Al Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smith.
Al Smith en 1928.

Alfred Emanuel Smith, Jr., connu sous le nom d'Al Smith (30 décembre 1873 New York4 octobre 1944 New York), est un homme politique américain qui fut élu gouverneur de l'État de New York à quatre reprises et qui fut le candidat démocrate à l'élection présidentielle de 1928. Il fut le premier candidat catholique romain et irlando-américain à se présenter pour un des grands partis, mais sa candidature fut impopulaire dans le Sud protestant, et il fut battu par le républicain Herbert Hoover. Par la suite, il aida à la construction de l'Empire State Building lors de la difficile période de la Grande Dépression.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Smith est né d’Alfred Emanuel Smith et Catherine Mulvihill et passa une partie de sa jeunesse dans le quartier multi-ethnique de Lower East Side à Manhattan, sur Oliver Street, New York, avec vue sur le pont de Brooklyn à l'époque en construction. Ses quatre grands-parents étaient irlandais, allemand, italien, et anglais, mais Smith s'identifiait avec la communauté irlando-américaine et devint le principal porte-parole dans les années 1920.

À l'âge de 13 ans, il perd son père, vétéran de la guerre de Sécession et propriétaire d'une petite compagnie de camions. À 14 ans, il doit abandonner l'école paroissiale de St. James School à Manhattan situé au 37 James Street et travailler pour venir en aide à sa famille. Il n'est jamais allé au collège ou au lycée, et affirmait qu'il avait appris à connaître les gens lorsqu'il travaillait au Fulton Fish Market, un petit boulot pour lequel il était rémunéré 12 dollars par semaine. En acteur amateur accompli, il devint un remarquable orateur. Le 6 mai 1900, Alfred Smith se maria avec Catherine A. Dunn, avec qui il eut cinq enfants[1].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Al Smith et sa femme.

Dans sa carrière politique, il s'appuya sur ses origines ouvrières (working-class), s'identifiant avec les immigrants et faisant campagne en tant qu'homme du peuple. Bien que lié à la machine clientéliste du Tammany Hall et particulièrement à son chef, « Silent » Charlie Murphy, il ne fut pas terni par la corruption et travailla à l'adoption de législations progressistes.

Son premier travail politique fut un poste d'employé au bureau du Commissioner of Jurors en 1895. En 1903 il est élu à l'Assemblée de l'État de New York. Il siégea comme vice-président de la commission nommée pour enquêter sur les conditions de travail dans les usines après qu'une centaine de travailleurs eurent péri dans l'incendie du Triangle Shirtwaist Factory. Smith entama une croisade contre les lieux de travail dangereux ou malsains et fut le champion des législations pour y remédier.

En 1911, les démocrates obtiennent une majorité des sièges de l'Assemblée de l'État et Smith devient président du puissant comité Ways and Means. En 1912, à la suite de la perte de la majorité, il devint le leader de la minorité. Quand les démocrates reprirent la majorité à l'élection suivante, il fut élu Speaker de l'Assemblée pour la session de 1913. Il redevint le leader de la minorité de nouveau en 1914 quand les républicains reprirent la majorité, et le resta jusqu'à son élection au poste de sheriff du comté de New York en 1915. Il devint alors le leader du mouvement progressiste de la ville et de l'État de New York. Son directeur de campagne et principal adjoint était Belle Moskowitz, une fille d'immigrants juifs-prussiens.

Après avoir servi dans la fonction riche en faveurs de sheriff du comté de New York à partir de 1916, Smith fut élu gouverneur de New York en 1918 avec l'aide du chef du Tammany Hall, Charles F. Murphy et de James A. Farley, qui lui apporta le vote du nord de l'État. Il était le premier irlando-américain à être élu gouverneur de l'État (mais pas le premier catholique, Martin H. Glynn ayant été gouverneur entre 1913 et 1914 en remplacement du gouverneur William Sulzer, qui avait été empêché.

En 1919, Smith fit son célèbre discours, « A man as low and mean as I can picture», provoquant une rupture définitive avec William Randolph Hearst. Le magnat de la presse, connu pour son empire de journaux à sensation et largement (à l'exception de certains sujets économiques) à droite, était le leader de la branche populiste du Parti démocrate de la ville de New York, et s'arrangeait avec Tammany Hall pour l'élection de l'administration locale. Hearst attaqua alors Smith, l'accusant d'« affamer les enfants » en ne réduisant pas le prix du lait.

Smith échoua à sa réélection en 1920, mais fut réélu en 1922, 1924 et 1926 avec James A. Farley comme directeur de campagne. Comme gouverneur, Smith acquit une notoriété nationale comme un progressiste qui cherchait à rendre le gouvernement plus efficace surtout dans la satisfaction des besoins sociaux. Son jeune assistant Robert Moses construisit le premier réseau de parcs de l'État et réforma le système du service civil. Plus tard il sera nommé secrétaire de l'État de New York. Sous son mandat, New York renforça les lois sur les indemnités des travailleurs, les pensions des femmes et le travail des femmes et des enfants avec l'aide de Frances Perkins, qui allait devenir la secrétaire au Travail du président Franklin D. Roosevelt. Lors de la convention nationale démocrate de 1924, Smith ne réussit pas à obtenir la nomination pour la candidature à l'élection présidentielle, mettant en avant la cause des libertés civiles et décriant les lynchages et les violences racistes. Roosevelt prononça le discours de nomination à la convention dans lequel il salua en Smith « l'heureux guerrier des champs de bataille politiques. »

Élection présidentielle de 1928[modifier | modifier le code]

Al Smith donnant un discours lors de la campagne présidentielle.

Le reporter Frederick William Wile fit la remarque que Smith fut battu par les « trois P : Prohibition, Préjugé et Prospérité » (Prohibition, Prejudice and Prosperity)

Joseph Taylor Robinson est son candidat à la vice-présidence.

Le Parti républicain bénéficiait toujours du boom économique des années 1920, que leur candidat Herbert Hoover avait promis de faire continuer. Les historiens conviennent que cette prospérité économique associé au sentiment anti-catholique d'une grande partie de l'électorat, rendaient l'élection d'Hoover inévitable, bien qu'il n'ait jamais concouru à la présidence auparavant.

Smith fut le premier catholique à remporter l'investiture d'un grand parti pour l'élection présidentielle (John F. Kennedy sera le premier président catholique élu et Charles O'Conor, le premier candidat catholique à une élection présidentielle américaine). Une des questions les plus controversées de la campagne était la poursuite de la Prohibition. Smith était personnellement partisan d'un assouplissement ou d'une abrogation des lois d'interdiction en dépit de leur statut constitutionnel, mais le Parti démocrate était divisé entre Nord et Sud sur ce sujet. Au cours de la campagne, Smith tenta d'esquiver la question avec des déclarations non engageantes.

Smith était, comme Hoover, un avocat éloquent de la bonne et efficace gouvernance. Smith restera aussi connu comme celui qui a dit dans sa campagne « Regardons qui a voté quoi » (« Let's look at the record »). Smith emporta l'intégralité du vote catholique, qui s'était divisé en 1920 et 1924, et amena des millions de catholiques aux urnes pour la première fois, particulièrement des femmes. Il perdit d'importants bastions démocrates dans le nord rural et dans des villes et banlieues du Sud. Il emporta le Sud profond grâce à son colistier, le sénateur Joseph Robinson de l'Arkansas, et emporta les dix plus grandes villes des États-Unis. Certaines des pertes de voix de Smiths sont attribuées à la peur de certains électeurs qu'en tant que président, il réponde plus au pape qu'à la Constitution, à la peur de la puissance de la ville de New York, à la longue histoire de corruption attachée au Tammany Hall aussi bien qu'à une campagne électorale de Smith assez médiocre. La chanson qui servait de thème musical à sa campagne, The Sidewalks of New York, n'était pas vraiment un appel aux cultures rurales, et son accent de la ville à la « raddio » apparaissait comme un peu comme un accent étranger. Cependant Smith perdit l'État de New York, le démocrate Roosevelt fut élu pour le remplacer comme gouverneur de l'État. James A. Farley abandonna le camp de Smith pour aider la campagne victorieuse de Roosevelt au poste de gouverneur puis plus tard les campagnes victorieuses pour la présidence en 1932 et 1936.

Réalignement du vote[modifier | modifier le code]

Dans une perspective à long terme, Al Smith marqua un réalignement du vote américain. Il contribua à lancer la fin de la politique sans classes, comme allait le confirmer la coalition du New Deal de Franklin D. Roosevelt. Comme le dit un spécialiste de sciences politiques « Ce n'est qu'en 1928 et la nomination d'Al Smith, un réformateur du Nord-Est, que les démocrates progressèrent parmi les électorats urbain, col bleu et catholique qui allaient devenir plus tard les composantes principales de la coalition du New Deal et casser le modèle de la polarisation minimaliste par classes sociales qui caractérisait alors le système à quatre partis. » Pour Finan (2003), Al Smith est un symbole sous-estimé du changement de la politique américaine dans la première moitié du vingtième siècle. Il représentait les ambitions montantes d'une Amérique urbaine et industrielle face au déclin de l'hégémonie de l'Amérique rurale et agraire. Il était en lien avec les espoirs et les aspirations des immigrants, spécialement des catholiques et des juifs. Smith était un catholique dévot mais ses luttes contre la bigoterie religieuse étaient souvent mal interprétées quand il combattait la moralité d'inspiration religieuse protestante imposée par les prohibitionnistes.

Opposition à Roosevelt[modifier | modifier le code]

Smith était assez peu considéré par Roosevelt lors du mandat de gouverneur de celui-ci. Ils devinrent rivaux pour la nomination démocrate pour l'élection présidentielle de 1932. À la convention démocrate, l'animosité de Smith envers Roosevelt était si grande qu'il mit de côté ses rivalités de longue date et réussit à travailler avec William McAdoo et William Randolph Hearst pour bloquer la nomination de Roosevelt pendant plusieurs tours de scrutin. Cette improbable coalition capota lorsque Smith refusa de travailler à la recherche d'un candidat de compromis, et au lieu de cela, manœuvra pour être lui même candidat. Après avoir échoué à la nomination, il soutint Roosevelt à contrecœur lors de la campagne présidentielle de 1932.

Lorsque Roosevelt poursuivit ses politiques du New Deal, il commença à travailler avec l'opposition. Smith estimait que le New Deal était une trahison des idéaux progressistes d'un bon gouvernement et aller à l'encontre de l'objectif d'une coopération étroite avec les entreprises. Avec d'autres personnalités démocrates conservatrices, il devint en 1934 le chef de file de l'American Liberty League, le centre de l'opposition politique au New Deal de Roosevelt. Smith soutint les candidats républicains aux élections présidentielles suivantes, Alf Landon en 1936 et Wendell Willkie en 1940.

Même si le ressentiment personnel était un élément dans sa rupture avec Roosevelt et son New Deal, Smith a été cohérent avec ses convictions et ses politiques. Finan (2003) note ainsi que Smith a toujours cru en la mobilité sociale, l'opportunité économique, la tolérance religieuse et l'individualisme.

Curieusement, malgré les mauvaises relations entre Smith et Roosevelt, Smith resta proche d'Eleanor Roosevelt qui l'invita même à séjourner à la Maison Blanche en 1936 alors qu'il était à Washington, D.C. pour faire un discours à la radio contre le président ! Smith déclina l'invitation mais se souvint toujours de la bonté de la First Lady.

Après la politique[modifier | modifier le code]

La star du baseball Babe Ruth et Al Smith golfant à Coral Gables, en Floride en 1930.

Après son échec à l'élection présidentielle de 1928, Al Smith devint le président de l'Empire State, Inc., la société chargée de construire et de gérer l'Empire State Building. La construction du gratte-ciel commença symboliquement le 17 mars 1930 sur instruction de Smith. Son petit-fils coupa le ruban le 1er mai 1931, de ce qui était alors le plus grand immeuble du monde, construit en seulement 13 mois.

Smith, comme la plupart des milieux d'affaires new yorkais soutint avec enthousiasme l'entrée en guerre des États-Unis, mais Roosevelt ne le sollicita pas pour jouer un quelconque rôle dans l'effort de guerre. Al Smith déprima quelque peu après sa perte de pouvoir politique. Robert Moses, désormais city planner de New York apprit qu'il trainait ainsi seul près des cages du zoo de New York, parlant aux animaux, qu'il s'était plaint de leurs conditions d'enfermement et se languissait du petit zoo qu'il avait fait aménager dans la résidence du gouverneur. Moses décida alors d'allouer des crédits d'autres projets pour refaire le zoo et le rendre attractif. Lors de la grande réouverture, 8 mois plus tard, Al Smith se vit décerner le titre de « Superintendant nocturne honoraire du zoo de Central Park » avec une remise de clés lui permettant d'accéder à l'ensemble du zoo jour et nuit. Al Smith fera ainsi visiter le zoo à plusieurs groupes d'enfants.

En 1939, il fut nommé chamberlain papal, l'un des plus hauts honneurs de l'Église accordé aux laïcs, par le pape Pie XII.

Smith mourut au Rockefeller Institute Hospital le 4 octobre 1944 à l'âge de 70 ans. Il avait été brisé par la mort de sa femme d'un cancer cinq mois plus tôt. Il est enterré au Calvary Cemetery, dans le Queens à New York.

Fondation[modifier | modifier le code]

Une fondation, l'Alfred E. Smith Memorial Foundation, contribue à des œuvres charitables catholiques principalement à New York. Elle est connue pour être l'organisatrice d'un diner de charité dans lequel interviennent presque toujours les années d'élection présidentielle les deux principaux candidats, ces dernières années de manière humoristique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Allan J. Lichtman, Prejudice and the old politics: The Presidential election of 1928, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press,‎ 1979 (ISBN 978-0-8078-1358-4, OCLC 4492475, LCCN 78026813)
  • (en) Paul A. Carter, « Deja Vu; Or, Back to the Drawing Board with Alfred E. Smith », Reviews in American History, vol. 8, no 2,‎ 1980, p. 272–276 (ISSN 0048-7511, DOI 10.2307/2701129); review of Lichtman
  • (en) Edmund A. Moore, A Catholic Runs for President: The Campaign of 1928,‎ 1956 (OCLC 475746) Edition en ligne
  • (en) Donn C. Neal, The World beyond the Hudson: Alfred E. Smith and National Politics, 1918-1928, New York, Garland,‎ 1983 (ISBN 978-0-8240-5658-2, LCCN 82049074), p. 308
  • (en) Donn C. Neal, « What If Al Smith Had Been Elected? », Presidential Studies Quarterly, vol. 14, no 2,‎ 1984, p. 242–248 (ISSN 0360-4918)
  • (en) Elisabeth Israels Perry, Belle Moskowitz: Feminine Politics and the Exercise of Power in the Age of Alfred E. Smith, New York, Oxford University Press,‎ 1987 (ISBN 978-0-19-504426-3, LCCN 87011318), p. 280
  • Daniel F. Rulli; "Campaigning in 1928: Chickens in Pots and Cars in Backyards," Teaching History: A Journal of Methods, Vol. 31#1 pp 42+ (2006) Édition en ligne with lesson plans for class
  • (en) Robert A. Slayton, Empire Statesman: The Rise and Redemption of Al Smith, New York, Free Press,‎ 2001 (ISBN 978-0-684-86302-3, LCCN 00060011), p. 480, the standard scholarly biography
  • Sweeney, James R. “Rum, Romanism, and Virginia Democrats: The Party Leaders and the Campaign of 1928.” Virginia Magazine of History and Biography 90 (octobre 1982): 403–31.

Sources principales[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Al Smith » (voir la liste des auteurs)
    • (en) Alfred, E. Smith, Campaign addresses of Governor Alfred E. Smith, Democratic Candidate for President 1928, Washington, D.C., Democratic National Committee,‎ 1929 (ISBN 978-0-404-06117-3, OCLC 300555)
    • Alfred E. Smith. Progressive Democracy: Addresses & State Papers. (1928) Edition en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Slayton 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) « Alfred E. Smith Dies Here at 70; 4 Times Governor », The New York Times,‎ 4 octobre 1944 (lire en ligne)