Frédérique Bredin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bredin
Frédérique Bredin
Image illustrative de l'article Frédérique Bredin
Fonctions
Ministre de la Jeunesse et des Sports
Président François Mitterrand
Gouvernement Gouvernement Cresson
Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur Lionel Jospin (indirectement)
Successeur Michèle Alliot-Marie
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Paris (Seine)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômée de ENA

Frédérique Bredin, née le à Paris (Seine), est une femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de l’avocat, académicien et ancien responsable du MRG, Jean-Denis Bredin. Après des études à l'Institut d'études politiques de Paris, un stage, elle rejoint à sa sortie de l’ENA (promotion Voltaire), l’inspection générale des Finances et, en 1984, le cabinet de Jack Lang, où elle s’occupe de la politique cinématographique.

En 1986, elle rejoint François Mitterrand, alors président de la République, à l’Élysée, où elle a en charge les dossiers culturels. C’est François Mitterrand qui, en 1988, l’incite à se présenter devant les électeurs : élue députée de Seine-Maritime, cette proche de Laurent Fabius devient, l’année suivante, maire de Fécamp, dans le pays de Caux. Elle est désignée ministre de la Jeunesse et des Sports en 1991-1993. Dans le cadre de son ancienne activité à ce ministère, elle sera invitée à l'émission de télévision Viols d'enfants : la fin du silence ?.

Elle était également secrétaire nationale du Parti socialiste, chargée de la culture et de la communication de 1995 à 2000. En avril 2000, elle se retire de la vie politique active pour devenir directrice générale de Lagardère Active avant de rejoindre Le Journal du dimanche au poste d'éditeur.

Elle a été nommée inspectrice générale des Finances par décret du [1].

Elle renoue avec la vie politique en soutenant Arnaud Montebourg dans sa campagne pour la primaire à l'investiture socialiste pour l’élection présidentielle de 2012.

Le , elle est nommée présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC)[2],[3],[4].

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]