Royal New Zealand Navy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Royal New Zealand Navy
Te Taua Moana o Aotearoa
Pavillon naval de la Nouvelle-Zélande
Pavillon naval de la Nouvelle-Zélande

Période 1er octobre 1941 - présent
Pays Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Branche Marine
Effectif 2 842 personnes
Fait partie de New Zealand Defence Force
Garnison Bases navales de Devonport, Tauranga, Lyttelton, Gisborne et New Plymouth
Marche Heart of Oak
Anniversaire 1er octobre
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre de Corée
Insurrection malaise
Konfrontasi
Guerre Iran-Irak
1e Guerre du Golfe
Îles Salomon
Timor oriental
Opération Enduring Freedom
Commandant Contre-amiral Tony Parr

La Royal New Zealand Navy (Maori: Te Taua Moana o Aotearoa) est la composante navale de la New Zealand Defence Force. Elle emploie 2 842 personnels dont 332 réservistes et 375 civils en janvier 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

La marine néo-zélandaise n'existe pas en tant qu'unité militaire distincte jusqu'en 1941. Les premières associations de la Royal Navy britannique avec la Nouvelle-Zélande débutèrent avec l'arrivée du navigateur James Cook en 1769 et lors de ses voyages successifs en 1773 et 1777[1]. Les navires de la Royal Navy visitèrent occasionnellement le territoire jusqu'au traité de Waitangi en 1840 qui fit officiellement du territoire de la Nouvelle-Zélande une colonie de l'Empire britannique, la défense des côtes incombant désormais aux navires de Sa Majesté. Celle-ci joua notamment un rôle lors des guerres maories (1845-1872).

En 1909, le gouvernement néo-zélandais décida de financer l'achat du croiseur de bataille HMS New Zealand qui fut engagé lors de la Première Guerre mondiale en Europe. Les forces navales de Nouvelle-Zélande (New Zealand Naval Forces) furent créées en 1913 avant de prendre le nom de division néo-zélandaise de la Royal Navy (New Zealand Division of the Royal Navy) de 1921 à 1941, opérant jusqu'à 14 navires.

Le HMNZS Achilles (70)

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lorsque le Royaume-Uni déclara la guerre à l'Allemagne en 1939, la Nouvelle-Zélande suivit presque aussitôt. La New Zealand Division of the Royal Navy devint la Royal New Zealand Navy (RNZN) à partir du 1er octobre 1941, les navires prenant désormais le préfixe HMNZS (Her/His Majesty's New Zealand Ship). Le HMNZS Achilles participa à la première bataille navale majeure du conflit, la bataille du Rio de la Plata au large de l'Argentine et de l'Uruguay. À mesure que la guerre progressait, la taille de la Royal New Zealand Navy augmenta considérablement jusqu'à atteindre 60 navires en service à la fin du conflit. Les navires participèrent aux efforts fournis contre les forces de l'Axe en Europe et contre les forces japonaises dans le Pacifique.

Suite à un accord entre les gouvernements américains et néo-zélandais en 1942, les navires de la RNZN passèrent sous contrôle de la marine américaine dans le cadre du South West Pacific Area et rejoignirent donc la septième flotte américaine. À partir de novembre 1944, les navires HMNZS Achilles et HMNZS Gambia passèrent sous commandement de la Flotte britannique du Pacifique (Brittish Pacific Fleet) et participèrent notamment à la bataille d'Okinawa. Le HMNZS Gambia représenta la Nouvelle-Zélande lors des actes de capitulation du Japon en août 1945.

De l'après-guerre à nos jours[modifier | modifier le code]

Les navires de la RNZN prirent part à des degrés divers à la guerre de Corée (1950-1953), contre l'insurrection communiste malaise (1948-1960) et lors du Konfrontasi entre l'Indonésie et la Malaisie (1962-1966). La marine néo-zélandaise servit aussi régulièrement au Moyen-Orient en tant que force de protection du trafic maritime dans l'océan Indien, notamment lors du conflit Iran-Irak (1980-1988), de la Guerre du Golfe (1990-1991) et de l'opération Enduring Freedom (suite aux attentats du 11 septembre 2001).

La RNZN joua aussi un rôle important dans les conflits du Pacifique dans les années 1990 avec l'envoi d'une force navale lors des tensions autour de la province de Bougainville, des troubles concernant les Îles Salomon et de la lutte pour l'indépendance du Timor oriental.

L'un des faits marquants de la RNZN fut le moment où le gouvernement travailliste de Norman Kirk envoya les frégates Canterbury et Otago aux abords de l'atoll de Moruroa en 1973 pour protester contre les essais nucléaires français, retardant ceux-ci.

Missions[modifier | modifier le code]

Les intérêts martimes de la Nouvelle-Zélande vont des tropiques jusqu'aux océans glacés de l'hémisphère sud[2]. La marine a pour mission de :

  • Garantir la souveraineté de sa zone économique exclusive (ZEE) et des ses eaux territoriales.
  • Protéger ses intérêts en océan Austral et sur la dépendance de Ross.
  • Contrer toute menace terroriste et/ou de sabotage.
  • Fournir assistance en cas de crise civile et/ou de catastrophe naturelle.
  • Contribuer aux priorités économiques et sociales du gouvernement par la formation et l'accomplissement de carrières.
ZEE couverte par le Royaume de Nouvelle-Zélande
Territoire Superficie de la ZEE (km2) Représentation
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3 423 231[3]
Drapeau des Îles Cook Îles Cook 1 960 135[4]
Drapeau : Nouvelle-Zélande Îles Kermadec 678 402[5]
Tokelau Tokelau 319 031[6]
Drapeau de Niue Niue 316 629[7]
Drapeau : Nouvelle-Zélande Dépendance de Ross 2 300 000[8]
Total 8 997 428

Flotte actuelle[modifier | modifier le code]

HMNZS Te Kaha à Hong Kong.

Pour accomplir ses missions la marine néo-zélandaise met principalement en œuvre 11 navires et 5 aéronefs en 2012[2].

Force de combat
HMNZS Wellington au port de Wellington
Force littorale
  • 2 patrouilleurs hauturiers de classe Protector: HMNZS Otago (P148) et HMNZS Wellington (P55).
  • 4 patrouilleurs côtiers de classe Protector : HMNZS Rotoiti (P3569), HMNZS Hawea (P3567), HMNZS Pukaki (P3568) et HMNZS Taupo (P3570).
Force auxiliaire
Force aéronavale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« RNZN History », sur navy.mil.nz (consulté le 26 juin 2012)
  2. a et b (en)« Welcome to the ships of the Royal New Zealand Navy » (consulté le 26 juin 2012)
  3. (en)« EEZ Waters of New Zealand », sur seaaroundus.org (consulté le 26 juin 2012)
  4. (en)« EEZ Waters of Cook Isl. (New Zealand) », sur seaaroundus.org (consulté le 26 juin 2012)
  5. (en)« EEZ Waters of Kermadec Isl. (New Zealand) », sur seaaroundus.org (consulté le 26 juin 2012)
  6. (en)« EEZ Waters of Tokelau (New Zealand) », sur seaaroundus.org (consulté le 26 juin 2012)
  7. (en)« EEZ Waters of Niue (New Zealand) », sur seaaroundus.org (consulté le 26 juin 2012)
  8. (en)« Maritime Patrol Review p.8 », sur dpmc.govt.nz,‎ février 2001 (consulté le 26 juin 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]