Eddie Jones (rugby à XV)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jones et Eddie Jones.
Eddie Jones
Description de l'image Eddie Jones Rugby.jpg.
Fiche d'identité
Naissance
à Burnie (Australie)
Position Talonneur
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a

1987–1989
Randwick
New South Wales
12 (0)


Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1994
1995–1996
1996
1997
1998–2001
2001–2005
2006
2007
2007
2007–2008
2008-2009
2009–2012
2012–2015
2015–
Randwick
Université Tōkai
Drapeau : Japon Japon (Adj.)
Suntory Sungoliath
Brumbies
Drapeau : Australie Australie
Saracens (Cons.)
Reds
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud (Cons.)
Saracens (Cons.)
Saracens
Suntory Sungoliath
Drapeau : Japon Japon
Drapeau : Angleterre Angleterre

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.

Eddie Jones, né le 30 janvier 1960, est un entraîneur de rugby à XV et un ancien joueur.

Commençant sa carrière d'entraîneur avec son ancien club de Randwick, il officie ensuite dans de nombreux clubs ou sélections. C'est ainsi qu'il dirige les Brumbies, remportant avec ces derniers l'édtion 2001 du Super 12. Il enchaîne avec le titre d'entraîneur de l'Australie de 2001 à 2005, conduisant les Wallabies à une finale de la Coupe du monde 2003.

Après des expériences en Europe, chez les Saracens, en Australie, en Afrique du Sud et au Japon, il dirige la sélection de ce dernier pays de 2012 à 2015.

En , Jones devient sélectionneur de sa troisième équipe nationale, l'équipe d'Angleterre, conduisant son équipe à un grand chelem dès sa première compétition lors du Tournoi des Six Nations 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Eddie Jones est le fils d'un militaire australien, occupant Tokyo avec les forces alliées après la Seconde guerre mondiale[1] et d'une américano-japonaise prénommée Nellie[2]. Celle-ci, après l'attaque de Pearl Harbor, est internée dans un camp. Le grand-père maternel d'Eddie Jones, cultivateur d'orange en Californie, rapatrie plus tard toute la famille au Japon où Nellie devient interprète[2].

Eddie Jones grandit à Sydney. Dès son enfance, à l'âge de cinq ans, il rencontre les jumeaux Glen et Mark Ella. Ils vont à la La Perouse primary school, puis Matraville High de la ville de Randwick[1]. Mark Ella révèle que Eddie Jones et ses deux sœurs sont parmi les élèves les plus brillant[3]. Bien que plus interessé par le rugby à XIII, l'un des sports national, il évolue en rugby à XV, sport privilégié aux alentours de Randwick[4]. C'est lors d'une recontre entre son équipe de Matraville et St Joseph’s College en 1974 que Bob Dwyer, alors entraîneur de Randwick découvre le joueur : bien que St Joseph soit le club le plus réputé du pays, Matraville s'impose de vingt points[4]. Quatre des joueurs de cette équipe, dont Eddie Jones qui évolue au poste de talonneur, font partie d'une équipe de scolaires australien qui sont surnommés Invincible après une tournée en Europe et au Japon en 1977[4]. Durant cette période, il fait également connaissance de Michael Cheika. Malgré sa petite taille, Eddie Jones parvient souvent à occuper le poste de titulaire à Randwick. Durant sa carrière dans ce club, il dispute le seul match disputé par celui-ci face aux All Blacks, une défaite 25 à 9[4]. Bien que souvent titulaire, c'est son jeune coéquipier Phil Kearns qui le prive de sélection avec l'Australie[4]. Il porte également le maillot de la New South Wales Rugby Union, disputant son dernier match avec l'équipe B de celle-ci lors d'une rencontre de la tournée 1989 des Lions britanniques et irlandais. Il rejoint ensuite l'Angleterre, pour évoluer avec les Leicester Tigers, disputant trois rencontres avec l'équipe première lors de la saison 1991-1992[1].

Première expérience d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Il retourne en Australie, entamant une carrière d'enseignant à l'International Grammar School de Sydney où il rencontre sa future femme, une Japonaise prénommée Hiroko[2], professeure de japonais et de géographie[3]. Toutefois, le rugby est toujours présent dans sa vie : il entraîne les élèves du lycée[2]. Il entraîne ensuite la réserve de Randwick[5]. Sa femme, devant le temps qu'il consacre au rugby, lui lance l'ultimatum d'être un entraîneur rémunéré ou d'arrêter d'entraîner[2],[3].

C'est ainsi qu'il obtient le poste d'entraîneur de l'université Tōkai au Japon. en 1996, où, en plus d'un rôle d'entraîneur, il doit occuper des tâches d'assistant[2]. C'est toutefois le rugby qui occupe la plus grande partie de son temps : devant s'occuper seul de 80 joueurs, il les partage en trois groupes qu'il entraîne de manière successive[2]. Grâce à la recommandation de Glenn Ella, alors entraîneur des arrières, il devient entraîneur des avants de la sélection japonaise dirigée par Iwao Yamamoto[5]. Celui-ci le recommande pour le poste d'entraîneur Suntory Sungoliath.

Entraîneur en Australie[modifier | modifier le code]

La place d'entraîneur des Brumbies se libérant avec la nomination de Rod Macqueen au poste d'entraîneur des Wallabies. Eddie Jones se voit confier le poste pour la saison 1998 de Super 12 grâce à l'appui d'anciens coéquipiers de Randwick[6]. Celle-ci se solde par une dixième place avec un bilan de trois victoires et huit défaites. La saison suivante, en 1999, les Brumbies terminent à la cinquième place avec cinq victoires et six défaites. Les Brumbies, avec seulement deux défaites en 2000, lors de la première journée face aux Blues puis plus tard face aux Waratahs, terminent à la première place de cette phase régulière. Les Brumbies éliminent les Cats sur le score de 28 à 5, mais s'inclinent en finale face aux Crusaders sur le score de 20 à 19[7].

Grâce à un nombre de bonus offensif plus important, les Brumbies terminent en tête de la saison régulière 2001, devant les Sharks, franchise sud-africaine qu'ils retrouvent ensuite en finale après s'être imposé face aux Queensland Reds[8]. En finale, ils s'imposent 36 à 6 face aux Sharks, devenant ainsi la première franchise non néo-zélandaise à remporter cette compétition[9]. Grâce à ce succès, il est désigné entraîneur de l'année dans cette compétition[10]. Le bilan de sa première expérience en Super 12 est de 28 victoires et 20 défaites en quatre saisons.

Il succède une nouvelle fois à Rod Macqueen en étant désigné en entraîneur des Wallabies[10]. Cette décision prend effet pour le Tri-nations 2001 remporté par les Australiens. Il est assisté de Glenn Ella, qui occupait déjà un rôle d'assistant technique au sein des Brumbies[11]. Il dirige son premier match face à l'Afrique du Sud, le 28 juillet, lors d'une défaite 20 à 15 à Pretoria[12]. Les Wallabies s'imposent ensuite face à la Nouvelle-Zélande au Carisbrook de Dunedin, où les Australiens restent sur douze défaites[13]. Ils font match nul 14 partout face aux Sprinboks avant de confirmer la victoire face aux All Blacks en s'imposant 29 à 26 à Sydney. Après une victoire 92 à 10 lors de la tournée en Europe, en novembre, face à l'Espagne[14], l'équipe d'Eddie Jones subit deux défaites, face à l'Angleterre sur le score de 21 à 15 puis la France par 14 à 13. L'Australie termine sa tournée par une victoire face au pays de Galles par 21 à 13.

C'est face à la France qu'il débute la saison internationale suivante, lors de deux tests victorieux, 29 à 17 à Melbourne puis 31 à 25 à Sydney. Sa première rencontre face à la Nouvelle-Zélande se solde par une défaite 12 à 6 à Christchurch dans le cadre du Tri-nations 2002. L'Australie enchaine ensuite par deux victoires, à Brisbane contre l'Afrique du Sud puis à Sydney contre les All Blacks, cette dernière étant obtenue par une pénalité réussie à la dernière minute par Matt Burke[15], Les Springboks prennent ensuite leur revanche en s'imposant à Johannesburg. L'Australie termine à la deuxième place de la compétition, derrière la Nouvelle-Zélande. En novembre, elle commence une tournée qui la voit triompher de l'Argentine à Buenos Aires, mais s'incliner ensuite face à l'Irlande et l'Angleterre, l'Australie remportant le dernier match face à l'Italie.

En début de la saison internationale 2003, où les Wallabies s'imposent en juin face à l'Irlande puis le pays de Galles mais s'inclinent face à l'Angleterre, Eddie Jones défie l'IRB, l'organisme international qui gère le rugby à XV, en ne respectant pas la nouvelle règle édictée par celui-ci et qui impose à toute équipe de posséder deux piliers de formation sur le banc des remplaçants[16]. Avec deux défaites face à la Nouvelle-Zélande, les Wallabies perdent pour la première fois depuis 1997 la Bledisloe Cup[17]. Dans ce tri-nations 2003, l'Afrique du Sud et l'Australie remportent chacune des rencontres dsputées à domicile lors de leur confrontation, l'Australie terminant finalement deuxième. L'Australie commence la coupe du monde 2003 qu'elle dispute à domicile par des victoires face à l'Argentine, la Roumanie et la Namibie, avant d'être opposée pour la finale de la poule à l'Irlande qui a également remporté ses trois premières rencontres. L'Australie remporte cette rencontre 17 à 16, le remplaçant irlandais David Humphreys échouant dans sa tentative d'un drop à la 78e minute[17]. En quart de finale, elle est opposée à l'Écosse[18]. L'arbitrage du Néo-zélandais Steve Nash est vivement critiqué lors de cette rencontre, finalement remportée 33 à 16 par les Wallabies, les spécialistes lui reprochant sa gestion des passages à vide australiens[18]. Avec une demi-finale à disputer face aux All Blacks, Eddie Jones s'en prend alors à la presse qui selon lui attendait son élimination dès la phase de poule[18]. L'Australie s'impose face aux favoris de l'épreuve sur le score de 22 à 10[19]. La finale, qui oppose l'Australie à l'Angleterre au Telstra Stadium de Sydney voit cette dernière s'imposer le score de 20 à 17 après prolongation[20].

Les Australiens commencent la saison internationale 2004 par deux victoires face aux Écossais, puis prennent leur revanche face aux Anglais en s'imposant 51 à 15 à Brisbane[21]. Après une nouvelle victoire face aux Pacific Islanders, la sélection australienne commence le Tri-nations par une défaite à Wellington face aux All Blacks, avant de remporter ses deux rencontres disputées à domicile. Les Springboks remportent le dernier match par 23 à 19 et cette édition, la décision entre les trois équipes qui comptent toutes deux victoires et deux défaites se faisant au nombre de bonus[22]. En novembre, l'équipe d'Eddie Jones dispute quatre matchs en Europe, victoire face à l'Écosse, défaite en France, puis une nouvelle victoire face à l'Écosse et enfin une victoire à Twickenham face aux Anglais[23].

Joueurs de rugby regroupés en cercle, certains s'abreuvant.
Irlande-Australie en novembre 2006.

En début de saison 2005, les Australiens s'imposent nettement face aux Samoa puis face à l'Italie, puis plus difficement face à la France à Brisbane sur le score de 37 à 31. Avant le Tri-nations, Wallabies et Springboks s'affrontent à deux reprises, chacune des équipes conservant l'avantage du terrain. En ouverture du Tri-nations, l'Afrique du Sud confirme la victoire obtenue une semaine plus tôt en s'imposant 22 à 16 à Pretoria. Les Néo-zélandais s'imposent ensuite à Sydney, 30 à 13, de même que les Sud-africains qui s'imposent 22 à 19 à Perth. Pour la première fois de son histoire, l'Australie ne remporte pas la moindre victoire dans la compétition, l'équipe des All Blacks, grâce à une victoire 34 à 24 à Auckland remportant son sixième trophée[24]. Pour la tournée de novembre en Europe, Eddie Jones fait appel à huit joueurs non capés, huit autres de ses 31 joueurs ayant moins de dix sélections[25]. L'Australie concède deux nouvelles défaites lors du début de cette tournée, 26 à 16 face à la France[26] puis une semaine plus tard sur le même score face aux Anglais[27]. L'Australie met un terme à une série de sept défaites consécutives en s'imposant 30 à 14 face à l'Irlande[28]. La tournée se termine par une nouvelle défaite, 24 à 22 face au pays de Galles. L'Australie présente ainsi un bilan de huit défaites sur les neuf dernières rencontres[29],[30]. Le , alors que son contrat court jusqu'à la Coupe du monde 2007, il est démis de ses fonctions[29],[30]. Durant cette période, l'Australie dispute 57 rencontres, pour 33 victoires, 23 défaites et un nul[31].

En 2006, il s'engage pour trois ans en tant qu'entraîneur de l'équipe de Queensland Reds dans le Super 14 pour devenir l'entraîneur de l'équipe à partir de la saison 2007 en remplacement de Jeff Miller[32]. Il n'ira pas au bout de son contrat. cette saison se solde en effet par une dernière place, avec onze défaites pour deux victoires, et il quitte son poste à l'amiable le [33].

Expériences à l'étranger[modifier | modifier le code]

Le 7 août suivant, Eddie Jones est oficiellement nommé consultant technique au sein de l'encadrement des Springboks, dirigé par Jake White[34]. Il apporte à ces derniers des conseils, notamment sur le jeu des arrières, mais également psychologique, révèlant aux Sprinboks le respect que les étrangers leur portent, ce qui renforcent la confiance des Sud-africains[35].

Après cette compétition, il retrouve rôle de consultant au sein du club anglais des Saracens, fonction qu'il a déjà occupé durant l'année 2006, avec pour objectif de permettre au club de conserver sa place au sein de l'élite [36]. Consultant auprès de Alan Gaffney[37]. il est annoncé en janvier comme le successeur de ce dernier pour la saison suivante[38]. Alors qu'il reste une année à faire à son contrat envers vers les Saracens, il annonce mettre un terme à celui-ci à la fin de la saison, où il est remplacé par l'ancien Springbok Brendan Venter[39].

Japon : Suntory Sungoliath et sélection japonaise[modifier | modifier le code]

Il prend en charge le club japonais de Suntory Sungoliath. Le , il remplace John Kirwan à la tête de l'équipe du Japon[40],[41]. Il obtient de la fédération japonaise des conditions de travail excellentes : d'ici à la coupe, il parvient à recruter un encadrement complet, Marc Dal Maso rejoigant la sélection japonaise en tant que consultant en avant de se voir confier le rôle d'entraîneur de la mêlée[42], le Gallois le Leigh Jones occupant le poste d'entraîneur de la défense et l'Anglais Steve Borthwick celui d'entraîneur des avants. Il recrute aussi en 2013 Tsuyoshi Kohsaka, un ancien pratiquant de MMA pour améliorer les techniques du plaquage bas[43]. Il obtient la possibilité de faire de long stages, ponctués de tournées.

équipe de rugby posant devant des journalistes. Les joueurs sont sur deux rangs, ceux du premier rang étant assis.
Japon-Hong Kong en 2014.

Il fait ses débuts en avril à la tête de sa nouvelle sélection lors de l'édition 2012 du Tournoi asiatique des Cinq Nations où le Japon réussit le grand chelem en remportant ses quatre rencontres, face aux Philippines, Hong Kong, la Corée du Sud et les Émirats arabes unis. En juin, il subit trois défaites lors de la Pacific Nations Cup face aux Fidji, les Tonga et aux Samoa. L'année suivante, le Japon remporte un nouveau grand chelem lors du Tournoi asiatique et termine quatrième sur cinq de la Pacific Nations Cup, deux défaites face aux Tonga et aux Fidji et deux victoires face au Canada et des États-Unis. Avant les rencontres face au Canada et les États-Unis, le Japon rencontre deux fois le pays de Galles, s'inclinant lors du premier mais s'imposant 23 à 8 une semaine plus tard, première victoire du Japon face à cet adversaire[44]. En 2014, comme lors des deux éditions précédentes, le Japon réalise le grand chelem lors du tournoi asiatique, la sélection japonaise remportant ensuite la conférence nord de la Pacific Nations Cup, groupe composé du Canada et des États-Unis. Le Japon remporte une nouvelle victoire face à une équipe disputant le Tournoi des Six Nations, l'Italie, sur le score de 26 à 23[45]. Le Japon remporte l'édition 2015 du championnat d'Asie, dont l'élite est composée d'un groupe de trois équipes avec Hong Kong et la Corée du Sud. Lors de la Pacific Nations Cup, le Japon s'impose face au Canada puis s'incline face aux États-Unis et aux Fidji, avant de s'incliner 31 à 20 face aux Tonga, terminant ainsi quatrième de la compétition. Le japon remporte ensuite ses trois matchs de préparation, deux face à l'Uruguay et un contre la Géorgie.

Le Japon, qui a participé à toutes les phases finales de la coupe du monde, compte alors 24 rencontres pour une seule victoire, face au Zimbabwe en 1991[46]. Pour son premier match de la Coupe du monde 2015, le Japon réussit un exploit retentissant en battant l'Afrique du Sud[47]. Jones, qui s'était vu confier la mission de ne pas prendre cent points face à ces Springboks[48] lors du tirage au sort, a annoncé dès avril à ses joueurs au début du stage de préparation pour cette coupe du monde qu'ile remporteraient cette rencontre[49]. Quelques jours plus tard, le Japon s'incline contre l'Écosse sur le score de 45 à 10. Les hommes de Jones remportent les deux derniers matchs, face aux Samoa et aux États-Unis, mais termine finalement troisième de sa poule, devancés par l'Afrique du Sud et l'Écosse qui obtiennent des bonus contrairement aux japonais. Le bilan d'Eddie Jones à la tête du Japon 47 rencontres disputées, pour un bilan de 34 victoires et 13 défaites[50],[N 1].

Sélection anglaise[modifier | modifier le code]

Peu après la victoire face à l'Afrique du Sud, il signe un contrat avec la franchise sud-africaine des Stormers[51]. Alors qu'il est aussi annoncé comme un possible sucessesseur à à la tête de la sélection sud-africaine[52]. Eddie Jones est nommé peu après, le , sélectionneur de l'équipe d'Angleterre, devenant le premier étranger à occuper ce poste[53]. Lors de la sélection de son premier groupe de joueurs pour la préparation du Tournoi des Six Nations 2016, il fait douze changements par rapport au groupe initial de la coupe du monde[54]. Pour remettre l'équipe anglaise au sommet de la hiérrarchie du rugby mondial, il déclare vouloir « revenir au rugby anglais sans compromis que le reste du monde craignait, fort de son jeu d'avants »[55]. Après des victoires en Écosse, en Italie puis face à l'Irlande, L'Angleterre s'assure de remporter la triple couronne en s'imposant à domicile 25 à 21 face au pays de Galles, victoire qui lui assure également la victoire dans le tournoi, puis va s'imposer en France sur le score de 31 à 21 pour remporter le douzième grand chelem de son histoire.

Style et personnalité[modifier | modifier le code]

L'un des premiers termes utilisé par de nombreuses personnes pour décrire Eddie Jones est « workaholic[56] ». Glen Ella, son ami d'enfance, raconte que, dès le petit déjeuner, Eddie Jones utilisait les sachets de sucre pour définir des stratégies[2]. De même, Bob Dwyer, l'un des prédécesseurs d'Eddie Jones au poste d'entraîneur de l'équipe des Wallabies, le décrit comme une personne jamais fatiguée, et qui considère que le sommeil n'a aucun intérêt : il cite l'anecdote où un des membres de l'encadrement de l'équipe d'Australie, au retour d'une soirée au milieu de la nuit, décide de faire une blague au sélectionneur Eddie Jones en lui envoyant un fax. Quelques minutes plus, l'émetteur eut la surprise de recevoir une réponse[4].

Il est réputé pour être très exigeant, tant avec les autres membres de son groupe d'encadrement, ou de de ses joueurs. Marc Dal Maso, entraîneur de la mêlée du Japon, raconte que « les entraînements sont programmés à la minute près », et que pour avoir fait débordé sa séance de deux minutes, il avait été la cause involontaire de l'annulation de toutes les autres séances d'entraînement de la journée[57]. Pour préparer la coupe du monde de 2015, Eddie Jones impose à ses joueurs une préparation intensive de six mois, débutant chaque jour à h 0 et avec quatre séances par jour[58]. Robert Verdier, ancien joueur et arbitre, estime que cette préparation a permis aux Japonais de franchir la marche qui leur permet de désormais tenir 80 minutes contres les 50 auparavant[58]. Lors de sa prise en fonction de l'équipe d'Angleterre, il déclare qu' « il faut bosser dur chaque jour pour être meilleur. Peut-être que dans le passé, certains joueurs venaient juste pour gagner une sélection sans vouloir gagner à tout prix. », ajoutant « Si vous voulez gagner, il faut bosser dur chaque jour », proclame-t-il. « Il faut accepter 3 % de changements mais ces 3 % sont les plus durs car ce sont les choses que vous n'aimez pas faire. »[59].

Jones est connu pour ses joutes verbales avec les entraîneurs adverses avant et après les matches. Son plus fameux adversaire était l'entraîneur de l'Angleterre Sir Clive Woodward, qui prit le dessus en l'emportant en finale de la Coupe du monde de rugby 2003.

Bilan avec des sélections[modifier | modifier le code]

Année Sélection Tournoi Poste Classement IRB à la fin de l'année Tournoi Coupe du Monde
2001 Drapeau : Australie Australie Tri-Nations Sélectionneur - Vainqueur -
2002 Drapeau : Australie Australie Tri-Nations Sélectionneur - 2e -
2003 Drapeau : Australie Australie Tri-Nations Sélectionneur 3e 2e Défaite en finale
2004 Drapeau : Australie Australie Tri-Nations Sélectionneur 2e 2e -
2005 Drapeau : Australie Australie Tri-Nations Sélectionneur 4e 3e -
2012 Drapeau : Japon Japon Cinq Nations asiatique Sélectionneur 15e Vainqueur -
2013 Drapeau : Japon Japon Cinq Nations asiatique Sélectionneur 14e Vainqueur -
2014 Drapeau : Japon Japon Cinq Nations asiatique Sélectionneur 11e Vainqueur -
2015 Drapeau : Japon Japon Championnat d'Asie Sélectionneur 10e Vainqueur 3e de la Poule B
2016 Drapeau : Angleterre Angleterre Tournoi des VI Nations Sélectionneur n.c. Grand Chelem -

Bilan avec des clubs[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
1998 Brumbies Drapeau : Australie Super 12 Manager 10e - -
1999 Brumbies Drapeau : Australie Super 12 Manager 5e - -
2000 Brumbies Drapeau : Australie Super 12 Manager Défaite en finale - -
2001 Brumbies Drapeau : Australie Super 12 Manager Champion - -
2007 Queensland Reds Drapeau : Australie Super 14 Manager 4e' - -
2007 - 2008 Saracens Drapeau : Angleterre Premiership Consultant 8e Éliminé en demi-finale -
2008 - 2009 Saracens Drapeau : Angleterre Premiership Manager 9e - Éliminé en demi-finale

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eddie Jones dirige un 58e match avec la sélection du Japon en , mais celui-ci ne va pas à son terme. À l'arrêt du match, le score est de 0 partout.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mike Henson, « Eddie Jones: Meet England's new coach for Six Nations 2016 », sur bbc.com,‎ .
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Dominique Issartel, « Eddie Jones, l'implacable », L'Équipe magazine, no 1756,‎ , p. 44-49.
  3. a, b et c (en) Nik Simon, « The making of England head coach Eddie Jones: He got racial abuse at school but would never let it stop him », sur dailymail.co.uk,‎ .
  4. a, b, c, d, e et f (en) Oliver Brown, « The Making of Eddie Jones », sur telegraph.co.uk,‎ .
  5. a et b (en) Alan Pearey, « Eddie Jones uncovered: insights into the man hired to rescue England », sur rugbyworld.com,‎ .
  6. (en) Anthony Woolford, « Who is Eddie Jones? How good is he? What you need to know about the man set to be named England coach »,‎ .
  7. (en) « Canterbury Crusaders do it again », sur espn.co.uk,‎ .
  8. (en) « Sharks to meet Brumbies », sur bbc.co.uk,‎ .
  9. (en) « Brumbies secure Super 12 crown : ACT Brumbies 36-6 Coastal Sharks », sur bbc.co.uk,‎ .
  10. a et b (en) « Wallabies name Jones as new coach », sur bbc.co.uk,‎ .
  11. Tim Glover, « Ella keeps the first family in business », sur independent.co.uk,‎ .
  12. (en) « Jones: Skills let us down », sur espn.co.uk,‎ .
  13. (en) « Jones ignores knockers », sur espn.co.uk,‎ .
  14. (en) « Wallabies want extra games », sur bbc.co.uk,‎ .
  15. (en) « Burke's last kick lands spoils for Wallabies », sur irishtimes.com,‎ .
  16. (en) « Wallabies risk losing Tri Nations points », sur espn.co.uk (consulté en mars 2016).
  17. a et b Greg Growden 2011, p. 311.
  18. a, b et c Greg Growden 2011, p. 312.
  19. (en) « Australia shock New Zealand : Australia 22-10 New Zealand », sur bbc.co.uk,‎ 156 novembre 2003.
  20. (en) « England win Rugby World Cup : Australia 17-20 England », sur bbc.co.uk,‎ .
  21. (en) « Australia 51-15 England »,‎ .
  22. (en) William Gray, « Tri-Nations triumph for Springboks », sur telegraph.co.uk,‎ .
  23. (en) « England 19-21 Australia »,‎ .
  24. (en) « New Zealand 34-24 Australia », sur bbc.co.uk,‎ .
  25. (en) « Eight new faces for the Wallabies », sur bbc.co.uk,‎ .
  26. (en) Andrew Ellison, « Inspired French spoil Gregan's record day », sur telegraph.co.uk,‎ .
  27. (en) « England 26-16 Australia », sur bbc.co.uk,‎ .
  28. « Ireland 14-30 Australia », sur bbc.co.uk,‎ .
  29. a et b (en) « Jones sacked as Wallabies coach », sur bbc.co.uk,‎ .
  30. a et b Ben Kimber, « Jones sacked, McKenzie ready », sur theage.com.au,‎
  31. (en) « Australia : between 26 Jul 2001 and 31 Dec 2005 », sur espn.co.uk (consulté le 1er avril 2016).
  32. (en) « Jones unveiled as Reds coach », sur abc.net.au,‎ .
  33. (en) « Eddie Jones quits Reds », sur superxv.com,‎ .
  34. (en) « Eddie's now a Springbok », sur news.com.au,‎ .
  35. (en) Nick Mallett, « Eddie Jones gives South Africa confidence », sur telegraph.co.uk,‎ .
  36. (en) « Diamond sacked as Saracens coach », sur bbc.co.uk,‎ .
  37. (en) « Jones to resume Saracens role », sur standard.co.uk,‎ .
  38. (en) « Eddie Jones moves to Saracens », sur theroar.com.au,‎ .
  39. (en) « Eddie Jones quits Saracens for family », sur stuff.co.nz,‎ .
  40. (en) « Eddie Jones to become new coach of Japan », sur theguardian.com,‎ .
  41. « Eddie Jones devient entraîneur », sur lequipe.fr,‎ .
  42. Julien Grousset, « Rugby : Marc Dal Maso consultant pour la sélection japonaise », sur sudouest.fr,‎ .
  43. Christian Bibal, « Rugby – Sélection Cote Basque Landes / Japon », sur lejournaldusport.fr,‎ .
  44. (en) « Japan upset Wales with historic win », sur theguardian.com,‎ .
  45. (en) « Japan beat Italy for 10 rugby wins in row RU Japan », sur radionz.co.nz,‎ .
  46. (en) « Japan : IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk.
  47. Richard Escot, « Pourquoi avoir choisi Eddie Jones ? », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 21 novembre 2015).
  48. (en) Paul Radley, « Coach Eddie Jones dismisses claims Japan is a ‘joke side’ ahead of Rugby World Cup », sur thenational.ae,‎ .
  49. Richard Escot, « Les 5 secrets de l'exploit japonais face aux Boks », sur lequipe.fr,‎ .
  50. (en) « Japan : between 27 Dec 2011 and 31 Oct 2015 », sur espn.co.uk (consulté le 1er avril 2016).
  51. (en) « Japan coach Eddie Jones to take over top job at Stormers », sur skysports.com,‎ .
  52. (en) Tank Lanning, « Eddie Jones a Bok option? », sur sport24.co.za,‎ 5 novemvre 2015.
  53. « Eddie Jones nouveau sélectionneur de l'Angleterre », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 21 novembre 2015).
  54. Clément Suman, « ANGLETERRE. Eddie Jones dévoile son groupe et change tout pour le Tournoi des 6 Nations », sur lerugbynistere.fr,‎ .
  55. Arnaud Coudry, « Eddie Jones, l’aboyeur qui a réveillé la meute anglaise », sur lefigaro.fr,‎ .
  56. (en) Nik Simon, « Eddie Jones' Japan set-piece guru Marc dal Maso open to reuniting with England boss », sur dailymail.co.uk,‎ .
  57. Arnaud David, « Tournoi des Six Nations : Eddie Jones, Monsieur toujours plus », sur sudouest.fr,‎ .
  58. a et b Par Arnaud Vaulerin, « Le Japon est-il un pays de rugby ? », sur liberation.fr,‎ .
  59. « Le top 5 des petites phrases d'Eddie Jones, le nouveau sélectionneur de l'Angleterre », sur lequipe.fr,‎ .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Greg Growden, Inside the Wallabies: The Real Story, the Players, the Politics and the Games from 1908 to Today, ReadHowYouWant.com, , 376 p. (ISBN 9781459613379), chap. 15 (« Fast Eddie »).