Union sportive bressane Pays de l'Ain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Union sportive bressane
Logo du Union sportive bressane
Généralités
Nom complet Union sportive bressane Pays de l'Ain
Surnoms USB
USBPA
les violets
Fondation 1902
Couleurs Violet et blanc
Stade Stade Marcel-Verchère
(11 500 places)
Siège 11, Avenue des Sports
01000 Bourg-en-Bresse
Championnat actuel Pro D2 (2021-2022)
Président Drapeau : France Jean-Pierre Humbert
Entraîneur Drapeau : France Yoann Boulanger
Drapeau : Argentine Mariano Taverna (adjoint)
Site web www.usbparugby.com
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France de 2e division (3)
Championnat de France de Nationale (1)
Championnat de France de Fédérale 1 (1)
Championnat de France de Fédérale 2 (1)

Maillots

Kit left arm borderonwhite.png
Kit body toulouse1415h.png
Kit right arm borderonwhite.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm borderonwhite.png
Kit body toulouse1415a.png
Kit right arm borderonwhite.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Nationale 2020-2021
0

Dernière mise à jour : 5 juin 2021.

L’Union sportive bressane Pays de l'Ain (USBPA) est un club de rugby à XV basé à Bourg-en-Bresse, dans le département de l'Ain.

L'USB a notamment remporté trois fois le championnat de France de deuxième division en 1939, 1958 et 1966.

Le président de l'USBPA est Jean-Pierre Humbert. Les entraîneurs sont Yoann Boulanger (entraîneur principal responsable des trois-quarts) et Mariano Taverna (entraîneur responsable des avants). L'équipe première évolue pour la saison 2021-2022 en Pro D2.

Après avoir régulièrement évolué au plus niveau (25 saisons en 1re division entre 1948 et 1984, avec de nombreuses qualifications en phase finale), le club bressan effectue des allers et retours entre Fédérale 1 et Pro D2 depuis 2008. Ce « déclassement » peut toutefois difficilement être interprété comme un recul. D'abord parce la 1re division était amateur jusqu'en 1995, ensuite parce que la 1re division amateur comptait alors de 40 à 80 clubs alors que Top 14 et Pro D2 réunis n'en comptent que 30 aujourd'hui. Naviguant aux portes du rugby professionnel depuis une dizaine d'années, les « violets » conservent donc la position qu'ils occupaient alors : autour d'une trentième place parmi les clubs français, pro et amateurs confondus.

Les Violettes bressanes, club historique du rugby féminin français 3 fois champion de France, ont repris les couleurs de l'USBPA mais les deux clubs sont indépendants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts du club[modifier | modifier le code]

Car USBPA
Le car des joueurs

L’Union sportive bressane naît en 1902 à l’initiative d’un jeune homme de 18 ans, Louis Amy. On jouait déjà au rugby à Bourg, notamment au lycée Lalande et à l’école normale d’instituteurs qui se joignent à la nouvelle entité.

Entre le première et la deuxième division (1930-1967)[modifier | modifier le code]

Le club joue surtout en deuxième division (Honneur) mais réussit à monter en première division (Excellence) une première fois en 1931 lorsque 12 des clubs parmi les plus prestigieux quittent le giron de la FFR pour créer leur propre organisation, l’Union française de rugby amateur (UFRA)[1], en raison des maux dont souffre le rugby français à cette époque, maux taxés de « championnite »[Note 2]. Bourg ne restera qu’une seule saison en première division.

Champion de France de deuxième division 1939[modifier | modifier le code]

En 1939 le club décroche son premier titre Honneur, en battant le FC Lourdes 5-3 lors d'une finale disputée à Toulouse. La Guerre interrompt malheureusement cette prometteuse ascension.

Après la Seconde Guerre mondiale, le club demeure difficilement en première division, dernier de sa poule en 1949, il est reversé dans une poule de barrage en 1950 pour rester en première division. Devançant Roanne et Givors, il reste en première division mais ne parvient toujours pas à rivaliser avec les meilleurs malgré un huitième de finale en 1954. Le club compte alors 2 internationaux en activité, Pierre Bertrand et Michel Pomathios.

Invité en challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

Le club est invité deux années consécutives en challenge Yves du Manoir en 1954 et en 1955[2] mais échoue à se qualifier. Il termine dernier de sa poule en 1954[3] et 5e sur 7 en 1955[4].

Bourg en Bresse descent en deuxième division en 1956 et n'est plus invité à disputer ce Challenge réservé aux clubs de première division.

Champion de France de deuxième division 1958[modifier | modifier le code]

Deux ans plus tard il décrochait son deuxième titre de champion de France de deuxième division, en battant Boucau stade 16-5, et accédait à la première division (division Nationale) pour trois saisons seulement.

Champion de France de deuxième division 1966[modifier | modifier le code]

Malgré un échec de justesse contre Condom en 1964 qui bat Bourg-en-Bresse 8-3 après prolongation en demi-finale, la remontée est acquise pour la saison suivante avant une nouvelle descente la saison suivante suivi d’une remontée immédiate avec un troisième titre à la clé (victoire contre Montluçon 12-3) en 1966[5].

Bourg-en-Bresse dans l’élite du rugby français (1967-1984)[modifier | modifier le code]

Arrivée de Michel Greffe en 1970[modifier | modifier le code]

Le troisième ligne international Michel Greffe, vainqueur du Grand Chelem avec l’équipe de France en 1968 arrive de Grenoble en 1970. Il aidera grandement le club à se maintenir en première division.

Le club se comporte ainsi honorablement, se qualifiant souvent pour les 16e de finale mais n’arrive à passer ce cap qu’à deux reprises en 1972 et en 1983.

Huitième de finale du championnat 1972[modifier | modifier le code]

Troisième de son groupe derrière Toulon et le Stade rochelais, Bourg-en-Bresse bat le La Voulte Sportif du demi de mêlée international Jacques Fouroux en seizième de finale et dispute en 1972 le deuxième huitième de finale de son histoire. L’équipe réserve effectue elle aussi un bon parcours puisqu’elle n’est battu qu’en huitième de finale par Grenoble, futur finaliste.

Le club est ensuite battu en seizième de finale les deux années suivantes.

Arrivée de Gérard Viard[modifier | modifier le code]

Le trois-quarts centre de RC Narbonne Gérard Viard arrive au club en 1975 et Bourg-en-Bresse essaye de tendre vers un jeu plus complet. Toutefois, c’est souvent l’arrière Girard, buteur providentiel qui assure pendant des années le maintien en groupe A.

Invité en challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

Bourg-en-Bresse est invité à disputer le prestigieux challenge Yves du Manoir en 1979 et en 1980[6]. mais échoue à se qualifier pour les huitièmes de finale. Cette invitation n’est pas reconduit l’année suivante alors que le club avait terminé 18e sur 32 la saison précédente[7].

Huitième de finale du championnat 1983[modifier | modifier le code]

Grâce à sa 6e place dans son groupe, l'US bressane se qualifie de justesse pour les barrages. Bourg-en-Bresse dispose d’Aurillac et se qualifie en 1983 pour le troisième huitième de finale (disputé en matchs aller-retour) de son histoire qu’il perd contre Nice, futur vice-champion de France.

Amoindri par les départs notamment de Dominique Mazille et du pilier néo-zélandais All black John Drake, le club redescend en championnat de France du Groupe B en 1984, devancé au goal-average par les Tarnais du Castres Olympique.

Dernières années en première division (1985-1993)[modifier | modifier le code]

Redescendu en groupe B, le club échoue contre Lavelanet dans le match de remontée en 1985 mais le club se console avec son premier challenge du club complet en 1986. Il perd encore le match de la montée contre Voiron la saison suivante malgré l’arrivée du deuxième ligne international anglais Nigel Horton.

Il remontera dans l’élite pour une saison en 1991 via une poule de brassage et une victoire sur le CA Brive avant de redescendre en groupe B en 1992 puis en deuxième division en 1993.

Descente en deuxième puis en troisième division puis remontée vers l'élite amateur[modifier | modifier le code]

Les montagnes russes[modifier | modifier le code]

Bourg-en-Bresse descend en troisième division (le cinquième niveau hiérarchique du rugby français) en 1996. Sous l'impulsion du futur deuxième ligne international Lionel Nallet, Il remonte ensuite en deuxième division en 1998 puis malgré le départ de son joueur vedette pour Bourgoin en Fédérale 1 l'année suivante, soit l'élite du rugby amateur.

Stabilisation en élite amateur[modifier | modifier le code]

Dès sa première année, le club où se révèle déjà le futur bayonnais Clément Fromont termine en tête de sa poule et est promu une troisième fois consécutive en promotion Nationale, une division intermédiaire entre la Pro D2 et la Nationale 1 mise en place pour cette unique saison. Il termine en 2001 2e de cette troisième division derrière Tours et manque d'un rien la montée en Pro D2. Le club reste ensuite en élite amateur et échoue souvent encore de peu dans la course à la montée jusqu'à la saison 2007-2008.

Découverte de la Pro D2 en 2008[modifier | modifier le code]

Le , l'US bressane bat Aix en Provence (14-3) en demi-finale retour (demi-finale aller : 17-22) du Championnat de Fédérale 1 (Trophée Jean Prat), et gagne ainsi le droit de monter en Pro D2 pour la première fois de son histoire. Les Bressans perdent largement la finale contre l'US Colomiers (3-36). L'équipe entraînée par Jean Anturville ne passe qu'un an en Pro D2. Elle termine avant-dernière avec huit victoires en trente matchs.

Montées en Pro D2 en 2013 et 2018[modifier | modifier le code]

Des joueurs de rugby forment un ruck autour du ballon au sol.
L'US bressane évolue en Pro D2 en 2013-2014, ici à l'extérieur, contre l'US Dax.

À la fin de la saison 2012-2013, l'US bressane Pays de l'Ain reprend l'ascenseur pour la Pro D2 au détriment de Lille et bat ensuite Bourgoin (15-13) pour conquérir un nouveau titre de champion de France amateur.

Le club retrouve le Pro D2 pour la saison 2013-2014 entraînée par Yoann Boulanger et Franck Maréchal. Mais il termine dernier du championnat avec sept victoires en trente matchs. Le club prend une nouvelle fois le chemin de la descente 1 an plus tard. Un joueur bressan, le talonneur australien John Ulugia est recruté par Clermont-Ferrand en Top 14.

Il fait partie des 11 clubs présentant les critères pour rejoindre l'éphémère poule Élite de Fédérale 1, dédiée à l'accession en Pro D2, en 2016-2017 et 2017-2018.

En 2018-2019, l'US bressanne monte à nouveau en Pro D2, entraînée par Yoann Boulanger et Thomas Chauveau. Elle n'y reste qu'une saison et termine à l'avant-dernière place, malgré un bilan de treize victoires et de 60 points, un total record pour un club relégué dans l'histoire de la Pro D2[8]. Lors de la dernière journée, Bourg-en-Bresse assure la victoire avec bonus contre Béziers 27-6 ; mais Aurillac, concurrent direct pour le maintien, marque un point de bonus défensif à Nevers et scelle ainsi le destin des Violets. Avec 5800 spectateurs de moyenne, l'USBPA termine avec la sixième affluence de ce championnat.

Arrêt de la Fédérale 1 à cause de la pandémie de Covid-19 2020[modifier | modifier le code]

Pendant la saison 2019-2020, la Fédérale 1 est interrompue fin à cause de la pandémie de Covid-19 en France[9],[10]. L'USBPA leader de sa poule et troisième au niveau national ne peut pas jouer les phases finales.

Intégration en Nationale 2020[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2020-2021, l'USBPA intègre le nouveau championnat de France de Nationale.

Champion de France de Nationale 2021[modifier | modifier le code]

Le club termine second de Nationale derrière le Stade niçois et se qualifie en demi-finale à domicile au stade Marcel Verchère, contre le SC Albi. L'US bressane élimine les Albigeois (36-16) et accède à la finale à Bourgoin-Jallieu. Bourg-en-Bresse est alors promu en Pro D2. Le 5 juin, l'US Bressane bat les Audois du RC Narbonne sur le score de 26-16, ce qui permet aux Bressans de devenir les premiers champions de France de Nationale.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions jeunes
  • Championnat de France Reichel B :
    • Champion (1) : 2001
  • Championnat de France Cadets :
    • Champion (1) : 1985

Les finales de l'US Bresanne[modifier | modifier le code]

En championnat de France de deuxième division[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
1966 US bressane 12 – 3 Stade montluçonnais
1958 US bressane 16 – 5 Boucau Stade
1939 US bressane 5 – 3 FC Lourdes

En finale d'accession à la Pro D2[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
2018 US bressane * 27 – 24
23 – 18
Rouen NR

* L'US bressane s'impose au match aller à Rouen 24-27 et au match retour à Bourg-en-Bresse 23-18

En championnat de France de Nationale[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
2021 US bressane 26 –16 RC Narbonne

En championnat de France de Fédérale 1[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
2013 US bressane 15 – 13 CS Bourgoin-Jallieu

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Joueurs internationaux français[modifier | modifier le code]

Maurice Marius Terreau 17 sélections en équipe nationale.
Lionel Nallet l'un des symboles de la formation bressane.

Joueurs internationaux étrangers[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Plaque de la tribune Pierre Senetaire.

Identité du club[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Les joueurs portent des maillots violets.

[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Plan du stade

Temple du rugby à Bourg-en-Bresse, le stade porte le nom de Marcel Verchère qui doit son nom à un joueur trois-quarts aile du club décédé le à la suite d'un plaquage lors d'une rencontre contre l'Union sportive Oyonnax le dimanche . Surnommé le chaudron violet grâce aux nombreux supporters fidèles au club, le stade a une capacité totale de 11 500 places places dont 6 316 places assises.

Le stade compte trois tribunes[12] :

  • au sud, la tribune Pierre Senetaire a une capacité de 1 600 places assises et comprend le salon VIP ;
  • au nord, la tribune Nord ou tribune CGT comporte 3 244 places assises ;
  • à l'est, la tribune Est possède 1 472 places assises et celle-ci permet d'accueillir les supporteurs visiteurs.

À ces 6 316 places assises s'ajoutent 5 184 places debout réparties dans le stade.

Rivalité[modifier | modifier le code]

L'Union sportive bressane Pays de l'Ain partage une rivalité avec l'US Oyonnax. En effet, les communes de Bourg-en-Bresse et d'Oyonnax ne sont séparées que d'une cinquantaine de kilomètres, mais elle est également due au décès de Marcel Verchère, joueur de l'US bressane, à la suite d'un plaquage lors d'une rencontre entre les deux équipes le [13].

Les deux équipes se retrouvent dans le championnat de Pro D2 en 2018 - 2019 et les deux matchs se sont déjà joués. Le premier (à Oyonnax) s'est soldé par une large victoire des oyomen le (49-16). Le second, s'est déroulé au stade Marcel Verchère de Bourg-en-Bresse devant 9 853 spectateurs (). Les violets se sont imposés 21-17.

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Société anonyme sportive professionnelle dont le président est Jean-Pierre Humbert.

Direction du club[modifier | modifier le code]

  • Président SASP : Jean-Pierre Humbert
  • Vice-présidents : Jacques Page et Georges Chenaux
  • Administrateurs : Patrick Thion et Christian Duclos
  • Présidents de l'association : Bernard Borron

Effectif[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Dernier club Arrivée au club
Victor Damian Arias Pilier Drapeau de l'Argentine Argentine - US Montauban 2018
François Bordewie Pilier Drapeau de la France France - US Carcassonne 2018
Quentin Drancourt Pilier Drapeau de la France France - US Carcassonne 2016
David Jacquet Pilier Drapeau de la France France - SO Chambéry 2015
Willem Johannes Harmse Pilier Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - RC Narbonne 2013
Vazha Kapanadze Pilier Drapeau de la Géorgie Géorgie - FC Grenoble 2019
Anthony Martin Pilier Drapeau de la France France - Rouen NR 2020
Clément Jullien Talonneur Drapeau de la France France - US Carcassonne 2017
Paul Sauzaret Talonneur Drapeau de la France France - Castres olympique 2020
Quentin Traversier Talonneur Drapeau de la France France - SO Chambéry 2017
Bence Roth Deuxième ligne Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau : Hongrie Lyon OU 2018
Marius Antonescu Deuxième ligne Drapeau de la Roumanie Roumanie Drapeau : Roumanie Tarbes PR 2020
Koen Bloemen Deuxième ligne Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas Montpellier HR 2020
Cyril Veyret Deuxième ligne Drapeau de la France France - Tarbes PR 2016
Charles Antoine Benoit Troisième ligne Drapeau de la France France - Lyon OU 2018
Simon Bornuat Troisième ligne Drapeau de la France France - AS Mâcon 2010
Adrien Buatier Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2010
Dimitri Jean-Etienne Troisième ligne Drapeau de la France France - CS Bourgoin-Jallieu 2016
Loïc Baradel Troisième ligne centre Drapeau de la France France - FC Grenoble 2019
Lucas Lyons Troisième ligne centre Drapeau de la France France - Limoges rugby 2018
Florent Campeggia Demi de mêlée Drapeau de la France France - Rouen NR 2020
Antoine Cléard Demi de mêlée Drapeau de la France France - Oyonnax rugby 2020
Titouan Guilon Demi de mêlée Drapeau de la France France - AS Mâcon 2017
Grégory Maiquez Demi de mêlée Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau : Espagne AS Mâcon 2011
Paul Mazeau Demi d’ouverture Drapeau de la France France - Formé au club 2016
Peter Nelson (en) Demi d’ouverture Drapeau du Canada Canada Drapeau : Canada Seawolves de Seattle 2020
Mathis Viard Demi d’ouverture Drapeau de la France France - CS Bourgoin-Jallieu 2018
Alexandre Badet Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2016
Benjamin Doy Centre Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau : Suisse Formé au club 2015
Pierre Dupouy Centre Drapeau de la France France - Section paloise 2020
Arnaud Perret Centre Drapeau de la France France - Lyon OU 2008
Émile Cailleaud Ailier Drapeau de la France France - Pays d'Aix RC 2012
Dimitri Doucet Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2014
Audric Sanlaville Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2016
Pierre Santallier Ailier Drapeau de la France France - AS Mâcon 2016
Hugo Dupont Arrière Drapeau de la France France - US Romans-Péage 2016
Christiaan Erasmus Arrière Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - RC Aubenas 2020

Le staff[modifier | modifier le code]

  • Entraîneurs : Yoann Boulanger, Thomas Choveau, Alexis Lalarme (analyste vidéo et skills) Brice Cornu (préparateur physique) et Paul Glaise (préparateur physique).

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. championnite signifie : débauchage de joueurs, amateurisme, marrons, violence etc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Garcia 1996, p. 256.
  2. Mérillon 1990, p. 322.
  3. Mérillon 1990, p. 50.
  4. Mérillon 1990, p. 53.
  5. Fabrice Redon, « L'épopée 1966 des rugbymen du Stade Montluçonnais », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 14 septembre 2019).
  6. Mérillon 1990, p. 323.
  7. Mérillon 1990, p. 228.
  8. Thibault Perrin, « Pro D2 - Un club a-t-il déjà été relégué avec 60 points comme Bourg-en-Bresse ? », sur lerugbynistere.fr, (consulté le 8 avril 2021).
  9. AFP, « La FFR décide de l'arrêt définitif de la saison des championnats amateurs », sur rugbyrama.fr, (consulté le 27 mars 2020).
  10. Bastien Mathieu, « COVID-19 : arrêt des compétitions de rugby amateur pour la saison 2019-2020 », sur ffr.fr, (consulté le 28 mars 2020).
  11. « Le Stade Marcel Verchère - USBPA Rugby (Bourg-en-Bresse / Ain) », sur USBPA (consulté le 18 janvier 2020)
  12. « Billetterie Stade - USBPA Rugby (Bourg-en-Bresse / Ain) », sur USBPA (consulté le 19 janvier 2020)
  13. « Qui était Marcel Verchère ? », sur usbparugby.com (consulté le 7 février 2010).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le Challenge Yves du Manoir : Histoire du rugby, Paris, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 2-7027-0395-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guy Leduc et Karine Gassmann (préf. Denis Lalanne), Violets... à plus d'un titre : un siècle de rugby bressan, Bourg en Bresse, Textoeditions, , 320 p., relié (ASIN B01LW74P2X)
  • Collectif, Le grand livre du rugby francais 1981-1982, FMT Éditions, , 1678 p., relié (ASIN B003WZ35DO)

Liens externes[modifier | modifier le code]