Classe Algerine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Algerine
Image illustrative de l'article Classe Algerine
HMS Mutine (J227)

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine canadienne Forces armées canadiennes
Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Naval Ensign of Belgium.svg Composante Maritime
Pavillon de la marine grecque Marine grecque
Naval Ensign of Italy.svg Marina Militare
Drapeau du Nigeria Marine nigerianne
Drapeau du Sri Lanka Marine srilankaise
Drapeau de l'Afrique du Sud Marine sud-africaine
Drapeau de la Thaïlande Marine thaïlandaise
Commanditaire Canada
Royaume-Uni
Caractéristiques techniques
Type Dragueur de mines
Longueur 68,6 m
Maître-bau 10,8 m
Vitesse 16,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon antiaérien de 100 mm
4 canons Oerlikon 20 mm
2 rails lancement (charge de profondeur)
Rayon d'action 6000 miles à 12 noeuds
Autres caractéristiques
Équipage 8/10 officiers, 110/115 matelots

La classe Algerine est une série de dragueurs de mines conçue pour la Royal Navy et la Marine royale canadienne. 110 navires sont lancés entre 1942 et 1944, et servent durant la Seconde Guerre mondiale.

Les bâtiments de classe Algerine ne sont pas uniquement conçus comme des dragueurs de mines. Devant le besoin croissant de navires d'escorte durant la deuxième bataille de l'Atlantique, les Algerines ont en effet principalement servi d'escorteurs. D'ailleurs les Algerines en service au Canada n'ont jamais été grées en dragueur de mines.

Après la guerre, un certain nombre d'Algerines continuent leur service en tant que patrouilleurs, navires océanographiques, et navires d'entraînement. Certains sont revendus à d'autres marines ou passent dans la marine marchande. Un Algerine (le HMS Pickle) reste tout de même affecté à la guerre des mines en eaux britanniques jusqu'en 1954. En 2005, un Algerine est encore en service dans la marine thaïlandaise. Il s'agit du HTMS Phosamton (ex-HMS Ministrel)

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1940, alors que les dragueurs de mines de classe Bangor entrent en service, il est décidé de construire de plus grands dragueurs de mines avec de meilleures aptitudes océaniques. Un projet est vite mis sur pied, englobant tout le système de dragage connu (dragage mécanique des mines à orin, dragage magnéto-acoustique des mines influence magnétique ou/et acoustique), tout en ayant des aptitudes pour l'escorte (armement AA et ASM, radar et asdic, autonomie, qualités nautiques…).

En tout, 110 navires sont construits. 98 entrent en service dans la Royal Navy et les 12 autres dans le Marine royale canadienne, servant d'escorteurs.

Navires[modifier | modifier le code]

Marine royale canadienne[modifier | modifier le code]

Royal Navy[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]