Norm Coleman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coleman.
Norman Bertram Coleman
Image illustrative de l'article Norm Coleman
Fonctions
Sénateur du Minnesota
20032009
Prédécesseur Dean Barkley
Successeur Al Franken
Biographie
Date de naissance 17 août 1949 (64 ans)
Lieu de naissance New York, État de New York (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Conjoint Laurie Coleman
Religion Juif

Norman Bertram "Norm" Coleman, né le 17 août 1949 à New York, est un homme politique américain, membre du parti républicain depuis 1996, ancien maire de Saint Paul, et sénateur du Minnesota au Congrès des États-Unis de 2003 à 2009, son poste de sénateur est laissé vacant depuis le 3 janvier 2009 suite à l'impossibilité de déclarer un vainqueur dans la course à son réélection contre Al Franken et en attente des résultats du recomptage[1]. Le 5 janvier 2009 le résultat final du recomptage le donne perdant par seulement 225 voix sur un total de près de trois millions, il perd sa réélection au profit d'Al Franken, cependant le sénateur du Texas John Cornyn se dit prêt a engager un procédure de fillibuster pour empêcher Franken de siéger au sénat[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Norm Coleman

Il passe d'abord 17 années au bureau de l'attorney général du Minnesota, notamment en tant que procureur en chef ou conseiller juridique de l'État.

Il commence sa carrière politique au sein du Parti démocrate des fermiers et ouvriers (DFL).

De 1994 à 2002, il est maire de Saint Paul (Minnesota).

En 1996, il quitte le Parti démocrate du Minnesota et rejoint le parti républicain.

En 1998, il tente de se faire élire gouverneur mais est devancé par le candidat DFL, Hubert H. "Skip" Humphrey III, lui-même battu par le candidat indépendant du parti de la réforme, Jesse Ventura.

En 2002, il est victorieusement élu sénateur des États-Unis en battant le candidat démocrate, Walter Mondale, ancien vice-président des États-Unis, et reprend le siège détenu autrefois par Paul Wellstone.

Coleman est membre de quatre comités du sénat, dont celui des relations internationales. Il est également le président de la Commission permanente des enquêtes.

En 2004, Coleman est battu d'une seule voix de majorité à la présidence du comité national des sénateurs républicains par Elizabeth Dole.

En décembre 2004, il appelle à la démission de Kofi Annan de son poste de secrétaire général des Nations unies suite à la découverte de fraudes dans le programme onusien "pétrole contre nourriture" à destination de l'Irak de Saddam Hussein et l'implication de son fils, Kojo Annan, dans ces abus.

Le sénateur Coleman est d'ailleurs connu pour ses critiques du fonctionnement de l'ONU.

En mai 2005, il publie un rapport avec le sénateur démocrate Carl Levin du Michigan mettant en cause des personnalités étrangères dont l'homme politique français Charles Pasqua et le britannique George Galloway dans les abus de ce programme irakien "pétrole contre nourriture" [3].

En 2008, il est candidat à sa réélection. Opposé à l'humoriste et activiste Al Franken, il devance ce dernier de quelques centaines de voix mais un recompte est réorganisé pour les départager.

Le 3 janvier 2009 son mandat de sénateur des États-Unis expire et le 5 janvier les résultats certifiés par le secrétaire d'État du Minnesota le donne perdant de 225 voix face à son rival démocrate Al Franken qui devrait malgré les menaces des Républicains être investi Sénateur dès que son élection aura été validée par le gouverneur du Minnesota Tim Pawlenty et le secrétaire d'État du Minnesota.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Norm Coleman est marié et a deux enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Article Coleman may lose office until election is decided, sur le site politico
  2. http://www.reuters.com/article/wtMostRead/idUSTRE50405S20090105 Article Franken to be declared Senate victor in Minnesota, sur le site Reuters
  3. [2] Article Senate accuses two in oil scandal, sur le site news.bbc

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :