Barry Goldwater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goldwater.
Barry Morris Goldwater
Image illustrative de l'article Barry Goldwater
Fonctions
Sénateur de l'Arizona
19691987
Prédécesseur Carl Hayden (en)
Successeur John McCain
19531965
Prédécesseur Ernest McFarland
Successeur Paul Fannin (en)
Biographie
Date de naissance 2 janvier 1909
Lieu de naissance Phoenix (Arizona)
Date de décès 29 mai 1998 (89 ans)
Lieu de décès Paradise Valley, Arizona
Parti politique Parti républicain
Conjoint Margaret Johnson (19341985)
Susan Shaffer Wechsler (19921998)
Religion Episcopalien

Barry Morris Goldwater, né le 2 janvier 1909 et mort le 29 mai 1998, fut sénateur républicain de l'Arizona et candidat à la présidence des États-Unis en 1964.

Il est considéré comme le refondateur du mouvement conservateur aux États-Unis et personnifie l'inclinaison de la culture politique américaine du nord-est du pays vers l'ouest.

Bien que ses idées aillent à contre-sens de la culture sociale-démocrate dominante de l'époque depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sa candidature en 1964 posa les bases de la prise de contrôle du Parti républicain par les conservateurs et la victoire, seize ans plus tard, de Ronald Reagan.

À la fin de sa vie, le Parti républicain avait évolué plus à droite que lui-même, ce qu'il dénonça en s'en prenant à la domination de la droite chrétienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barry Goldwater est né le 2 janvier 1909 à Phoenix (Arizona). Son père, né Goldwasser, était juif et avait dû se convertir à l'épiscopalisme pour épouser la mère de Barry.

La petite entreprise familiale de magasins assura la fortune de la famille.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Goldwater servit dans l'armée américaine et la quittera avec le grade de général de réserve.

Barry Goldwater était radioamateur K7UGA, K3UIG et AFC6BG, membre de l'ARRL depuis 1923 et du MARS (U.S. Air Force Military Affiliate Radio System) ; pour la petite histoire, il a ainsi communiqué avec le Français Jean Ferré.

En 1971 il devint président de The Quarter Century Wireless Association (en).

Ascension politique[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière politique en tant que démocrate réformateur puis il rejoint le parti républicain.

Ami et collègue de Joseph McCarthy (il sera un des 22 sénateurs à refuser de le censurer), il développe également une profonde amitié avec le président John F. Kennedy tout autant que de profonds ressentiments à l'égard des présidents Lyndon Johnson et Richard Nixon, qu'il surnomma « l'homme le plus malhonnête qu'il m'ait été donné de rencontrer de toute ma vie ».

Goldwater a commencé sa carrière politique en 1949. Il gagne sa première élection en 1952 en emportant le siège de sénateur de l'Arizona aux dépens du sénateur démocrate sortant, Ernest McFarland, pourtant chef du groupe démocrate au sénat.

Goldwater fut le cofondateur de la branche de la NAACP pour l'Arizona et participa à la déségrégation de la garde nationale de l'état.

En 1957 et 1960, le sénateur républicain vote les lois sur les droits civils.

Cependant, en 1964, il vote contre la nouvelle loi sur les droits civils présentée par Lyndon Johnson y voyant une extension du pouvoir fédéral contraire à la Constitution et une violation du droit de propriété. En s'opposant ainsi, en antiraciste de principe, à la déségrégation forcée, il se retrouve de fait dans le même camp que les démocrates du sud.

Cette prise de position d'une personnalité nationale telle que Barry Goldwater passe pour le point de départ du ralliement progressif de l'ancien Sud confédéré au parti républicain, ce qui aboutira à un renversement politique au début des années 1980 puis à la domination incontestable de ce dernier à partir de l'année 2000.

Goldwater ne se déjugera jamais concernant son vote en 1964 alors même que la majorité des élus de son parti avait voté pour la loi sur les droits civils, défendant toujours le droit de propriété contre sa violation par des ingénieurs sociaux.

Campagne présidentielle de 1964[modifier | modifier le code]

Sept militants anti-Goldwater manifestant déguisés en membres du KKK portant des panneaux favorables à Goldwater, durant la convention nationale républicaine de 1964 à San-Francisco

En 1964, Barry Goldwater renonce à se représenter au Sénat. Après avoir défait durant les primaires républicaines ses adversaires centristes de l'est Nelson Rockefeller et William Scranton (en), il reçoit l'investiture du parti républicain pour se présenter à l'élection présidentielle contre Lyndon Johnson, le président démocrate sortant. Denison Kitchel devient son directeur de campagne.

Avant cette investiture, le parti républicain n'était pas clairement étiqueté comme conservateur. Goldwater se présenta comme un défenseur des libertés, en conservateur fiscal et en farouche militant anticommuniste. Selon ses propres déclarations, il accepte la qualification d'extrémiste : « l'extrémisme dans la défense de la liberté n'est pas un vice », aimait-il à répondre. Son programme fut perçu cependant comme trop à droite pour de nombreux électeurs républicains traditionnels.

La campagne de Goldwater lança toutefois la carrière de quelques grandes figures conservatrices comme l'ancien acteur Ronald Reagan, autrefois syndicaliste démocrate, qui avait soutenu Goldwater au côté d'un autre acteur, John Wayne.

Une publicité commerciale lancée par les démocrates est censée avoir considérablement affaibli Goldwater. Dans cette publicité de campagne, une petite fille effeuillait une marguerite dans un paysage bucolique quand son image est brutalement remplacé par un champignon atomique résultant d'une explosion nucléaire. Le message supputait qu'un Goldwater président n'hésiterait pas à utiliser l'arme nucléaire. L'impact émotionnel de cette publicité fut très fort et elle est considérée aujourd'hui comme la première publicité négative des temps modernes. Le slogan de la campagne de Goldwater, In your heart, you know he's right (Dans votre cœur, vous savez qu'il a raison), fut détourné par les démocrates en In your guts, you know he's nuts (Dans vos tripes, vous savez qu'il est dingue).

carte électorale 1964 – États remportés par Goldwater en rouge

Goldwater et son collistier William E. Miller sont sévèrement battus par Lyndon B. Johnson. Le ticket républicain ne reçoit que 38,47 % des suffrages contre 61,05 % au ticket démocrate. Ils ne remportent que 6 États dont, signe des temps pour un républicain, 5 États de l'ancien sud confédéré autrefois acquis aux candidats démocrates. C'est la plus sévère défaite d'un candidat à l'élection présidentielle américaine depuis celle du républicain Alf Landon en 1936 jusqu'à celle du démocrate George McGovern en 1972. Au Congrès, le parti républicain essuie également une sévère défaite.

Fin de carrière politique[modifier | modifier le code]

Barry Goldwater en 1983.

En 1986 il participe à l'élaboration du Goldwater-Nichols Act qui réorganise en profondeur le processus de commandement au sein des Forces armées des États-Unis.

Barry Goldwater et Jim Heath (en) en octobre 1986.

Toujours populaire dans son État, Goldwater est réélu au Sénat en 1968 et sera constamment réélu jusqu'à sa retraite politique en 1987.

Dans les années 1980, alors que Ronald Reagan est président, il s'inquiète de la montée de la droite religieuse dans les partis politiques jusqu'au sein du parti républicain.

De plus en plus libertarien, Goldwater se démarque de l'administration républicaine en refusant de dénoncer l'avortement qu'il considère comme une question de choix personnel et non une question de Droit. En mars 1984 il protesta contre le minage des ports du Nicaragua par l'administration Reagan.

Défenseur passionné des libertés individuelles, il voyait dans la montée de la droite religieuse un danger pour celles-ci.

Il appuya même une candidate démocrate, Karan English (en) lors d'élections au Congrès, critiqua, en soutien à l'un de ses petits-fils, l'interdiction des homosexuels de l'armée (« chacun sait que les homosexuels ont honorablement servi dans l'armée depuis au moins l'époque de Jules César ») et rejeta la récupération à des fins politiques du scandale Whitewater impliquant Hillary Clinton.

En 1996, il se confie en ces termes à Bob Dole, candidat républicain à la présidentielle : « Nous sommes les nouveaux libéraux du parti républicain. Peux-tu imaginer cela ? ».

À la fin de sa vie politique, il avait gagné le respect de ses adversaires et, par sa force de caractère, avait été une force de stabilité au sein du parti républicain.

Barry Goldwater est mort le 29 mai 1998 à Paradise Valley dans l'Arizona de la maladie d'Alzheimer.

Son fils, Barry Goldwater, Jr., a été représentant de Californie au Congrès de 1969 à 1983.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]