HMS Hood (51)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

63° 20′ N 31° 50′ O / 63.33, -31.83

Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir HMS Hood.
HMS Hood
Image illustrative de l'article HMS Hood (51)
Le HMS Hood

Autres noms Mighty Hood
Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Commanditaire Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Quille posée 1er septembre 1916
Lancement 22 août 1918
Armé 15 mai 1920
Statut coulé le 24 mai 1941 par le Bismarck dans le détroit du Danemark
Caractéristiques techniques
Type croiseur de bataille
Longueur 262,2 mètres (à la ligne de flottaison)
Maître-bau 31,7 m
Tirant d'eau 8,9 mètres
Déplacement 41 200 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur Brown-Curtis
Puissance 150 000 CV(110,4 MW)
Vitesse 32 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage 305mm maximum
Armement 4x2 canons de 381mm, 12 canons de 140 mm, 4x2 canons anti-aérien de 102 mm, 3x8 canons anti-aérien de 40mm, 4 tubes lance-torpilles de 533 mm, 5 lanceurs à 20 tubes de roquettes anti-aérienne de 76mm
Rayon d'action 5 200 miles
Autres caractéristiques
Équipage 1 419 hommes
Chantier naval John Brown & Company
Indicatif 51
Coordonnées 63° 20′ 00″ N 31° 50′ 00″ O / 63.333333333333, -31.83333333333363° 20′ 00″ Nord 31° 50′ 00″ Ouest / 63.333333333333, -31.833333333333  

Le HMS Hood est un croiseur de bataille britannique de classe Admiral, fleuron de la Royal Navy pendant l'entre-deux-guerres. Il fut coulé le 24 mai 1941 à la sortie du détroit du Danemark, lors d'une bataille navale l'opposant au cuirassé allemand Bismarck.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lancé en 1918, le navire ne prit pas part aux combats de la Première Guerre mondiale. C'était le plus grand navire de la flotte britannique lors de sa mise en service en 1920, et ce durant les 20 années qui suivirent[1]. Pour ces raisons de prestige, le navire passa une grande partie de l'entre-deux-guerres à rendre visite aux autres parties de l'empire britannique ou aux autres pays.

Un talon d'Achille[modifier | modifier le code]

Cependant, la faiblesse du navire résidait dans son blindage, insuffisamment épais, surtout sur le pont du navire. On craignait particulièrement les obus de gros calibre tombant à la verticale. Les amiraux en étaient conscients, mais le projet de refonte fut constamment reporté, faute d'argent, mais surtout de temps : le navire étant « l'ambassadeur » de la force navale britannique, il fut mobilisé par les parades, mais aussi par les nombreuses crises présageant la guerre. En 1939, avec le déclenchement de la guerre contre l'Allemagne, l'idée de renforcement du blindage fut définitivement enterrée.

HMS Hood, en 1924

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début du second conflit mondial, le Hood est transféré à la base navale de Scapa Flow, au nord de l'Écosse. Avec les autres bâtiments de la Home Fleet, il a pour zone d'action l'Atlantique nord. Il participe à l'attaque de la flotte française à Mers el-Kébir en 1940.

La fin tragique du Hood[modifier | modifier le code]

Le 21 mai 1941, le cuirassé allemand Bismarck, ainsi que le croiseur lourd Prinz Eugen, sont repérés à Bergen, en Norvège. Ils quittent le port en direction de l'Islande et risquent d'étouffer la Grande-Bretagne en menaçant les convois entre elle et les États-Unis. Le 22 mai, à 22 h 15, le Hood et le Prince of Wales quittent Scapa Flow pour aller à leur rencontre dans le détroit du Danemark. Le groupe naval est dirigé par l'amiral Holland. La direction du Bismarck est confirmée par deux croiseurs, le Norfolk et le Suffolk, qui le repèrent au radar au nord-est de l'Islande le 23 mai et le suivent à distance.

La fin du Hood, dessin de J.C. Schmitz-Westerholt. Le Prince of Wales est au premier plan

Le lendemain 24 mai, à h 5, à la sortie du détroit du Danemark, les deux flottes s'aperçoivent. La bataille est engagée à h 52, aux coordonnées 61° 31' N, 31° 52' O, à une distance de 25 km, se réduisant. Les quatre navires en présence encaissent chacun des coups sévères, mais aucun ne semble emporter la décision. Les navires allemands deviennent pourtant de plus en plus précis dans leur tir, tandis que le Prince of Wales souffre de nombreux problèmes techniques qui l'empêchent de tirer plus vite. À h 57, la seconde salve du Prinz Eugen déclenche un incendie, à h 0, un obus du Bismarck atteint le talon d'Achille du Hood, au niveau de la soute à munitions insuffisamment protégée. Une formidable explosion retentit, avec une boule de feu haute de plusieurs centaines de mètres : le navire est cassé en deux et coule en quelques minutes[2]. On ne trouvera que trois survivants sur les 1 419 hommes d'équipage.

Le Prince of Wales rompt le combat. Quant au Bismarck, dont une soute à mazout a été perforée, il est contraint de renoncer à ses raids dans l'Atlantique et doit regagner Brest. Commence alors une longue traque de la Royal Navy qui parvient à l'intercepter grâce aux avions de l'Ark Royal, permettant aux cuirassés King George V et Rodney de l'endommager et de provoquer son sabordage par l'équipage[3].

La Royal Navy reste maîtresse de la mer du Nord et de l'Atlantique.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'anéantissement du fleuron de la marine britannique en quelques secondes provoque une très vive émotion au Royaume-Uni. Le désir de revanche est très fort et Churchill ordonne à ses amiraux : « Sink the Bismarck ! » (« Coulez le Bismarck ! »). Tout sera mis en œuvre pour laver cet affront et couler le Bismarck ce qui sera achevé le 27 mai 1941 à peu près à 650 km à l'ouest de Brest.

Théories modernes sur le naufrage[modifier | modifier le code]

La cause exacte de la perte du HMS Hood demeure un sujet de débat. De multiples théories ont été avancées, dont plusieurs visent sans doute à ménager la fierté navale britannique en s'efforçant de minimiser la participation du Bismarck. Les principales théories peuvent être résumées comme suit.

Examen des théories[modifier | modifier le code]

Coup direct d'un obus pénétré dans le compartiment arrière[modifier | modifier le code]

Dessin produit par le Capitaine J.C. Leach, commandant le HMS Prince of Wales, devant la 2e Chambre d'enquête, en 1941. Le croquis représente la colonne de fumée ou les flammes qui ont éclaté à proximité du mât principal immédiatement avant l'énorme explosion qui anéantit à la vue la partie arrière du navire. Ce phénomène aurait été le résultat de la propagation d'un feu de cordite à travers les ventilateurs de la salle des machines (voir l'article).

Cet obus n'a pu provenir que du Bismarck, étant donné que le Prinz Eugen ne tirait plus sur le Hood au moment de l'explosion. Comme indiqué plus haut, cette version des faits était presque tenue pour acquise au moment du naufrage. Un premier doute est survenu à la suite de témoignages selon lesquels l'explosion qui a détruit le Hood avait pris naissance près du mât principal, très en avant du compartiment arrière (par exemple l'esquisse, reproduite ici, produite devant la deuxième Chambre d'enquête par le capitaine Leach, commandant le Prince of Wales). Devant cette deuxième Chambre, des témoins experts ont suggéré que ce qui a été observé était l'évent, par l'intermédiaire des ventilateurs de la salle des machines, d'une explosion ou déflagration violente — mais pas instantanée — dans les compartiments des soutes à munitions de 4 pouces (102 mm). La même déflagration aurait détruit la cloison séparant les soutes des obus de 4 pouces et de 15 pouces (102 mm et 381 mm), ce qui se traduisit très rapidement par une explosion catastrophique similaire à celles déjà constatées au Jutland[4]. Cette théorie a finalement été adoptée par la Chambre.

Obus frappant sous la ceinture blindée et pénétrant dans une soute[modifier | modifier le code]

Au cours de la même action, le Prince of Wales a reçu un coup de ce type à partir d'un obus de 380 mm, qui a couru sous l'eau sur une distance d'environ 80 pieds (25 m), qui a transpercé la coque à environ 28 pieds (8 m) au-dessous de la ligne de flottaison, est passé à travers des cloisons légères, a pénétré dans plusieurs cloisons et fini sa course, sans exploser, contre la cloison du magasin des torpilles. La deuxième Chambre a considéré cette théorie comme improbable, faisant valoir que le détonateur, s'il avait fonctionné, aurait fait exploser l'obus avant même qu'il eût atteint le navire.

Navire détruit par l'explosion de ses propres torpilles[modifier | modifier le code]

Selon la théorie de Goodall, les torpilles du navire auraient pu exploser, soit par suite de l'incendie qui faisait rage sur le pont, soit, plus probablement, par une frappe directe du Bismarck. Cela aurait soufflé le côté du navire, séparant la poutre-maîtresse de la coque. L'eau entrant en force dans la brèche, à une vitesse de près de 30 nœuds, aurait alors cisaillé la section arrière du reste de la coque.

L'incendie survenu sur le pont a gagné l'une des soutes à munitions[modifier | modifier le code]

La preuve a été donnée à la deuxième Chambre que les portes d'accès des chariots d'approvisionnement en obus de 4 pouces (102 mm) étaient fermées pendant l'action. Il reste possible qu'une porte ou un coffrage ait été ouvert par un obus ennemi, laissant entrer les flammes dans la soute. Les flammes auraient pu également passer par les dispositifs de ventilation des soutes ou encore, comme l'a suggéré Ted Briggs, à travers le plancher des tourelles des pièces de 15 pouces (381 mm).

L'explosion a été initiée par des obus de 4 pouces (102 mm) entreposés à l'extérieur des soutes[modifier | modifier le code]

En 1979, l'historien de la marine Anthony Preston a fait valoir que les soutes du Hood « étaient entourées d'obus anti-aériens de 4 pouces (102 mm) entreposés en dehors des barbettes blindées (sic) »[5]. Ces arrimages non protégés pourraient avoir explosé par suite de l'incendie du pont ou après avoir été touchés par un obus du Bismarck.

Navire détruit par ses propres armes[modifier | modifier le code]

Devant la deuxième Chambre, des témoins oculaires ont signalé les types inhabituels de décharge des pièces de 15 pouces (381 mm) du Hood, suggérant qu'un obus pourrait avoir explosé dans un canon, provoquant une explosion dans la tourelle. Il est possible que, dans l'excitation du combat, toutes les mesures de sécurité mises en place après les catastrophes du Jutland pour prévenir une telle explosion dans les soutes n'aient pu être appliquées.

Synthèse[modifier | modifier le code]

Dernière photographie du Hood, prise depuis le Prince of Wales.

Jurens[6] donne un examen approfondi de chacune de ces théories (à l'exception de celle de Preston) : sa principale conclusion est que la perte du Hood a presque certainement été précipitée par l'explosion d'une soute d'obus de 4 pouces (102 mm), mais qu'il existe un certain nombre de causes différentes à cette explosion. L'image populaire de l'obus pénétrant le blindage du pont à la verticale est selon lui erronée : il estime que l'angle de chute des obus de 380 mm du Bismarck au moment de la perte n'aurait pas dépassé environ 14 degrés, un angle si défavorable à la pénétration d'un blindage horizontal qu'il est en fait hors des normes de pénétration de l'échelle des chartes de tir allemandes contemporaines. En outre, des images du Hood générées par ordinateur montrent qu'un obus tombant sous cet angle n'aurait pas pu atteindre une soute arrière sans d'abord passer par une partie de la ceinture blindée. D'autre part, le blindage de 12 pouces (305 mm) aurait pu être transpercé, si le Hood avait progressé suffisamment lors de son dernier tour.

Plus récemment, la découverte de l'épave du Hood a ouvert de nouvelles perspectives. L'inspection de l'épave a confirmé que la partie arrière des soutes a en effet explosé. L'arrière du Hood a pu être situé : les safrans étaient toujours en place, et il a été établi que ceux-ci étaient tournés vers bâbord au moment de l'explosion. En outre, une section de l'avant, immédiatement en avant d'une tourelle, est absente, ce qui a conduit l'historien et ancien chargé de cours au Britannia Royal Naval College de Dartmouth Eric J. Grove et le chef d'expédition David Mearns à penser que « soit juste avant, soit juste après avoir quitté la surface, l'avant a subi des dommages internes massifs dus à une explosion interne »[7], peut-être une explosion partielle des soutes de munitions de 15 pouces de la partie avant. Il a été suggéré que l'incendie mortel s'est propagé depuis l'extrémité arrière du navire à travers les réservoirs de carburant de tribord, étant donné que du côté tribord « apparaît manquer la plus grande partie, si ce n'est la totalité, du blindage renforcé anti-torpilles »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. British Battleships, 1919–1939, p. 295, 303
  2. Les Deux Combats du « Bismarck », Baron Burkard von Müllenheim-Rechberg, EMOM
  3. (en) Expedition: Bismarck, de James Cameron, Discovery Channel, 2002
  4. Jurens, op. cit.
  5. Preston 2002, p. 109.
  6. Jurens, op. cit.
  7. a et b J.C. Schmitz-Westerholt

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) R. A. Burt, British Battleships, 1919–1939, London, Arms and Armour Press,‎ 1993 (ISBN 1-85409-068-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]