Championnat de France de rugby à XV 1989-1990

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Championnat de France de rugby 1989-1990
Généralités
Sport Rugby à XV
Organisateur(s) FFR
Éditions 91e
Lieu(x) France métropolitaine
Nations Drapeau de la France France
Participants 80 équipes puis
Groupe A : 32 équipes
Groupe B : 48 équipes
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur 2e division 1989-1990

Palmarès
Tenant du titre Stade toulousain
Vainqueur Racing club de France
Groupe B : Stade montchaninois
Finaliste SU Agen

Navigation

Le championnat est disputé par 80 clubs groupés initialement en seize poules de cinq. Les deux premiers de chaque poules (soit 32 clubs) forment alors le groupe A et disputent ensuite une phase de qualification en étant groupés en quatre poules de huit. Les quatre premiers de chaque poule du groupe A (soit 16 clubs) sont qualifiés pour disputer les huitièmes de finale.

Le Racing club de France remporte le Championnat de France de rugby à XV de première division 1989-1990 après avoir battu le SU Agen en finale.

Le Racing gagne son premier bouclier de Brennus depuis 1959.

À l'issue de la saison 1989-90, six clubs sont relégués en division inférieure, ce sont : Blagnac, PUC, SC Graulhet, SO Voiron, Rumilly et Tyrosse.

Phase de classement[modifier | modifier le code]

Les équipes sont listées dans leur ordre de classement à l'issue de la première phase qualificative[1] qui eut lieu de septembre à novembre 1989.

Les deux premiers de chaque poule forment alors le groupe A les trois suivants forment le groupe B.

Groupe A[modifier | modifier le code]

Phase de groupes[modifier | modifier le code]

Les équipes sont listées dans leur ordre de classement à l'issue de la première phase qualificative. Les noms en gras indiquent les équipes qui se sont qualifiées pour les 8e de finale.

Poule 1[modifier | modifier le code]

Poule 2[modifier | modifier le code]

Poule 3[modifier | modifier le code]

Poule 4[modifier | modifier le code]

Phase finale[modifier | modifier le code]

1/8e de finale[modifier | modifier le code]

Les équipes dont le nom est en caractères gras sont qualifiées pour les quarts de finale.

Équipe 1 Équipe 2 Match aller Match retour
RC Nîmes Stade toulousain 6-13 3-33
AS Béziers RC Narbonne 10-13 12-9
Castres olympique Racing club de France 6-9 6-40
CA Brive FC Grenoble 19-12 0-28
US Colomiers RC Toulon 6-3 12-30
SU Agen FC Auch 45-3 28-3
AS Montferrand CA Bègles-Bordeaux 31-18 12-21
Biarritz olympique US Dax 18-18 12-29

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Les équipes dont le nom est en caractères gras sont qualifiées pour les demi-finales.

Équipe 1 Équipe 2 Résultat
Stade toulousain RC Narbonne 10-9
Racing club de France FC Grenoble 27-21 ap
RC Toulon SU Agen 0-6
AS Montferrand US Dax 34-12

Le Racing arrache la prolongation dans les arrêts de jeu après que Grenoble se soit vu refuser un essai valable[2],[3].

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Équipe 1 Équipe 2 Résultat
Stade toulousain Racing club de France 14-21
SU Agen AS Montferrand 9-3

Finale[modifier | modifier le code]

Équipes Racing club de France - SU Agen
Score 22-12
Date
Stade Parc des Princes
Arbitre Claude Debat
Les équipes
Racing club de France Titulaires : Laurent Benezech, Jean-Pierre Genet, Philippe Voisin, Michel Tachdjian, Patrick Serrière, Xavier Blond, Laurent Cabannes, Christophe Deslandes, Jean-Philippe Saffore, Didier Pouyau, Geoffrey Abadie, Franck Mesnel, Éric Blanc, Philippe Guillard, Jean-Baptiste Lafond
Remplaçants : Philippe Dubreuille, Murray Dawson, Eric Dalle, Karim Abbou
SU Agen Titulaires : Jean-Louis Tolot, Philippe Berbizier, Laurent Seigne, Abdelatif Benazzi, Bernard Mazzer, Jacques Gratton, Philippe Benetton, Dominique Erbani, Pierre Berbizier, Pierre Montlaur, Eric Gleyze, Patrick Schattel, Philippe Sella, Olivier Campan, Bernard Lacombe
Remplaçants : Patrick Pujade, Grégoire Lascubé
Points marqués
Racing club de France 2 essais par Cabannes et Abadie, 1 transformation par Pouyau, 4 pénalités par Pouyau (2), Lafond et Abadie
SU Agen 3 pénalités par Montlaur (2) et Campan (1), 1 drop par Montlaur

Groupe B[modifier | modifier le code]

Phase de groupes[modifier | modifier le code]

Les premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les phases finales ainsi que les deux meilleurs deuxième. Les derniers de chaque groupe ainsi que les deux moins bons septième sont relégués.

Poule A
Pos Équipe Points
1 Stade ruthénois 38
2 Saint-Jean-de-Luz OR 34
3 Valence d'Agen 31
4 SC Tulle 29
5 Ussel 29
6 SC Angoulême (P) 24
7 Boucau Tarnos 23
8 CA Villeneuve-sur-Lot 16
Poule B
Pos Équipe Points
1 Montpellier 37
2 Istres 30
3 Stade aurillacois 28
4 Stade saint-gaudinois 28
5 Cahors Rugby (P) 28
6 US Marmande 27
7 Stade lavelanétien 26
8 RO Castelnaudary 20
Poule C
Pos Équipe Points
1 Mont de Marsan 39
2 CO Périgueux (R) 34
3 FC Oloron 31
4 Lombez Samatan club 27
5 Carcassonne 26
6 US Bergerac 26
7 Vic-en-Bigorre 26
8 US Salles 15
Poule D
Pos Équipe Points
1 Section paloise 37
2 Stade bagnérais 34
3 Stade bordelais (P) 30
4 Montauban 29
5 Avenir aturin 27
6 Saint-Girons SC (P) 23
7 ASPTT Arras 22
8 Peyrehorade (P) 22
Poule E
Pos Équipe Points
1 Villefranche de Lauragais 38
2 RC Châteaurenard 34
3 SC Mazamet 32
4 US bressane 32
5 Valence sportif 27
6 Albi 22
7 SO Chambéry (P) 21
8 RC Hyéres 18
Poule F
Pos Équipe Points
1 US Romans 34
2 Stade montchaninois 33
3 Montélimar 33
4 US Oyonnax 30
5 Le Creusot 28
6 RC Vichy 26
7 Lyon OU (P) 24
8 Sorgues (P) 16

Phase finale[modifier | modifier le code]

Seizième de finale[modifier | modifier le code]

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Les équipes dont le nom est en caractères gras sont qualifiées pour les demi-finales

Équipe 1 Équipe 2 Résultat
Stade montchaninois SC Mazamet
Périgueux Stade ruthénois
Section paloise Montpellier
Mont de Marsan Mont de Marsan

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Équipe 1 Équipe 2 Résultat
Stade montchaninois Périgueux 13-7
Section paloise Lyon OU 13-9

Finale[modifier | modifier le code]

Équipe 1 Équipe 2 Résultat
Stade montchaninois Section paloise 18-7

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rugbyrama 88/89
  2. Réginald Mouyan, « MICHEL RINGEVAL (PART 2): « AU BOUT D’UN QUART D’HEURE, J’AI COMPRIS QU’ON NE GAGNERAIT PAS» », sur http://lesportdauphinois.com, (consulté le 4 février 2019)
  3. Fabrice Lanfranchi, « RUGBY DE CONTACT VOCAL », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]