HMS Buttercup (K193)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
HMS Buttercup
Image illustrative de l'article HMS Buttercup (K193)
le HMS Buttercup (K193)

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy (1940-41)
RNSB.jpgR.N.S.B(1941-44)
Drapeau de la Norvège Norvège (1944-57)
Quille posée 17 décembre 1940
Lancement 10 avril 1941
Armé 24 avril 1941
Statut fin de service en 1957
Caractéristiques techniques
Type Corvette
Longueur 62,5 m
Maître-bau 10,1 m
Tirant d'eau 3,5 m
Déplacement 925 t
Propulsion 2 turbines à vapeur
Puissance 2 750 cv
Vitesse 16 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d'action 3 500 milles à 12 noeuds
Autres caractéristiques
Électronique Sonar et radar
Équipage 85 hommes
Chantier naval Harland and Wolff à Belfast Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Indicatif K193

Le HMS Buttercup (K193) est une corvette de classe Flower construite par la Royal Navy durant la Seconde Guerre mondiale. Chaque unité de cette classe porte le nom d'une fleur: Buttercup veut dire renoncule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le HMS Buttercup a servi, durant la seconde guerre mondiale dans le cadre de la RNSB (Royal Navy Section Belge) créée à l'initiative du Lieutenant Victor Billet..
Après la libération de la Belgique à la fin de 1944, le navire retourne à la Royal Navy.
En décembre 1944, il est prêté à la Marine royale norvégienne qui le rachète en 1946 et le nomme Nordkyn. En 1969 il devient un baleinier nommé Thoris mais il est abandonné la même année.

Mission[modifier | modifier le code]

La classe est conçue à partir des plans d'un baleinier[1]. Conçus pour escorter des convois près des côtes, les navires de la classe Flower sont finalement employés dans l'escorte de plus larges convois traversant l'Atlantique. Leur petite taille est leur plus gros handicap, les rendant intenables et difficiles à vivre pour l'équipage par gros temps.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Malbosc 2011, p. 40

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Malbosc, La bataille de l'Atlantique (1939-1945) : la victoire logistique et celle du renseignement, clés de la victoire des armes, Paris, Economica,‎ 2011, 2e éd. (ISBN 978-2-7178-5919-5)