Censerey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Censerey
Blason de Censerey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Liernais
Intercommunalité Communauté de communes de Liernais
Maire
Mandat
Geneviève Mortier
2014-2020
Code postal 21430
Code commune 21124
Démographie
Population
municipale
176 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 12″ N 4° 21′ 18″ E / 47.2033333333, 4.355 ()47° 12′ 12″ Nord 4° 21′ 18″ Est / 47.2033333333, 4.355 ()  
Altitude Min. 367 m – Max. 490 m
Superficie 11,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de Côte-d'Or
City locator 14.svg
Censerey

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de Côte-d'Or
City locator 14.svg
Censerey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Censerey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Censerey

Censerey est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Liernais Sussey Rose des vents
N
O    Censerey    E
S
Brazey-en-Morvan Vianges Diancey

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Geneviève Mortier    
mars 2001 mars 2008 Louis Grillot DVD Sénateur (1998-2008)
Conseiller général (1989-2001)
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la croix d'or accompagné en chef de deux grenades d'or à la chair de gueules.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 176 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
428 475 456 516 556 568 591 615 589
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542 570 579 553 550 557 527 501 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511 502 456 400 383 352 349 335 312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
287 264 237 214 209 167 178 178 178
2011 - - - - - - - -
176 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Jean-Baptiste Berthiot. Né en 1807, décédé en 1857. Fils de Louis Berthiot (1756+1821) huissier de Censerey, il part s'établir à Paris et y devient opticien. Avec son beau-père Louis-Alexis Bourot (1796+1851), ancien compagnon meunier de Sézanne devenu opticien lui aussi à Paris, il fonde une entreprise d'optique. Tous deux se dotent d'un atelier de transformation de verres ophtalmiques minéraux qu'ils logent dans un moulin à eau au nord-ouest de Sézanne (Marne) en 1838, puis au moulin Saint-Hubert aux portes de Sézanne en 1846. Son fils Alfred Berthiot (1838+1870) poursuit l'entreprise. Marie-Anne-Zulma François (née en 1840), veuve de ce dernier se remarie avec monsieur Benoist et change son patronyme en 1870. L'entreprise Benoist-Berthiot va perdurer jusqu'en 1974 mais quittera la descendance Berthiot en 1924 à la suite du décès de deux fils au champ d'honneur de la Grande Guerre. L'entreprise est aujourd'hui intégrée au sein de la SAS BB-GR, société du groupe Essilor, et est un opérateur majeur en France et en Europe. Il s'agit apparemment de la plus ancienne société d'optique en activité continue dans le monde.
  • Claudine-Hélène Berthiot. Née en 1799, décédée en 1875. Sœur aînée du précédent. Elle achète en 1870 le moulin à eau de Pongelot, sur la commune de Poigny (Seine-et-Marne), pour y fixer une activité de surfaçage de verres ophtalmiques minéraux, concurrençant directement celle de Zulma François-Benoist, veuve de son neveu. Elle y décède. Son entreprise sera revendue par sa petite-fille Julie Mazeau en 1907. Depuis, elle a pris les noms de Gaston Guilbert, puis Guilbert-Routit. Elle subsiste en 2013, désormais alliée à Benoist-Berthiot depuis 1974 sous la bannière d'Essilor.
  • Jeanne Rozès, née GIBOULOT, née le 14-12-1889 à Censerey - Résistante - Morte en déportation au camp de Ravensbrück, le 21-02-1945 (source : le livre mémorial des déportés de France, tome 3 page 116)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :