Quille (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quille.
Quille longue

La quille désigne la partie la plus basse d'un bateau. Cependant, ce mot a différentes significations suivant le type de bateau considéré :

  • Au sens général, la quille désigne la partie axiale inférieure de la coque, au sens géométrique ; on parle aussi de ligne de quille si cette définition ne correspond à aucune pièce de charpente.
  • Dans la marine à voile, la quille est la pièce de charpente de base à partir de laquelle la coque est construite.
  • Sur les coques métalliques actuelles, la quille peut être verticale (« quille massive ») soit horizontale (« quille plate »), auquel cas elle est raidie par une pièce verticale, la carlingue.
  • Sur un voilier moderne, on appelle aileron de quille l'appendice vertical fixe placé sous la coque afin de placer le lest et de servir de plan antidérive. Lorsque cet appendice est amovible et dépourvu de lest, il est appelé dérive.

Origine[modifier | modifier le code]

Dans les navires en bois, la quille est la pièce maîtresse de la charpente, supportant d'une part les couples de la membrure verticale, ces derniers recevant le bordage (externe) et le vaigrage (interne) du navire, d'autres part les pieds de mâts et des principales pièces destinées à supporter le gréement fixé sur le pont. La quille est prolongée à l'avant par l'étrave et à l'arrière par l'étambot.

L'invention de la quille est très ancienne, les navires égyptiens du temps des pharaons en comprenaient déjà une, et a permis une augmentation notable de la taille des navires.

Le terme est souvent utilisé aujourd'hui à tort pour désigner ce qui est en général soit une dérive, soit un lest, soit les deux à la fois. Dans les navires modernes, lorsqu'ils possédent une quille, celle-ci n'est généralement pas visible, mais dissimulée par la coque et en assure la tenue mécanique.

Le mot est issu du norrois kjölr (pluriel kilir) via le normand quille attesté au XIVe siècle dans Le Compte du clos des galées de Rouen[1],[2]. La plupart des termes de marine anciens sont issus également du norrois, par l'intermédiaire du normand.

Aileron de quille ou quille[modifier | modifier le code]

La quille d'un bateau désigne la partie la plus basse du navire dit quillard. Elle permet de maintenir ce dernier en équilibre et sert également de dérive. L'équilibre du navire est conditionné par les positions relatives de son centre de gravité et de son métacentre.

De nombreux navires ne possèdent pas d'aileron de quille, trimaran, catamaran, prao. Ces navires se servent de leur largeur pour se maintenir en équilibre. Par contre ils ont des dérives.

Il est possible de rajouter un lest afin d'alourdir le bas de la quille et de descendre ainsi le centre de gravité général afin de gagner en stabilité.

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de "quille"
  2. Elisabeth Ridel, les Vikings et les mots : L'apport de l'ancien scandinave à la langue française, éditions Errance, Paris, 2009, p. 208.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, connaissance et pratique [détail des éditions]