Classe Flower (corvette)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Flower.
Classe Flower
Image illustrative de l'article Classe Flower (corvette)
La corvette USS Intensity à la mi-1943.
classe Gladiolus
Caractéristiques techniques
Type Corvette
Longueur 62 mètres[1]
Maître-bau 10 mètres
Tirant d'eau 15 mètres
Déplacement 925 à 1 170 t
Vitesse 16 nœuds (30 km/h)
Caractéristiques militaires
Rayon d’action 3 000 milles marins (5 600 km) à 15 nœuds (28 km/h)
5 500 milles marins (10 200 km) à 9 nœuds (17 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 80 hommes
Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Pavillon de la Marine royale canadienne Marine royale canadienne
Pavillon des forces navales françaises libres Forces navales françaises libres
Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Période de
construction
1940 - 1942[2]
Navires construits 267
Navires préservés 1
Classe Castle Suivant

La classe Flower (aussi appelée classe Gladiolus) était une classe de 267 corvettes utilisés comme escorte anti-sous-marine par les Alliés lors de la bataille de l'Atlantique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

La classe est conçue à partir des plans d'un baleinier[3]. Conçus pour escorter des convois près des côtes, les navires de la classe Flower sont finalement employés dans l'escorte de plus larges convois traversant l'Atlantique. Leur petite taille est leur plus gros handicap, les rendant intenables et difficiles à vivre pour l'équipage par gros temps[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

La majorité des navires ont été utilisés par la Royal Navy et la Marine royale canadienne. Plusieurs navires construits en grande partie au Canada ont été transférés de la Royal Navy à l'United States Navy dans le cadre du programme prêt-bail.

Navires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Malbosc 2011, p. 110
  2. Malbosc 2011, p. 41
  3. Malbosc 2011, p. 40

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Malbosc, La bataille de l'Atlantique (1939-1945) : la victoire logistique et celle du renseignement, clés de la victoire des armes, Paris, Economica,‎ 2011, 2e éd. (ISBN 978-2-7178-5919-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :