Club sportif Bourgoin-Jallieu rugby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
CS Bourgoin-Jallieu
Logo du CS Bourgoin-Jallieu
Généralités
Nom complet Club sportif Bourgoin-Jallieu rugby
Surnoms CSBJ
Les ciel et grenat
Noms précédents Club sportif bergusien
Fondation 1906
Statut professionnel 1995-2017
Couleurs Bleu ciel et grenat
Stade Stade Pierre-Rajon
(9 441 places)
Siège Stade Pierre-Rajon
73 avenue du professeur Tixier
38300 Bourgoin-Jallieu
France
Championnat actuel Nationale (2021-2022)
Président Henri-Guillaume Gueydan
Entraîneur Sébastien Tillous-Borde
Grégoire Pintiaux (adjoint)
Meilleur buteur Alexandre Péclier (1 465 pts)
Site web csbj-rugby.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat D1 - Groupe B (1)
Championnat D2 (3)
International[Note 1] Challenge européen (1)

Maillots

Kit left arm CSBJ domicile.png
Kit body CSBJ domicile.png
Kit right arm CSBJ domicile.png
Kit shorts CSBJ domicile.png
Kit socks CSBJ domicile.png
Domicile
Kit left arm CSBJ extérieur.png
Kit body CSBJ extérieur.png
Kit right arm CSBJ extérieur.png
Kit shorts CSBJ extérieur.png
Kit socks CSBJ extérieur.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Nationale 2021-2022
0

Le Club sportif Bourgoin-Jallieu rugby (CS Bourgoin-Jallieu) est un club de rugby à XV français basé à Bourgoin-Jallieu, en Isère.

Le CSBJ a notamment remporté trois fois le championnat de France de deuxième division en 1965, 1971 et 1973 ainsi que le groupe B en 1984. Le club a surtout été vice-champion de France et vainqueur du challenge européen en 1997.

Il participe pour la saison 2021-2022 au championnat de Nationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Alexandre Peclier meilleur réalisateur du club avec 1 465 points.

Le rugby apparaît à Bourgoin[Note 2] dès 1897 grâce à un nommé Fischer, jeune fils d'un notaire, de retour d’Angleterre, qui proposa quelques parties à ses condisciples du collège de la ville.

Le club proprement dit naît en 1906 (le cinquième de l’Isère, après Grenoble, Vienne, Vizille et La Mure) sous le nom de « Club sportif bergusien », les Bergusiens étant les habitants de Bourgoin. Les couleurs du club, ciel et grenat, sont les couleurs du club de football anglais d'Aston Villa qu'un étudiant anglais originaire de Birmingham supportait. Il les proposa donc lors de la création du club[1].

Dans l'entre-deux-guerres, le club joue au deuxième niveau du rugby français (appelé Honneur, Excellence A ou deuxième division suivant les époques), avec de brefs passages en promotion (troisième division).

A la reprise en 1943, Bourgoin ne fait pas parti des 95 clubs retenu pour jouer le championnat de France et doit se contenter de la Coupe de France. En 1946, après une défaite à Gap pour le compte du quatrième tour de la Coupe de France, Bourgoin est éliminé ce qui provoque une crise au sein du club. La décision est alors prise de faire appel à une colonie de joueurs catalan. (Seguy, Salvat,Taillade, Marciaq et Théron) rejoignent ainsi le club[2].

En 1948, la FFR entreprend la réorganisation des compétitions et le club de Bourgoin est classé au troisième niveau national (toujours appelé Honneur). L'entraîneur est le Catalan Jacques Palat, ancien de l'USA Perpignan[3]. Bourgoin remonte en deuxième division en 1951 malgré une défaite en demi-finale contre Saint-Girons SC[4].

Stabilisation en Deuxième division (1952-1965)[modifier | modifier le code]

À partir de 1952, le CSB se maintient systématiquement en deuxième division. Il prend le nom de Club sportif Bourgoin-Jallieu en 1956[réf. nécessaire], même si les deux communes ne sont officiellement réunies qu'en 1967.

Champion de France de deuxième division 1965

L'intersaison voit l'arrivée d'André Pagès, entraîneur/joueur qui a fait ses preuves à Saint-Claude. Le collectif berjallien peine à trouver ses marques lors de la phase aller avant de remporter six matchs sur sept lors de la phase retour[5]. Qualifié, Bourgoin élimine ensuite l'ASPTT Paris, Pézenas, Côte-vermeille et Gaillac. En finale du championnat 1965, le CSBJ remporte son premier titre d’importance, le championnat d’Excellence (14-6 a.p. contre Beaumont-de-Lomagne en finale à Avignon), et monte pour la première fois en première division, appelée alors Nationale.

Montées et descentes (1965-1984)[modifier | modifier le code]

Débuts difficiles en première division

Les débuts en première division sont difficiles, Bourgoin termine dernier de sa poule en 1966 mais est sauvé par la FFR. En effet, les dernières places pour le 1967 sont attribués à la discrétion du comité de direction de la FFR entre les demi-finaliste du championnat de France de deuxième division et les derniers de leur poule de première division. La Fédération choisit de repêcher le Stade toulousain, le SBUC, l'US Tyrosse, le CS Bourgoin-Jallieu et le SC Mazamet[6].

Champion de France de deuxième division 1971

Le club va ensuite faire l’ascenseur pendant une vingtaine d’années : descente en 1968, remontée en 1971 (avec le titre de champion de deuxième division à la clé, grâce à une victoire 15 à 6 contre Pamiers, à Avignon), nouvelle descente en 1972.

Champion de France de deuxième division 1973

Le club va ensuite remonter en 1973 (avec un troisième titre de champion de deuxième division : victoire 10 à 6 contre Le Creusot, à Roanne) puis, de nouveau, descente en 1979 alors que Marc Cécillon fait ses premières apparitions sous le maillot ciel et grenat[7].

Vice-champion de France groupe B 1982

Après une remontée en 1982 (défaite en finale du championnat de France groupe B contre Aire-sur-l'Adour), il quitte l’élite une dernière fois l'année suivante.

Champion de France groupe B 1984

Le club va ensuite remonter en 1984 avec le titre de champion de France groupe B acquis contre Le Creusot sur le terrain de Bourg en Bresse.

Premiers résultats en groupe A (1984-1993)[modifier | modifier le code]

Bourgoin s’acclimate rapidement au groupe A. Pour son retour dans l’élite, le club se qualifie pour les huitièmes de finale du Championnat après une victoire contre Tarbes, quart de finaliste la saison précédente en match de barrage.

La saison suivante voit l'arrivée du pilier international de Nice Hervé Chabowski mais elle sera difficile et Bourgoin, septième seulement de sa poule de dix clubs et qui sera reversé dans le groupe A2. Bourgoin est invité cette année-là à disputer le prestigieux Challenge Yves du Manoir mais échoue à se qualifier.

Le club remonte immédiatement avec un nouveau huitième de finale perdu contre le Racing CF, futur finaliste de la saison 1986-1987. En Challenge, Bourgoin ne participe pas aux phases finales.

En 1988, Bourgoin, cinquième de sa poule manque de peu la qualification en huitième de finale du Championnat malgré un succès de prestige contre le Stade toulousain à Pierre-Rajon[8]. En Challenge, Bourgoin obtient sa première qualification pour les phases finales. Il est ensuite éliminé par l'US Dax, futur finaliste de l'épreuve en huitième de finale, par 13 à 9 après prolongations.

En 1989, Bourgoin manque encore de peu la qualification en Championnat malgré une deuxième victoire consécutive contre le Stade toulousain à Rajon. Bourgoin dispute aussi une demi-finale du Challenge perdu contre le Biarritz olympique de Serge Blanco[9].

En 1990 et 1991, Bourgoin manque encore la qualification tant en Championnat qu'en Challenge. Enfin, en 1992, la club en progrès termine quatrième de sa poule mais est éliminé dès les seizièmes de finale par l'US Dax pourtant moins bien classé.

La saison 1992-1993 voit l'arrivée au CSBJ de trois joueurs emblématiques Michel Malafosse de Grenoble et le néo-zélandais David Morgan[10] qui rejoint un an après son compatriote Nigel Geany[11], les deux joueurs ayant évolué ensemble à Wellington. Cette année là, Bourgoin doit disputer un match de barrage contre Saint-Gaudens battu 40 à 8. En Challenge, Bourgoin termine dernier de sa poule et n'est pas invité la saison suivante.

Années glorieuses (1994-2010)[modifier | modifier le code]

Grâce à de bonnes générations de jeunes, le CSBJ parvient régulièrement à bien figurer mais sans jamais s’imposer au sommet. Outre l'entraîneur Michel Couturas qui va révolutionner le jeu berjallien[12], Il commence à réaliser un recrutement important avec notamment l'arrivée de Dominique Mazille, demi de mêlée des mammouths de Grenoble avec qui il vient de perdre une finale de championnat controversée[13], Gilbert Brunat et Frédéric Nibelle deux autres Grenoblois en manque de temps de jeu, Alexandre Chazalet du Valence sportif et aussi le retour au club du redoutable buteur Patrice Favre en provenance de Nice.

Bourgoin atteint pour la première fois de son histoire les quarts de finale du Championnat en 1994. Il est alors éliminé par Dax 18-9 du trois-quart centre international Thierry Lacroix, meilleur réalisateur du championnat.

Une demi-finale au goût amère 1995

En 1995, Bourgoin atteint pour la première fois les demi-finales du Championnat en 1995[14] perdue avec un fort sentiment de frustration contre le futur champion, le Stade toulousain à la suite d'un essai polémique d'Émile Ntamack dans les arrêts de jeu alors que Bourgoin menait par 10 à 9[15],[16],[17],[18]. Le président Daniel Garnier du CSBJ voulait alors porter l'affaire en justice si la FFR n'invalidait pas le résultat[19].

Deux semaines plus tard, le club remporte le Challenge Jean Bouin (match pour la troisième place) devant le RC Toulon. La même année, Bourgoin atteint les quarts de finale du Challenge Yves du Manoir, battu par Montferrand.

En 1996, Bourgoin atteint les quarts de finale du Championnat où il est battu par la Section paloise tandis qu'il échoue à se qualifier en Challenge.

L'année fameuse des trois finales 1997
  • Vice-champion de France
Parc des Princes à Paris où le CSBJ affronte le Stade toulousain en finale.

La saison 1996-1997 voit l'arrivée au club de Pierre Raschi d'Oyonnax, de Laurent Leflamand de Grenoble et de Jean Daudé de Nîmes et le CSBJ atteint enfin la finale, qu’il perd contre le Stade toulousain.

  • Vainqueur de la conférence européenne

Cette année 1996-1997 reste la meilleure du club car il enlève le premier titre du Challenge européen, la « deuxième » Coupe d’Europe, contre Castres.

Équipe victorieuse de la finale de la Conférence européenne en 1997 :


Sont entrés en cours de jeu : Patrice Favre, Frédéric Nibelle, David Morgan et Jean-François Martin-Culet

  • Finaliste de la Coupe de France

Le club atteint aussi la finale de la Coupe de France, défait par la Section paloise.

Le CSBJ est durant deux saisons le meilleur club français derrière le Stade toulousain, de par ses résultats et son centre de formation de très haut niveau.

Demi-finaliste du championnat 1999

En 1999, le club s’incline en demi-finale du championnat une fois encore contre le Stade toulousain comme 4 ans plus tôt.

Finaliste du Challenge européen 1999

Le club s’incline en finale du Challenge européen face à l’AS Montferrand.

Finaliste de la Coupe de France 1999

Le CSBJ perd aussi la finale de la Coupe de France contre le Stade français.

Record de matchs consécutifs sans défaite à domicile (2002-2006)
Le CSBJ face au Stade toulousain.

Bourgoin réalise une série de 46 matchs consécutifs sans défaite au stade Pierre Rajon entre 2002 et 2006[20].

Double finaliste Coupe de la Ligue et Challenge Sud-Radio 2003

En 2003, le club échoue également en finale de coupe de la Ligue contre le Stade rochelais et en finale du challenge Sud-Radio défait par le Castres olympique 27-26.

Double demi-finaliste du championnat 2004 et 2005
Le CSBJ contre le Munster en Coupe d'Europe en 2006.

Deux nouvelles demi-finales du championnat de France sont jouées en 2004 perdue contre le Stade français et en 2005 perdue face au Biarritz olympique, les deux futurs vainqueurs du championnat.

Finaliste du Challenge européen 2009

Les ciel et grenat disputent une nouvelle finale de Challenge européen en 2009 perdue contre les Northampton Saints.

Le journal Midi olympique annonce le que les dirigeants du CSBJ, qui ont repris le club à Pierre Martinet en pour un euro symbolique, doivent fournir près de deux millions d’euros avant le sous peine de voir leur équipe descendre en Pro D2 pour cause financière, ces deux millions d’euros étant la dette laissée par Martinet et donc la somme qu’il exigeait pour la reprise du club avant de finalement se mettre d’accord avec les repreneurs pour un euro symbolique. Le , René Flamand annonce publiquement que le CSBJ est stable financièrement grâce notamment à deux subventions institutionnelles, d’un côté 574 000 euros de la municipalité de Bourgoin-Jallieu et 500 000 euros du conseil général de l’Isère, le reste étant versé par des partenaires privés[21]. Les saisons 2008-2009 et 2009-2010 sont assez bonnes mais sans grands succès.

Entre la Pro D2 et la Fédérale 1 (2011-2020)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2010-2011, le club craque et ne suit plus, étant encore à la peine financièrement. Malgré le renfort de nombreux joueurs prometteurs, le CSBJ ne gagne que deux matchs de championnat et se retrouve aussi pénalisé de cinq points pour raison financière. Les défaites se suivent et empirent avec en point d'orgue une défaite 14 à 44 à domicile contre La Rochelle. Le CSBJ finit bon dernier du Top 14 après 27 ans consécutifs passés en première division.

Lors de l'inter-saison, les événements semblent pourtant aller pour le mieux : Serge Kampf comble totalement le déficit budgétaire de la saison précédente et les comptes sont remis à zéro. Le retour de Laurent Seigne avec un nouveau sponsor et un recrutement intelligent laissent espérer un retour rapide et éclatant du CSBJ en Top 14.

Hélas, les résultats peinent à convaincre. À la suite d'une mésentente entre les entraîneurs et les joueurs, le club subit plusieurs défaites d'affilée, le rapprochant potentiellement de la relégation et du spectre de la saison précédente. L'annonce d'un nouveau déficit budgétaire de 1,3 million d'euros minimum aggrave la situation et provoque le départ du président Gaston Maulin et du manager Laurent Seigne, remplacés à la hâte par le président de l'association et par l'entraîneur du centre de formation. Les résultats ne se font pas attendre puisque le jeu revient ainsi que les victoires probantes qui permettent au club de finir le championnat en milieu de tableau, loin cependant de la remontée immédiate prévue.

Descente en Fédérale 1 et retour en Pro D2 2003

Lors de l'inter-saison, la police financière du rugby annonce une rétrogradation en Fédérale 1 si la situation financière n'est pas assainie au deuxième rendez-vous. Malgré une mobilisation des supporteurs et des PME locales permettant de combler apparemment le déficit, la DNACG confirme la rétrogradation du club en Fédérale 1, et malgré les différents recours auprès de la Fédération Française de Rugby, du CNOSF et du tribunal administratif, la sanction est entérinée. Le club décide alors de dissoudre la section professionnelle afin d'éloigner le spectre d'une liquidation judiciaire du club et de démarrer le championnat de Fédérale 1 avec un bilan financier en bénéfice financier.

L’année suivante, le CS Bourgoin-Jallieu est promu en Championnat Pro D2 après sa victoire en demi-finale face à l'US Montauban. Bourgoin termine la saison 2013-2014 de Pro D2 à la huitième place du classement[22], en remportant notamment une victoire dans le derby face au futur champion de France le Lyon OU[23]. Lors de cette saison, l'équipe Reichel de Bourgoin atteint également les demi-finales du championnat de France[24].

Descente en Fédérale 1 après liquidation judiciaire 2017

Le , le club est placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Vienne[25]. Il termine dernier de la Pro D2, est relégué en Fédérale 1 pour la saison 2017-2018 où il termine neuvième de la poule 1. La saison suivante, l’aventure se termine en 1/4 de finale contre Blagnac. L'année 2017 marque enfin la fin des soucis financiers du club avec une restructuration profonde du club.

Lors de la saison 2018-2019, le CSBJ termine premier de la poule 4 devant Dijon, mais s'incline de peu en quart de finale du trophée Jean-Prat contre Blagnac (16-21 et 13-12).

La saison 2019-2020 est plus compliquée. Le club figure dans une poule 2 relevée, en compagnie de Bourg-en-Bresse et de Narbonne, et figure à la cinquième place au moment où le championnat est arrêté pour cause de pandémie de Covid-19.

Intégration au championnat de France Nationale 2020[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2020-2021, le CSBJ intègre le nouveau championnat de France de Nationale et termine à la huitième place avec 45 points puis à la onzième place avec 59 points la saison suivante.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Kit left arm CSBJ domicile.png
Kit body CSBJ domicile.png
Kit right arm CSBJ domicile.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Couleurs
CSBJ

[modifier | modifier le code]

Rivalités[modifier | modifier le code]

Bourgoin partageait anciennement une rivalité avec le FC Grenoble dans le « derby isérois » et aussi avec le Lyon OU dans un derby rhônalpin.

Dans le championnat de Nationale, les derbies face à Chambéry et Valence Romans font partie des rencontres les plus attendues de la saison.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du CS Bourgoin-Jallieu
Compétitions nationales Compétitions internationales
Championnat de France
Challenge Jean Bouin
Challenge Yves du Manoir
  • Demi-finaliste : 1989
Coupe de France
Coupe de la Ligue
Challenge Sud-Radio
Championnat de France groupe B
  • Champion : 1984[29]
  • Vice-champion : 1982[30]
Championnat de France D2
Championnat de Fédérale 1
  • Vice-champion : 2013
Challenge européen
Autres Compétitions Équipes de jeunes
Challenge Brennus
  • Vainqueur : 1910
Bouclier de Bourgogne
  • Vainqueur (3) : 1976, 1982, 1988
Challenge de l'Espérance
  • Finaliste : 1980, 1994
Challenge Armand Vaquerin
Championnat de France des Réserves
  • Champion (3) : 1972 (division Nationale)[36], 1998 (Espoirs), 1999 (Elite B)
  • Vice-champion : 1997 (Espoirs)
Championnat de France Fédéral B
Championnat de France Reichel
Championnat de France Crabos
Championnat de France Alamercery
  • Vice-champion : 2009
Challenge Sud-est Balandrade
Super Challenge de France
Championnat de France Minimes (UFOLEP)
  • Vice-champion : 1997

Les finales de Bourgoin-Jallieu[modifier | modifier le code]

On accède à l’article qui traite d’une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Championnat de France
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
Stade toulousain CS Bourgoin-Jallieu 12-6 Parc des Princes, Paris 44 000
Challenge Jean Bouin
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
CS Bourgoin-Jallieu RC Toulon 45-38
(mt 19-20)
Stade Jean Bouin, Paris 12 000
Challenge européen
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
CS Bourgoin-Jallieu Castres olympique 18-9 Stade de la Méditerranée, Béziers 10 000
AS Montferrand CS Bourgoin-Jallieu 35-16 Stade de Gerland, Lyon 31 986
Northampton Saints CS Bourgoin-Jallieu 15-3 The Stoop, Twickenham 9 260
Coupe de France
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
Section paloise CS Bourgoin-Jallieu 13-11 Stade des Costières, Nîmes 15 732
Stade français Paris CS Bourgoin-Jallieu 27-19 Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne 22 000
Coupe de la Ligue
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
Stade rochelais CS Bourgoin-Jallieu 22-20 Stade Marcel-Deflandre, La Rochelle 4 500
Challenge Sud-Radio
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
Castres olympique CS Bourgoin-Jallieu 27-26 Parc des sports et de l'amitié, Narbonne 5 000
Championnat de France groupe B
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
Avenir aturin rugby CS Bourgoin-Jallieu 16 - 15[38] Stade de la Mosson, Montpellier 3 309
CS Bourgoin-Jallieu CO Le Creusot 19 - 12[39] Stade Marcel-Verchère, Bourg-en-Bresse 12 000
Championnat de France de deuxième division
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
CS Bourgoin-Jallieu Stade beaumontois 14 - 6[40] Stade de Saint-Ruf, Avignon
CS Bourgoin-Jallieu SC Pamiers 15 - 6[41] Stade de Saint-Ruf, Avignon 5 467
CS Bourgoin-Jallieu CO Le Creusot 10 - 6[42] Parc des Sports, Roanne 9 395
Challenge de l'Espérance
Date Vainqueur Finaliste Score Lieu Spectateurs
SC Tulle CS Bourgoin-Jallieu 24 - 19 Stade Jean-Alric, Aurillac 7 600
SC Graulhet CS Bourgoin-Jallieu 22 - 21 Stade Alexandre-Cueille, Tulle

Personnalités[modifier | modifier le code]

Internationaux français que le club a fournis[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Capitaines[modifier | modifier le code]

Joueurs formés au club sacrés champions du monde des moins de 20 ans[modifier | modifier le code]

Effectif 2022-2023[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Dernier club Arrivée au club
Maxime Caillet Pilier (19 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Rossouw de Klerk (en) Pilier (32 ans) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Southern Kings 2020
Adrien Devisme Pilier (27 ans) Drapeau de la France France - RC Massy 2021
Romain Favaretto Pilier (22 ans) Drapeau de la France France - Blagnac rugby 2022
Rémy Gaborit Pilier (29 ans) Drapeau de la France France - RC Strasbourg 2019
Michaël Simutoga Pilier Drapeau de la France France - FC Grenoble 2021
Oktay Yilmaz Pilier Drapeau de la France France - USON Nevers 2022
Maxime Castant Talonneur (26 ans) Drapeau de la France France - US Carcassonne 2022
Mohammed Khribache Talonneur (34 ans) Drapeau du Maroc Maroc - Stade montois 2020
Jordy Perez Talonneur (22 ans) Drapeau de la France France - US Carcassonne 2021
Kilian Tripier Talonneur (25 ans) Drapeau de la France France - US Montauban 2021
Léandre Cotte Deuxième ligne (32 ans) Drapeau de la France France - Valence Romans DR 2020
Leroy Henry-Jack Deuxième ligne (25 ans) Drapeau des Îles Cook Îles Cook Onewhero RFC 2021
Jonathan Kpoku Deuxième ligne (23 ans) Drapeau de l'Angleterre Angleterre - Coventry RFC 2022
Kemueli Lavetanakoroi Deuxième ligne (28 ans) Drapeau des Fidji Fidji - Union Cognac Saint-Jean-d'Angély 2022
Mattéo Broeders Troisième ligne aile (21 ans) Drapeau de la France France - Lyon OU 2021
Kevin Chaudouard Troisième ligne aile (26 ans) Drapeau de la France France - RC Aubenas 2020
Théo Lepage Troisième ligne aile (30 ans) Drapeau de la France France - SO Chambéry 2022
Bynjamin Rabatel Troisième ligne aile (24 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Kevin Rivoire Troisième ligne aile (27 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Théophile Cotte Troisième ligne aile (29 ans) Drapeau de la France France - USON Nevers 2022
Robin Gascou Troisième ligne centre (23 ans) Drapeau de la France France - SO Chambéry 2022
Laki Lee Troisième ligne centre (28 ans) Drapeau des Samoa Samoa - SC Graulhet 2021
Poutasi Luafutu Troisième ligne centre (34 ans) Drapeau de l'Australie Australie - Provence Rugby 2020
William Hutteau Demi de mêlée (24 ans) Drapeau de la France France - RC Vannes 2020
Adrien Pontarollo Demi de mêlée (21 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Maxime Sidobre Demi de mêlée (23 ans) Drapeau de la France France - Sporting Club appaméen 2021
Nicolas Vuillemin Demi d'ouverture (31 ans) Drapeau de la France France - USON Nevers 2022
Benjamin Noble Demi d'ouverture (25 ans) Drapeau de la France France - Soyaux Angoulême XV 2021
Christopher Bosch (en) Centre (30 ans) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Griquas 2018
Axel Derderian Centre (21 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Isaiah Leota Centre (26 ans) Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Verona Rugby (it) 2022
Pieter Morton Centre (30 ans) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - RC Massy 2022
Matthieu Nicolas Centre (35 ans) Drapeau de la France France - SO Chambéry 2015
Rémy Bouet Ailier (30 ans) Drapeau de la France France - Formé au club -
Makalea Foliaki Ailier (25 ans) Drapeau de la France France - Union Cognac Saint-Jean-d'Angély 2021
Quentin Lefort Ailier (25 ans) Drapeau de la France France - Union Cognac Saint-Jean-d'Angély 2021
Pablo Patilla Ailier (19 ans) Drapeau de la France France - US Carcassonne 2021
Nicolas Cachet Arrière (30 ans) Drapeau de la France France - US Dax 2018
Romain Sola Arrière (34 ans) Drapeau de la France France - Provence Rugby 2021

Liste des entraîneurs[modifier | modifier le code]

Période Entraîneurs en chef Adjoint(s) Palmarès
1929-1934 André Lacoste
1934-1937 Jean Gudet
1937-1939 Henri Gigot
1941-1945 Jean Moiroud
1945-1946 Henri Gigot
1946-1947 Louis Théron
1947-1950 Jacques Palat
1950-1953 Maurice Bourron
1953-1955 Guy Bigorre
1955 Georges Guillaumet
1955-1956 Maurice Bourron
1956 Fernand Millon
1956-1959 Raymond Bouvarel
1959 Louis Théron
1959-1960 Jean Lahet
1960-1962 Raymond Bouvarel
1962-1964 François Montrucolis
1964 André Trévisanuto
1964-1969 André Pagés Champion de France D2 1965
1969-1974 Serge Dunet Champion de France D2 1971, champion de France D2 1973
1974-1980 Jacques Augier Bouclier de Bourgogne 1976, finaliste Challenge de l'Espérance 1980, finaliste Challenge Armand Vaquerin 1980
1980 Eloi Tujague Patrick Bernard
1980-1982 Patrick Bernard Vice-champion de France Groupe B 1982, Bouclier de Bourgogne 1982
1982-1983 Lilian Camberabero
1983-1984 Gérard Bonnet Michel Arnoldi Champion de France Groupe B 1984
1984-1986 Michel Arnoldi
1986-1988 François Anne Michel Arnoldi Bouclier de Bourgogne 1988
1988-1989 Gérard Bonnet Michel Arnoldi
1989-1990 Jean-Pierre Pesteil Michel Arnoldi
1990-1991 Henri Hyvrard Frédéric Chevarin
1991-1993 René Benoit-Guerindon Bernard Thomas
1993-1994 Michel Couturas Bernard Ferret Finaliste Challenge Armand Vaquerin 1994, finaliste Challenge de l'Espérance 1994
1994-2000 Alain Revol Vainqueur Challenge Jean Bouin 1995, vainqueur Challenge Armand Vaquerin 1997, vainqueur Challenge européen 1997, vice-champion de France 1997, finaliste Coupe de France 1997 et 1999, finaliste Challenge européen 1999
2000-2001 Jean-François Tordo Jean-Henri Tubert
2001-2002 Hervé Roche
2002 Hervé Roche Alexandre Chazalet
2002-2004 Philippe Saint-André Laurent Seigne Finaliste Coupe de Ligue 2003 et finaliste Challenge Sud-Radio 2003
2004 Laurent Seigne
2004-2005 Laurent Seigne Guy Tourlonias
2005-2007 Christophe Urios Guy Tourlonias
2007-2008 Éric Catinot Pierre Raschi
2008-2011 Xavier Péméja Finaliste Challenge européen 2009
2011 Laurent Mignot Stéphane Orjollet
2011-2012 Laurent Seigne Jean-François Beltran
2012 Jean-François Beltran Laurent Mignot
Stéphane Orjollet
2012-2013 Laurent Mignot Pascal Peyron et
Stéphane Orjollet
Vice-champion 1re division fédérale 2013
2013-2014 Pascal Peyron et
Alexandre Péclier
2014-2015 Pascal Peyron Alexandre Péclier
Florian Ninard
2015-2016 Serge Laïrle Alexandre Péclier
Florian Ninard
2016-2017 Richard McClintock Alexandre Péclier
2017-2019 Jean-Henri Tubert Fabien Boyet
2019-2021 Anton Moolman
2021- Sébastien Tillous-Borde Grégoire Pintiaux

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. À cette date, et jusqu'en 1967, les communes de Bourgoin et de Jallieu sont distinctes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Club Sportif Bourgoin-Jallieu », sur histoire.maillots.free.fr (consulté le ).
  2. Billet 2006, p. 22.
  3. Billet 2006, p. 23.
  4. « Saint-Girons fête ses anciens », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  5. Billet 2006, p. 30.
  6. Billet 2006, p. 33.
  7. Billet 2006, p. 44.
  8. « Les 1000 matches de Guy Novès », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le )
  9. Mérillon 1990, p. 331.
  10. « Gloups, c’est la coupe du monde de rugby en 2015 ! #6 », sur glou-glou.fr (consulté le ).
  11. (en) « New Zealand Rugby History - Nigel Patrick Geany », sur rugbyhistory.co.nz (consulté le ).
  12. « Michel Couturas, l'«alchimiste venu du sud-ouest» », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le ).
  13. « Grenoble : les mammouths et le gratin », sur www.ladepeche.fr.
  14. Nicolas Zanardi, « « C'était Bourgoin-Joyeux », le grand roman d'un village qui voulait conquérir le monde », sur midi-olympique.fr, Midi olympique, (consulté le ).
  15. « Toulouse croque Bourgoin sur un essai d'escroc », sur liberation.fr.
  16. « Daroque : « On m'a proposé un chèque en blanc !» », sur ladepeche.fr.
  17. « Couturas, le rugby dans la peau », sur ledauphine.com.
  18. « "Le pire, un cauchemar... Putain, on y était, en finale" - Le ciel est tombé sur Bourgoin. Toute la ville y croyait. Retour sur une semaine d'euphorie partagée », sur liberation.fr
  19. « Rugby : Bourgoin veut porter plainte », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le ).
  20. Vincent PROD’HOMME, « Bourgoin-Jallieu : connaissez-vous bien le stade Pierre-Rajon ? », sur ledauphine.com, (consulté le ).
  21. Bourgoin rassure, sport.fr, 7 juin 2009, consulté le 4 juillet 2009.
  22. « Bourgoin, club populaire », sur ledauphine.com, (consulté le ).
  23. « 25e journée Pro D2 - Bourgoin s'offre le derby et le prestige », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  24. « Les Reichel du FC Grenoble en finale », sur http://metro-sports.fr, (consulté le ).
  25. « Rugby : le club de Bourgoin-Jallieu (CSBJ) en liquidation judiciaire », sur europe1.fr, (consulté le ).
  26. « 1ère division - 1996-1997 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  27. « Coupe de la Ligue 2003 », sur finalesrugby.fr
  28. « Challenge Sud Radio 2003 », sur finalesrugby.fr.
  29. « PALMARÈS », sur csbj-rugby.fr (consulté le ).
  30. « Le Palmarès du club (Club et Association) », sur csbjrugby-asso.fr (consulté le ).
  31. « 2ème division - Fédérale - 1964-1965 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  32. « 2ème division - Fédérale - 1970-1971 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  33. « 2ème division - Fédérale - 1972-1973 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  34. « Conférence européenne - 1996-1997 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  35. « Bouclier européen - 1998-1999 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  36. « Division Nationale - 1971-1972 », sur finalesrugby.fr (consulté le ).
  37. « Historique du SCF », sur superchallengedefrance.com (consulté le ).
  38. « GROUPE B 1981-1982 », sur finalesrugby.fr.
  39. « GROUPE B 1983-1984 », sur finalesrugby.fr.
  40. « 2e DIVISION FÉDÉRALE 1964-1965 », sur finalesrugby.fr.
  41. « 2e DIVISION FÉDÉRALE 1970-1971 », sur finalesrugby.fr.
  42. « 2e DIVISION FÉDÉRALE 1972-1973 », sur finalesrugby.fr.
  43. « Adieu Francis », sur aacsbj.over-blog.com (consulté le )
  44. « Bel hommage à Francis Gobbi », sur aacsbj.over-blog.com (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • CSBJ Rugby – Livre d'Or, CSBJ Rugby, .
  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le Challenge Yves du Manoir : Histoire du rugby, Paris, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 2-7027-0395X). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Paris, Éditions de La Martinière, , 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6).
  • Jean Arrouye, Pierre Sansot et Pierre Villepreux, Le rugby entre ciel et grenat, Bourgoin-Jallieu, Ville de Bourgoin-Jallieu, , 68 p. (ISBN 978-2-9510613-0-9).
  • Éric Clert et Céline Derbekian, Dans l'intimité du CS Bourgoin-Jallieu - Entrez au cœur du CSBJ Rugby, Musée Victor Charreton, .
  • Yves Billet, 1906-2006 - CSBJ RUGBY 100 ans – Du Grenat dans le Ciel, CSBJ Rugby, , 95 p..
  • Pierre Martinet (préf. Guy Savoy), Intraitable, Paris, Plon, , 272 p. (ISBN 2259282822).

Liens externes[modifier | modifier le code]