Câblier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un câblier à Astoria, Oregon aux États-Unis.

Un câblier est un navire spécialisé dans la pose, le relevage et l’entretien des câble sous-marin pour l'acheminement des télécommunications ou le transport de l'énergie électrique. Il peut être équipé d’engins spéciaux ou robots sous-marin pour mener les interventions sur les câbles.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier câble sous-marin international fut posé dans la Manche en 1851 par un remorqueur à vapeur transformé en câblier : le Goliath. Le premier câble transatlantique (4 200 km) fut posé par le Great Eastern en 1865. Jusqu’en 1872, tous les navires engagés sur travaux de câbles télégraphiques étaient des navires transformés, soit pour le temps d’une mission soit en permanence. À partir de 1872, on voit apparaître les premières unités conçues et construites en tant que navires câbliers : ce sont d’abord l’Oersted de la Great Northern Telegraph Company, navire de réparation de 749 tonneaux (1 tonneau = 2,83 m3). Suivi en 1872 du Hooper (4 935 t) de Charles Mitchell et en 1874 du Faraday (4 917 t, longueur : 120 m, largeur : 17 m, creux : 12 m).

Depuis lors l’architecture de ces navires n’a pas changé, bien que l’on soit passé de l’ère du câble télégraphique à l’ère du câble téléphonique. Seule la taille des navires et les types des machines (propulsives et machines à câble) ont évolué. Les daviers, équipement caractéristique à l’avant des câbliers pour relever le câble, ont été intégrés à la proue. À partir des années 2000, avec l’évolution des techniques de pose tout le travail de pont s’effectue à l’arrière du navire et la zone de vie et la passerelle de commandement ont été déplacées vers l’avant. Sur les câbliers modernes le davier avant a de nouveau disparu.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Écorché d’un navire câblier
  • Les navires câbliers sont des navires robustes et marins qui doivent pouvoir accomplir des missions de longue durée, hiver comme été, sous toutes les latitudes.
  • Leurs dimensions sont fixées en fonction du volume de câble à emmagasiner et du volume des installations nécessaire au travail du câble.
  • Leur autonomie (30 à 45 jours) implique des volumes importants affectés aux capacités liquides et aux vivres.
  • Comme ces navires dépensent leur cargaison de câble en même temps que leur approvisionnements, ils présentent des problèmes de stabilité et d'assiette particuliers. D’où un ballastage important en eau de mer pour rétablir stabilité, assiette et tirant d’eau convenablement pendant les travaux en mer.
  • À cause des longs séjours en mer, des logements confortables sont prévus pour un personnel relativement nombreux (60 à 120 personnes).
  • Une manœuvrabilité essentielle, la plupart des travaux en mer nécessitant une position du navire au mètre près. C’est pourquoi la plupart de ces bâtiments sont munis de 2 hélices longitudinales complétées par 1 ou 2 propulseurs d’étrave du type tunnel ou du type à poussée vectorielle. Les câbliers sont maintenant équipés de systèmes de positionnement dynamique.
  • La vitesse n’est pas un paramètre critique : la majorité des câbliers ont une vitesse de croisière comprise entre 14 et 17 nœuds et une vitesse de pose de 6 nœuds maximum.
  • L’appareil propulsif doit être d’une grande souplesse pour ne pas amener de traction brutale sur le câble. Il doit être conçu pour bien s’adapter à trois régimes de route :
    • la situation de transit : 14 - 17 nœuds ;
    • la situation de pose : 3 - 8 nœuds ;
    • la situation de traction charrue (30 tonnes) et réparation : 0,1 - 1 nœud.
  • Une passerelle équipée en appareils de navigation, sondes et sécurité.
  • Des locaux techniques équipés d'appareils de mesure et outillages spécialisés adaptés à la technologie des câbles.

Types de navires câbliers[modifier | modifier le code]

  • Les navires poseurs, dont la mission principale est la pose de nouvelles liaisons, généralement en plusieurs tronçons. Ce sont des navires de 11 000 à plus de 17 000 tonnes de déplacement. Leur capacité d’emmagasinage en câble et en répéteurs correspond à des longueurs posées. Par grand fond (plus de 2 500 m), l’utilisation du câble approprié 17 mm permet théoriquement des poses supérieures à 4 000 km sans interruption.
  • Les navires de réparation sont équipés en matériel de relevage, mesure et engins sous-marins télécommandés capables de couper, désensouiller et réensouiller le câble après réparation. Ils sont également capables d’assurer des poses courtes jusqu’à 200 km. Ce sont des navires ayant un déplacement de 3 000 à 6 500 tonnes.
  • Les navires mixtes capables d’assurer des poses moyennes jusqu’à 600 km, tout en ayant les caractéristiques des navires réparateurs. Leur déplacement peut aller de 5 000 à 9 000 tonnes.
  • Les navires côtiers. Leurs zones d’action privilégiées se situent dans les eaux territoriales. Leur rôle est de poser ou réparer les câbles dits côtiers. Ce sont des navires de 1 700 à 4 000 tonnes limités en autonomie, en stockage (de 100 à 360 tonnes) et en personnel.
  • Certains navires ont été conçus pour deux types d’activités, comme le John Cabot qui est à la fois navire brise-glace et câblier, ou le Newton qui est navire océanographique et câblier[1].

Flotte câblière dans le monde[modifier | modifier le code]

Navires militaires inclus, la flotte mondiale câblière comprend une centaine d'unités disséminées sur les principaux océans et mers, à l'exception de l’Océan Indien.

Les flottes les plus importantes sont réparties chez les quatre nations qui ont une industrie câblière d’envergure mondiale : les États-Unis, le Japon, la France et le Royaume-Uni. L'ancien bloc soviétique dispose également d’une importante flotte dont le nombre d’unités est sans commune mesure avec l’importance du réseau téléphonique sous-marin connu.

Liste des navires câbliers en service dans le monde[modifier | modifier le code]

Liste historique des navires câbliers français[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif - Cours de formation Généralités sur les câbles sous-marins et les navires câbliers Tome 1 1987 - France Télécom - Direction des Télécommunications Sous-Marines

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]