Classe River (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe River.
Classe River
Image illustrative de l'article Classe River (frégate)
FFL L'Escarmouche (K267)
ex HMS Frome
Caractéristiques techniques
Type frégate
Longueur 91.70 m
Maître-bau 11.10 m
Tirant d’eau 4.26 m
Déplacement 1.370 à 1.500 tonnes
Propulsion 2 moteurs diesel
Puissance 5.500 à 6.500 cv
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons de 102 mm
1 canon de 76 mm
3 Bofors 40 mm
3 à 10 canons automatiques Oerlikon de 20 mm
1 Hedgeehog (50 à 150 Grenades anti-sous-marine)
Rayon d’action 7.200 nautiques à 12 nœuds (510 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Électronique radar et sonar
Équipage 115 à 160
Histoire
Constructeurs Royaume-Uni, Canada, Australie
A servi dans Naval Ensign of Free France.svg Naval Ensign of the United Kingdom.svg
Commanditaire Royal Navy , Marine royale canadienne , Royal Australian Navy
Période de
construction
1941-1944
Période de service 1942-1966
Navires construits 151
Navires préservés 1
Classe Loch Suivant

La classe River est une classe de 151 frégates lancées entre 1941 et 1944 pour être utilisés à la lutte anti sous-marine dans les escortes de convoi en Atlantique du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

La majorité des unités ont servi dans la Royal Navy et la Marine royale canadienne , les autres dans les diverses marines alliées (la Marine royale australienne, la Marine royale néerlandaise, la Marine sud-africaine et les Forces navales françaises libres (FNFL)).
Dix frégates construites au Canada ont été assignés à l' United States Navy sous le nom de classe Asheville pour couvrir pour un manque d'escortes de convois américains.
Douze frégates ont été construites en Australie : le dernier, le HMAS Diamantina, fut préservé et est devenu une navire musée au Musée Maritime de Queensland à Brisbane. .

Après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup d'unités rescapées ont été transférées dans d'autres marines du monde entier et certains ont fini comme brise-lame. Le HMCS Stormont K327 a été racheté par Aristote Onassis pour devenir un yacht de luxe, le Christina O.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les bateaux de classe River ont été conçus par l'ingénieur naval William Reed pour avoir l'endurance et les capacités anti-sous-marines des escorteurs de classe Black Swan. Leur construction devait être rapide et bon marché dans des chantiers navals civils : les navires furent équipés de machines alternatives à vapeur plutôt que des turbines à vapeur. La technique de construction simplifiée de ces frégates a été dérivée de celle initiée lors de la construction des corvettes de classe Flower.
Le design de la classe River a été utilisé comme base de la classe Tacoma pour la Marine des États-Unis.

Navires FNFL[modifier | modifier le code]

Six frégates de la classe River furent transférées aux Forces navales françaises libres en 1944.

Numéro Nom Chantier naval Lancement Mise en service FNFL Fin de service
K258 Croix de Lorraine Smiths Dock Co. à South Bank 1961 ex HMS Strule
K260 Tonkinois Smiths Dock Co. à South Bank 1961 ex HMS Moyola
K263 L'Aventure W.Simons & Co. à Renfrew 1964 ex HMS Braid
K267 L'Escarmouche Blyth Shipbuilding Company à Blyth 1961 ex HMS Frome
K292 La Surprise Blyth Shipbuilding Company à Blyth 1975 ex HMS Torridge
1964 Yacht Al Maouna (Maroc)
K370 La Découverte Henry Robbe Ship.Co. à Leith 2009 ex HMS Windrush
renommé Lucifer II en 1959

Service et refonte[modifier | modifier le code]

Insigne de La croix de Lorraine.

Le jour J, quatre frégates FNFL participèrent au débarquement sur les plages normandes: L'Escarmouche et L'Aventure à Omaha Beach, La Surprise à Gold Beach et Découverte [1] à Juno Beach.
Dans les années 1948-49 les six frégates subirent une refonte de leur armement. Les deux canons anglais de 102 mm ont été remplacés par deux canons allemands de 105 mm. L'armement anti-aérien fut renforcé par l'ajout de deux Bofors 40 mm avec six à huit oerlikons.

  • L'Escarmouche sera affecté en Indochine jusqu'en 1960 en tant qu'escorteur de 2° classe.
  • La Surprise fut vendu au Maroc en juin 1964 et transformé aux chantiers Dubigeon pour devenir le Yacht El Mounia. Il fut mis hors service en 1975.
  • La Découverte fut basée à Brest. En 1959 elle est doit rejoindre le cimetière de bateaux de Landevennec. Mais estimée encore en bon état, elle part à Querqueville. Rebaptisée Lucifer II en 1967 elle servira comme école de sécurité incendie et sera détruite en 2009.
  • L'Aventure fut affectée aux missions d'assistance à la grande pêche dans les zones de Terre-Neuve.
  • Tonkinois a participé aux opérations de la guerre d'Indochine. Puis il a regagné Toulon pour être mis en réserve. Promis à la démolition, il a été réarmé pour faire campagne dans le Pacifique sous le nom La Confiance, nom de la frégate que commandait Robert Surcouf lorsqu'il prit le Kent aux Anglais. La Confiance dépendit de l'Amiral commandant les Forces Maritimes du Pacifique.
  • La Croix de Lorraine a tourné dans le film Casabianca en 1951, simulant un patrouilleur allemand. Elle fut désarmée en 1959/60.

Navires perdus durant la seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • HMS Itchen (K227) : torpillé par l' U-666 le 23 septembre 1943
  • HMS Tweed (K250) : torpillé par l' U-305 le 7 janvier 1944
  • HMS Lagan (K259) : torpillé par l' U-270 le 20 septembre 1943
  • HMS Mourne (K261) : torpillé lar l' U-767 le 15 juin 1944
  • HMS Cam (K264) : miné en 1944
  • HMS Cuckmere (K299) : torpillé par l' U-223 le 11 décembre 1943 en Algérie
  • HMS Chebogue (K317) : torpillé par l' U-1227 le 4 octobre 1944
  • HMS Valleyfield (K329) : torpillé par l' U-548 le 7 mai 1944
  • HMS Teme (K458) : torpillé par l' U-315 le 29 mars 1945
  • HMCS Magog (K673) : torpillé par l' U-1223 le 14 octobre 1944

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :