Talmay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Talmay
Le château de Talmay.
Le château de Talmay.
Blason de Talmay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Pontailler-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Pontailler
Maire
Mandat
André Petitjean
2014-2020
Code postal 21270
Code commune 21618
Démographie
Population
municipale
562 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 20″ N 5° 26′ 23″ E / 47.3555555556, 5.4397222222247° 21′ 20″ Nord 5° 26′ 23″ Est / 47.3555555556, 5.43972222222  
Altitude Min. 184 m – Max. 246 m
Superficie 22,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Talmay

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Talmay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Talmay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Talmay

Talmay est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Talmay se trouve à 36 kilomètres de Dijon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Essertenne-et-Cecey (Haute-Saône) Rose des vents
Jancigny
Saint-Sauveur
N Apremont
(Haute-Saône)
Germigney
(Haute-Saône)
O    Talmay    E
S
Maxilly-sur-Saône Heuilley-sur-Saône

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Attuariens étaient installé sur le territoire de Talmay, au début de notre ère. A partir du IIIe siècle, la commune dépend du domaine royal. En 630, le roi Dagobert donne ce fief au duc de Bourgogne Amalgaire, qui en fait don rapidement à l'abbaye de Bèze. Elle en reste propriétaire jusqu'au XIIIe siècle[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
1900 1904 Jean Bourgeois    
1904 1911 Gabriel Dumay    
1911 1912 Jean Vaillard    
1912 1913 Gabriel Dumay    
1913 1919 Joseph Gautherot    
1919 1923 Alfred Pinget    
1923 1945 Georges Veuriot    
1945 1965 Jeanne Bordeaux-Montrieux    
1965 1977 Gabriel Logerot    
1977 1981 Louis Segelke    
1981 en cours André Petitjean    

Services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 562 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 112 1 119 1 162 1 176 1 140 1 156 1 132 1 190 1 089
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 135 1 068 992 943 994 957 948 900 843
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
854 800 706 661 633 584 553 577 594
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 -
530 490 471 521 463 469 560 562 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Talmay dépend de l'académie de Dijon. Les élèves débutent leur scolarité à l'école maternelle[5], puis primaire[6] du village, qui regroupent respectivement 59 et 49 enfants.

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique dépend du diocèse de Dijon, doyenné de Pontailler-sur-Saône[7].

Économie[modifier | modifier le code]

86 % de la population active de Talmay ont un emploi salarié, 13% un emploi non-salarié. Le taux de chômage de la commune est de 7%[8].

Plusieurs entreprises sont implantée à Talmay, dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie, de la construction[8], dont une industrie, du secteur de la métallurgie, spécialisée dans le traitement et le revêtement des métaux, est installée à Talmay, depuis 2003[9].

La commune est dans la zone de production de la Moutarde de Bourgogne (IGP), des Volailles de Bourgogne (IGP) et Emmental français est-central[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Talmay.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Parti, au premier d’azur aux deux trangles ondées abaissées d’argent, au donjon du château du lieu d’or ajouré de sable brochant, aux trois feuilles de chêne de sinople posés en pal et en sautoir surbrochant le tout, au second de gueules au lion d’or ; au chef parti, au premier d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bordure componée d’argent et de gueules, au second bandé d’or et d’azur de six pièces à la bordure de gueules. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]