Navire météorologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Navire météorologique
Image illustrative de l'article Navire météorologique
Le bateau-météo norvégien MS Polarfront en mer. Travaillant pour l’Institut météorologique norvégien, c’était le dernier navire météorologique actif, retiré en 2010
Généralités
Époque 1930 à 2010
Lieux Positions fixes ou mobiles en mer
Caractéristiques courantes

Un navire météorologique est un navire stationné en mer, comme une plate-forme, pour des observations météorologiques en surface et en altitude afin d’obtenir des données pour la prévision météorologique[1],[2]. Accessoirement, ces navires peuvent aider dans les opérations de recherche et sauvetage en mer, ainsi qu’aux recherches sur la pollution des mers et en océanographie[2].

Leur utilisation fut proposée en 1921 par Météo-France pour le support à la navigation et à l’aviation naissante dans le bassin de l’Atlantique Nord où l’on retrouvait peu d’informations régulières de la situation météorologique. Durant la Seconde Guerre mondiale, les données du réseau de navires météorologiques furent extrêmement importantes pour les Alliés et ils subirent donc de nombreuses attaques de la part des forces de l’ Axe. En 1948, ayant démontré leur très grande utilité, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) étendit la couverture à l’océan Pacifique.

À partir des années 1970, les bouées météorologiques modernes ont commencé à remplir une partie du rôle de ces navires et ils sont devenus désuets depuis l’utilisation importante des données des satellites météorologiques. Le dernier navire régulièrement positionné à cette fin a terminé sa mission en 2010 mais certains navires remplissent encore cette fonction pour des campagnes de recherche météorologiques et océanographiques.

Fonctions[modifier | modifier le code]

La fonction principale des navires météorologiques était de prendre des mesures régulières de pression, de température, d’humidité, des conditions nuageuses et des précipitations à un point fixe en mer, en plus d’effectuer des radiosondages à h, h, 12 h, 18 h TUC[3]. Ces informations étaient envoyées via ondes courtes vers une station terrestre où elles pouvaient être disséminées. Ces navires pouvaient également relayer les observations de surface des navires passant à l’intérieur d’une zone de 16 km2 les entourant.

Les navires météorologiques aidaient également dans les opérations de sauvetage en mer en utilisant leur radar de bord pour localiser des embarcations en détresse dans leur secteur ou en mettant en fonction leur balise radio pour les guider navires et avions perdus[3],[4]. À cause de leur position permanente, ils servirent également à plusieurs expériences océanographiques[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lettre Identificateur Coordonnées
A Able/Alpha 62° N 33° O / 62, -33 (Alpha)[5]
B Baker/Bravo 56° 30′ N 51° 00′ O / 56.5, -51 (Bravo)[6]
C Charlie 52° 45′ N 35° 30′ O / 52.75, -35.5 (Charlie)[5]
D Dog/Delta 44° N 41° O / 44, -41 (Delta)[7]
E Easy/Echo 35° N 48° O / 35, -48 (Echo)[7]
F Fox 35° N 40° O / 35, -40 (Fox)[7]
G George 46° N 29° O / 46, -29 (George)[8]
H Hotel 38° N 71° O / 38, -71 (Hotel)[9]
I India 59° N 19° O / 59, -19 (India)[5]
J Juliet/Juliett 52° 30′ N 20° 00′ O / 52.5, -20 (Juliett)[5]
K Kilo 45° N 16° O / 45, -16 (Kilo)[9]
L Lima 57° N 20° O / 57, -20 (Lima)[5]
M Mike 66° N 2° E / 66, 2 (Mike)[5]
N Nan/November 30° N 140° O / 30, -140 (November)[10]
O Oboe 40° N 142° O / 40, -142 (Oboe)[10]
P Peter/Papa 50° N 145° O / 50, -145 (Papa)[10]
Q Quebec 43° N 167° O / 43, -167 (Quebec)[11]
R Romeo 47° N 17° O / 47, -17 (Romeo)[5]
S Sugar 48° N 162° O / 48, -162 (Sugar)[6]
T Tango 29° N 135° O / 29, -135 (Tango)[12]
U Uncle 27° 40′ N 145° 00′ O / 27.67, -145 (Uncle)[13]
V Victor 34° N 164° E / 34, 164 (Victor)[9]
X Extra 39° N 153° E / 39, 153 (Extra)[14]

En 1921, le directeur de Météo-France proposa l’idée de navires gardant une position prédéterminée pour prendre des données météorologiques qui aiderait à combler le manque de rapports entre l’Amérique et l’Europe[9]. En effet, l’Organisation météorologique internationale, l’ancêtre de l’Organisation météorologique mondiale, avait déjà permis d’obtenir l’échange de données météorologiques à travers le monde mais à part les corridors fréquentés par les navires de commerces, il était impossible d’avoir des informations précises sur ce qui se passait sur la plus grande partie de l’Atlantique Nord. Comme le commerce maritime et l’aviation naissante nécessitaient de plus en plus de telles informations, la prise de données de surface et aérologiques régulières semblaient une nécessité.

En août 1927, le constructeur d’avions Grover Loening déclara que des stations météorologiques prenant de telles données et le développement d’hydravions de long rayon d’action permettraient la mise sur pied de vols transatlantiques réguliers[15].

Premiers déploiements[modifier | modifier le code]

En 1936 et 1937, le Met Office britannique commença à placer un officier météo à bord des cargos de ce pays traversant l’Atlantique pour la prise de données de surface et le lancement de ballons pour mesurer les vents en altitude aux heures synoptiques, soit h, h, 12 h, 18 h TUC[5]. En 1938 et 1939, la France fut le premier pays à utiliser un navire à une position fixe pour faire des radiosondages et prendre des observations régulières, il s’agissait du navire marchand le Carimaré.

À partir de 1939, la United States Coast Guard (USCG) commença à faire de même à la suite de l’écrasement d’un avion de la Pan American World Airways en 1938[9]. Le service d’observation météorologique en mer fut créé par décret du président Franklin Delano Roosevelt le 25 janvier 1940[16],[17].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nazie commença à placer ses propres navires à l’été 1940 mais trois des quatre en place furent coulés dès le 23 novembre par les Britanniques ce qui força le commandement à utiliser des navires de pêches pour passer plus inaperçus. Ces navires passaient trois à cinq semaines en mer et envoyaient leurs données en code, utilisant Enigma[18]

En février 1941, cinq cotres de la USCG patrouillaient en rotation dans l’Atlantique, trois à cinq semaines à la fois, pour prendre des données météorologiques. Avec l’entrée en guerre de ce pays, les cotres furent réassignés à des tâches plus pressantes en août 1942 et furent remplacés par des cargos. Ces derniers étaient non armés et furent l’objet d’attaques allemandes. Le USCGC Muskeget (WAG-48) coula le 9 septembre 1942 avec ses 121 membres d’équipage[17]. Le transit d’avions de chasse et de transport entre l’Amérique du Nord, le Groenland, l’Islande et la Grande-Bretagne rendit l’usage des navires météorologiques essentiel. Deux autres navires furent ajoutés en 1943 et 1944 dont l’un britannique à 80 km de la côte du Royaume-Uni. À partir de mai 1945, des frégates furent utilisées pour les mêmes opérations dans l’océan Pacifique. En 1945-1946, le navire Woodstock, une corvette à hélice unique de la Marine royale canadienne, partagea une patrouille météorologique avec des navires des États-Unis à 500 milles marins à l’ouest de l’île de Vancouver[3].

À la fin du conflit, tous les navires retournèrent à leur port ce qui causa une perte totale des observations aérologiques au-dessus des océans pour un temps[5]. Cependant, ils avaient fait preuve de leur utilité et un accord international intervint en septembre 1946 pour mettre sur pied un réseau de 13 navires à des positions déterminées par les États-Unis, cinq autres par la Grande-Bretagne et deux par le Brésil[17].

Âge d’or[modifier | modifier le code]

Position des navires météorologiques dans l’Atlantique Nord
Position des navires météorologiques dans le Pacifique Nord

En 1948, OACI décida de mettre sur pied un réseau permanent d’au moins 13 positions de navires météorologiques dans l'Atlantique et le Pacifique. Les pays appelés à fournir des bateaux pour ces points furent les États-Unis (7), le Canada (1 avec les États-Unis), la Grande-Bretagne (2), la France (1), les Pays-Bas et la Belgique (1 partagé entre les deux pays), la Norvège et la Suède (1 partagé entre ces deux pays et la Grande-Bretagne)[19]. La USGS et la US Navy fournirent les navires américains, la Royal Navy utilisa des corvettes avec 53 employés du Met Office. Les navires britanniques faisaient une rotation de 27 jours en mer et 15 jours au port[5]. Plus tard, le nombre de positions fut abaissé et certaines furent déplacées de l'Atlantique vers le Pacifique.

Le 1er juillet 1950, le navire B (« Baker »), qui était opéré conjointement par le Canada et les États-Unis, devint une responsabilité américaine. À la place, le 1er décembre le Canada prit la charge entière de la station « Peter » dans le Pacifique, renommée « Papa » plus tard, située à 900 milles marins de Vancouver[3]. Cela permit à la USCG de commencer à opérer la station U (« Uncle ») à 2 000 kilomètres à l’ouest de la péninsule de Basse-Californie le 12 décembre et la station N (« Nan ») put être déplacée à 400 km au sud-est de sa position initiale le 10 décembre[20].

Le 22 juillet 1950, les Pays-Bas et les États-Unis commencèrent à opérer ensemble la station A (« Able »). Avec le début de la guerre de Corée, le vaisseau O (« Oboe ») vit sa mission terminée le 31 juillet 1950 et le navire S (« Sugar ») débuta sa mission le 10 septembre[6]. La France s'occupa de la station R (« Romeo ») situé à 600 milles marins (1 111 km) à l’ouest de La Rochelle. Les navires France I et France II occupèrent ce poste de 1958 à 1985 en alternance, soit la plus grande partie du mandat. La durée de travail était entre vingt-quatre et vingt-six jours en mer pour chaque navire[21].

En 1963, la flotte des navires météorologiques se vit décerner une récompense de l’organisme Flight Safety Foundation pour les services rendus à l’aviation[5]. En 1965, il y avait un total de 21 navires opérant en alternance sur les stations, dont neuf des États-Unis, quatre de Grande-Bretagne, trois de France, deux des Pays-Bas, deux de Norvège et un du Canada. De plus, deux navires soviétiques, dans le nord et le centre de l’océan Pacifique, envoyaient régulièrement des fusées-sondes jusqu’à 80 km d’altitude.

L’hémisphère Sud ne fut généralement pas couvert[22]. Durant une certaine période, un navire néerlandais fut stationné dans l’océan Indien et l’Afrique du Sud opéra une position à 40° S, 10° E, entre septembre 1969 et mars 1974[23].

Déclin[modifier | modifier le code]

Tempête de 1987 qui aurait bénéficié des données de la station R (« Romeo ») si elle avait été encore là

À partir de 1975, les corridors aériens utilisés par les avions changèrent avec l'introduction des réacteurs. Les corridors à travers l'Arctique sont devenus la norme et le besoin pour un réseau de stations météorologiques de surface sur les océans diminua. Cependant, le développement de la prévision numérique du temps, grâce à l'arrivée d'ordinateurs puissants, aida à conserver un temps ce réseau car elle nécessitait des données aérologiques de ces régions. De plus, ces navires pouvaient servir encore aux études climatologiques, océanographiques, à la mesure de la pollution marine.

Comparé à d'une bouée météorologique, un navire opérant avec un équipage est très coûteux. Avec le développement technologique des années 1970, les services météorologiques ont pu utiliser des bouées performantes ancrées sur le plateau continental pour remplacer plusieurs navires qui maintenaient de telles positions[24],[25].

De neuf navires originaux dans l'Atlantique Nord, le nombre diminua graduellement. En 1973, la station C (« Charlie ») fut retirée par les États-Unis et la USCG annonça en 1974 que toutes les stations sous sa responsabilité seraient remplacées par des bouées au plus tard en 1977[9]. Un nouvel accord international devint nécessaire et fut signé sous les auspices de l’Organisation météorologique mondiale en 1975. Seules les stations M (« Mike »), R (« Romeo »), C (« Charlie ») et L (« Lima ») devaient rester dans l'Atlantique Nord jusqu'en 1983 [26]. Deux des frégates britanniques durent être rénovées, car aucun crédit n'était prévu pour de nouveaux navires, et les deux autres qui assumaient une des stations éliminées, furent retirées du service[5]. La station « Charlie » fut reprise par l’URSS de juillet 1975 à 1989[27].

Le navire météorologique stationnaire France I

Les deux dernières frégates britanniques furent retirées le 11 janvier 1982 du point L (« Lima ») mais l'accord pour les stations fut étendu jusqu'en 1985[28]. La station P dans le Pacifique fut retirée en 1981[27].

Le 31 décembre 1985, au terme de sa dernière station au point R à l'ouest du golfe de Gascogne, la frégate météorologique France I rallia le port de La Pallice. Patrick Schnepp convainquit plus tard la municipalité de La Rochelle de racheter la frégate pour en faire le navire amiral du Musée maritime de La Rochelle[21]. Ce retrait se produisit avant le déploiement d'une bouée météorologique dans le secteur ce qui a contribué au manque de préavis lors de la tempête de 1987. Des vents atteignant jusqu'à 149 km/h ont alors dévasté le sud de l'Angleterre et le nord de la France[29].

Le navire Cumulus des Pays-Bas quitta la position M (« Mike »), 66°N, 02°E, en 1981 pour y terminer le programme officiel de l’OMM mais le service météorologique norvégien continua d'occuper ce point de façon intermittente et volontaire[30]. Le dernier navire à ainsi occuper une station permanente dans l’Atlantique Nord fut le Polarfront. Il fut retiré le 1er janvier 2010[31]. Dans le Pacifique, certaines stations fonctionnent encore sur une base volontaire.

Maintenant, seules les observations volontaires des navires marchands, les plateformes pétrolières et les bouées permettent de savoir ce qui se passe directement en surface[32]. Cependant, le nombre d'observations par des navires est en déclin depuis 1985, reflétant la tendance à la diminution des navires au profit d'une augmentation de leur tonnage[33]. Malgré tout en 2011, il y a environ 1 000 rapports établis par des navires, 1 200 bouées dérivantes donnent 27 000 mesures par jour de la température des mers et la moitié de celles de la pression atmosphérique[34]

Pour remplacer les radiosondages, les données provenant des satellites météorologiques permettent d'extrapoler la structure de l'atmosphère et de visualiser les nuages avec une très grande résolution. D'autres satellites peuvent mesurer l'état de la mer, utilisant un radar à synthèse d'ouverture, et sa température. Enfin, les rapports automatiques de capteurs montés sur les avions de ligne (AMDAR) donnent aussi de l'information en altitude[34].

Liste des navires météorologiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Weather ship » (voir la liste des auteurs).

  1. Bureau de la traduction, « Navire météorologique », Termium PLus, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,‎ 13 juillet 2011 (consulté le 10 août 2011)
  2. a et b Organisation météorologique mondiale, « Navire météorologique », Glossaire de la météorologie, Eumetcal (consulté le 10 août 2011)
  3. a, b, c et d Thomas E. Appleton, « Navires météorologiques », Historique de la Garde côtière canadienne et des Services de la Marine, Garde côtière canadienne,‎ 15 mars 2010 (consulté le 12 août 2011)
  4. (en) Peter B. Schroeder, Contact at Sea, The Gregg Press, Inc.,‎ 1967 (lire en ligne), p. 55
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Captain C. R. Downes, « History of the British Ocean Weather Ships », The Marine Observer, vol. XLVII,‎ 1977, p. 179–186 (lire en ligne)
  6. a, b et c (en) United States Weather Bureau, « Changes Made in Ocean Projects », Weather Bureau Topics, vol. 9, no 10,‎ octobre 1950, p. 132 (lire en ligne [PDF])
  7. a, b et c (en) United States Weather Bureau, « Changes in Ocean Stations », Weather Bureau Topics, vol. 8, no 46,‎ octobre 1949, p. 489 (lire en ligne [PDF])
  8. (en) United States Weather Bureau, « Two Ocean Stations Dropped », Weather Bureau Topics, vol. 8, no 44,‎ août 1949, p. 457 (lire en ligne [PDF])
  9. a, b, c, d, e et f (en) Robertson P. Dinsmore, « Alpha, Bravo, Charlie... Ocean Weather Ships 1940-1980 », Woods Hole Oceanographic Institution Marine Operations,‎ décembre 1996 (consulté le 31 janvier 2011)
  10. a, b et c (en) United States Weather Bureau, « Changes Made in Pacific Stations », Weather Bureau Topics, vol. 9, no 1,‎ janvier 1950, p. 7 (lire en ligne [PDF])
  11. (en) United States Weather Bureau, « Station "Q" Established », Weather Bureau Topics, vol. 11, no 5,‎ mai 1952, p. 79 (lire en ligne [PDF])
  12. (en) Yaw-l Chu, « Chapter 8: The Migration of Diamondback Moth », Proceedings of the First International Workshop, The Asian Vegetable Research and Development Center,‎ mars 1985, p. 79 (lire en ligne)
  13. (en) United States Weather Bureau, « Pacific Stations Relocated », Weather Bureau Topics, vol. 11, no 4,‎ avril 1952, p. 48 (lire en ligne [PDF])
  14. (en) Steven K. Esbensen et Richard W. Reynolds, « Estimating Monthly Averaged Air-Sea Transfers of Heat and Momentum Using the Bulk Aerodynamic Method », Journal of Physical Oceanography, American Meteorological Society, vol. 11,‎ avril 1981, p. 460 (lien ocean ship Tango Atlantic latitude longitude&ei=zBeMTeutLMXo0gH6otW8Cw&usg=AFQjCNHH74xty4iJtvOx_k2Mary-zM0ceg&cad=rja DOI?, lire en ligne)
  15. (en) George Lee Dowd, Jr., « The First Plane to Germany », Popular Science, Popular Science Publishing Company, Inc., vol. 111, no 2,‎ August 1927, p. 121 (lire en ligne)
  16. (en) United States Weather Bureau, « Atlantic Weather Project », Weather Bureau Topics, vol. 11, no 4,‎ avril 1952, p. 61
  17. a, b et c (en) Malcolm Francis Willoughby, The U.S. Coast Guard in World War II, Ayer Publishing,‎ 1980, 127–130 p. (ISBN 9780405130816, lire en ligne)
  18. (en) David Kahn, Seizing the enigma: the race to break the German U-boat codes, 1939-1943, Barnes & Noble Publishing,‎ 2001 (ISBN 9780760708637, lire en ligne)
  19. (en) Magazines Hearst, « Britain's First Weather Ship », Popular Mechanics,‎ mois 1948, p. 136 (lire en ligne)
  20. (en) United States Weather Bureau, « Changes in Pacific Ocean Station Program », Weather Bureau Topics, vol. 10, no 1,‎ janvier 1951, p. 12 (lire en ligne [PDF])
  21. a et b « Frégate météorologique France I », Notre flotte patrimoniale, Musée maritime de La Rochelle,‎ 2007 (consulté le 12 août 2011)
  22. (en) Hans Ulrich Roll, Physics of the marine atmosphere, Academic Press,‎ 1965 (ISBN 9780125936507, lire en ligne), p. 14–15
  23. (en) Ursula von St Ange, « History of Ocean Wave Recording in South Africa », Council for Scientific and Industrial Research,‎ 2002 (consulté le 25 mars 2011)
  24. (en) J. F. Robin McIlveen, Fundamentals of weather and climate, Psychology Press,‎ 1998 (ISBN 9780748740796, lire en ligne)
  25. (en) National Research Council (U.S.). Ocean Science Committee, National Research Council (U.S.). Study Panel on Ocean Atmosphere Interaction, The role of the ocean in predicting climate: a report of workshops conducted by Study Panel on Ocean Atmosphere Interaction under the auspices of the Ocean Science of the Ocean Affairs Board, Commission on Natural Resources, National Research Council, National Academies,‎ 1974 (lire en ligne), p. 40
  26. (en) Pan-European Infrastructure for Ocean & Marine Data Management, « North Atlantic Ocean Weather Ship (OWS) Surface Meteorological Data (1945-1983) », British Oceanographic Data Centre,‎ 11 septembre (consulté le 31 janvier 2011)
  27. a et b (en) (en) Hans-Jörg Isemer, Trends in Marine Surface Wind Speed: Ocean Weather Stations versus Voluntary Observing Ships, National Oceanic and Atmospheric Administration,‎ 13 août 1999, 84 p. (lire en ligne [PDF]), p. 76
  28. (en) « Changes to the Manning of the North Atlantic Ocean Stations », The Marine Observer, vol. LII,‎ 1982, p. 34 (lire en ligne)
  29. (en) « Romeo Would Have Spied the Storm », New Scientist, IPC Magazines, vol. 116, no 1583,‎ 22 octobre 1987 (lire en ligne)
  30. (en) United States Coast Guard, « Ocean Weather Ships 1940-1980 », Gouvernement des États-Unis (consulté le 12 août 2011)
  31. (en) Quirin Schiermeier, « Last Weather Ship Faces Closure », Nature News, vol. 459, no 459,‎ 9 juin 2010, p. 759 (lien DOI?, lire en ligne)
  32. (en) National Data Buoy Center, « The WMO Voluntary Observing Ships (VOS) Scheme », National Oceanic and Atmospheric Administration,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 18 mars 2011)
  33. (en) Organisation météorologique mondiale, The WMO Voluntary Observing Programme: An Enduring Partnership, Bureau of Meteorology,‎ 1er juillet 2002, 10 p. (lire en ligne [PDF]), p. 3
  34. a et b (en) Organisation météorologique mondiale, « Observation components of the Global Observing System »,‎ 2011 (consulté le 12 août 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour l’ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur Google Maps (aide), Bing Maps (aide) ou télécharger au format KML (aide).