Gevrey-Chambertin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gevrey-chambertin (AOC) et Gevrey.
Gevrey-Chambertin
Image illustrative de l'article Gevrey-Chambertin
Blason de Gevrey-Chambertin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Gevrey-Chambertin
(chef-lieu)
Intercommunalité C.C. de Gevrey-Chambertin
Maire
Mandat
Bernard Moyne
2014-2020
Code postal 21220
Code commune 21295
Démographie
Gentilé Gibriaçois - Gibriaçoises
Population
municipale
3 065 hab. (2011)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 38″ N 4° 58′ 05″ E / 47.2272222222, 4.96805555556 ()47° 13′ 38″ Nord 4° 58′ 05″ Est / 47.2272222222, 4.96805555556 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 510 m
Superficie 24,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de Côte-d'Or
City locator 14.svg
Gevrey-Chambertin

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de Côte-d'Or
City locator 14.svg
Gevrey-Chambertin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gevrey-Chambertin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gevrey-Chambertin

Gevrey-Chambertin est une commune française viticole, située à 15 km au sud de Dijon dans le département de la Côte-d'Or et fait partie de la région Bourgogne.

Ce village touristique et viticole, situé sur la route des Grands Crus le long de la côte de Nuits jouit d'une réputation mondiale de prestige grâce à ses vins de Bourgogne de grand cru dont le plus célèbre est le chambertin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Brochon Fixin, Fenay Saulon-la-Rue Rose des vents
Chambœuf N Barges
O    Gevrey-Chambertin    E
S
Curley Morey-Saint-Denis, Saint-Philibert Broindon

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

En 2005, des fouilles archéologiques au lieu-dit Au-dessus de Bergis ont permis de découvrir une occupation couvrant le Néolithique, la fin de l’âge du bronze et le début de l’âge du fer[1].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La vigne a été cultivée très tôt en Bourgogne. Mais c'est sur la commune que les recherches archéologiques ont permis de découvrir les premières vignes gallo-romaines, qui datent du Ier siècle avant notre ère.

En 2008, lors de l'agrandissement d'une zone pavillonnaire, 316 fosses ont été mises au jour, alignées en rang sur 6 000 mètres carrés, dans lesquelles on a repéré la trace de 120 ceps et où l'on peut voir en coupe le vide laissé par le tronc et les racines du pied de vigne. Cette découverte accrédite les préconisations de Pline l'Ancien et de Columelle. Comme aujourd'hui, les vignes étaient plantées en rang, mais le choix et l'exposition des terrains étaient différents, puisque les vignes gallo-romaines étaient situées dans les plaines, au lieu des coteaux de la majorité des Côtes de Nuits actuelles. De plus, les goûts devaient être différents, puisque, notamment pour assurer leur conservation, les gallo-romains y ajoutaient des épices[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Renaissance[modifier | modifier le code]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Gevrey-Chambertin a été libérée par les troupes de la 1ère Division Française Libre le 10 septembre 1944. Une stèle devant le château de Gevrey-Chambertin a été érigée en l'honneur de ses libérateurs par souscription publique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Parti: au premier de gueules aux deux clefs d'argent passées en sautoir et l'épée haute du même brochante et garnie d'or, au second coupé: au I d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, au II bandé d'or et d'azur de six pièces et à la bordure de gueules »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2014 Jean-Claude Robert PS Conseiller général

Ancien député

mars 2014 en cours Bernard Moyne PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Gibriaçois[3].


En 2011, la commune comptait 3 065 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 193 1 231 1 214 1 268 1 388 1 465 1 481 1 596 1 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 577 1 612 1 743 1 754 1 768 1 868 1 855 1 800 1 760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 764 1 626 1 543 1 439 1 508 1 518 1 486 1 603 1 823
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 517 2 613 3 001 2 582 2 825 3 258 3 138 3 120 3 065
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Vignoble et gastronomie[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Gevrey-Chambertin est un des plus prestigieux du vignoble de Bourgogne et même du vignoble Français et mondial avec 310 hectares de cépage pinot noir vinifiés en vin rouge. Le vignoble de Gevrey-Chambertin produit à lui seul 9 des 33 grands crus AOC bourguignons :

Le vignoble de la commune bénéficie également de nombreux climats bénéficiant de l'appellation gevrey-chambertin Premier cru et de l'Appellation communale gevrey-chambertin.

Les vins de Gevrey-Chambertin sont des vins de longue garde (10 à 20 ans et plus pour les exceptions) très colorés, puissants, aux arômes et saveurs intenses évoquant entre autres le cassis, cerise, musc, réglisse...

La puissance des vins de Gevrey-Chambertin s'associe avec une cuisine corsée et élaborée : viande rouge grillée, gigot de mouton, bœuf bourguignon, civet de lapin, coq au vin, coq au Chambertin, fromages puissants, époisses, etc. (cuisine bourguignonne).

Château de Gevrey-Chambertin

Transports[modifier | modifier le code]

Gevrey-Chambertin est lié au réseau ferroviaire par la gare de Gevrey-Chambertin sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles.

Au nord de cette gare se situe le triage de Gevrey, qui a été rouvert en décembre 2011 comme triage central de transports de voitures PSA par sa filiale Gefco[6].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

La côte et les combes sont classés dans la Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I de la Côte dijonnaise et font partie du site Natura 2000 de l'Arrière côte de Dijon et de Beaune. La Combe Lavaux est une réserve naturelle classée au niveau national

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vignoble et commune de Gevrey Chambertin[modifier | modifier le code]

Jumelages et Echanges[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Nierstein dans la région de Hesse-rhénane en Allemagne et avec la ville de Spy en Belgique dans la province de Namur.

La chorale Albasso a reçu la chorale La Sarteline de Sart-Bernard dans la province de Namur en Belgique les 24 et 25 mars 2007. A son tour, la chorale de Gevrey-Chambertin s'est rendue en Belgique les 1er et 2 mars 2009. Le retour de la chorale belge dans notre commune est actuellement à l'étude.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inrap rapport d'activité 2006, page 75.
  2. Michel Bouvier, Le vin, c'est toute une histoire, Jean-Paul Rocher Éditeur, Paris, 2009, p. 31 (ISBN 2917411230[à vérifier : isbn invalide])
  3. habitants.fr, « Côte-d'Or > Gevrey-Chambertin (21220) » (consulté le 10 novembre 2012)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Olivier Constant, « Euro Cargo Rail et Gefco sont satisfaits de leurs plate-forme de triage de Gevrey », WK Transports-logistique,‎ 27 avril 2012 (consulté en 1er mai 2012)