Union sportive Tyrosse rugby Côte sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
US Tyrosse
Logo du US Tyrosse
Généralités
Nom complet Union sportive tyrossaise rugby Côte Sud
Surnoms L'UST
Les rouge et bleu
Fondation
Couleurs Rouge et bleu
Stade stade La Fougère
(6 800 places)
Siège 42 bis avenue de la Côte d'Argent
40230 Saint-Vincent-de-Tyrosse
Championnat actuel Fédérale 1
Président Drapeau : France Christian Laclau
Drapeau : France Robert Diriberry
Drapeau : France Nicolas Sarrouet
Entraîneur Drapeau : France Benoît August
Site web www.ustyrosse.com
Palmarès principal
National[Note 1] Challenge de l'Espérance (1)
Championnat de France de première division groupe B (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Fédérale 1 2020-2021
0

Dernière mise à jour : 15 janvier 2018.

L'Union sportive tyrossaise rugby Côte sud ou US Tyrosse est un club français de rugby à XV situé à Saint-Vincent-de-Tyrosse appartenant au comité Côte Basque-Landes. Il évolue actuellement en Fédérale 1 en 2020-2021.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1908 naît La Fougère, un club où on pratique le rugby mais aussi l'athlétisme. Ce club prend ensuite le nom de Sport athlétique tyrossais en 1911. Enfin, ce club fusionne avec une autre association nommée Le Ralliement pour former l'Union sportive tyrossaise[1].

Le club naît le de la fusion des sociétés préexistantes, le Sport athlétique tyrossais et le Ralliement, fondées avant la guerre.

L'ascension vers la première division[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, l'US Tyrosse joue en deuxième série du comité de Côte Basque. Champion de son comité en 1929, il se retrouve en division d'honneur, l'équivalent de la deuxième division nationale[2]. Puis, le club rejoint l'élite 2 ans plus tard.

Tyrosse est dans l’élite du rugby français (1931-1973)[modifier | modifier le code]

Ce « petit poucet » du rugby français, représentant d'une petite ville de 6 000 habitants, a aussi forcé l'admiration en se maintenant dans l’élite entre 1931 et 1973 puis en Pro D2 entre 1996 et 2006.

Huitième de finaliste du championnat 1939[modifier | modifier le code]

Après 5 années d’apprentissage difficile en première division où Tyrosse se maintient difficilement, il sort en 1936, 3e d’une poule difficile derrière Toulon et Béziers mais devant Grenoble considéré comme l'un des meilleurs clubs de France[3] et battu 8-3 dans les Landes. Tyrosse est ensuite battu en barrage d’accès pour les huitièmes de finale contre Tarbes.

Après 1 saison encore prometteuse en 1937 où il termine deuxième de sa poule[4] avant d'échouer à nouveau en seizième de finale, le pilier Pierre Dalouède devient le premier international du club[5]. Cette force de la nature était capable de transporter des poteaux de 150 kg sur son épaule[6]. La saison suivante sera plus difficile et une défaite à Paris sur le terrain du Métro privera les Landais de la qualification[7].

Tyrosse joue son premier huitième de finale en 1939 qu’il perd de justesse contre Perpignan 13-11.

Un des tout meilleurs club de l’après-guerre (1947-1949)[modifier | modifier le code]

À la reprise en 1945, Louis Junquas est le deuxième international du club, sélectionné contre l'armée Rugby Union[8]. Il reviendra deux saisons plus tard à l'Aviron bayonnais[9].

L’US Tyrosse joue trois 1/8e de finale consécutifs. En 1947, il est éliminé par Lourdes 10-8, l'arrière Tyrossais Pierre Dizabo s'ayant vu refuser un essai pour un en-avant imaginaire[10]. Tyrosse joue aussi contre la même équipe un quart de finale de coupe de France la même année.

L'année suivante après avoir terminé en tête de sa poule, c'est Montferrand qui arrêtera les ambitions du club (6-6 puis 11-3). Enfin, en 1949, Vienne triomphera de l'équipe Landaise 11-3. C’est l’âge d’or du club des Landes sous l’impulsion de l’ouvreur international André Alvarez venu de Bayonne alors que Junquas fait le chemin inverse de Tyrosse vers Bayonne.

Maintien difficile en première division (1950-1968)[modifier | modifier le code]

l'US Tyrosse est battu sur son terrain par le Stade toulousain 3-5 en 1962.

Pour la saison 1949-1950, Tyrosse s'installe dans le nouveau stade municipal, devenu par la suite Stade La Fougère[11].

L’US Tyrosse se maintient ensuite difficilement dans l’élite du rugby français où il n’obtient que 4 qualifications en 19 saisons pour les phases finales avec 3 seizièmes de finale (1956, 1962 et 1967) et 1 huitième (1960) perdu 11-3 contre le voisin de Dax.

Huitième de finaliste du championnat 1960[modifier | modifier le code]

Cette année là, Tyrosse termine 3e de sa poule avant d'éliminer Montferrand en seizième de finale. Dax arrêtera les ambitions du club en huitième de finale dans une rencontre où Tyrosse fut handicapé par l'absence de deux joueurs.

En 1961, les cadets du club sont champion de France et beaucoup d'entre eux rejoindront l'équipe première.

3 qualifications consécutives pour les phases finales du championnat (1969-71)[modifier | modifier le code]

Le club joue 3 seizièmes de finale consécutifs sous l’impulsion de l’international Jean-Pierre Lux. En 1969, il est éliminé de peu par Dax à cause de la faillite de son buteur qui manque près des poteaux la transformation de l'essai égalisateur du trois-quarts centre Michel Lasserre[12]. Dax l'emporte ensuite en prolongation.

En 1970, Tyrosse est éliminé par Narbonne 9-3 à Cahors dans un match que l'ailier André Dubertrand a dû jouer blessé[13].

Huitième de finaliste du championnat 1971[modifier | modifier le code]

Tyrosse se qualifie une troisième fois consécutive la saison suivante après 2 courtes victoires contre son voisin Dacquois en poule de 8 (11-9 à Dax et 9-8 à Tyrosse)[14]. Puis après avoir éliminé l'Aviron Bayonnais en seizième de finale, le club doit baisser pavillon 11-0 devant Brive en huitième.

Entre le groupe A et le groupe B (1974-1995)[modifier | modifier le code]

Après le départ de son centre international pour le voisin dacquois, Tyrosse connaît une décennie plus difficile. Il descend une première fois en groupe B lorsque l’élite est réduite de 64 à 32 clubs en 1974 mais remonte dès l’année suivante dans une première division à nouveau élargie à 64 clubs. Tyrosse dispute même les demi-finales de la coupe Jauréguy perdu 11-9 contre le grand Castres olympique, futur vainqueur de l'épreuve et emmené notamment par Gerard Cholley, Jacques Cimarosti et Dany Laprade.

Puis, il reste en dans l´élite (groupe A) réduite à 40 clubs en 1976.

À nouveau relégué en 1977, il remonte immédiatement en groupe A et se qualifie pour les seizièmes de finale disputé contre Montferrand en match aller-retour en 1977.

Apres 2 saisons consécutives en groupe A, le club finit par redescendre en groupe B en 1979. Mais la relève prépare des lendemains meilleur. Les Juniors Reichel du club sont champion de France 1980 après avoir éliminé Dax en demi-finale et battu La Voulte de Didier Camberabero en finale[15]. Ils remportent la même année le Challenge des Provinces, réalisant ainsi le doublé.

Champion de France groupe B 1981[modifier | modifier le code]

Tyrosse devient champion de France groupe B grâce à sa victoire contre Mont de Marsan en demi-finale à Dax 26-17 puis contre Montauban 15-9 après prolongations en finale 1981. Arrivés à Tyrosse, la moitié de la polulation attend les joueurs pour leur réserver un accueil triomphal[16].

Vainqueur du challenge de l’espérance 1982[modifier | modifier le code]

En 1982, Tyrosse remporte le Challenge de l’Espérance après une victoire contre Périgueux 24-11 en finale tandis qu'en championnat, il échoue à se qualifier malgré une victoire de prestige devant le Stade toulousain[17].

Double huitième de finaliste du championnat 1985 et 1988[modifier | modifier le code]

Tyrosse connaît une belle décennie avec 2 seizièmes de finale en 1983 et 1984 et 2 huitièmes de finale en 1985 (contre Lourdes) et 1988 (contre Toulon). Grâce à ses bons résultats, Tyrosse est invité à participer au challenge Yves du Manoir en 1989[18] mais perdra ses 6 matchs.

L’ascenseur entre le groupe A et le groupe B (1989-1995)[modifier | modifier le code]

Ensuite, l’UST connaît des difficultés à se stabiliser dans l’élite avec 3 montées et 3 descentes en 7 ans. Cette période permet toutefois l’éclosion du futur demi de mêlée international Guy Accoceberry qui partira ensuite pour Bègles remplacer Bernard Laporte en 1993.

En 1990, Tyrosse termine 6e de sa poule laissant derrière lui des clubs aux moyens plus important comme Perpignan ou Rumilly. Le saison suivante, il descend en groupe B après une phase de brassage mais remonte immédiatement grâce à une victoire contre Marmande en quart de finale. Tyrosse est éliminé au tour suivant contre Rumilly 18-15 dans un match où le demi de mêlée Guy Accoceberry a été blessé sur une agression délibérée[19].

En 1992, de retour en groupe A, Tyrosse réalise un exploit historique avec un match nul sur le terrain de Grenoble et bat les alpins au retour grâce un essai de Dubois parti 10 mètres hors-jeu après un drop manqué de Garat[20]. Tyrosse est ensuite battu de peu par Biarritz 21-15 en seizième de finale devant plus de 10.000 spectateurs qui ovationnent longuement la sortie des Tyrossais[21]. La saison suivante, un match heurtée contre Mont de Marsan (4 expulsés) est le prélude à la descente en groupe B[22].

Tyrosse remonte dès la saison suivante grâce à une victoire contre Marmande 18-0 en quart de finale comme trois ans plus tôt puis il est à nouveau relégué en groupe A2 en 1995 alors que l’élite est réduite de 32 à 20 clubs et que le rugby passe officiellement professionnel.

Pro D2 entre 1996 et 2006[modifier | modifier le code]

Le club des Landes joue ensuite 10 ans en Pro D2 à l’aube du rugby professionnel malgré des moyens financiers limités. Lorsque la deuxième division passe professionnelle, il est maintenu par la LNR alors qu'il craignait d'en être exclu à cause des exigences financières[23].

Il fut néanmoins relégué de la Pro D2 en 2005-2006 et évoluera pour la première fois de son histoire en Fédérale 1 en 2006-2007. Le club s'est aussi taillé une belle réputation de club formateur.

Tyrosse en Fédérale 1[modifier | modifier le code]

Saison 2010-2011 : décès de Fabien Capdeville et échec pour la montée en Pro D2 à l'ultime seconde

Le , lors de la demi-finale de Nationale B à Gabarret opposant l'UST à l'Avenir valencien, Fabien Capdeville décède sur le terrain d'un arrêt cardiaque en pleine séance de tirs au but. Cet événement marquera la fougère à jamais.

Lors de cette même saison, l'UST parvient en demi-finale pour la deuxième saison consécutive et possède une énorme occasion de remonter en Pro D2, si elle parvenait à battre Béziers après la courte défaite au match aller au Stade de la Méditerranée 19 à 15. Lors du match retour les équipiers de la fougère l'emportent face à Béziers 17-13 mais laissent filer la qualification à la dernière minute sur une pénalité retournée pour brutalité de la part de l'un d'entre eux. La pénalité de situait à 22 m en face des poteaux. Au total des essais marqués sur les deux matchs (3 à 1 pour Béziers) étant donné que sur l'ensemble des deux matchs, le goal-average était nul. Les visiteurs du jours accèdent donc à la Pro D2, non sans avoir balbutié leur rugby ce jour-là, face à une grande équipe tyrossaise.

Saison 2013-2014 : dernière action encore une fois fatidique

Après avoir terminé premier de sa poule, les tyrossais affrontaient l'Union sportive seynoise en 1/8 de finale. Après avoir perdu 38-29 au match aller en laissant les seynois marquer le bonus offensif, ils se retrouvèrent au pied du mur pour le match retour, étant obligés de gagner avec ce même bonus. L'exploit fut réalisé (17-3, 3 essais à 0), et la qualification en 1/4 finale face à un des prétendants à la montée l'USO Nevers, disposant d'un budget phénoménal pour un club de Fédérale 1. Les tyrossais franchirent encore cette marche (Défaite 25-15 à l'aller, victoire 30-20 au retour), et la dernière marche pour l'accès en Pro D2 face au RC Massy Essonne se présentait devant eux. Après une victoire sur le fil au match aller à Tyrosse (victoire 21-19), les landais se déplaçaient pour le match retour, celui qui leur permettrait de retrouver le niveau professionnel. Malheureusement, l'histoire se répéta, et un en-avant litigieux sifflé à la dernière action condamna les rouges et bleus, alors que l’ailier Julien Dechavanne avait fait cavalier seul sur son aile pour aplatir dans l'en-but massicois. Cet énième échec marqua la fin d'un cycle, avec l'arrêt de plusieurs cadres de l'équipe : Jonathan Krieff, Romain Friand, Ludovic Courtade, Adrien Marbot et John Rapana.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales
Compétitions nationales disparues
Compétitions jeunes

Finales de l'US Tyrosse[modifier | modifier le code]

Compétitions Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Championnat de France de groupe B US Tyrosse 15-9 US Montauban Stade Armandie, Agen 6 425
Challenge de l'Espérance US Tyrosse 24-11 CA Périgueux Stade Georges Darthial, Marmande

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif 2016-2017[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Club précédent Arrivée au club Formé au club
Sébastien Barberteguy Talonneur 14/09/1988 Drapeau de la France France - - - oui
Laurent Belestin Talonneur 15/06/1993 Drapeau de la France France - - - oui
Arnaud Brissot Talonneur 26/08/1991 Drapeau de la France France - US Capbreton 2011 oui
Mathieu Belestin Pilier gauche 10/11/1989 Drapeau de la France France - - - oui
Vincent Claireaux Pilier gauche 29/06/1983 Drapeau de la France France - US Orthez 2008 -
Victor Hontebeyrie Pilier gauche 06/07/1994 Drapeau de la France France - - - oui
Franck Georgiades Pilier droit 19/01/1987 Drapeau de la France France - Plaisir rugby club 2013 -
Jean-Baptiste Lagain Pilier droit 09/11/1992 Drapeau de la France France - - - oui
Mathieu Fabre Deuxième ligne 23/10/1987 Drapeau de la France France - St-Jean-de-Luz OR 2014 -
Kevin Kahn Deuxième ligne 15/06/1987 Drapeau de la France France - Plaisir rugby club 2005 oui
Wladimir Laguillier Deuxième ligne Drapeau de la France France - US Bardos 2012 -
Maxime Samson Deuxième ligne 10/10/1984 Drapeau de l'Espagne Espagne 1 (0) SA Lit 2002 oui
Bastien Sohet Troisième ligne aile 16/09/1986 Drapeau de la France France St-Jean-de-Luz OR 2014 -
Matthieu Visensang Troisième ligne aile 31/12/1986 Drapeau de l'Espagne Espagne 1 (0) Aviron bayonnais 2008 oui
Thibaut Visensang Troisième ligne aile 08/01/1991 Drapeau de l'Espagne Espagne Aviron bayonnais 2016 oui
Léo Weltzer Troisième ligne aile 15/05/1993 Drapeau de la France France - - - oui
Lorin Lafitte Troisième ligne centre 23/10/1987 Drapeau de la France France - - - oui
Bastien Sainte-Croix Troisième ligne centre 23/05/1982 Drapeau de la France France - Stade niçois 2012 -
Paul Dubert Demi de mêlée 01/01/1985 Drapeau de la France France - - - oui
Antoine Foulgot Demi de mêlée 19/02/1994 Drapeau de la France France - AS Beziers Hérault 2014 -
Thomas Barbe Demi de mêlée 13/06/1996 Drapeau de la France France - Stade montois 2014 oui
Arnaud Dhuin Demi d'ouverture 27/07/1994 Drapeau de la France France - RC Châlon 2016 -
Iban Hourcade Demi d'ouverture 29/03/1994 Drapeau de la France France - Aviron bayonnais 2016 -
Guillaume Descazaux Centre 14/11/1988 Drapeau de la France France - US Capbreton 2009 -
Arthur Grocq Centre 20/06/1995 Drapeau de la France France - - - oui
Anthony Lasserre Centre 06/08/1996 Drapeau de la France France - Aviron bayonnais 2014 oui
Thomas Chasseur Ailier 18/08/1993 Drapeau de la France France - - - oui
Mathias Maallem Ailier 22/06/1988 Drapeau de la France France - US Capbreton 2013 -
Simon Sarthou Ailier 22/12/1986 Drapeau de la France France - Avenir valencien 2014 -
Jean-Baptiste Villetorte Ailier 10/11/1990 Drapeau de la France France - Avenir castanéen 2015 -
Yohann Durquet Arrière 11/03/1988 Drapeau de la France France - Stade montois 2014 -

Internationaux que le club a fourni[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur de l'US Tyrosse.

L'Union sportive tyrossaise a fourni de nombreux internationaux au XV de France.

Internationaux étrangers ayant porté le maillot du club :

Autres joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1984-1986 : Pascal Vinsonneau[24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le challenge Yves-Du-Manoir : Histoire du rugby, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 978-2-7027-0395-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Paris, Éditions de la Martinière, 1996/, 935 p. (ISBN 978-2-7324-2260-2 et 2-7324-2260-6)
  • Rugby mode de vie: Ethnographie d'un club Saint-Vincent-de-Tyrosse, de Sébastien Darbon, coll. Cahiers de Gradhiva, éd. Jean-Michel Place, 1997. (ISBN 2858932522)
  • US TYROSSE 1908 - 2008 : 100 ans de Légende, Société des écrivains, 2008. (ISBN 978-2748042702)
  • [Poustis 2011] Francis Poustis, Les acteurs du rugby landais, Dax, Éditions Passiflore, , 240 p. (ISBN 978-2-918471-07-3), p. 176-179

Liens externes[modifier | modifier le code]