, Imprimerie de Claye, 1863.
  • « De l'enseignement secondaire pour les femmes », dans Journal des économistes, Paris, Guillaumin, 1865,
tome XLVI, p. 382-402 (début) ;
tome XLVII, p. 384-403 (suite)  ;
tome XLVIII, p. 408-427 (fin).
  • La Femme pauvre au XIXe siècle, Paris, Guillaumin, 1866 (en ligne) ;
– deuxième éd. en trois tomes, Paris, Thorin, 1869-1870 (en ligne sur gallica tome I, tome II, tome III ; sur archive.org tome I, tome II, tome III).
French morality under the regulation system, trad. anglaise partielle par Josephine Butler, Londres, éd. Trübner, 1870 (en ligne).
  • L’Émancipation de la femme, Paris, Thorin, 1871 [dix livraisons] (en ligne).
  • La Tolérance légale du vice, Paris, Association pour l'émancipation progressive de la femme, 1872.
    Plaidoyer dénonçant la prostitution. Cette brochure, sous la forme d'un ouvrage collectif préfacé par Daubié, regroupe des textes ou lettres de divers auteurs comme Josephine Butler, Victor Hugo, John Stuart Mill, Agénor de Gasparin, Hyacinthe Loyson, Giuseppe Mazzini, Marie Goegg-Pouchoulin et Anna Maria Mozzoni.
  • Avant-propos à La Question de la femme, d'Alexandre Dumas fils, Paris, Association pour l'émancipation progressive de la femme, 1872.
  • Préface au Manuel du jeune homme [Extrait du "Traité des devoirs"], de Silvio Pellico, Paris, Association pour l'émancipation progressive de la femme, 1872.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Véronique André-Durupt, Julie-Victoire Daubié la première bachelier, ed. Amis du Vieux Fontenoy, Epinal, 2011, ISBN 274663362
  • La Vallée du Côney, métallurgie et thermalisme, Sabine Lesur, Véronique André-Durupt, ed. Amis du Vieux Fontenoy et Fédération Sociétés Savantes des Vosges, 2011, Nancy.
  • Véronique André-Durupt, A.V.F, Biographie de Julie-Victoire Daubié, mars 2007.
  • Véronique André-Durupt, Les Cahiers Vosgiens N°15, Julie-Victoire Daubié (1824-1874) première bachelière de France, ed. U.E.V Epinal,juin 2008.
  • Georges Bath, Mademoiselle Julie-Victoire Daubié, journal L'Avenir des femmes, premier novembre 1874.
  • Educating Women: Schooling and Identity in England and France, 1800-1867,Christina De Bellaigue, ed.Oxford University Press, 2007.
  • Corinne M. Belliard, L'émancipation des femmes à l'épreuve de la philanthropie,p. 202-203, éd. L'Harmattan, 2009, ISBN 2296230385
  • Francisque Bouillier, Une femme bachelière ès lettres, Le Salut public, 23 août 1861.
  • Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, 1882.
  • Raymonde Albertine Bulger Lettres à Julie-Victoire Daubié, New York, Peter Lang, ed. 1992
  • Raymonde Albertine Bulger « Les démarches et l'exploit de Julie-Victoire Daubié première bachelière de France », The French Review (États-Unis), décembre 1997
  • Catalogue de l'exposition Julie-Victoire Daubié première bachelière de France et les pionnières, Bibliothèque Marguerite Durand, mars 1993.
  • Carole Christen-Lecuyer, Histoires de pionnières, La bachelière, revue du MAGE, ed. L'Harmattan,Paris, 2000.
  • Jean-Louis Debré ,Les oubliés de la République, éd. Fayard 2008.
  • Jean-Louis Debré, Ces femmes qui ont réveillé la France, éd. Fayard, 2013, ISBN 221367180X
  • Alain Decaux, L'histoire des Françaises : la révolte, ed. Librairie académique Perrin, 1979.
  • Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, éd. Le Passager Clandestin, 2012, ISBN 2916952721
  • A.Henry-Nathan, Un ancêtre du suffragisme, revue politique et parlementaire, 1894.
  • Pierre Emile Levasseur, Nécrologie, Journal des économistes, janvier 1875.
  • James F. Mcmillan, France and Women 1789-1914: Gender, Society and Politics, ed. Routledge, London, New York,2000.
  • Jean Maitron, Michel Cordillot, Claude Pennetier, Jean Risacher, André Caudron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français: 1789 - 1939ed.Editions ouvrières, 1997.
  • Michelle Perrot, Avant-propos de la Femme Pauvre au dix-neuvième siècle, Éd. Côté-femmes, 1992
  • La première bachelière Les Cahiers français, ed. La Documentation française, 1961.
  • Michèle Riot-Sarcey, La citoyenneté chez Julie Daubié, Bulletin du centre Pierre Léon d'histoire économique et social, mars 1993 (en ligne).
  • The Riverside Dictionary of Biography: A Comprehensive Reference Covering 10,000 of the World's Most Important People, From Ancient Times To The Present Day, ed. Houghton Mifflin, Boston New York, 2005.
  • Albert Ronsin, Les Vosgiens célèbres: dictionnaire biographique illustré, ed. Gérard Louis, 1990.
  • Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom: Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, ed. Penn State Press, 2005
  • Noémi de Saint Ouri Magallon, Le féminisme : Victoire Daubié, Nouvelle revue, 113, 1898, p. 677 et s. (en ligne).
  • Charles de Saint Sauveur, Le Parisien, Un bachelier nommé Victoire, 21 juin 2014.
  • Théodore Stanton The Woman Question in Europe, New York, 1884
  • Françoise Thébaud, Historia, n° 637 janvier 2000
  • Agnès Thiercé, Préface de la Femme Pauvre au dix-neuvième siècle, Éd. Côté-femmes, 1992
  • Agnès Thiercé, Julie-Victoire Daubié première bachelière de France-De la condition économique morale et politique de la femme au XIXe, Bulletin du centre Pierre Léon d'histoire économique et social, mars 1993 (en ligne).
  • A. Walch, Historia n°738, p.67, Dossier le baccalauréat:La première bachelière, juin 2008

Fictions[modifier | modifier le code]

  • Camille Destouches, La Première bachelière de France, L'Echo de la Mode, n°53, Paris, 1963.
  • Danielle Pampuzac, La grande, roman ed. J. C. Lattès, Paris, 1995. Où l'héroïne fait référence à Julie-Victoire Daubié dans son désir d'étudier et de réussir.
  • Claire Kheitmi, Julie-Victoire Daubié, la 1re bachelière, Au Fil de l'histoire, première diffusion mars 2008, France Inter.
  • Gilles Laporte, Julie-Victoire, première bachelière de France, 2007 - Nouvelle édition en janvier 2013, avec ajout d'avant-propos, notice bibliographique, et préface de Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel - éd. ESKA Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]