Til-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Til-Châtel
Le village.
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Is-sur-Tille
Maire
Mandat
Alain Gradelet
2014-2020
Code postal 21120
Code commune 21638
Démographie
Population
municipale
1 019 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 07″ N 5° 10′ 31″ E / 47.5186, 5.1753 ()47° 31′ 07″ Nord 5° 10′ 31″ Est / 47.5186, 5.1753 ()  
Altitude Min. 256 m – Max. 349 m
Superficie 26,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Til-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Til-Châtel

Til-Châtel est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située à la confluence de l'Ignon et de la Tille.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Fontenotte,
  • la Maladière,
  • les Terrières,
  • Moulin de Rougemont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Selongey Orville Rose des vents
Échevannes
Is-sur-Tille
Marcilly-sur-Tille
N Véronnes
Lux
O    Til-Châtel    E
S
Gemeaux

Histoire[modifier | modifier le code]

Lingons[modifier | modifier le code]

Til-Châtel était sans doute l'ancienne Tilena connue par la Table de Peutinger, une station routière qui a donné naissance à une agglomération gallo-romaine. Le site est cependant encore mal connu mais la quantité des trouvailles anciennes montre son importance. Seize inscriptions latines y ont été retrouvées dont plusieurs mentionnent la présence d'un détachement de soldats romains dans la première moitié du troisième siècle[1].

Le « Monument du Marchand de vin » du Clos-Lieutet à Til-Châtel, détenu par le Musée archéologique de Dijon, témoigne des rites funéraires des Lingons gallo-romains et de leur commerce du vin[2],[Note 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1323, le Duc, Eudes IV de Bourgogne, fait injonction au seigneur de Tréchâteau, de ne plus inquoiéter les religieux de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, au sujet du pré sous l'étang d'Avallon[3]. En 1801, la commune avait pour nom Mont-sur-Tille. La société d'histoire des pays de Tille a publié un hors-série [1] consacré au village et rédigé par l'historien célèbre Clément-Janin.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-sur-Tille[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'or à la clé de gueules posée en pal. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de communes des Vallées de la Tille et de l'Ignon.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Alain Gradelet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 019 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
939 901 962 920 990 966 963 999 925
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
905 838 822 865 906 914 803 776 746
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
776 786 894 872 911 821 767 740 745
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
731 735 755 768 819 940 974 1 019 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Florent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieu de naissance du Edme Mariotte (1620).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Buquet:" Til-Châtel " & " Fontenotte " plusieurs études sur Til et Fontenotte, dans le journal municipal: Le Lien du 29 mars 2004
  • Henri de Faget de Casteljau: " Les sires de Til-Châtel féaux de Langres aux marches des deux Bourgognes Xe siècle - XVe siècle " dans les Cahiers Haut-Marnais no 143,144 & 146.
  • Clément Janins: " Histoire de Til-Châtel " manuscrit à lma mairie de Til-Châtel.
  • Yvonne Latour: " Livre de Famille, Darantière ". 1978.
  • Abbé Roussel: " Histoire des Évêques de Langres ". Langres 1844.
  • René Viar: " Mon village dans l'Histoire " manusrit.
  • A. HUuguenin: " Til-Châtel, les seigneurs, Saint-Florent et Saint-Honoré ". Imp de l'Union Typographique à Dijon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Monument funéraire du « Marchand de vin » du Clos-Lieutet à Til-Châtel
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.Bénard et alii, Les agglomérations antiques de la Côte-d'Or, Paris et Besançon, 1994, p. 169-170
  2. S.Deyts & J.-C.Barçon - Un type de monument funéraire original : Le « Marchand de vin » du Musée archéologique de Dijon, Hommages à Lucien Lerat - les Belles Lettres à Paris, 1984, pp.241-247 (lire en ligne)
  3. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N° CVI
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Til-Châtel », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 août 2012)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011