Corrombles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corrombles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Maire
Mandat
Marc Patriat
2008-2014
Code postal 21460
Code commune 21198
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 05″ N 4° 11′ 51″ E / 47.5180555556, 4.1975 ()47° 31′ 05″ Nord 4° 11′ 51″ Est / 47.5180555556, 4.1975 ()  
Altitude Min. 239 m – Max. 331 m
Superficie 11,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corrombles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corrombles

Corrombles est une commune française, située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Corsaint Bard-lès-Époisses Rose des vents
N
O    Corrombles    E
S
Époisses Torcy-et-Pouligny

Histoire[modifier | modifier le code]

L'appellation de Corrombles va connaître à travers les siècles plusieurs évolutions : Corrumblis, Colombe, Columble, Couromble pour prendre sa dénomination définitive à la fin de l'Ancien Régime Corrombres. Jusqu'à la fin du XVI° siècle les villages forment des communautés d'habitants qui coïncident avec les paroisses[1]. Corrombles est une paroisse placée sous le vocable de la Vierge, rattachée à la collation de l'abbé de Moutiers Saint Jean et au doyenné du marquisat d'Epoisses.

Le Duc de Bourgogne Philippe le Bon exerçant son pouvoir de suzerain confirme et consacre la charte d'affranchissement accordée en 1448 par Claude de Montagu, seigneur d'Epoisses aux habitants de Corrombles.

Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, la communauté d'habitants de Corrombles dépendait de la province de Bourgogne et du baillage de Semur-en-Auxois.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Auguste Kivy    
1983 1995 Jean-Pierre Balloux    
1995 en cours Marc Patriat UMP Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 242 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
533 490 514 532 532 564 550 541 514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501 505 507 471 423 425 435 438 413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
402 373 352 294 276 283 256 253 244
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
263 270 239 200 201 201 236 242 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église dédiée à l'Immaculée-Conception, à noter son porche roman.
  • La commune totalise sept calvaires.

- On dénombre cinq colombiers de forme carrée, plusieurs vestiges d'anciens lavoirs, quelques maisons anciennes, des maisons de maîtres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Balloux, A l'ombre des tilleuls, Corrombles un village de l'Auxois, Éditions de l'Armançon
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :