Élection présidentielle américaine de 1840

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1836 Drapeau des États-Unis 1844 Suivant
Élection présidentielle américaine de 1840
William Henry Harrison by James Reid Lambdin, 1835-crop.jpg
William Henry HarrisonParti Whig
Colistier : John Tyler
Voix 1 275 390
Grands électeurs 234
  
52,90 %
Martin Van Buren.jpg
Martin Van BurenParti démocrate
Colistier : Sans
Voix 1 128 854
Grands électeurs 60
  
46,80 %
Le collège électoral en 1840
Carte
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle américaine de 1840 vit la défaite du président sortant Martin Van Buren, la première du parti démocrate depuis 1824, et l'élection du premier président Whig, le Général William Henry Harrison.

Harrison décéda cependant le 4 avril 1841, à peine plus d'un mois après son investiture, le 3 mars, pendant laquelle il prononça un très long discours d'investiture dans un froid glacial, et contracta une pneumonie qui allait lui être fatale. Son vice-président John Tyler lui succéda donc très rapidement.

Désignation des Grands Électeurs[modifier | modifier le code]

Les vingt-six États de l'Union désignèrent des grands électeurs. Seule la Caroline du Sud procéda à une désignation par la législature de l'État, les autres procédant à l'élection par un vote direct des citoyens, au niveau de l'État.

294 Grands électeurs furent désignés et participèrent au vote.

Investiture des candidats[modifier | modifier le code]

Parti Démocrate

Les démocrates soutinrent sans réel débat, lors de leur convention, en mai 1840, à Baltimore, le président Van Buren qui se présentait à sa réélection. Ils ne purent, cependant, trancher entre les différents candidats à la vice-présidence, et plusieurs démocrates sollicitèrent donc les votes du collège électoral.

Parti Whig

Tirant la leçon de son échec de 1836, le Parti Whig tint une convention nationale très anticipée par rapport à la date de l'élection, le 4 décembre 1839, à Harrisburg, en Pennsylvanie.

Cette convention devait trancher entre trois candidats : le Général Harrison, qui avait déjà été candidat en 1836 et avait obtenu quelques succès significatifs, Henry Clay, qui était le chef de file des Whig au Congrès, et un autre militaire, le Général Winfield Scott.

Il fallut cinq tours de scrutins pour désigner un candidat. Dans les faits, Henry Clay était sans doute le mieux placé pour emporter l'investiture (il arriva d'ailleurs en tête du premier tour, avec 103 voix contre 94 à Harrison et 57 à Scott), mais le système très complexe de décompte des voix, visant à empêcher certains États de peser trop sur le choix du candidat, finit par le défavoriser.

Lors du cinquième tour de scrutin, Harrison l'emporta par 148 voix contre 90 à Clay et 16 à Scott.

Ce résultat fit craindre des tensions au sein du parti Whig, et la convention chercha un colistier à Harrison qui soit un partisan de Clay. Comme le candidat à la présidence était considéré comme "nordiste", la convention choisit un "sudiste", l'ancien sénateur de Virginie John Tyler.

Parti de la Liberté

Le juriste et philanthrope James G. Birney, qui fut un proche d'Henry Clay et un libéral convaincu, fonda en 1840 le Parti de la Liberté, dont le programme pouvait se résumer à l'abolition de l'esclavage. Birney décida de se présenter à l'élection présidentielle de cette année-là, Il eut comme colistier Thomas Earle, un journaliste anciennement démocrate qui s'était opposé à son parti sur la question du droit de vote des noirs aux élections. Les candidats du Parti de la liberté ne purent se présenter que dans dix États, tous abolitionnistes, avec un soutien local assez faible.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

La campagne fut assez simple à mener. À peine arrivé au pouvoir, Van Buren eut à faire face à un krach financier très grave, qui débuta en mai 1837, lorsque les banques new yorkaises durent cesser leurs paiement en monnaie d'or. La crise financière fut telle qu'on estima que sur les 850 banques qui existaient alors aux États-Unis, 343 firent complètement faillites et une soixantaine furent dans l'incapacité de rembourser intégralement leurs clients. Il s'ensuivit plusieurs années de récession économique que les citoyens attribuèrent au gouvernement fédéral. Bien que les plus ardents jacksoniens aient tenté d'expliquer que la "panique de 1837" était d'abord due à la spéculation financière, le refus de Van Buren d'intervenir dans l'économie, refus qu'il ne put tenir face à la gravité de la situation, ajouta à son discrédit.

Face à lui, Harrison évita d'entrer dans un débat programmatique, et ce d'autant plus que le Parti Whig était très loin d'être homogène sur cette question. Il fit campagne sur sa personnalité, insistant, à l'instar de Jackson quelques années plus tôt, sur sa "simplicité militaire", et ses faits d'armes qui en faisait un homme proche du peuple et patriote.

Résultats[modifier | modifier le code]

Bien que l'écart en voix ne fût pas exceptionnel, Van Buren ne remporta que sept États, et le collège électoral fut très majoritairement whig. Harrison fut donc élu sans difficultés.

Le Parti de la Liberté ne parvint pas à convaincre, y compris dans les États où Birney se présentait, il ne dépassa pas le seuil de la confidentialité.

Candidats Vote électoral Vote populaire
À la présidence À la vice-présidence Parti # # %
William Henry Harrison John Tyler Whig 234 1 275 390 52,9 %
Martin Van Buren, Président Parti démocrate 60 1 128 854 46,8 %
Richard Mentor Johnson, vice-président Parti démocrate 48
Littleton W. Tazewell Parti démocrate 11
James Knox Polk, gouverneur du Tennessee Parti démocrate 1
James G. Birney Thomas Earle Parti de la Liberté 0 6 797 0,3 %
autres candidats 767 0,0 %
Total 294 2 411 808 100,00 %