Elbridge Gerry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elbridge Gerry
Image illustrative de l'article Elbridge Gerry
Fonctions
5e vice-président des États-Unis
4 mars 180520 avril 1812
Président James Madison
Gouvernement Administration Madison
Prédécesseur George Clinton
Successeur Daniel D. Tompkins
9e gouverneur du Massachusetts
10 juillet 18104 mars 1812
Prédécesseur Christopher Gore
Successeur Caleb Strong
Biographie
Date de naissance 17 juillet 1744
Lieu de naissance Marblehead (Massachusetts, États-Unis)
Date de décès 23 novembre 1814 (à 70 ans)
Lieu de décès Washington, D.C., (États-Unis)
Parti politique Républicain-Démocrate
Conjoint Ann Thompson Gerry
Diplômé de Harvard

Signature

Elbridge Gerry Elbridge Gerry
Vice-présidents des États-Unis
Gouverneurs du Massachusetts

Elbridge Thomas Gerry (17 juillet 1744 - 23 novembre 1814) est un homme politique américain membre du parti républicain-démocrate. Il est le cinquième vice-président des États-Unis, servant sous James Madison du 4 mars 1813 jusqu’à sa mort. Il est le second vice-président à mourir durant son mandat, le premier ayant été son prédécesseur immédiat George Clinton, vice-président sous Madison et Thomas Jefferson.

Gerry est l’un des signataires de la déclaration d’indépendance et des Articles de la Confédération. Il est l’un des trois hommes qui refusent de signer la constitution car elle n’a pas de Bill of Rights (déclaration des droits), l’un des deux autres étant George Mason. Elbridge Gerry devient plus tard gouverneur du Massachusetts. Il est connu pour être à l’origine du terme gerrymandering, qui désigne un procédé consistant à dessiner la carte des districts électoraux de manière à favoriser le parti au pouvoir.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Elbridge Gerry est né à Marblehead dans le Massachusetts. Il est le troisième de douze enfants. Il est diplômé du collège de Harvard[1] qu'il fréquente à partir de quatorze ans et où il étudie le commerce. Il travaille dans l’entreprise de transport maritime de son père et attire l’attention par son opposition au taxes sur le commerce. En mai 1772, il est élu à la General Court[2] (assemblée) du Massachusetts sur un programme anti-britannique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Gerry est l’un des délégué du Massachusetts au Congrès continental de février 1776 à 1780 puis de 1783 à septembre 1785. En 1786, il épouse Ann Thompson, fille d’un riche marchand newyorkais plus jeune que lui de 21 ans. En 1787, il est l’un des délégués à la convention constitutionnelle à voter contre la nouvelle constitution et (comme Mason et Randolph) à ne pas la signer. Il est élu à la chambre des représentants du nouveau gouvernement national et y sert de 1789 à 1793. Il surprend ses amis en devenant un fidèle du nouveau gouvernement, et soutient si vigoureusement les rapports de Hamilton sur les finances publiques, y compris l’appropriation des dettes d’État et la nouvelle Banque des États-Unis[3] qu’il est considéré comme un leader par les fédéralistes. Il ne se présente pas à la réélection en 1792.

En 1796, il est grand électeur pour John Adams qui le nomme ensuite dans la délégation humiliée par la France dans l’affaire XYZ. Lorsqu’il reste en France après le départ de ses deux collègues, les fédéralistes l’accuse de soutenir les Français. Il retourne aux États-Unis en octobre 1798 et rejoint le parti républicain de Thomas Jefferson en 1800.

Gerry est le candidat républicain au poste de gouverneur du Massachusetts et échoue en 1800, 1801, 1802 et 1803. Il est finalement élu en 1810 puis 1811. En 1812, il est battu à cause de son projet de loi de découpage électoral qui créa le terme gerrymandering. Malgré cela, il est choisi comme vice-président par James Madison. Il meurt à Washington, DC et est enterré au cimetière du Congrès.

Succession[modifier | modifier le code]

  • La maison de Gerry, Elmwood mansion[4] , maison historique de Cambridge (Massachusetts), fut le lieu de naissance du poète James Russell Lowell quelques années après la mort de Gerry.
  • Son petit-fils Elbridge Gerry (1813-1886) fut élu du Maine à la chambre des représentants.
  • Son arrière-petit-fils, Peter Goelet Gerry (1879-1957), fut élu de Rhode Island à la chambre des représentants.

Notes et références[modifier | modifier le code]